Archivages - Zinfos974

Le Code Noir

Renier la parole donnée

Samedi 20 Décembre 2008 - 07:02

D’un trait, le roi de France venait de renier la parole donnée, interdisant. l’esclavage dans ses possessions (art. XII des Instructions du 26 octobre 1664). De ce même trait, l’Église de France biffait l’enseignement de Saint-Paul : « Il n’y a plus ni Juif, ni Grec […]. Il n’y a plus ni esclave, ni libre, il n’y a plus ni homme, ni femme »


Le Code Noir
En mars 1685, Louis XIV promulgue l’édit «concernant la discipline de l’Église et de l’État, et la qualité des nègres esclaves aux îles de l’Amérique».

Ce document de 60 articles, élaboré par Colbert, vise la réglementation de la pratique de l’esclavage aux Antilles françaises. On l’appellera le Code noir. À défaut de légitimer l’esclavage, il tentera de le légaliser.
Le 18 septembre 1724, soit 39 ans plus tard, un texte largement inspiré de ce Code noir est enregistré au Conseil supérieur de Bourbon. L’Histoire retiendra que cette instance, créée par ordonnance de novembre 1723, aborde ce sujet lors de sa séance inaugurale. Ce deuxième Code noir est en fait les «Lettres Patentes en forme d’édit concernant les esclaves nègres des Isles de France et de Bourbon».
Il est signé par Louis XV, âgé alors de 13 ans, et contresigné par Jean-Frédéric Phélypeaux, comte de Maurepas, secrétaire d’État à la Marine et aux Colonies, de 1723 à 1749. Pour lui aussi, c’est la première grande décision depuis sa prise de fonction. Ce Code demeurera la charte fondamentale de l’esclavage français au XVIIIe siècle. Son application sera étendue aux Seychelles et à Madagascar quand ces îles deviendront françaises.

Du coup, elle mettait à mort cet étrange sujet universel qu’était le chrétien, un être sans identité – ni Juif, ni Grec – seulement constitué par l’affirmation de sa croyance. Pourquoi ce Code noir indianocéanique ?

Dans ses 54 articles, il fixe le cadre juridique du système esclavagiste. Il permet de mettre de l’ordre dans la multitude d’ordonnances et de règlements pris par des gouverneurs, depuis Vauboulon.
L’occasion est fournie par la mise en oeuvre de la colonisation de l’Isle de France depuis 1721, et répond à une demande forte de la nouvelle Compagnie perpétuelle des Indes. Ce Code noir ne clôt pas le débat sur l’esclavage. Par son ambivalence, il ouvre la question sur la nature de l’esclave. Est-il une personne, enfant de Dieu, sous le sceau du baptême catholique (article premier) ou un meuble (art. XXIX) ?

Le prêtre créole Frédéric Levavasseur combattra l’esclavage, cette abolition de l’homme si noir. Quitte à maintenir l’équivoque et l’ambiguïté, il a cherché à se placer au sein du discours des dominants mais « dans la perspective de l’opprimé ». Car il fallait, quand on ne pouvait casser le contexte, pouvoir rester en face de l’adversaire pour continuer le combat.

L’Église bourbonnaise va travailler, comme le poète Mallarmé, avec mystère, en vue du plus tard ou du jamais.

Le Code Noir

À CES CAUSES et autres à ce nous mouvant, de l'avis de notre conseil, et de notre certaine science, pleine puissance et autorité royale, nous avons dit, statué et ordonné, disons, statuons et ordonnons, voulons et nous plaît ce qui suit :

Le Code Noir
Article premier Tous les esclaves qui se trouvent dans les Isles de Bourbon, de France et autres établissements voisins, seront instruits dans la religion catholique, apostolique et romaine, et baptisés; ordonnons aux habitants qui achèteront des nègres nouvellement arrivés, de les faire instruire et baptiser dans le temps convenable à peine d'amende arbitraire; enjoignons aux conseils établis dans lesdites îles, ou directeurs pour ladite compagnie, d'y tenir exactement la main.

Art. II Interdisons tout exercice d'autre religion que de la catholique, apostolique et romaine; voulons que les contrevenants soient punis comme rebelles et désobéissants à nos commandements ; défendons toutes assemblées pour cet effet, lesquelles nous déclarons conventicules, illicites et séditieuses, sujettes à la même peine, qui aura lieu même contre les maîtres qui les permettront ou souffriront à l'égard de leurs esclaves.

Art. III
Ne seront préposés aucuns commandeurs à la direction des nègres, qu'ils ne fassent profession de la religion catholique, apostolique et romaine, à peine de confiscation desdits nègres contre les maîtres qui les auront préposés, et de punition arbitraire contre les commandeurs qui auront accepté ladite direction.

Art. IV
Enjoignons à tous nos sujets, de quelque qualité et condition qu'ils soient, d'observer régulièrement les jours de dimanche et de fêtes ; leur défendons de travailler leurs esclaves auxdits jours, depuis l'heure de minuit jusqu'à l'autre minuit, à la culture de la terre et à tous autres ouvrages, à peine d'amende et de punition arbitraire contre les maîtres, et de confiscation des esclaves qui seront surpris par nos officiers dans le travail, pourront néanmoins envoyer leurs esclaves aux marchés.

Art.V
Défendons à nos sujets blancs, de l'un et de l'autre sexe, de contracter mariage avec les Noirs, à peine de punition et d'amende arbitraire, et à tous curés, prêtres ou missionnaires séculiers ou réguliers, et même aux aumôniers des vaisseaux de les marier ! Défendons aussi à nosdits sujets blancs,même aux Noirs affranchis ou nés libres, de vivre en concubinage avec des esclaves ; voulons que ceux qui auront eu un ou plusieurs enfants d'une pareille conjonction, ensemble les maîtres qui les auront soufferts, soient condamnés chacun en une amende de trois cents livres ; et s'ils sont maîtres de l'esclave de laquelle ils auront eu lesdits enfants, voulons qu'outre l'amende ils soient privés tant de l'esclave que des enfants, et qu'ils soient adjugés à l'hôpital des lieux, sans pouvoir jamais être affranchis ; n'entendons toutefois le présent article avoir lieu lorsque l'homme noir affranchi ou libre, qui n'était pas marié durant son concubinage avec son esclave, épousera dans les formes prescrites par l'église, ladite esclave, qui sera affranchie par ce moyen, et les enfants rendus libres et légitimes.

Art.VI
Les solennités prescrites par l'ordonnance de Blois et par la déclaration de 1639, pour les mariages seront observées, tant à l'égard des personnes libres que des esclaves, sans néanmoins que le consentement du père et de la mère de l'esclave y soit nécessaire, mais celui du maître seulement.

Art.VII
Défendons très expressément aux curés de procéder aux mariages des esclaves, s'ils ne font apparoir du consentement de leurs maîtres; défendons aussi aux maîtres d'user d'aucune contrainte sur leurs esclaves pour les marier contre leur gré.

Art.VIII
Les enfants qui naîtront desmariages entre les esclaves, seront esclaves et appartiendront auxmaîtres des femmes esclaves, et non à ceux de leurs maris, si les maris et les femmes ont des maîtres différents.

Art. IX
Voulons que si le mari esclave a épousé une femme libre, les enfants tant mâles que filles suivent la condition de leur mère, et soient libres comme elle, nonobstant la servitude de leur père ; et que si le père est libre et la mère est esclave, les enfants soient esclaves pareillement.

Art.X
Les maîtres seront tenus de faire enterrer en terre sainte, dans les cimetières destinés à cet effet, leurs esclaves baptisés ; et à l'égard de ceux qui mourront sans avoir reçu le baptême, ils seront enterrés la nuit dans quelque champ voisin du lieu où ils seront décédés.

Art.XI Défendons aux esclaves de porter aucune arme offensive ni de gros bâtons, à peine du fouet et de confiscation des armes au profit de celui qui les en trouvera saisis, à l'exception seulement de ceux qui seront envoyés à la chasse par leurs maîtres, ou qui seront porteurs de leurs billets ou marques connues.

Art. XII Défendons pareillement aux esclaves appartenant à différents maîtres de s'attrouper, le jour ou la nuit, sous prétexte de noces ou autrement, soit chez l'un de leurs maîtres ou ailleurs, et encore moins dans les grands chemins ou lieux écartés, à peine de punition corporelle qui ne pourra être moindre que du fouet et de la fleur-de-lys, et en cas de fréquentes récidives et d'autres circonstances aggravantes, pourront être punis de mort, ce que nous laissons à l'arbitrage des juges ; enjoignons à tous nos sujets de courre aux contrevenants, et de les arrêter et conduire en prison, bien qu'ils ne soient officiers et qu'il n'y ait encore contre lesdits contrevenants aucun décret.

Art.XIII Les maîtres qui seront convaincus d'avoir permis ou toléré de pareilles assemblées, composées d'autres esclaves que de ceux qui leur appartiennent, seront condamnés, en leur propre et privé nom, de réparer tout le dommage qui aura été fait à leurs voisins à l'occasion desdites assemblées, et en dix piastres d'amende pour la première fois, et au double en cas de récidive.

Art.XIV Défendons aux esclaves d'exposer en vente au marché, ni de porter dans les maisons particulières pour vendre, aucune sorte de denrées, même des fruits, légumes, bois à brûler, herbes ou fourrages pour la nourriture des bestiaux, ni aucune espèce de grains ou autres marchandises, sans permission expresse de leurs maîtres, par billet ou par des marques connues, à peine de revendication des choses ainsi vendues, sans restitution du prix par les maîtres, et de six livres d'amende à leur profit contre les acheteurs.

Art.XV Voulons à cet effet, que deux personnes soient préposées dans chaque marché par les officiers desdits conseils, chacun dans son district, ou par les directeurs pour ladite compagnie, pour examiner les denrées et marchandises qui y seront apportées par les esclaves, ensemble les billets ou marques de leurs maîtres, dont ils seront porteurs.

Art.XVI Permettons à tous nos sujets, habitants desdits pays, de se saisir de toutes les choses dont ils trouveront les esclaves chargés, lorsqu'ils n'auront pas de billets de leurs maîtres, ni de marques connues, pour être rendues incessamment à leurs maîtres, si leur habitation est voisine du lieu où les esclaves auront été surpris en délit ; sinon elles seront incessamment envoyées au magasin de la compagnie le plus proche pour y être en dépôt, jusqu'à ce que les maîtres en aient été avertis.

Art.XVII Voulons que les officiers desdits conseils supérieurs, chacun en ce qui le concerne, ou les directeurs pour ladite compagnie, nous envoient leurs avis sur la quantité des vivres et la qualité de l'habillement qu'il convient que les maîtres fournissent à leurs esclaves ; lesquels vivres doivent leur être fournis par chacune semaine, et l'habillement par chaque année, pour y être statué par nous ; et cependant permettront auxdits officiers ou directeurs de régler par provision lesdits vivres et lesdits habillements: défendons aux maîtres desdits esclaves de donner aucune sorte d'eau-de-vie ou guildive, pour tenir de ladite subsistance et de l'habillement.

Art.XVIII Leur défendons pareillement de se décharger de la nourriture et subsistance de leurs esclaves, en leur permettant de travailler certains jours de la semaine pour leur compte particulier.

Art.XIX Les esclaves qui ne seront point nourris, vêtus et entretenus par leurs maîtres, pourront en donner avis au procureur général desdits conseils, procureur pour nous, et mettre leurs mémoires entre ses mains, sur lesquels, et même d'office si les avis lui viennent d'ailleurs, les maîtres seront poursuivis à sa requête et sans frais ; ce que nous voulons être observé pour les crimes et pour les traitements barbares et inhumains des maîtres envers leurs esclaves.

Art.XX Les esclaves infirmes par vieillesse, maladie ou autrement soit que la maladie soit incurable ou non, seront nourris et entretenus par leurs maîtres ; et en cas qu'ils les eussent abandonnés, lesdits esclaves seront adjugés à l'hôpital le plus proche, auquel les maîtres seront condamnés de payer quatre sols par chaque jour pour la nourriture et entretien de chacun esclave, pour le paiement de laquelle somme ledit hôpital aura privilégié sur les habitations des maîtres, en quelques mains qu'elles passent.

Art.XXI Déclarons les esclaves ne pouvoir rien avoir qui ne soit à leurs maîtres, et tout ce qui leur vient par leur industrie ou par la libéralité d'autres personnes ou autrement, à quelque titre que ce soit, être acquis en pleine propriété à leurs maîtres, sans que les enfants des esclaves, leurs pères et mères, leurs parents ou tous autres, libres ou esclaves, y puissent rien prétendre par succession, dispositions entre-vifs ou à cause de mort, lesquelles dispositions nous déclarons nulles, ensemble toutes les promesses et obligations qu'ils auraient faites, comme étant faites par gens incapables de disposer et contracter de leur chef.

Art.XXII Voulons néanmoins que les maîtres soient tenus de ce que leurs esclaves auront fait par leur commandement, ensemble de ce qu'ils auront géré et négocié dans les boutiques et pour l'espèce particulière de commerce à laquelle leurs maîtres les auront préposés ; et en cas que leurs maîtres n'aient donné aucun ordre et ne les aient pas préposés, ils seront tenus seulement jusqu'à concurrence de ce qui aura tourné à leur profit ; et si rien n'a tourné au profit des maîtres, le pécule desdits esclaves que les maîtres leur auront permis d'avoir, en sera tenu après que leurs maîtres en auront déduit par préférence ce qui pourra leur en être dû, sinon que le pécule consistât, en tout ou partie, en marchandises dont les esclaves auraient permission de faire trafic à part, sur lesquelles leurs maîtres viendront seulement par contribution au sol la livre avec les autres créanciers.

Art.XXIII Ne pourront les esclaves être pourvus d'office ni de commission ayant quelque fonction publique; ni être constitués agents pour autres que par leurs maîtres, pour gérer et administrer aucun négoce, ni être arbitres ou experts; ne pourront aussi être témoins, tant en matière civile que criminelle, à moins qu'ils ne soient témoins nécessairement, et seulement à défaut de Blancs ; mais dans aucun cas ils ne pourront servir de témoins pour ou contre leurs maîtres.

Art.XXIV Ne pourront aussi les esclaves être parties ni être en jugement en matière civile, tant en demandant qu'en défendant, ni être parties civiles en matières criminelles, sauf à leur maître d'agir et défendre en matière civile, et de poursuivre en matière criminelle la réparation des outrages et excès qui auront été commis contre leurs esclaves.

Art.XXV Pourront être les esclaves poursuivis criminellement, sans qu'il soit besoin de rendre leurs maîtres parties, si ce n'est en cas de complicité ; et seront les esclaves accusés, jugés en première instance par les juges ordinaires, s'il y en a, et par appel au conseil, sur la même instruction et avec les mêmes formalités que les personnes libres.

Le Code Noir
Art.XXVI L'esclave qui aura frappé son maître, sa maîtresse, le mari de sa maîtresse ou leurs enfants, avec contusion ou effusion de sang, ou au visage, sera puni de mort.

Art.XXVII Et quant aux excès et voies de fait qui seront commis par les esclaves contre les personnes libres, voulons qu'ils soient sévèrement punis, même de mort s'il y échoit.

Art.XXVIII Les vols qualifiés, même ceux des chevaux, cavales, mulets, boeufs ou vaches, qui auront été faits par les esclaves ou par les affranchis, seront punis de peine afflictive, même de mort si le cas le requiert.
 
Art.XXIX Les vols de moutons, chèvres, volailles, grains, fourrages, pois, fèves ou autres légumes et denrées, faits par les esclaves, seront punis selon la qualité du vol, par les juges, qui pourront, s'il y échoit, les condamner d'être battus de verges par l'exécuteur de la haute justice, et marqués d'une fleur-de-lys.

Art.XXX Seront tenus, les maîtres, en cas de vols ou d'autres dommages causés par leurs esclaves, outre la peine corporelle des esclaves, de réparer le tort en leur nom, s'ils n'aiment mieux abandonner l'esclave à celui auquel le tort aura été fait, ce qu'ils seront d'opter dans trois jours, à compter de celui de la condamnation; autrement ils en seront déchus.

Art.XXXI L'esclave fugitif qui aura été en fuite pendant un mois, à compter du jour que son maître l'aura dénoncé à la justice, aura les oreilles coupées, et sera marqué d'une fleur-de-lys sur une épaule ; et s'il récidive pendant un autre mois, à compter pareillement du jour de la dénonciation, il aura le jarret coupé et il sera marqué d'une fleurde- lys sur l'épaule, et la troisième fois il sera puni de mort.

Art.XXXII Voulons que les esclaves qui auront encouru les peines du fouet, de la fleur-de-lys et des oreilles coupées, soient jugés en dernier ressort par les juges ordinaires, et exécutés sans qu'il soit nécessaire que tel jugement soit confirmé par le conseil supérieur, nonobstant le contenu en l'art. XXV des présentes, qui n'aura lieu que pour les jugements portant condamnation de mort ou de jarret coupé.

Art.XXXIII Les affranchis ou nègres libres qui auront donné retraite dans leurs maisons aux esclaves fugitifs, seront condamnés par corps, envers le maître, en une amende de dix piastres par chacun jour de rétention ; et les autres personnes libres qui leur auront donné pareillement retraite, en trois piastres d'amende aussi pour chacun jour de rétention ; et faute par lesdites nègres, affranchis ou libres, de pouvoir payer l’amende, ils seront réduits à la condition d'esclaves et vendus ; et si le prix de la vente passe l'amende, le surplus sera délivré à l'hôpital.

Art. XXXIV Permettons à nos sujets dudit pays qui auront des esclaves fugitifs, en quelque lieu que ce soit, d'en faire la recherche par telles personnes et à telles conditions qu'ils jugeront à propos, ou de le faire eux-mêmes, ainsi que bon leur semblera.

Art.XXXV L'esclave condamné à mort sur la dénonciation de son maître, lequel ne sera pas complice du crime, sera estimé avant l'exécution, par deux des principaux habitants, qui seront nommés d'office par le juge, et le prix de l'estimation en sera payé, pour à quoi satisfaire il sera imposé par les conseils, chacun dans son ressort, ou par les directeurs pour ladite compagnie, sur chaque tête d'esclave, la somme portée par l'estimation, laquelle sera réglée sur chacun desdits nègres, et levée par ceux qui seront commis à cet effet.

Art.XXXVI Défendons à tous officiers des conseils et autres officiers de justice établis auxdits pays, de prendre aucune taxe dans les procès criminels contre les esclaves, à peine de concussion.

Art. XXXVII Défendons aussi à tous nos sujets desdits pays, de quelque qualité et condition qu'ils soient, de donner ou faire donner, de leur autorité privée, la question ou torture à leurs esclaves, sous quelque prétexte que ce soit, ni de leur faire ou faire faire aucune mutilation de membres, à peine de confiscation des esclaves, et d'être procédé contre eux extraordinairement, leur permettons seulement, lorsqu'ils croiront que leurs esclaves l'auront mérité, de les faire enchaîner et battre de verges ou cordes.

Art.XXXVIII Enjoignons aux officiers de justice établis dans lesdits pays, de procéder criminellement contre les maîtres et les commandeurs qui auront tué ou mutilé les membres des esclaves étant sous leur puissance ou sous leur direction, et de les punir de mort, selon les circonstances ; et en cas qu'il y ait lieu à l'absolution, leur permettons de renvoyer, tant les maîtres que les commandeurs, absous, sans qu'ils aient besoin d'obtenir de nous des lettres de grâce.

Art. XXXIX Voulons que les esclaves soient réputés meubles, et comme tels, qu'ils entrent dans la communauté, qu'il n'y ait point de suite par hypothèque sur eux ; qu'ils se partagent également entre les cohéritiers, sans réciput et droit d'aînesse, et qu'ils ne soient point sujet au douaire coutumier, au retrait lignager et féodal, aux droits féodaux et seigneuriaux, aux formalités des décrets, ni au retranchement des quatre quints, en cas de disposition à cause de mort ou testamentaires.

Art.XL N'entendons toutefois priver nos sujets de la faculté de les stipuler propres à leurs personnes et aux leurs, de leur côté et ligne, ainsi qu'il se pratique pour les sommes de deniers et autres choses mobiliaires.

Art.XLI Les formalités prescrites par nos ordonnances et par la coutume de Paris, pour les saisies des choses mobiliaires, seront observées dans les saisies des esclaves ; voulons que les deniers en provenant soient distribués par ordre des saisies ; et en cas de déconfiture, au sol la livre, après que les dettes privilégiées auront été payées, et généralement que la condition des esclaves soit réglée en toutes affaires comme celles des autres choses mobiliaires.

Art.XLII Voulons néanmoins que le mari, sa femme et leurs enfants impubères, ne puissent être saisis et vendus séparément, s'ils sont sous la puissance d'un même maître ; déclarons nulles les saisies et ventes séparées qui pourraient en être faites, ce que nous voulons aussi avoir lieu dans les ventes volontaire, à peine, contre ceux qui feront lesdites ventes, d'être privés de celui ou de ceux qu'ils auront gardés, qui seront adjugés aux acquéreurs, sans qu'ils soient tenus de faire aucun supplément de prix.

Art.XLIII Voulons aussi que les esclaves âgés de quatorze ans et au-dessus, jusqu'à soixante ans, attachés à des fonds ou habitations, et y travaillant actuellement, ne puissent être saisis pour autres dettes que pour ce qui sera dû du prix de leur achat, à moins que lesdits fonds ou habitations fussent saisis réellement ; auquel cas nous enjoignons de les comprendre dans la saisie réelle, et défendons à peine de nullité, de procéder par saisie réelle et adjudication par décrets, sur des fonds ou habitations, sans y comprendre les esclaves de l'âge susdit y travaillant actuellement.

Art.XIIV Le fermier judiciaire des fonds ou habitations saisies réellement, conjointement avec les esclaves sera tenu de payer le prix de son bail, sans qu'il puisse compter parmi les fruits qu'il perçoit, les enfants qui sont nés des esclaves pendant son dit bail.

Art.XLV Voulons, nonobstant toutes conventions contraires, que nous déclarons nulles, que lesdits enfants appartiennent à la partie saisie, si les créanciers sont satisfaits d’ailleurs, ou à l’adjudicataire, s’il intervient un décret. À cet effet, il sera fait mention, dans la dernière affiche de l'interposition dudit décret, des enfants nés des esclaves, depuis la saisie réelle, comme aussi des esclaves décédés depuis ladite saisie réelle, dans laquelle ils étaient compris.

Art.XLVI Pour éviter aux frais et aux longueurs des procédures, voulons que la distribution du prix entier de l'adjudication conjointe des fonds et prix des esclaves, et de ce qui proviendra du prix des baux judiciaires, soit faite entre les créanciers selon l'ordre de leurs privilèges et hypothèques, sans distinguer ce qui est pour le prix des esclaves, et néanmoins les droits féodaux et seigneuriaux ne seront payés qu'à proportion des fonds.

Art.XLVII Ne seront reçus les lignagers et les seigneurs féodaux à retirer les fonds décrétés, licités ou vendus volontairement, s'ils ne retirent aussi les esclaves vendus conjointement avec les fonds où ils travaillaient actuellement, ni l'adjudicataire ou l'acquéreur à retenir les esclaves sans les fonds.

Art.XLVIII Enjoignons aux gardiens, nobles et bourgeois, usufruitiers, amodiateurs et autres, jouissant de fonds auxquels sont attachés des esclaves qui y travaillent, de gouverner lesdits esclaves en bons pères de famille ; au moyen de quoi, ils ne seront pas tenus, après leur administration finie, de rendre le prix de ceux qui seront décédés ou diminués par maladie, vieillesse ou autrement, sans leur faute; et aussi ils ne pourront retenir, comme fruits à leurs profits, les enfants nés desdits esclaves durant leur administration, lesquels nous voulons être conservés et rendus à ceux qui en sont les maîtres et les propriétaires.

Art. XLIX Les maîtres âgés de vingt-cinq ans pourront affranchir leurs esclaves par tous entes entre-vifs ou à cause de mort ; et cependant, comme il se peut trouver des maîtres assez mercenaires pour mettre la liberté de leurs esclaves à prix, ce qui porte lesdits esclaves au vol et au brigandage, défendons à toutes personnes, de quelque qualité et condition qu'elles soient, d'affranchir leurs esclaves, sans en avoir obtenu la permission par arrêt du conseil supérieur ou provincial de l'île où ils résideront, laquelle permission sera accordée sans frais, lorsque les motifs qui auront été exposés par les maîtres paraîtront légitimes. Voulons que les affranchissements qui seront faits à l'avenir sans cette permission, soient nuls, et que les affranchis n'en puissent jouir, ni être reconnus pour tels ; ordonnons, au contraire, qu'ils soient tenus, censés et réputés esclaves, que les maîtres en soient privés, et qu'ils soient confisqués au profit de la compagnie des Indes.

Art. L Voulons néanmoins que les esclaves qui auront été nommés par leurs maîtres tuteurs de leurs enfants, soient tenus et réputés, comme nous les tenons et réputons, pour affranchis.

Art. LI Déclarons les affranchissements faits dans les formes cidevant prescrites, tenir lieu de naissance dans nos dites îles, et les affranchis n'avoir besoin de nos lettres de naturalité pour jouir des avantages de nos sujets naturels dans notre royaume, terres et pays de notre obéissance, encore qu'ils soient nés dans les pays étrangers ; déclarons cepen- © Ryckebusch dant lesdits affranchis, ensemble les nègres libres, incapables de recevoir des Blancs aucune donation entre vifs à cause de mort, ou autrement ; voulons qu'en cas qu'il leur en soit fait aucune, elle demeure nulle a leur égard, et soit appliquée au profit de l'hôpital le plus prochain.

Art.LII Commandons aux affranchis de porter un respect singulier à leurs anciens maîtres, à leurs veuves et à leurs enfants, en sorte que l’injure qu'ils leur auront faite soit punie plus gravement que si elle était faite à une autre personne, les déclarons toutefois francs et quittes envers eux de toutes autres charge, services et droits utiles, que leurs anciens maîtres voudraient prétendre tant sur leurs personnes que sur leurs biens et successions, en qualités de patrons.

Art. LIII Octroyons aux affranchis les mêmes droits, privilèges et immunités, dont jouissent les personnes nées libres ; voulons que le mérite d'une liberté acquise produise sur eux, tant pour leurs personnes que pour leurs biens, les mêmes effets que le bonheur de la liberté naturelle cause à nos sujets, le tout cependant aux exceptions portées par l'art. LI des présentes.

Art.LIV Déclarons les confiscations et les amendes qui n'ont pas de destination particulière par ces présentes, appartenir à ladite compagnie des Indes, pour être payées à ceux qui sont préposés à la recette de ses droits et revenus ; voulons néanmoins que déduction soit faite du tiers desdites confiscation et amendes, au profit de l'hôpital du lieu le plus proche où elles auront été adjugées. Si donnons en mandement à nos amés et fléaux les gens tenant nos conseils supérieurs de l'île de Bourbon, et provincial de l'île de France, que ces présentes ils aient à faire lire, publier et enregistrer, et le contenu en icelles garder et observer, selon leur forme et teneur, nonobstant tous édits, déclarations, arrêts, règlements et usages à ce contraires, auxquels nous avons dérogé et dérogeons par cesdites présentes : car tel est notre plaisir ; et afin que ce soit chose ferme et stable à toujours, nous y avons fait mettre notre scel.

Donné à Versailles, au mois de décembre, l'an de grâce 1723, et de notre règne le 9e signé Louis ; signé Phelypeaux Ile Bourbon, le 18 septembre 1724.

Le Code Noir

Le Code Noir




Avec l'aimable autorisation de Océan Editions.
Texte et Illustrations tirés de "Commandants & Gouverneurs de l'île de La Réunion" de Raoul Lucas et Mario Serviable.
© Ryckebusch.
OF .
Lu 2450 fois



1.Posté par coolcool le 20/12/2008 08:51

Oups, quelle honte. J'avais lu quelques extraits avec toujours, ce sentiment de malaise. Mais hélas, toutes les grandes hontes se servent de ce qui a déjà existé. L'inquisition, le massacre des Indiens par des européens, plus proche de nous les camps d'internement, de concentration et d'extermination, le goulag. La liste est hélas sans fin. Ce qui prouve bien que nous avons beau nous flageller, malheureusement, il y a, et il aura toujours des tortionnaires.
Et les familles des descendants des maîtres, ceux-là pourraient s'excuser, car après tout, tous les habitants de France ne sont pas fautifs, car eux-mêmes serviteurs, serfs, étaient aussi logés (si je puis m'exprimer ainsi) à la même enseigne.

2.Posté par CREOTAS le 20/12/2008 09:36

Que dire devant un texte aussi aberrant qui témoigne que le « droit » s'est couché et prostitué devant les intérêts financiers du commerce et les affaires des puissants pour écraser des gens:

- d'abord qu'il me paraît très sain et nécessaire que soient mis au jour et portés à l'attention du public de tels textes mais aussi des journaux et témoignages de cette époque (et pas seulement le 20 décembre): la population de la Réunion étant "fâchée" avec son passé, me semble-t-il, de honte cachée tant de la part des descendants des familles de maîtres qui n'y sont pour rien (ils ne sont que leurs descendants et non responsables des faits et gestes de leurs aïeux) que des descendants d'esclave eux-mêmes (car cela a été et reste une situation tellement dévalorisée), même si cela n'est facile ni pour les uns ni pour les autres.... Cette honte reste à exorciser….

Car l'esclavage a quand même duré près de 200 ans (183 ans, de 1665, premier peuplemnt durable à 1848), pour une histoire de l'île qui a 343 ans, soit plus de la moitié.... Et si le 20 décembre ce n'est pas que ça (regard vers le passé, mais aussi vers l’avenir), c'est aussi ça.....

- ensuite qu'il ne faut pas oublier que ce texte date de 284 ans dans un contexte historique difficilement imaginable (l’esclavage à l’époque est considéré comme normal et date de dizaines de siècles, de l’antiquité…, ce qui bien sûr ne le rend pas le moins du monde justifiable et acceptable, mais montre que l’idée moderne de liberté est récente et n’a que 2 ou 3 siècles, pas plus), et il ne faudrait pas que des esprits échauffés actuels prennent pour prétexte ce fait honteux et inacceptable de l'esclavage pour justifier des comportements violents actuels ... L'équilibre économique et social de l'île restant quand même fragile...

-globalement, il est clair que pour le monarque ou son ministre de l'époque, l'esclave ou disons le le "kaf" est considéré comme une personne humaine qui doit être « enreligionnée » (religion catholique) de force et automatiquement. Mais bien que vue comme un être humain (ce qui justifie ainsi de le soumettre de force à la religion, et puis ça donne bonne conscience avec celle-ci...), on le considère avant tout comme un meuble (« bâtardise » du droit) avec un luxe de détails "édifiants" quant aux saisies, et un dangereux criminel qui doit être durement châtié à la moindre rébellion (vol, coup, fuite) le plus souvent par fouet, mutilation ou mort (alors que les commandeurs peuvent être absous!), car il est avant tout un « outil » économique ….

- enfin, il serait intéressant d’avoir aussi des approches historiques et des témoignages de l’esclavage dans d’autres parties du monde (Caraîbes,….), comme des révoltes locales d’esclaves et les faits de marronnage ainsi que les honteux « coupeurs d’oreilles »…

Au fait, n’oublions pas que la Convention a aboli l’esclavage en 1794 qui a été remis en application par Napoléon, le « grand » homme, en 1802, pour être aboli à nouveau en 1848 et ensuite suivi de « l’engagisme », et que l’esclavage existe toujours (dans sa forme traditionnelle et historique, mais aussi économique, sociale : par exemple, le travail des enfants….). Il reste donc toujours un combat à mener.

Ah, dernière chose, je lis (wikipedia) que la lutte contre l’esclavage a été un argument justifiant la pénétration du continent africain par les puissances occidentales au XIXème siècle … Quel cynisme politique et quel mensonge de leur part!

En résumé, les Etats occidentaux (France, Angleterre, Espagne....), face à l’esclavage,ont été de grands saigneurs (avec un A, j’insiste, et dans tous les sens du terme). Il faut le rappeler. Mais vive la Liberté !

3.Posté par papapio le 20/12/2008 09:39

Les Régles DICTEES PAR L'ARGENT, sont TOUJOURS les MEMES
"que ceux qui auront eu un ou plusieurs enfants d'une pareille conjonction, ensemble les maîtres qui les auront soufferts, soient condamnés" ;
"et s'ils sont maîtres de l'esclave de laquelle ils auront eu les dits enfants, voulons qu'outre l'amende ils soient privés tant de l'esclave que des enfants"
"L'Homme noir affranchi ou libre, qui n'était pas marié durant son concubinage avec son esclave, épousera dans les formes prescrites par l'église, ladite esclave, qui sera affranchie par ce moyen, et les enfants rendus libres et légitimes"
"Les enfants qui naîtront desmariages entre les esclaves, seront esclaves et appartiendront auxmaîtres des femmes esclaves, et non à ceux de leurs maris".
"Voulons que si le mari esclave a épousé une femme libre, les enfants tant mâles que filles suivent la condition de leur mère, et soient libres comme elle, nonobstant la servitude de leur père ; et que si le père est libre et la mère est esclave, les enfants soient esclaves pareillement."
"Les Dits enfants appartiennent à la partie saisie, si les créanciers sont satisfaits d’ailleurs, ou à l’adjudicataire, s’il intervient un décret."
Rien N'a Changé en considération de l'Etat de Fusion maintenu entre la Mère et la condition de l'Enfant, sauf qu'aujourd'hui, les ESCLAVES, C'EST NOUS, LES PERES...Mme Rama YADE...

4.Posté par bertel le 20/12/2008 10:25

Nous avons, aujourd'hui, mon cher OF, un code sacrificateur des libertés...

Je me fous royalement des codes du passé ... bleu, blanc, jaune, noir et nuances associées...

Je m'inquiète par contre fortement que le Grand Rolex, agréé à hauteur de 53%, puisse faire passer une loi qui lui donne les pleins pouvoirs sur la PRESSE... et que personne, en ce jour de liberté n'en dise mot !

Je m'inquiète également qu'il puisse exister encore, sur ces 2500 km2 des gens qui exploitent le passé pour croire mieux rebondir ... à partir de leur propre passé ... dépassé !

5.Posté par nicolas de launay de la perriere le 20/12/2008 11:56

coolcool, il faudrait donc que la quasi totalité des réunionnais s'excusent...

les esclaves n'étaient pas réservés qu'aux grandes familles comme tu sembles le penser...je te suggère de lire le bouquin du père barassin, relatif à la description des moeurs des habitants de bourbon fin 17eme début 18eme...que l'on trouve dans les bonnes librairies réunionnaises..

6.Posté par coolcool le 20/12/2008 15:18

Nicolas, ben pourquoi pas ? Mais les grands familles, dont les noms circulent encore aujourd'hui, pourraient le faire par un don, alors qu'on culpabilise tout un pays, même si ça s'est passé il y a 160 ans, car à force de faire de la repentance, moi, ça finit par me gaver de me sentir coupable alors que mes ancêtres étaient de pauvres hères à ramasser écorces et herbes pour se nourrir et en 1928, mes grand-parents maternels (émigrés) obligés de louer leurs filles âgées de 7 et 8 ans dans des fermes du centre de la France et chaque semaine faire le tour pour récupérer quatre sous.
Alors, c'est vrai que ce code me fait honte, c'est vrai que j'ai honte que des être humains aient été humiliés, avilis, mais que dire de l'esclavage, aujourd'hui, au Soudan ?
Vaste sujet.

7.Posté par Albert Austral le 20/12/2008 18:44

Quid des recruteurs et vendeurs d'esclaves?
A ma connaissance il n'étaient pas européens.Je vais ouvrir un grand débat,une de mes aieulles a été abusée par les Huns.
Attila,salaud.
Il est plus que temps de pardonner et d'oublier.

8.Posté par Albert Ebasque le 20/12/2008 20:35

On sent bien la grosse papatte velue et griffues de la chrétienté...si j'avais été esclave, j'aurais été marron!!!!!!!

9.Posté par zenfantbondié le 20/12/2008 22:45

Oui d'accord Albert.

Mais avant les Huns, il y a eu les romains (pour citer un exemple), et ses esclaves, européens, africains et asiatiques (moyen-orientaux en autres). L'esclavage ancien, voire antique, est peut être aussi vieux que l'Humanité, et a commencé dés les débuts des affrontements entre tous ces clans vagabonds qui parcouraient la terre, il y a quelques millénaires ; et les premiers esclaves, ce furent ces femmes et ces enfants (en priorité), enlevés de force par des vainqueurs, qui, souhaitant développer un certain idéal de prospérité, alliaient exercice oppressif d'outils de travail, et jouissance machiste d'"objets" de reproduction ; acquis au prix du sang, mais dont la valeur pourtant était sciemment inversement proportionnelle aux engagements induits, certainement par bravade orgueilleuse, en forme de déni vaniteux, comme si tout cela n'était qu'un jeu, une sorte de valorisation culturelle, au détriment d'autrui, mais surtout peut être aussi, intimement, pour nier l'importance du crime, la culpabilisation de l'outrage infame, commis à l'égard de ces personnes, porteuses d'une même conscience que la sienne, concept insupportable pour pouvoir accepter l'innommable : la sujétion forcée, arbitraire et brutale, d'une être humain par un autre être humain.

Aujourd'hui, la traduction moderne de cette conception existe, encore et malheureusement, en dépit des déclarations, diverses, et multiples, des Droits de l'Homme, proclamés et célébrés de cî de là, dans le monde (que ces échos résonnent et se répercutent à l'infini), avec enthousiasmes, ferveur et foi, nous pouvons nous en réjouir, mais avec ses imperfections, ses faiblesses, ses limites, et ses ambitions maladroites parce que déplacées, nous ne pouvons que nous en attrister : en amérique du sud et ailleurs, des travailleurs sont prisonniers de leurs dettes créées par leurs employeurs, aux caraibes et ailleurs, des enfants sont placés par désespoir et par leurs propres parents chez leurs tortionnaires, dans les pays du midi et ailleurs, des flots de migrants sont privés de la moindre des libertés pour le prix d'une pitance ; ailleurs et partout, des enfants, des femmes et des hommes sont traités moins bien, quand ce n'est pire, que le moindre onéreux des mobiliers de leurs hiérarchies obligées, qui n'ont de patrons que le nom, tant l'exploitation s'apparente bien plus à celle des commandeurs, qu'à celle de capitaines d'entreprises.

Le pire dans nos sociétés civilvisées, de nos jours, à l'heure du progrés, inéluctable semble t il, au point d'en avoir à subir les crises sans mot dire ( et sans maudire également quiconque), ce sont ces mirages mirifiques et illusoires qui s'appellent mobilité, adaptation, développement personnel et enrichissement professionnel. Car si cela recouvre parfois (souvent ?) des parcours épanouissants et valorisants, présentés avec force soutiens et contentements (surprises des incidences heureuses ?), lorsque les conditions des réussites sont réunies, cela ne peut nous faire oublier, que de part le monde, les flots de misères entrainées par les nomadismes d'antan, n'ont pas disparus, et que bien plus, les contextes de confrontations et compétitions d'autrefois, sont bels et biens vivaces, actifs, proliférant et gangrénant nos rapports sociaux.


Jusqu'à l'éclosion de nouvelles cités tentaculaires et de pseudo-démocraties naissantes ? Ou jusqu'à l'éradication de la majeure partie de l'espèce humaine ?


Nous avons tragiquement perdu, avec ce libéralisme omniprésent et cette mondialisation imposée, paradoxalement avec la joie de voir s'effondrer le mur de Berlin et sa division du monde, l'espoir de cette merveilleuse possibilité d'un bonheur social à construire ensemble, à l'échelle planétaire, les uns avec les autres, et non les uns contre les autres.

Sommes nous définivement condamnés à porter les chaines de nos propres obcurantismes, ceux de nos fallacieuses intelligences et nos sagesses erronées, si promptes et si rapides à nous conduire directement, sans la moindre once de résistance, dans les profondeurs de nos inconscients abyssaux ?


10.Posté par Albert Ebasque le 21/12/2008 06:54

malheureusement, l'esclavage n'à pas débuté avec cette période...c'est dans la nature humaine d'asservir son prochain...

depuis que l'homme est l'homme, il à toujours réduit en esclavage d'autres humains...et il semble que cela ne soit pas terminé..... Par contre, sur la planète, il est le seul à le faire....les animaux ne le font pas......
Ok avec Albert Austral......ce n'est pas en se morfondant dans le passé que l'on avance.....mais il y à tout de même un devoir de mémoire...non?

11.Posté par Albert Ebasque le 21/12/2008 11:17

Merci albert austral....ton mail n'était pas encore en ligne...d'où m'on apparente redite....en plus court et moins intéressante

12.Posté par Albert Ebasque le 21/12/2008 13:00

Aéro freins!!! qu'est ce que tu fous....tu fais la gueule ou quoi!!!!!

13.Posté par lechinois3000 le 16/04/2009 18:26

L'Homme est vraiment un prédateur redoutable pour sa propre espece.
L'Esclavage, et les multiples génocides récents ou passés sont là pour le prouver
Sans vouloir enlever une infime parcelle de responsabilité aux puissances esclavagistes que furent la Françe
La Grande-Bretagne l'Espagne etc etc. N'oublions pas les arabes qui furent et sont encore des grands esclavagistes.
Pour mémoire l'esclavage a été supprimé en Mauritanie en 1975, puis une nouvelle fois en 1984, et on parle encore de le supprimer
Au soudan, en arabie saoudite, l'esclavage et "normal"