MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Le Père Noël est généreux avec les "premiers de cordée" !


Par FSU Réunion - Publié le Lundi 13 Novembre 2017 à 11:11 | Lu 853 fois

Après les « Panama Papers » et autres « Luxleaks »,  -et l’on voit bien à quel point il faut défendre la liberté de la presse- les révélations issues des « Paradise Papers »démontrent, s’il en était encore besoin, que des sommes colossales échappent aux budgets des États.

Pour la FSU, c’est évidemment un secret de polichinelle : de nombreux « premiers de cordées » si chers à E. Macron sont passés maîtres dans l’art de camoufler une partie de leur fortune pour la soustraire à l’impôt. En 2012 déjà un rapport du Sénat estimait que la fraude et l’évasion fiscale des seuls particuliers représentaient pour le budget de la France un manque à gagner de quelques 20 à 25 milliards d’euros. Si on y ajoute les juteux montages financiers de certaines entreprises, la facture s’alourdit encore de quelques milliards. A cela il faut dorénavant ajouter la suppression de l’ISF et de la taxation des dividendes qui conduira à une perte supplémentaire de 5 milliards d’euros par an. 

Au delà de ces chiffres vertigineux, la première évidence est que ceux qui cherchent à échapper à leur devoir fiscal ne sont pas guidés par la peur de manquer : les 3520 familles les plus riches de France camouflent 140 milliards de leur fortune dans les paradis fiscaux, soit 2 fois le budget de l’Éducation Nationale, versement des retraites compris, 5 fois celui du ministère de l’Enseignement Supérieur, 14 fois celui de l’Écologie, 20 fois celui de la Justice,… En tout, ces sommes détournées équivalent à plus de la moitié du budget que se partageront les ministères en 2018… rien que ça !

En outre, le très injuste « Verrou de Bercy » permet aux « gros » contribuables pris la main dans le sac de bénéficier d’une amnistie fiscale partielle ou totale sur décision du seul ministère des Finances sans aucune obligation de justification. Autant dire que le rapport des plus riches à l’impôt est très décomplexé !

L’égalité de tous devant l’impôt est pourtant un principe constitutionnel autant qu’un acte citoyen : il s’agit que chacun contribue au bien commun à hauteur de ses moyens, c’est-à-dire essentiellement au financement des services publics et de la Sécurité Sociale. Pour faire simple : ceux qui sont riches payent pour ceux qui sont pauvres. En théorie ! La baisse des APL, le gel des salaires des fonctionnaires, le retour du jour de carence et « en même temps » la suppression de l’ISF et de la taxe sur les dividendes semblent obéir à une logique inverse où les plus modestes aident les plus riches qui eux en plus s’organisent pour payer le moins d’impôt possible.

Pour la FSU, la redistribution ça ne peut pas être ça car qui a les moyens de se soigner sur ses fonds propres, de payer une école privée, de se passer de la Poste pour acheminer son courrier, de la police pour se protéger, de l’aide juridictionnelle pour se défendre en justice, de l’école publique, des musées nationaux, des médiathèques pour se cultiver, de logement social, etc... ?

Personne ne peut dire aujourd’hui que l’évitement fiscal est indolore pour le pays. Motivés par des considérations individualistes et un appétit financier hors de proportion, les ultra-riches et les multinationales semblent oublier qu’une écrasante majorité de la population a besoin des services publics, a besoin de la solidarité nationale, que les services publics vont mal à cause d’un manque de ressources  et faute d’une volonté politique de les défendre réellement. Pire encore : cet affaiblissement des services publics et la marchandisation d’un certain nombre de leurs missions ont ouvert les vannes au secteur privé, ce qui permet aux plus riches de se faire de l’argent sur le dos des plus pauvres.

Ces ultra-riches profitent donc également d’une forme de complicité politique qui favorise leur prospérité tout autant que leur impunité et fragilise la cohésion sociale.

Pour la FSU, il est urgent d’augmenter les moyens de l’administration fiscale pour poursuivre les fraudeurs, il est tout aussi urgent de légiférer efficacement contre la fuite de capitaux vers les paradis fiscaux et de renoncer aux mesures vexatoires contre les plus modestes.

L’Union Européenne -et donc la France- a érigé en dogme absolu la maîtrise des dépenses publiques. Fort bien ! Encore faudrait-il d’abord ne pas se priver volontairement de ressources et ne pas en faire payer le prix à ceux qui n’y sont pour rien. 

La grève du jeudi 16 novembre sera l’occasion de le dire publiquement. C’est pourquoi la FSU avec la CGTR et FO appelle à une mobilisation massive contre les mesures anti-sociales du gouvernement Macron-Philippe. Rendez-vous au Petit-Marché à 9h pour défiler jusqu’à la Préfecture.




1.Posté par MICHOU le 13/11/2017 11:20

Est ce vraiment une question de moyens? Quand il s'agit de tomber sur le dos des contribuables qui ont à peine de quoi survivre,le fisc, la CAF, banques etc n'ont aucun problème d'effectif alors arrêtons de faire croire tout et n'importe quoi.
Tous les services savent de quoi il en retourne mais les "en toute légalité" et "surtout pas de vagues" ça n'a jamais aidé à assainir

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes