MENU ZINFOS
Blog de Pierrot

Le JIR placé en règlement judiciaire la semaine prochaine


Par - Publié le Mercredi 27 Janvier 2016 à 21:15 | Lu 11630 fois

La Une du JIR d'aujourd'hui
La Une du JIR d'aujourd'hui
Demain matin, ce n'est pas Yves Montrouge qui signera comme à son habitude l'Edito du JIR. D'abord parce qu'il est en vacances, mais surtout parce que c'est Abdul Cadjee en personne qui tiendra la plume

Si le grand patron monte au créneau, c'est qu'il a des choses importantes à apprendre à ses lecteurs. Et effectivement, la situation est grave !

Le JIR perd de l'argent, beaucoup d'argent. C'était un secret de polichinelle dans le milieu des affaires à la Réunion, mais sans doute que la nouvelle va étonner le lecteur moyen du journal.

Tellement d'argent que même Abdul Cadjee ne peut plus boucher les trous. Il a longtemps versé de sa poche de quoi permettre au journal de payer les salaires, toutes les fins de mois, même s'il est arrivé que les salariés soient payés en retard. Mais devant son incapacité à mettre fin à l'hémorragie, il a décidé de dire "stop".

Le journal a accumulé des dettes énormes auprès de nombreux créanciers et Abdul Cadjee a fini par prendre conscience que toutes les solutions envisagées ayant échoué, il risquait de continuer à voir les dettes augmenter tous les ans (la presse papier perd 10% de ses lecteurs annuellement...) sans espoir d'amélioration. Il a donc décidé de placer son entreprise en règlement judiciaire.

Le dossier devrait être déposé devant le tribunal de commerce de Saint-Denis le 3 février prochain.

Un journal qui devra être réorganisé

Dans le même temps, Abdul Cadjee a procédé à une réorganisation interne. Son fils Hassen, qui avait été nommé directeur général, ne l'est officiellement plus. C'est un dénommé Bousquet qui le remplace, même si son nom n'apparait pas encore officiellement dans l'Ours, l'emplacement qui mentionne les principaux actionnaires et cadres de l'entreprise, en page 3 du journal.

Pourtant Hassen, qui n'est plus DG, continue à occuper son bureau et de l'avis des employés, c'est lui qui continue à donner les ordres.

Allez y comprendre quelque chose...

D'autres réajustements sont également probables.

Le monde de la presse bruisse depuis plusieurs semaines de rumeurs sur le départ d'Yves Montrouge de son poste de rédacteur en chef. Déjà, il avait dû accepter d'avaler une couleuvre avec la nomination de Florent Corée, son ancien bras droit, au poste de directeur général adjoint. C'est à dire au-dessus de lui dans la hiérarchie. Ces rumeurs, qui s'étaient apaisées, sont reparties de plus belle depuis quelques jours avec l'annonce d'un départ pour le service Communication du Département, en remplacement de Christian Leuck.

C'était en mai 2009. Addul Cadjee venait de racheter le JIR au groupe Hersant pour un peu moins de 20 millions d'euros. Très heureux sur la photo, en train de serrer la main du représentant du groupe Hersant, avec Jacques Tillier en arrière plan, il n'imaginait pas qu'il allait devoir déchanter moins de 7 ans plus tard... (photo groupecadjee.re)
C'était en mai 2009. Addul Cadjee venait de racheter le JIR au groupe Hersant pour un peu moins de 20 millions d'euros. Très heureux sur la photo, en train de serrer la main du représentant du groupe Hersant, avec Jacques Tillier en arrière plan, il n'imaginait pas qu'il allait devoir déchanter moins de 7 ans plus tard... (photo groupecadjee.re)
En se plaçant sous le régime protecteur du règlement judiciaire, Abdul Cadjee fait une bonne affaire et gagne du temps.

Cette procédure a l'avantage de geler toutes les dettes et de suspendre les intérêts sur les comptes débiteurs. Même s'il sait que le trou risque fort de continuer à s'agrandir dans les années à venir avec une fonte du nombre de lecteurs (il se dit que le JIR ne vendrait plus que 8.000 exemplaires tous les jours) et une diminution de la publicité au profit d'autres supports moins chers et avec un meilleur retour sur investissement. Comme le web par exemple.

Les grands perdants de l'opération risquent fort d'être les créanciers du JIR qui devront s'asseoir sur leur argent et se contenter de l'espoir de n'en récupérer qu'une toute petite partie, au mieux, dans plusieurs années.

A voir d'ailleurs si cette décision d'Abdul Cadjee ne va pas entraîner, en cascade, la mise en règlement judiciaire d'autres sociétés à qui le JIR devait de l'argent, beaucoup d'argent, et qui risquent de ne pas pouvoir le supporter. Nous ne nous faisons aucune inquiétude pour SFR ou Orange à qui le groupe Cadjee doit des sommes très importantes puisque c'était lui qui vendait les cartes pré-payées de nos opérateurs locaux, mais d'autres sociétés ont les reins beaucoup moins solides...

La procédure de redressement judiciaire

La procédure de redressement judiciaire doit être mise en œuvre par toute entreprise en cessation de paiements. Pour être acceptée par le tribunal, il faut que celui-ci estime que le redressement est jugé possible et que l'entreprise a une chance de s'en sortir.

Le RJ, comme on dit, permet la poursuite de l'activité de l'entreprise, l'apurement de ses dettes et le maintien de l'emploi.

La procédure de redressement judiciaire commence par une période d'observation de 6 mois maximum, renouvelable sans pouvoir dépasser 18 mois. Pendant cette phase, un bilan économique et social est réalisé.

L'entreprise poursuit son activité. Elle est alors gérée par un administrateur judiciaire seul ou avec son dirigeant.

L'ouverture de la procédure entraîne la suspension des poursuites : les créanciers qui existaient avant l'ouverture de la procédure ne peuvent plus engager de poursuites en justice ni procéder à des saisies pour faire exécuter des décisions déjà obtenues.

Elle arrête aussi le cours de la plupart des intérêts et des majorations.

La période d'observation se termine par l'une des actions suivantes :
  • la mise en place d'un plan de redressement, limité à 10 ans, si l'entreprise est viable. Ce plan prévoit notamment des mesures de réorganisation de l'entreprise qui doivent permettre le règlement de ses dettes et la poursuite de son activité,
  • la cessation partielle ou totale de l'activité,
  • l'ouverture d'une liquidation judiciaire si la situation de l'entreprise ne peut pas s'améliorer,
  • la clôture de la procédure s'il apparaît que le débiteur dispose de sommes suffisantes pour désintéresser les créanciers et régler les frais.
Pendant la période d'observation, seuls les licenciements économiques ayant un caractère urgent, indispensable et inévitable peuvent être prononcés. Après information des représentants du personnel, ils doivent être autorisés par le juge commissaire, qui fixe le nombre de salariés licenciés et leur activité.

Dans la situation actuelle du JIR, il est à craindre que l'administrateur judiciaire soit dans l'obligation d'envisager de nombreux licenciements économiques. Pas tant au sein de la rédaction qui ne compte plus que 50 à 55 journalistes et qui a déjà beaucoup "dégraissé", que dans le reste du personnel. 


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

23.Posté par oui le 28/01/2016 10:45

Voilà ce que c'est de supporter le nabot et ses charlots! on paye les pots cassés ! bon débarras ! Vive le quotidien !!

22.Posté par canard le 28/01/2016 10:13

y fo kasse le kui dan la vie....une situation compliquée pour le JIR. Article a lire ici : http://locanardlenoir.com/2016/01/28/le-jir-en-phase-de-redressement/

21.Posté par Vidot Jean-Pierre le 28/01/2016 09:57

Pour avoir collaboré au JIR cette nouvelle ne m'étonne pas car l'éviction de certains cadres qui avaient des solutions se paye cash aujourd'hui. En interne, beaucoup ont scié la branche sur laquelle ils étaient confortablement assis. C'est dommage car il y a au JIR beaucoup de talents et de professionnels qui ne méritent pas ce qui leur arrive.

20.Posté par pipo le 28/01/2016 09:51

Non pas triste juste "gout à zot" Personnellement vous allez pas me manquer! oui j'ai une grosse dent contre vous.... bien fait... à savoir que j'ai étais client pendant 15 ans et vous n'avez tué à votre tour bande de requin!

19.Posté par Jex le 28/01/2016 09:41

On aimerait bien un peu de transparence sur Zinfos aussi monsieur Dupuy. Il se murmure que tout ne va pas bien non plus pour le site ? Intox ?

18.Posté par J'ai fait un rêve ... le 28/01/2016 08:54

Comme toujours, un fils incompétent placé par un père hyper friqué qui n'y connait rien,...

joue les frimeurs en continuant à augmenter les dettes, au détriment des fournisseurs qui n'auront que leurs yeux pour pleurer avec les salariés qui vont perdre leur emploi !!!

A moins que l'administrateur judiciaire oZe se retourner contre les responsables pour complément de passif voir abus de biens sociaux ???

17.Posté par John 974 le 28/01/2016 08:41 (depuis mobile)

Mr Montrouge qui aime titillier donner des leçons de vie hein, eh bin qu''est ce qui ce passe ?
Bèzement dans la cours Patel ?

16.Posté par areteksa le 28/01/2016 08:33

J'ai très longtemps acheté les 2 et j'ai fini par arrêter le JIR en raison de sa ligne éditoriale.
L'article ne dit pas pourquoi la presse écrite perd ses lecteurs.
Il y a pourtant des causes évidentes.

15.Posté par Mva la pa di le 28/01/2016 08:14

Avec la numérique, il faut s'attendre à une profonde modification du monde des médias. Peut être que le média papier est en voie de disparaitre purement et simplement ????? Mi espère Montrouge y voit pas trop rouge ek so band l'arzen... Mais force est de constater que nous n'avons plus de journaliste d'investigation, mais une bande colporteurs de "la di la fé"... sans vérification, sans apport de données qui nous permettent de nous faire une réelle opinion.... Cherchez l'erreur.

14.Posté par wwe le 28/01/2016 05:05

c 1 faille journal c pas la faute du président cadjee mais. les autres à cotée, qui veux tt gagnée ,i en profite dessus vieux gramoune pour son bien, bientôt encore plus chômage, arête abusé. et le jir i fait trop

13.Posté par Une victime du système le 28/01/2016 07:30 (depuis mobile)

Le Quotidien ne va pas fort non plus et on comprend l''importance des revenus ramenés par les publicités des gros annonceurs qui tiennent les médias qui ne peuvent dénoncer le fond de certaines affaires sales qui mettent en cause ces gros clients...

12.Posté par Bien fait !!! et big !!! le 28/01/2016 07:24

Le JIR N EST PAS UN JOURNAL !!! Très bien qu'il disparaisse, place au Quotidien !!!

11.Posté par Billy le 28/01/2016 07:23

Votre journal ne peut pas marcher, il est trop de parti pris. Lorsque vous aurez compris qu'il faut arrêter de prendre les gens pour des cons, et bien vous verrez, vos ventes se multiplieront. Les dernières élections régionales c'est la goutte qui a fait déborder le vase, tellement c'était sans limite, YMR se vendait probablement pour un futur poste à la région où au département. Et le patron pendant ce temps le laissait faire son petit militant.

10.Posté par Turbo le 28/01/2016 07:13 (depuis mobile)

Jouer freedo quotidien !!

9.Posté par patou le 28/01/2016 07:11

Florent Corée Dga. Ils ont de l;Humour au Jir.

8.Posté par psg le 28/01/2016 06:49

Courage à Yves mont rouge qui doit supporter les humiliations quotidienne d'un petit déspote. Abdoul cadjee n'a que ce qu'il mérite .Trop de magouille et de tricherie.

7.Posté par mf le 28/01/2016 06:33 (depuis mobile)

Ce nest pas rj mais sa sera 1 plan de sauvegarde...

6.Posté par John le 28/01/2016 03:03

Florent Coree DGA
Quelle réussite !
N est pas DGA qui veut encore moins Florent Coree

5.Posté par chikun le 28/01/2016 04:02

« Courchevel, j’y serai encore l’année prochaine » et « ce que pensent les gens, je m’en fous ».
François Caillé a fait des petits (rires)
Mais attention : pas d'amalgame !

4.Posté par Pamphlétaire le 28/01/2016 03:00

Trop de charges destinées à l’État et il y aura d'autres entreprises qui passeront par cette procédure malheureusement. Travailler moins et gagner plus, cela ne peut fonctionner de partout surtout dans le privé en France. En Grande-Bretagne, les charges sont moins importantes, les entrepreneurs et les salariés gagnent plus en comparaison...Combien d'entrepreneurs sont partis s'installer et créer leur société de l'autre côté de la Manche? Un des premiers a été Olivier Cadic à y aller vers 1983 après que le fisc français lui ait chercher des poux qu'il n'a pas trouvé...Pour mettre un frein à cette immigration, l’État a imposé une loi pour ne pas pouvoir 'installer à l’étranger son entreprise avec l'argent français : cela veut tout dire en premier de rester en France afin de presser les entrepreneurs au maximum...La Grande-Bretagne, c'est loin mais pour le JIR, Maurice ce n'est pas loin et il y a plusieurs vols Maurice-Réunion par jour...Éditer le JIR à Maurice pour être acheminer à la Réunion...Ah oui, l'octroi de mer sur les journaux...On n'est pas sorti de l'auberge...

3.Posté par GROSS maitee le 28/01/2016 02:04

Moi, çà m'a affecté, quand le groupe Caillé a commencé à avoir des problèmes.Le JR, je connais beaucoup moins.Pour moi, le groupe Caillé représentait la Réunion en splendeur, grandeur.

2.Posté par kld le 27/01/2016 23:15

mwin la jamais trop aime le JIR , vu son passé de relais de la " triste goyaverie" endémique , mais quand meme , vive la pluralité !

1.Posté par GIRONDIN le 27/01/2016 23:00 (depuis mobile)

Triste!

un journal et un groupie à la solde du gagnant!

Peut-être devrait il embaucher des journalistes?

Une pensée aux créanciers!

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes