Education

Le Collectif indépendant ATSEM de France veut "remettre de l'ordre"

Vendredi 25 Août 2017 - 12:20

Isabelle Dubois (à droite sur la photo) et le Collectif indépendant ATSEM de France, reçus au Ministère de l’Action et des Comptes Publics en juillet 2017
Isabelle Dubois (à droite sur la photo) et le Collectif indépendant ATSEM de France, reçus au Ministère de l’Action et des Comptes Publics en juillet 2017
Alors que les parents d’élèves du Tampon manifestent leur colère contre la baisse des emplois aidés, qui jusqu’à présent officiaient également comme agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles, le Collectif des ATSEM de France souhaite mettre en lumière les conditions de travail détériorées auxquelles doivent désormais faire face ces agents.

Créé en janvier 2016 dans l’Hexagone, puis en décembre de la même année dans les DOM-TOM, le collectif se bat pour une meilleure reconnaissance du métier. "Nos tâches évoluent, nos missions se diversifient et les journées sont de plus en plus denses", déplore Isabelle Dubois, administratrice "Des DOM COM du Collectif Indépendant ATSEM de France". 

Comme à La Réunion, les communes métropolitaines - surtout les plus petites - font appel à des emplois aidés au lieu d’embaucher des ATSEM pour des raisons budgétaires. "Le ratio, en général, s’établit de cette manière en métropole : le nombre de classes moins une ATSEM", calcule Isabelle Dubois. 

"Beaucoup de lauréats perdent leur concours faute d’avoir pu trouver un poste"

Un ratio que le collectif souhaite établir à une ATSEM par classe. Une proposition soumise dans un rapport du Conseil supérieur de la Fonction publique territoriale adopté à l’unanimité en février 2017 mais qui n’a pas été retenue par la ministre de la Fonction publique de l’époque, Annick Girardin, désormais ministre des Outre-mer. Le groupe de travail mis en place en mars 2017 s’attache donc davantage à harmoniser sur l’ensemble du territoire national les missions, prendre en compte les conditions de travail et permettre aux ATSEM d’accéder à un cadre d'emploi de catégorie B. " Nous sommes un personnel qualifié, formé à une assistance technique et éducative. Il est regrettable de voir que beaucoup de lauréats perdent leur concours faute d’avoir pu trouver un poste".

Après les mouvements de grève nationaux de décembre 2016 et février 2017, Isabelle Dubois en est persuadée, "l’union fait la force" et appelle au rassemblement. "Ensemble nous pourrons faire avancer les choses". Le collectif, qui revendique son indépendance, compte 10 000 membres dans toute la France, 24 administrateurs et 14 groupes sur Facebook. Des espaces d’échanges qui permettent de "se rendre compte de la diversité des situations rencontrées par les ATSEM mais aussi de dresser un tableau des points positifs et négatifs". "Il faut remettre de l’ordre dans tout cela et le collectif compte bien s'y atteler", assure l'administratrice du groupe "Des Dom Com".
PB
Lu 7034 fois



1.Posté par retraitée sensibilisée le 25/08/2017 13:18

COURAGE aux personnels de ce Collectif Indépendant des A.T.S.E.M de France...

SURTOUT pour être audible et crédible, faîtes attention, à ne pas vous faire noyauter par les Syndicats rétrogrades qui défendent d'abord leurs privilèges, ou ne pas être récupérés par des politiciens qui vous manipuleraient pour des basses raisons électoralistes.

C'est a ce prix que vos mérites seront reconnus par l'immense majorité des parents qui sont des électeurs, et vos légitimes demandes satisfaites, par ceux qui ont été élus !!!

2.Posté par lollll le 25/08/2017 13:18

Malheureusement à la Réunion ces emplois sont réservé en majorité aux copains copines politique au détriment de celles et ceux qui sont réelllement compétents et qui ont la formation nécessaire. Si l'état controllait vraiment les mairies il y aurait bcp d'élu en prison et des milliards d'euros d'économiser.

3.Posté par zargoza le 25/08/2017 13:40

ah on parle du public?
pfffffffffffffffffffffff
on s en fout mais ROYALEMENT

4.Posté par jean claude payet le 25/08/2017 13:41

c'est un collectif anti gland dont on a absolument besoin

5.Posté par Babouc974 le 25/08/2017 13:45

Catégorie B ? A l'instar des éducateurs ?

On nage en plein délire là

6.Posté par Jessica le 25/08/2017 18:00 (depuis mobile)

@Poste2.Je pense que l''État,en supprimant les C.A veut contrôler dépenses des mairies.2 ans que je cherche à être mutée à La RUN où je suis née,grâce à vous je comprends pourquoi aucun poste vacant :Contrats aidés et copinage.C vraiment dommage.

7.Posté par BAGATELLE le 26/08/2017 07:52

si l état ou autre service compétent contrôlait ses MAIRIES ou la plupart des embauches sont du aux privilège
politique ou encore copain coquin et surtout que notre argent soit attribué a des présidents d associations que se soit sportif ou autre et travailler de façon bizarre là aussi on aurait des économie énorme
il y a des services compétent pour gérer convenablement ses recrutements PAS LES MAIRES qui depuis
des années exploites la MISÈRE SOCIAL pour leur avantage électoral
que les services de l état soit plus sévère envers de ses pilleurs de font de l état et du contribuable
en restant dans cette situation L ESCLAVAGE MODERNE EXERCER PAS LA PLUPART DE SES MAIRES AURONT ENCORE DE BEAUX JOURS DEVANT EUX

8.Posté par Réunionnaise indignée le 26/08/2017 16:21

Quand on lit l'édito du JIR d'aujourd'hui sous la plume de Jacques Tillier, concernant une association loi 1901 l'AURAR, et de ses scandaleux détournements et pillage d'argent public organisé par sa directrice toujours en poste, ancienne élue PCR désormais au LPA, et de ses complices présumés, on ne peut qu'être surpris du silence assourdissant de l'ensemble notre classe politique et de nos médias !!!

Combien d'emplois d' ATSEM pourraient être créés avec cet argent ???

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter