MENU ZINFOS
Zot Zinfos

Le MODEM 974 face à la crise


Michel LAGOURGUE, Président du MODEM 974, a organisé une conférence de presse, le 27 février à 17 heures,
Ont été évoqués les points suivants :

Par hoaraubrigitte@orange.fr - Publié le Vendredi 27 Février 2009 à 00:00 | Lu 1016 fois

Le MODEM 974 et la crise dans les DOM

Dans nos petits territoires où les problèmes sociaux sont aigus, la crise nous a atteint de plein fouet, avec 52 % de la population en dessous de seuil de pauvreté, une augmentation d’un chômage déjà très importante et une baisse du pouvoir d’achat. L’Etat a réagi avec trop de retard face à des problèmes structurels. La lenteur du Président et du gouvernement dénote un désintérêt face aux DOM. Ils proposent aujourd’hui un traitement social de la crise, insuffisant et non productif. Les mesures sur les impôts et la revalorisation du chômage sont en contradiction avec la défense de l’emploi. En ces temps de crise, la population réunionnaise est en plein désarroi.
3 données me semblent essentielles:
   - Redonner la confiance et l’espoir
   - Les mesures actuelles sont sans vision, sans projection. On met des grossiers pansements sur des plaies ouvertes, sans les suturer. Il faut se fixer un cap, des objectifs précis et quantifiables.
   - Et surtout privilégier l’action et le dialogue, l’Etat et les collectivités ont un rôle à jouer pour que ce dialogue se forme dans le respect et la dignité.

1- Redonner la confiance et l’espoir
   • En se réunissant au plus vite pour adopter les mesures urgentes :
     - Arrêter la liste des 100 produits de première nécessité au prix Métropole,
     - Mettre en place d’un système de fixation et de contrôle des prix, notamment pour le carburant, l’eau, l’électricité, le gaz…
     - Consolider un véritable Observatoire des prix réellement efficient,
     - Geler l’augmentation des loyers des logements sociaux,
     - Engagement des collectivités locales à ne pas augmenter les taxes foncières et d’habitation et mieux maîtriser leurs coûts de fonctionnement manifestement excessifs,
     - Mettre en place des structures adaptées pour la mise en œuvre du RSA au plus vite.
   • A court terme engager une réflexion pour la mise en place d’un nouveau modèle socio-économique à la Réunion Notre modèle de développement doit nous permettre de poser tous les problèmes sur la table, sans tabous : l’octroi de mer, la part des importations : ne peut-on pas consommer autrement? Notre indépendance énergétique, notre indépendance alimentaire…notre volonté de privilégier une production propre et écologique…, notre faculté de mettre en place dans les lycées professionnels des formations spécifiques : valorisation des déchets, recyclage… ainsi que dans les universités… le développement touristique avec la possibilité d’octroyer des visas à l’arrivée aux pays proches (Australie, Afrique du Sud, la Chine, l’Inde…), la mise en place de la continuité territoriale et la baisse des tarifs aériens… Une analyse doit se faire pour l’évolution de nos institutions trop nombreuses, avec une superposition de compétences, et un gaspillage inévitable ainsi qu’une remise à plat de la répartition des ressources (Les fonds provenant de la taxe professionnelle qui va être supprimée, seront remplacés par quoi ? L’évolution de l’octroi de mer, …)
     - La nouvelle loi sur l’outre mer doit être discutée au mois de mars prochain, pour favoriser les créations et maintiens d’emplois en étendant les Zones Franches territorialement à de nouveaux secteurs d’activités en favorisant les TPE et PME, par des exonérations de charges à ces entreprises qui sont les plus fragiles et maintenir la défiscalisation aux logements des secteurs intermédiaires et libres.
     - Remboursement par L’Etat de ses dettes aux collectivités et mise en place d’un fonds de soutien aux petites entreprises en difficultés.

2 – Se fixer un cap, des objectifs
Notre priorité c’est d’abord cette jeunesse nombreuse et en désarroi qui n’a plus d’avenir. Les moyens doivent être mobilisés pour que la Réunion ne soit plus une île sinistrée. Notre but : faire des propositions pour améliorer une situation et être pragmatique.
   -Le problème crucial qui renforce les inégalités sociales : le système éducatif génère trop de jeunes qui sortent des lycées, sans qualification et un nombre important de jeunes qui restent sans emploi après des études universitaires. Or, le système éducatif est en crise, l’université et les chercheurs en grève. La Réunion doit avoir la possibilité de créer des projets plus adaptés à ses spécificités, par des dispositifs locaux. L’Etat doit être le fer de lance de cette mobilisation mais tous les réunionnais doivent s’impliquer dans cette réflexion qui déterminera leur avenir.
Il faut relancer l’activité créatrice d’emplois :
   - Les grands chantiers reportés ou annulés par les Communes doivent redémarrer, une véritable politique foncière doit permettre de lancer les programmes de logements sociaux et relancer le secteur du bâtiment,
   - La formation plus adaptée à notre développement doit être mise en place (préparer les grands chantiers, la Réunion 2030…) et il est nécessaire de créer de nouvelles filières, de nouveaux métiers (tant pour les plus pointus que pour les moins qualifiés : recyclage des déchets…)
   - La politique de mobilité doit être repensée : il ne s’agit pas uniquement d’envoyer nos jeunes en métropole où le chômage s’accroit, mais tenir compte de notre environnement et nous ouvrir à tous les pays de la zone océan indien. Notre préoccupation est de faire de la Réunion un modèle, avec un taux de croissance supérieur à la métropole. La défiscalisation des investissements dans les secteurs productifs doit être relancée au plus vite.

3- Privilégier le dialogue et la dignité.
Chacun devra faire des concessions pour aboutir à des solutions. On constate qu’il faut une crise pour se sentir obligé de réformer. Or, les voyants sont au rouge depuis longtemps et la crise n’a fait qu’attiser un sentiment d’injustice sociale. Nous avons une fierté : de vivre en démocratie dans un environnement qui n’a pas toujours cette possibilité (Afrique- Madagascar). Les valeurs de la République sont des acquis qui ne peuvent être remis en cause. La Réunion – la Guyane et les Antilles- ont une chance : celle d’appartenir à la France et à l’Europe qui sont des soutiens dans les difficultés, dans un environnement difficile (Madagascar-Afrique-Comores…). L’attachement à la France des réunionnais est réel et la réflexion doit se faire pour une évolution éventuelle des institutions dans le cadre de la République Française. Au niveau national, les discours des médias évoquent ouvertement que la départementalisation est un échec, et que les DOM n’ont qu’à prendre leur destin en mains, car nous ne pouvons plus être à l’égard de la France uniquement dans un rapport d’assistance. En fait nous sommes arrivés au bout d’un processus qui a montré ses limites : - Dans notre système de représentation : Les porteurs de paroles et de contestations deviennent les acteurs économiques, culturels, sociaux et associatifs. Les élus se montrent timorés dans leurs propositions et leur prise de position.
   - Dans l’organisation de nos institutions : Un nouveau modèle semble nécessaire, et une évolution des nos institutions au sein de la France mais aussi au sein de notre environnement proche (pays de la zone) semble indispensable. Cette réflexion doit regrouper tous ces acteurs et non pas seulement nos élus et un plus grand pouvoir d’initiatives doit être donné aux collectivités des DOM. Il faut repenser les structures administratives en créant des contre pouvoirs indispensables afin d’éviter les dérapages.
   - Dans notre envie de nous responsabiliser davantage : Nous devons avoir des pouvoirs plus importants en matière de développement économique notamment, Les atouts des DOM sont nombreux : la diversité culturelle, leur position stratégique, leurs atouts propres, les nombreux sportifs qui y émergent. Comment mettre en œuvre un contrat de développement qui nous permette de nous exprimer pleinement sans toujours tendre la main vers une fausse générosité de la France qui cultive sa culpabilité ? C’est toute la réflexion que nous devons tous avoir dans le cadre d’une consultation globale où chacun pourra s’exprimer. Au-delà d’un simple effet médiatique, au-delà d’une grande réunion où tout le monde s’auto satisfera d’avoir pu parler, il faut une volonté réelle de prendre en compte les réalités pour la mise en place d’un nouveau modèle de développement avec la mise en application d’un calendrier précis et la mise en œuvre d’un nouvel état d’esprit concernant les règles économiques.

4 – La participation du MODEM à la manifestation du 5 mars prochain Le MODEM est solidaire des souffrances et des préoccupations des réunionnais. Il appartient à l’Etat d’ouvrir les négociations au plus vite. La mobilisation du 5 mars est annoncée depuis plusieurs semaines et il est regrettable que l’Etat n’ait pas joué son rôle. Il faudra éviter les écueils : cette mobilisation doit se faire dans le calme et le respect. Cette manifestation ne doit pas faire l’objet d’une récupération politique. La grève générale n’est pas une solution et conduirait à une catastrophe économique mais les réunionnais sont inquiets et il est important que le gouvernement le comprenne.




1.Posté par BIBI le 28/02/2009 22:48

Enfin une véritable réflexion et des propositions concrètes. les politiques sont effectivement trop discrets sur leur prise de propositions et timorés dans leurs actions. Courage fuyons est leur devise !

2.Posté par jean-francois le 04/03/2009 21:24

Michel est le seul qui puisse faire évoluer les choses, mais comment faire confiance à un thierry girouette (opportuniste et mauvais carriériste).

3.Posté par Ulysse le 05/03/2009 09:21

Peut-être qu'un jour on aura la réponse à cette question déjà posée ici 6 ou 7 fois :
S'il était conseiller général, est ce que Michel Lagourgue siègerait au côté de Thierry Robert, lui aussi du Modem, ou au côté de son "parent" ?
Tant qu'une clarification sur cette question n'aura pas été apportée tout ce qui est peut être dit par le Modem me parait du blablabla ...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes