MENU ZINFOS
Blog de Pierrot

Le Cospar a fait plusieurs erreurs, mais n'a pas perdu la bataille...


Par - Publié le Dimanche 22 Mars 2009 à 21:58 | Lu 3544 fois

La conférence de presse de Jean-Hugues Ratenon, ce matin, marque à n'en pas douter un tournant dans la crise que nous connaissons depuis plusieurs semaines.
Tout d'abord, il est à noter qu'il l'a faite au nom de son mouvement "Agir pou nout tout" et non au nom du Cospar. A méditer...
Au risque d'en étonner certains, je tiens Jean-Hugues Ratenon pour quelqu'un de sincère dans ses convictions. Certes, il est communiste. J'ai envie de dire: "Et alors?" Ce n'est pas une tare d'être communiste, pas plus que c'en est une d'être de droite.
De tous les leaders du Cospar, il est pour moi celui qui est resté le plus fidèle à ses opinions, à "de là d'où il vient" et sans doute le plus ouvert aux autres.
Et sa conférence de presse de ce matin est à l'image du personnage: il sait où il veut aller, mais tout en écoutant et en acceptant de rectifier le tir si des erreurs ont été commises.
Et des erreurs, il en a commises. Ou plutôt le Cospar en a commises.

La première a été, comme je l'ai déjà dit, de s'en prendre en priorité aux magasins Leclerc, le jour de leur ouverture, alors même que les Réunionnais voyaient en eux leurs sauveurs, ceux qui allaient permettre d'apporter un peu de concurrence et donc de faire baisser les prix. Or, ce sont justement ces magasins là que le Cospar a attaqué et obligé à fermer. Première fracture entre le Cospar et la population.

La deuxième a été l'"encadrement" des casseurs par la CGTR lors de la manif du 5 mars. Comme Zinfos l'a raconté, ce sont deux fourgonnettes de la CGTR qui ont "ouvert" la voie aux casseurs jusqu'au Chaudron, informations confirmées quelques jours plus tard par certains casseurs devant le tribunal.

La troisième a été l'implication des politiques, essentiellement du PCR, dans l'organisation et dans l'apport en personnel communal dans les manifs. Combien de manifestants y aurait-il eu sans les employés communaux emmenés par cars entiers depuis Saint-Louis, Sainte-Suzanne ou Saint-Paul?

Quatrième erreur quand le Cospar a accepté comme porte-parole Maurice Gironcel, qui venait d'être contraint de démissionner de son poste de maire pour corruption...

Cinquième erreur : avoir accepté de passer pour les marionnettes de Paul Vergès. La main-mise du PCR a sauté aux yeux quand le Cospar a renoncé à exiger les 50 euros que les collectivités locales des Antilles -pourtant dans une situation financière bien pire que celle de la Réunion- ont accepté de mettre pour arriver aux 200 euros exigés par le LKP. Yves Jégo et le Préfet ont immédiatement déclaré que l'Etat mettrait 100 euros comme aux Antilles, le MEDEF a pris tout le monde de cours en acceptant d'entrée de jeu de mettre 50 euros comme aux Antilles... et Paul Vergès s'est retrouvé seul en première ligne. Contre toute attente, il a refusé de payer sa quote-part en diminuant l'octroi de mer et le Cospar... a dit que c'était pas grave et qu'il se contenterait de 150 euros!!! Devant le tollé général, il en est revenu à sa première revendication de 200 euros, mais en disant que la différence serait à trouver ailleurs qu'à la Région. Sous-entendu dans la poche de l'Etat et du patronnat. C'est là qu'il ont encore énormément perdu en crédibilité. Comme l'a dit un homme politique de droite, les ficelles avec lesquelles Paul Vergès faisait bouger ses marionnettes du Cospar n'étaient plus en nylon, mais étaient aussi grosses que les cables qui retiennent les bateaux au port...

La sixième erreur a été la fermeture des magasins. Mettez-vous à la place d'une brave mère de famille qui a déjà dû trouver un "transport" pour venir des hauts faire ses courses mensuelles dans "la ville" et qui est empêchée de le faire par une dizaine ou une quinzaine d'énergumènes vociférant dans un mégaphone... Vous comprendrez aisément que la moutarde lui monte au nez, même si elle était sensible aux arguments du Cospar.

La septième, et la plus grave peut-être, a été cette fameuse liste de 500 produits pour lesquels le Cospar réclamait une baisse de 20%. Comment rester crédible quand on réclame une baisse sur le prix du crabe, des queues de camarons, les M&M's, le pain de mie et le miel aux baies roses...
Le standard de Freedom et les commentaires de Zinfos ont explosé, avec des niveaux d'intervenants différents mais avec une énorme majorité pour critiquer le Cospar.

Le mouvement a donc réussi ce tour de force de se couper de sa base en quelques jours.
Il devenait donc urgent de rectifier le tir. C'est ce qu'a fait Jean-Hugues Ratenon ce matin, en allant même jusqu'à proposer au Préfet de reprendre les négociations, lui qui prenait jusqu'ici un malin plaisir à se faire désirer, voire même à claquer la porte.
Le rapport de force a changé de camp et il se situe clairement aujourd'hui dans celui du Préfet.
Mais, pour autant, on ne peut manquer de faire un certain nombre de remarques et de se poser quelques questions.
Tout d'abord, pourquoi Jean-Hugues Ratenon a-t-il parlé ce matin au nom de son mouvement et pas en celui du Cospar? S'agit-il d'une simple coïncidence ou faut-il y voir les premiers signes visibles de dissenssions au sein du mouvement?
Ensuite, que va faire le préfet de cet avantage psychologique? Il ne faudrait pas qu'il s'en serve pour humilier le Cospar. Rien ne serait pire en l'état des choses. Car il ne faut pas oublier que l'opinion publique est versatile. Les mêmes qui critiquent le Cospar aujourd'hui peuvent se retourner contre le Préfet demain si le patronat fait un faux pas.
Il y a une chose qu'on a peut-être perdue de vue: le combat pour la baisse des prix à la Réunion et pour la lutte contre les monopoles est juste. Ce n'est pas parce que le Cospar a fait des erreurs qu'il faut jeter le bébé avec l'eau du bain.
Je l'ai dit: nous sommes aujourd'hui à un tournant. Le virage sera d'autant mieux négocié que tous les partenaires tourneront le volant dans le même sens.


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

5.Posté par etjosedire le 23/03/2009 06:33

Franco le propre des politiques c'est de faire n'importe quoi pour pouvoir ensuite réclamer des prolongations. L'octroi de mer (OM) ne s'arrêtera pas en 2014. Ils inventeront la parade. J'ai même idée que tout est fait, avec l'endettement actuel pour rendre incontournable le maintien des OM et TAOM. Vergés n'est pas né de la dernière pluie. Il tente par tous les moyens, tout en en faisant profiter la famille, de pérenniser cette source de financement régional et départemental. L'endettement est le moyen qu'il a choisi. C'est le coup de la femme qui sent que son mari va lui couper les vivres et qui utilise le carnet de chèque sans réfléchir, histoire d'être deux plutôt que d'être seule dans le mouise, et surtout de faire comprendre à l'opinion publique que son mari n'est pas très correct.
Je n'oublie pas que RATENON est le thème de cet article du blog. Que dire ? Ce garçon est il sincère ? Je n'en doute pas une seconde Pierrot. Est il entrain de se rendre compte que des objectifs autres qu'économiques sont poursuivis par le COSPAR ? J'ai idée que OUI. Sa conférence de presse sous sa bannière habituelle est là pour confirmer qu'il n'est plus ou n'a jamais été écouté dans le COSPAR. N'oublie pas Pierrot que le pauvre, il a des messieurs dames qui savent tout, comme interlocuteurs dans le COSPAR: les enseignants, donneurs de leçons. D'ici que RATENON qui dans un premier temps a fait confiance à ces beaux parleurs, se rend compte que sa "passivité" l'a amené là où il ne se retrouve plus, je comprends mieux sa démarche de repli. Ce garçon est monolithique et généreux. C'est le "momon papa l'est là" de l'abstrait. Quand il tombe sur plus conceptuel que lui, il écoute et analyse. Le cerveau parait lent, car il est victime de la dialectique d'en face qui tente de le faire avaler des couleuvres. Mais comme il a dû s'apercevoir que le COSPAR demande tout et son contraire, le monolithique qu'il est ne comprend plus rien, et de peur d'y perdre son âme, il préfère se replier sur sa chapelle, et prêcher sur les thèmes habituels qu'il maîtrise. RATENON ne voulant pas désavouer tous ceux qui l'ont mené en bateau veut partir à la table des négociations. Pourvu que ce garçon soit libre de ses initiatives ! Car Popol serait encore à la manoeuvre derrière que ceci ne m'étonnerait pas. Pensez: A Ivan l'extrémiste, l'intransigeant le rôle de faire monter la pression. à JH RATENON le rôle du naïf qui doit calmer les choses au cas où la tendance Ivan va droit dans le mûr. Popol aime bien disposer d'un accélérateur et d'un frein. Au moins il contrôle mieux l'engin qu'il envoie dans les pattes de l'État. Pierrot si le COSPAR n'a pas perdu la bataille, l'appel du 22 mars de RATENON ne donnera pas pour autant à ce dernier l'avantage escompté. Il ne reste plus au préfet qu'à accueillir RATENON cet après midi et à ne s'adresser qu'à lui puisque il est seul demandeur. Vous imaginez la tête des autres ?

4.Posté par Imaginons que c'était des chefs d'entreprises le 23/03/2009 04:17

ou des petits patrons, ou des artisans... Heureusement que ce ne sont que des cosparisans, cosparisés. Ouf ouf .

3.Posté par blacko le 23/03/2009 01:41

Antoine, il y a aussi beaucoup de produits ne venant pas de France ? Je pense au riz par exemple. Certaines grandes surfaces achètent même directement maintenant sans passer par des grossistes/importateurs.
Il ya a aussi les oranges, les carottes, les raisins, ...qui viennent des pays voisins. Devons nous toujours comparer avec la métropole. Peut etre devrions nous payer encore moins chère du fait de la proximité de certains fournisseurs ?
Nos distributeurs font surement du prix métropole +30%, même si le produits vient de South africe
et que le cout est moindre.
Certains produits ont vu leur prix s'envoler, je pense au rasoir ( 2 lames sensor ), et pourtant, procter & Gamble avait choisi la Pologne pour ses usines et réduit ses couts en fermant des usines (angleterre). L'acier ayant retrouvé un prix moins lourd qu'il y a un an et le baril ayant baissé, pourquoi ce produit coute toujours environ 9 € actuellement ( pour 4 rasoirs ). Et on ne se rase pas plus longtemps avec. Pour comparer, à Bangalore, 10 rasoirs coutent 6 €.

La réunion est souvent vue comme "zone Afrique" par les constructeurs, même français ( Achetez une voiture française par exemple ), avec des produits moins fournis, voir dépassés mais couteux.
Tout le monde en profite au passage.

Mais pour en revenir à ce post, Carrefour et surtout Leclerc ne sont pas les plus chers de la place, c'est vrai.

Peut etre devrions nous monter notre propre centrale d'achat sur les produits courants, qui prend les commandes ?

2.Posté par FRANCO le 22/03/2009 23:36

je me répète comme d'hab' mais c'est bien de hurler contre les conséquences et d'essayer de les atténuer mais ne pas s'attaquer aux causes, donc à la racine des prix abusifs que sont les taxes, les intermédiaires artificiels, l'octroi qui porte non seulement sur des prix abusifs mais aussi sur les transports tout aussi abusifs, et surtout ne pas réfléchir au dispositif de continuité territoriale réelle et efficace pour tous les biens et toutes les personnes qui permettrait qu'enfin une plus grande transparence des coûts et des marges et une compensation financière des surcoûts de l'éloignement ( interventions conjointes Etat, Europe et Collectivités Réunion) ramèneraient les prix à la Réunion sensiblement aux mêmes niveaux médians qu'en métropole. Si ce n'est pas dès à présent que nous nous attaquons au problème de l'octroi de mer qui disparaîtra en 2014, à la mise en place de cette vraie continuité territoriale que je prêche depuis 5 ans, à la mise en place avec les aides de la France et l'Europe de vraies activités de création de richesses, de revenus et d'emplois pérennes en s'orientant simultanément de façon volontariste et dynamique vers une baisse importante draconienne de nos importations de surconsommation qui nous appauvrissent , vers une augmentation de nos productions agricoles locales, vers une exportation plus active de certains de nos produits agricoles et pêche, vers une augmentation de nos recettes touristiques avec entre autres une baisse des prix des billets d'avion tant régionaux que nationaux et une ouverture vers l' Europe, en 2013, à la fin du statut de RUP 1, nous serons dans le mur ... surtout avec les dettes contractées pour nos "grands chantiers" !!!

1.Posté par nicolas de launay de la perriere le 22/03/2009 22:39

ratenon fait il preuve de lucidité...?

1 2
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes