MENU ZINFOS
Communiqué

[Le Développement Humain Durable] Un peuple libre sans fers… sans faire


Patricia Coutandy s'exprime dans le cadre de la "Semaine européenne du développement durable- édition 2018". Voici sa tribune libre :

Par N.P - Publié le Mardi 29 Mai 2018 à 11:29 | Lu 791 fois

La semaine européenne du développement durable du 30 mai au 5 juin 2018 est une manifestation annuelle. Elle suit de nombreuses dates mémorielles le 10 mai ; le 20 décembre, date incontournable du calendrier des réunionnais.

A chaque occasion, beaucoup de personnes rencontrées m’ont témoigné la nécessité de transmettre l’Histoire de La Réunion, la genèse de son peuplement non seulement pour comprendre notre phénotype mais aussi notre comportement. De la violence héritée à notre déférence trop marquée, il subsiste une hiérarchie sociale témoin que l’abolition reste inachevée…

Comment construire les vecteurs de l’émancipation dans une histoire si jeune, 355 années marquées par autant de systèmes économiques.

Le déni

Les violences héritées et parfois reproduites sont les stigmates d’une époque où nos grands-parents étaient vendus comme des biens meubles. Chassés au fusil dans leurs pays d’origines, capturés, enchaînés, déportés, mal nourris, violées, torturés…Que d’actes de barbarie, légitimés par le code noir, la signature de ce dont l’Homme est capable en matière de cruauté.

Comment s’affranchir de cet héritage macabre de 185 années sur nos 355 années de peuplement de La Réunion ? Peut-être par la réparation de ce crime contre l’humanité. Il s’agissait de créer les conditions pour construire une société fraternelle, plus juste quel que soit notre couleur de peau, not bon Dié, not Kosé pour que chaque vie trouve sa place, son épanouissement.

Mais le système a continué de mentir encore et encore  au peuple réunionnais, aux affranchis, aux engagés trompés, aux décolonisés pour éviter leur retour aux sources.
Après l’abolition, la stratégie colonisatrice a perduré dans un système visant à faire l’impasse sur les cultures ultra-marines, arrachés à leur terre, déracinés de  leur culture, de leur spiritualité. Il s’agit de priver les populations et leur descendance de tout repère identitaire jusqu’à affirmer que nos ancêtres sont des gaulois en opposition totale avec le phénotype des insulaires.

C’est une démarche imaginée, dépouillée de toute approche scientifique, en contradiction avec la nature et l’expression des gènes; tout cela pour inscrire une partie de l’humanité  dans une posture de déni d’eux-mêmes, d’oubli de soi.

C’était alors sans compter sur l’esprit de résistance des Maronèr, des anti-esclavagistes de La Réunion.

Le miracle réunionnais du vivre ensemble

Aujourd’hui encore perdurent les vestiges de la discrimination raciale à laquelle s’ajoute la discrimination sociale.

En effet, les initiatives pour nous qualifier de descendants d’esclaves et d’engagés sont nombreuses, comme si les termes de descendants de Malgaches, d’Africains, d’Indiens, de Chinois, d’Européens…étaient trop valorisants.

Et pourtant, c’est à partir de cette union de plusieurs civilisations que s’opère le miracle réunionnais du vivre ensemble, se révèle le génie du botaniste émérite Edmond Albius.
Ce comportement d’une élite vise à inscrire le peuple réunionnais dans un processus d’infériorisation et enferme un bon nombre d’entre nous dans une inclinaison manifeste : le conditionnement à l’esclavage et à l’engagisme. Preuve que la décolonisation des esprits est un chantier toujours  en cours.

Exhorter à la consommation

Il est difficile de lutter, un autre vortex nous guette, « On ne se rend pas compte à quel point on est influencé par les images véhiculées par la société. Les visuels de femmes censées incarner la femme parfaite inondent nos magazines, nos vitrines, nos écrans, mais qui a décidé des critères? Pas toi, pas moi… Comme toutes ces images vont dans le même sens, on les érige en vérité. Ça devient une norme, une évidence pour tout le monde. On ne se rend pas compte à quel point nos goûts sont ainsi façonnés, au point de nous leurrer nous-mêmes. On croit être libres dans nos préférences, et en fait on ne l’est pas tant que ça… ». Laurent Gounelle -Le Philosophe qui n’était pas sage (2012).

Dans un contexte social de plus en plus dégradé : chômage, isolement, pauvreté, enfermement urbain, exclusion, est-il prudent d’exhorter à la consommation ?
Des panneaux publicitaires, des prospectus chaque jour dans les boîtes aux lettres  promettent une vie trop chère, inaccessible.

Est-ce bien raisonnable de soutenir un modèle de consommation perfusé aux énergies fossiles alors que nous sommes les victimes de la pollution et du réchauffement climatique, les réfugiés climatiques condamnés à fuir la montée de l’Océan Indien.

Extraordinaires possibilités

La précarité inscrit parfois notre peuple dans une indécente dépendance où chaque goutte d’eau : les quinzaines, les TUC, les CES, les emplois-jeunes, les  CEC, les CAV, les CEA, les CUI… peut être source d’aliénation avec la starification des décideurs et l’asservissement du bénéficiaire.

Ce modèle de développement ne peut plus durer, il est dépassé, il a atteint ses limites.
« Entre colonisateur et colonisé, il n'y a de place que pour la corvée, l'intimidation, la pression, la police, le vol, le viol, les cultures obligatoires, le mépris, la méfiance, la morgue, la suffisance, la muflerie, des élites décérébrées, des masses avilies. [...] J'entends la tempête. On me parle de progrès, de "réalisations", de maladies guéries, de niveaux de vie élevés au-dessus d'eux-mêmes. Moi, je parle de sociétés vidées d'elles-mêmes, des cultures piétinées, d'institutions minées, de terres confisquées, de religions assassinées, de magnificences artistiques anéanties, d'extraordinaires possibilités supprimées… ». Aimé Césaire - Discours sur le colonialisme (1950).

Parce que chacun d’entre nous a une partie de la solution, il nous revient la responsabilité d’apporter sa réflexion, son expérience, son expertise aux initiatives citoyennes, associatives pour co-construire La Réunion de demain.
Nous le savons tous, nous ne pouvons pas nous réclamer d’être un peuple libre, sans fers…sans faire.

A l’occasion de la semaine du développement durable, continuons d’être ce peuple en mouvement.
Soyons inventifs. Excellente semaine européenne du développement durable. Allons « Faire ».  

A Sainte-Suzanne, le 29 mai 2018
Patricia COUTANDY
La militante,
3ème Adjointe déléguée à l’agenda 21 et Communication
Commune de Sainte-Suzanne
 




1.Posté par ste suzanne le 29/05/2018 18:43

j espère que vous irait faire un tout pas loin de chez vous ou l on développe toute sorte d insectes des microbes
et bientôt il y aura un centre de tri
au cas ou vous le saviez pas ou pas vu allez y faire une tour pour voir toute la catastrophe depuis FAKIR
avec tous les glissement terrain
SE N EST PLUS UN CENTRE D ENFOUISSEMENT C EST BELLE ET UNE DÉCHARGE A CIEL OUVERTE une vrai HONTE pour une ville qui prône le développement durable

2.Posté par GIRONDIN le 29/05/2018 20:13

....... 3ème Adjointe déléguée à l’agenda 21 et Communication
Commune de Sainte-Suzanne...

Sans FERS mais avec le PCR, colistière de Gironcel......

3.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 30/05/2018 15:10

*Vous plaisantez,Madame Coutandi ? !!

*Vous ne suivez pas la presse-peï ?

*Vous osez appeler ça du "VIVRE-ENSEMBLE" ??

*Avez-vu conscience de la RÉALITÉ des RÉSULTATS

*De ce terrible "VIVRE-ENSEMBLE" ???

4.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 30/05/2018 18:11

*Ça m'a échappé: J'ai beaucoup "commenté" aujourd'hui...

*(Avec raté, je corrige: "Avez-VOUS conscience... etc...")

*Je n'ai pas lu votre "développement", plein de "gros-mots"

*Comme dire - écrire (!): "UN PEUPLE LIBRE SANS FERS"

*Oser parler de LIBERTÉ, ICI !! - Shame !!!

5.Posté par Martin Luther king le 03/06/2018 21:53

Comment une femme soumis au communisme peut elle oser venir parler de liberté et d'esclavage? C'est l'hopital qui se fout de la charité.
C'est l'essence même du communisme, l'esclavage moderne et l'endoctrinement.
POURQUOI N'AVEZ VOUS PAS DE CADRE AU PCR? Avant d'essayer de résoudre le problème des autres résolvez vos problèmes dans votre parti surtout quand il s'agit d'esclavage et que le peuple noir ne représente que les petites mains dans votre PCR.

C'est un vrai désespoir!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes