MENU ZINFOS
National

Le Conseil scientifique Covid-19 recommande la quatorzaine stricte en structure dédiée dans les Outre-mers


Annick Girardin a reçu le 2e avis du Conseil scientifique Covid-19. La quatorzaine stricte en structure dédiée est recommandée.

Par - Publié le Mercredi 13 Mai 2020 à 23:00 | Lu 5342 fois

Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
Le Conseil scientifique (CS) Covid-19 va à l’encontre du Conseil constitutionnel, au moins pour les Outre-mers. Le comité scientifique a remis son 2e avis à Annick Girardin pour les territoires ultra-marins. 

Dans celui-ci, trois options sont présentées. Une quatorzaine stricte en structure dédiée pour les voyageurs arrivant est fortement recommandée. Si les conditions ne le permettent pas, une quatorzaine à domicile est suggérée. Enfin, le CS offre la possibilité deux demi-quatorzaine, l’une avant le départ, l’autre après, accompagné de test. 

Dans ces conditions, les déplacements vers les territoires pourraient être étendus aux rapprochements familiaux et aux déplacements professionnels.

Le rapport distingue à nouveau trois groupes. Celui où il n’y a plus d’épidémie (Nouvelle-Calédonie, Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Barthélemy et Wallis-et-Futuna). Puis vient le groupe de La Réunion où l’épidémie est en régression. Enfin le troisième ne comprend que Mayotte qui est le seul territoire ultra-marin où l’épidémie est encore en phase croissante.

Les mesures proposées pourront être ajustées en fonction de l’évolution globale de l’épidémie de Covid-19 au cours des prochaines semaines.


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Jambalac le 14/05/2020 01:39

Ce conseil avait aussi conseillé que les écoles ne s'ouvrent qu'en septembre.

2.Posté par Betty le 14/05/2020 06:35

Conseil scientifik composez de racis croutons qui connaissent les iles , les colonies , les republik bananieres , les cocotires et paillotes.savez vous que ici dans lew iles on se lave-brosse -recure plus que en FRANCE HEXAGONALE ,un stage de decouverte sera organise pour vous bientot par notre reactif DIDIER ROBERT ambassadeur des tropik.venez voir le luxe qui existe ici et que vous n'avez pas , car le Francais compte et epargne toute ss vie.ici on vit.atchaoooo.🙄

3.Posté par Corones le 14/05/2020 06:43

Ouais sauf qu'en démocratie y a séparation des pouvoirs judiciaires et législatifs et exécutifs.....

4.Posté par Parce que vous Êtes gouvernés par Les Ratés En Mouvement ( LREM ) le 14/05/2020 07:02

Le conseil scientifique :

Des scientifiques, des représentants d’institutions publiques et plusieurs cadres de l’industrie pharmaceutique, dont quatre de chez Sanofi. le Pr Jean-François Delfraissy, 72 ans, président du Comité consultatif national d’éthique , une quarantaine de personnes entourent Emmanuel Macron, Edouard Philippe et le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Laisse béton ?

5.Posté par raz le 14/05/2020 05:04

Depuis quand le conseil scientifique saisi par un ministère de l’outremer prime sur le conseil constitutionnel saisi par la présidence de la république ?

6.Posté par parlamer le 14/05/2020 08:03

Paris, le 12 avril 2020, à monsieur le Premier ministre Édouard Philippe et monsieur le ministre de la Santé Olivier Véran

« Nous avons l’honneur, les signataires ci-après, moi-même, et tous autres à venir, de vous demander par la présente le retrait partiel du décret n°2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant des mesures générales pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire et toutes autres dispositions réglementaires, consolidé au 9 avril 2020 en son chapitre 7 (dispositions relatives à la mise à disposition de médicaments) en ce qu’il réserve aux médecins libéraux spécialistes dans des disciplines médicales, cités dans ledit décret, l’exclusivité de la prescription de PLAQUÉNIL ou tous types de médicaments assimilés à base d’hydroxychloroquine, au bénéfice de leurs seuls patients, qu’ils présentent ou non des symptômes qu’ils jugeraient inquiétants suite à une contamination à la souche du Coronavirus-19 ou à d’autres pathologies qui supposent la prescription de PLAQUÉNIL.

Deux rédactions ont été publiées du même décret en moins de 24 h… Dans une seconde version modifiée le 26 mars 2020 par décret, n°2020-337, vous signez un nouveau chapitre 7 sur les dispositions relatives à la mise à disposition de médicaments, ainsi rédigé et consolidé au 9 avril 2020…

Ces deux décrets nous paraissent contraires aux droits des patients, aux obligations des médecins et à leur liberté thérapeutique dans le respect de leur déontologie. Ils sont aussi et surtout en contradiction tant avec les objectifs de politique publique en matière de lutte contre la pandémie tels qu’annoncés, qu’avec les notions de prudence et d’éthique. Enfin, ils démontrent une erreur manifeste d’appréciation des faits que nous remettrons à votre parfaite connaissance.

Tout d’abord, on constate à la lecture de vos décrets que les médecins généralistes (qui doivent pouvoir prescrire librement un traitement antipaludéen à base d’hydroxychloroquine pour les personnes partant ou revenant de pays où sévit le paludisme) ou les médecins infectiologues ou virologues ne sont pas répertoriés dans cette liste, alors qu’il s’agit de :

– lutter contre une épidémie, dont la cause est un Coronavirus qui oblige à un confinement et un arrêt économique sans précédent depuis l’après-guerre, pour éviter une contagion qui surchargerait les hôpitaux avec les cas graves d’inflammations liées au Covid,

– mobiliser le plus de médecins possibles pour diagnostiquer, tester et traiter les patients sur tout le territoire français.

Par ailleurs, il est fait clairement interdiction aux médecins libéraux de prescrire le seul traitement qui existe à l’heure actuelle et alors que toutes les forces vives des soignants doivent être mobilisés partout sur tout le territoire, sauf à tâtonner de leur côté et essayer… En effet, il s’agit de réagir pour éviter une aggravation de l’état de certains patients qui devront aller :

– soit en dernière extrémité à l’hôpital,

– soit à la morgue :

– par défaut de soins,
– par défaut de prise en charge à l’hôpital faute de moyens, à la suite d’un « tri clinique »
– par défaut de prise en charge dès le départ des symptômes.

sachant que personne ne peut prédire qui réagira naturellement à ce virus ou qui aura une inflammation grave des poumons rendant inutile tout traitement antiviral puisqu’il ne s’agira plus de lutter contre un virus mais contre une pneumopathie inflammatoire foudroyante, le virus ayant, à cette étape de la maladie, disparu.

Elle viole aussi la liberté thérapeutique qui implique, tout autant, la possibilité pour le médecin de ne pas accepter tout patient se présentant à lui lorsque ce dernier n’est pas en péril que de traiter toute personne qu’elle considère potentiellement en péril…

Ainsi votre décret oblige le médecin à violer son serment d’Hippocrate en nuisant ainsi au malade, par omission imposée de soins qu’il pourrait lui apporter ; il est clair que cela met sur l’État la responsabilité du non-traitement d’un malade avec les aléas que cela constitue si cet aléa se réalisait malheureusement. Responsabilité de l’État mais aussi des serviteurs de cet État dés lors qu’ils sont informés des conséquences de leurs décisions…

Votre décret oblige donc aussi, dans certains cas, à la violation du secret médical… La rupture d’égalité devant les charges publiques et le droit à avoir accès au même traitement dans une situation identique. La perte de chance pour des millions de Français non marseillais.

7.Posté par Cédric PAYET le 14/05/2020 09:10

Il me semble que la décision de quatorzaine stricte a été invalidée le 11 mai 2020 par le conseil constitutionnel. Je vous laisse aller vérifier.

8.Posté par Dignité le 14/05/2020 09:30

Entre la science et le droit il y a, comme qui dirait, une approche différente de la situation.
La science privilégie la sécurité tandis que le droit privilégie la liberté.
C'est un bon sujet de philo.

Pour ma part, j'ai tendance à penser qu'en état de crise (sanitaire ou autre) le droit doit laisser la place à la science dès lors que celle-ci ne vise qu'à protéger la population.
Un grand penseur a écrit un jour que " science sans conscience n'est que ruine de l'âme"
Dans le contexte actuel je dirai que "le droit qui se fout de la santé n'est que ruine des efforts déployés pour contenir l'épidémie"

9.Posté par olive le 14/05/2020 10:31

sauf que le conseil... constitutionnel a dit non. Fin du débat, on ne peut pas obliger quelqu'un à se confiner dans un lieu dédié.
un peu comme si on disait : vous avez le sida, alors vous devez vous confiner : libertés publiques non négociables, ce n'est pas légal, on ne peut "punir" quelqu'un en raison de sa santé, voilà tout.


10.Posté par Ar-no le 14/05/2020 10:48

Heureusement que le conseil constitutionnel est là pour mettre un minimum d'ordre et rappeler (rarement...) les principes et libertés de base de notre pays depuis 1958.

Et inquiétant de voir que ce "conseil scientifique", qui qui s'est déjà complètement planté sur l'outre-mer, n'a pas de problème à proposer des solutions qui vont à l'opposé des libertés fondamentales... ça en dit long sur leur pensée.

11.Posté par Tonton le 14/05/2020 11:20

Je suis tout à fait d'accord !
a) le virus ne circule pas à la Réunion: ca fait 3-4 semaines que les cas "autochtones" semble etre Zero.
b) ca nous permettra (peut etre) de rouvrir les lignes vers Maurice: ils sont proche de zero nouveaux cas
(et accesoirement : Rodrigues, qui n'a connu zero cas)

Les familles (moi meme, j'ai des enfants sur la metropole ayant déjà acheté leurs billets pour juin) sont prêt à observer une quarantaine.
Et aussi moi, si jamais je me rends en metropole: je l'observe, si necessaire !

C'est le seul moyen de se debarasser de ce fleau. Ouvrir les frontieres vers les pays "en-covidé" c'est le suicide de notre economie. Nous ne pouvons pas tenir une nouvelle quarantaine de 2 mois.

Par la suite, au grès des changement de la situation, nous pouvons nous rapprocher aussi d'autres territoires voir pays. Pourquoi pas la metropole aussi: sous conditions qu'ils sont libre pendant un bon moment.
Ou Madagascar, il y a peu des cas la bas, et j'en suis sur, avec leurs remedes alternatives ils arriveront aussi dans l'avenir pas si lointain.
Avant: c'est le suicide economique.

12.Posté par Mahébourg le 14/05/2020 11:32

Le Conseil constitutionnel?
Président: Laurent FABIUS, lourdement impliqué dans l'horrible affaire du sang contaminé (plusieurs milliers de morts...).
"Responsable, mais pas coupable", Fabius veut récidiver en ouvrant l'Outre-mer au covid-19.

13.Posté par Choupette le 14/05/2020 13:05

Donc, sur 15 jours de vacances à passer dans la famille, on en enlève déjà 14 à passer on ne sait pas trop où ... .

C'est bien la première fois dans notre histoire que ça arrive.

Idem que 2.Posté par Betty

Pourquoi nous enfermer alors que nous connaissons et appliquons l'hygiène depuis notre tendre enfance, même quand on n'avait pas l'eau courante ?

Enfermer plutôt les récalcitrants chez eux, avec interdiction de voyager tant qu'ils n'auront pas compris et appliquer les règles hygiéniques primaires.

14.Posté par Domino le 14/05/2020 21:04

Un cas et voilà où est la France....faut s'en souvenir.

15.Posté par Jambalac le 15/05/2020 06:44

3.Posté par Corones le 14/05/2020 06:43

Ouais sauf qu'en démocratie y a séparation des pouvoirs judiciaires et législatifs et exécutifs.....
......................................

Il est où ce pays ? Parce qu'en France la séparation des pouvoirs c'est un mythe...bien entretenu.....

16.Posté par parlamer le 15/05/2020 07:33

" Pour l’anecdote… Le père d’un excellent ami vivant dans l’est de la France est décédé en avril dernier à l’âge de 81 ans. Il vivait chez lui avec une aide médicale quotidienne à son domicile, étant dans un état très faible suite à une opération au cerveau l’an dernier. Son médecin traitant a constaté le décès dû selon lui à une « embolie cérébrale ». Le fils du défunt a été surpris d’apprendre quelques semaines plus tard que son père est maintenant déclaré mort du Coronavirus. Il n’avait jamais été testé… et selon son fils « ne toussait jamais »"....

17.Posté par Devieuxsouvenirs le 15/05/2020 08:30

@6. Entièrement d’accord avec vos propos.

Mais voyez la requête en référé suspension de Maître Krikorian.

Nous avons tous compris depuis longtemps que tout est affaire de guéguerre entre laboratoires.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes