Santé

Le CHU Félix Guyon inaugure son hôpital de jour en addictologie

Jeudi 12 Septembre 2019 - 11:12

Intégré au service d’addictologie, l’hôpital de jour peut recevoir jusqu’à 10 patients. Ce nouvel espace qui comprend notamment une cuisine thérapeutique, une salle de sport et une salle de relaxation a été inauguré ce mercredi.

L’hôpital de jour est une alternative thérapeutique dont l’objectif est d’améliorer, de stabiliser l’état clinique du patient et de prévenir les rechutes.

L’équipe dédiée à cette unité reçoit des personnes qui présentent des problèmes de dépendance avec ou sans substances et qui souhaitent s’orienter soit vers une abstinence durable, soit vers une réduction des risques.

L’hôpital de jour en addictologie va permettre un renforcement de l’accès aux soins pour le patient. Ces soins s'intègrent au parcours thérapeutique du patient, en alternative ou en aval d'une hospitalisation à temps plein, en addictologie.

La prise en charge à l'hôpital de jour est volontaire, contractualisée et personnalisée. Elle associe des approches psychologiques, somatiques, familiales et sociales. Les soins privilégient des activités de groupe et s'articulent autour d’entretiens individuels avec les membres de l'équipe pluri-professionnelle.

Une structure spécialisée pour améliorer la prise en charge des patients

La création de l’hôpital de jour individualisé en addictologie au sein du pôle Santé-justice du CHU site Felix Guyon est l’aboutissement d’une réflexion des acteurs de soins de l’établissement. L’ouverture de ce service s’inscrit dans les orientations territoriales en matière de santé publique et de lutte contre les addictions.

Le projet participe à la réponse aux enjeux épidémiologiques locaux concernant l’addictologie offrant également une réponse aux propositions faites par le Projet Régional de Santé (2018- 2028) au travers des objectifs quantifiés de l’offre de soins. L’ARS nous a confirmé la validation de ce projet par un courrier en date du 22 Août 2019.

Notre région étant la seconde en France la plus touchée par la mortalité liée à l’alcool. En effet, à La Réunion, le taux standardisé de mortalité lié aux pathologies alcooliques est 1,4 fois supérieur à celui de la métropole. On enregistre l’un des taux les plus élevé d’ivresse, et de sevrage en milieu hospitalier. Ces données interpellent sur le ciblage des actions de prévention, sachant que la consommation moyenne par habitant est estimée à 11,1 litres d’alcool pur par an (contre 12,0 litres en métropole) en 2014.

L’Hôpital de Jour en Addictologie est un lieu de soins dédié au sevrage ambulatoire à l’aide d’un encadrement adapté et d’une équipe pluri-professionnelle.

L’objectif est d’aider à maintenir l'abstinence et de prévenir les rechutes. Un suivi en hôpital de jour permet une réadaptation progressive à la vie quotidienne et offre un accompagnement à la réinsertion sociale, une aide au maintien et à la restauration des liens familiaux.

Le service offre des soins polyvalents et individualisés, prodigués dans la journée, parfois à temps partiel, ainsi qu’un parcours intermédiaire entre soin résidentiel et soin ambulatoire.

Ces soins s'intègrent au parcours thérapeutique du patient, en alternative ou en aval d'une hospitalisation à temps plein, en addictologie.

Les propositions thérapeutiques s'inscrivent de façon complémentaire dans différents champs de référence (psychodynamique, motivationnel, systémique, cognitivo-comportemental). Elles permettent un travail structuré d'instauration de stratégies de changement et de prévention de la rechute, dans le respect des pratiques reconnues et validées.

Une évaluation et une prise en charge médicale, psychologique et sociale

En complément de l’hospitalisation complète, la prise en charge en Hôpital De Jour peut aussi être une alternative à l’hospitalisation. Le programme d’éducation thérapeutique s’intègre dans le projet de soins du patient.

L’Hôpital de Jour en Addictologie s’inscrit dans la permanence et la continuité des soins. Il se situe au plus près de la réalité quotidienne et travaille au maintien, ainsi qu’à la restauration des liens intra et extra-psychiques nécessaires pour avoir une bonne qualité de vie.

L’unité est une alternative thérapeutique ayant pour vocation d’accueillir des patients souffrant d’une problématique addictive, dont les troubles ne sont pas suffisamment stabilisés ou encore de prévenir la récidive des troubles pouvant conduire à une hospitalisation à temps complet. Les soins ont ainsi pour objectifs principaux d’améliorer et stabiliser l’état clinique du patient tout en prévenant les rechutes.

Ainsi, le programme vise à améliorer la qualité de vie, en permettant au patient d’évoluer au mieux avec sa pathologie dans son environnement, d’accéder à plus d’autonomie et de gérer son addiction au quotidien.

Le suivi thérapeutique consolide l’abstinence ou travaille sur la diminution de la consommation, afin de réduire les risques pour le patient. Ce dernier, acteur de ses soins apprend à gérer les diverses situations, les traitements et anticipe les récidives.

Enfin, le programme organise le circuit de soins addictologique et psychosocial. Les séances d’éducation thérapeutique proposées se déclinent autour de trois axes, l’estime de soi, la confiance en soi et l’affirmation de soi.

Animées par des professionnels de santé possédant une formation en éducation thérapeutique et une expertise dans le champ de l’addictologie, les séances se déroulent sur des temps collectifs ou individuels. Cette unité est ouverte de 8h30 à 15h30 du lundi au jeudi. Les soins sont organisés en journées ou demi-journées.

Le CHU rend hommage aux médecins fondateurs

L’inauguration de l’Hôpital De Jour en Addictologie est également l’occasion de rendre hommage aux personnalités ayant contribué et œuvré à la prise de conscience de la problématique de l’alcoolisme et des addictions à La Réunion.
Afin de ne pas les oublier, des plaques commémoratives honorant leur dévouement à la cause sont apposées dans l’unité.

Le CHU Félix Guyon inaugure son hôpital de jour en addictologie
Dr Maurice JAY (1925-2008) :
Psychiatre, ancien médecin-directeur de l’hôpital psychiatrique de Saint-Paul, fondateur du Comité Départemental de Prévention et de lutte contre l’Alcoolisme et des Toxicomanies (CDPAT) devenue Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA974).

Natif de Rilly-la-Montagne dans la Marne, le Dr Maurice Jay a fondé la psychiatrie moderne à La Réunion et dans son sillage proposé le premier des prises en charge alcoologique, puis des toxicomanies. Ancien chef de clinique de psychiatrie à la Salpêtrière, il arrive à La Réunion le 2 février 1960 pour y effectuer un remplacement. Le Dr Jay est nommé médecin-directeur de l’hôpital psychiatrique de Saint-Paul. Rapidement, Maurice Jay constate la part importante des hospitalisations en lien avec l’alcool et entame une réflexion sur la prise en charge de ces patients. Il dirige ainsi les premières thèses de médecine traitant de l’alcoolisme à La Réunion.

En 1964, il est à l’origine du Comité Départemental de Défense contre l’Alcoolisme (CDDCA). Il occupera ses fonctions de médecin-directeur jusqu’en 1973 et transmettra cette fonction à un cadre administratif, ce qui lui permettra à sa grande satisfaction de se consacrer davantage à la médecine. Il fonde en 1976 le Comité Départemental de Prévention et de lutte contre l’Alcoolisme et des Toxicomanies (CDPAT).

Cette initiative fait de lui un visionnaire, puisqu’il faudra attendre encore de nombreuses années pour voir au plan national décider de prendre en charge sur une même structure l’ensemble des addictions. En 1993, il prend sa retraite de ses fonctions de médecin hospitalier. Il poursuit ses fonctions de président du CDPAT devenu ANPAA974, afin de passer le relais au Dr Patricia Wind. C’était un homme modeste à l’esprit scientifique, respectueux et curieux.

Le CHU Félix Guyon inaugure son hôpital de jour en addictologie
Dr Guy LETOURNEUR (1932- 2000) :
Fondateur du premier service d’Alcoologie au CHD Félix Guyon, et de la Fédération Régionale d'Addictologie de la Réunion (FRAR).

Natif de Toulon en 1932, Guy Letourneur était le fils du responsable des marins-pompiers de Marseille. C’est dans cette ville cosmopolite qu’il fit ses études de médecine. Ses origines bretonnes expliquent vraisemblablement son besoin de voyage qui l’amène à La Réunion en 1968. Il exerce dans un premier temps à Saint-Paul avant de se fixer au CHD Félix Guyon où il s’intéresse rapidement aux problèmes de santé publique de la population réunionnaise.

Cette prise de conscience l’amène en 1987 à faire évoluer le service de médecine qu’il dirigeait alors, en un service de diabétologie (confié au Dr Marie-Claude Boyer) ainsi qu’en un service d’Alcoologie qu’il dirigera. Naissance au forceps pour l’alcoologie hospitalière réunionnaise, avec un déménagement obtenu en 1996 dans les locaux plus salubres de l’ancienne maternité, que l’on doit à la ténacité de cet homme. Il prend sa retraite en 1997.

En 1998, il fonde la Fédération Régionale d’Addictologie de la Réunion (FRAR) dont il fut le premier Président. Il participera activement à la création de l’antenne de l’Association Française des Diabétiques (AFD) à La Réunion et de l’association Renaître Sans Alcool (ReSA) avec Michel Bouveret et Luçay Payet. Malgré une longue et douloureuse maladie, il ne renoncera jamais à son engagement en faveur des malades de l’alcool. Ceux qui l’ont connu se rappellent de son charisme et de sa gentillesse.

Le CHU Félix Guyon inaugure son hôpital de jour en addictologie
Dr Jean-Paul AUBIN (1951-2014) :
Jean-Paul Aubin, originaire de Versailles est hépato- gastroentérologue de formation. Fondateur du service d’Addictologie au GHSR, co-fondateur et ancien président de la FRAR.

Le Dr Bassoul en donnant une orientation diabétologique et alcoologique à son service de médecine B, a tenté la première prise en charge hospitalière du malade alcoolique sur le secteur sud. En 1994, Jean-Paul Aubin crée l'Unité d'Alcoologie de Médecine A (U.A.M.A.) au sein du service de médecine A à orientation gastro-entérologique.

En 2001, sous son impulsion cette unité est transformée en service d’Addictologie. Il créé également le GRAS (Groupe de Recherche en Alcoologie Sud). Après le décès du Dr Letourneur, il devient le deuxième Président de la FRAR assisté du Dr Ferrandiz, secrétaire très impliqué de la jeune Fédération.

Il a œuvré inlassablement pour le développement de l’addictologie à La Réunion mais aussi dans le Sud où il avait ses attaches. Ami fidèle, homme de caractère, sensible à la réalité de l’autre, jamais avare d’un trait humour ou d’un bon mot.
NP
Lu 1271 fois



1.Posté par Contractuel974 le 12/09/2019 20:04

Vira ek son marionnette dan son costume trop serré pou li.... 2 kréols la pou baise kréols... li ferme le lit dann' lopital et li fé la pub dan la télé , pou fé croi domoune le CHU lé en lèr...mentèr...CHU lé à tèr : napi personel, napi matériel, bientôt nora pu patient, bientôt nora pu service public .... Merci qui ? merci Macron , Merci la direction du CHU !!! Mé bann' directèr na gros lto ( 2008 ) , na téléphone gratuit , na la prime loyer, na note de frai , y voyaz' en Inde ek larzan public....

2.Posté par Romel le 13/09/2019 06:56

Ils vont avoir du boulot en matière d'addictologie ce n'est pas la matière première qui manque à la Réunion ils vont vite être débordés bon courage ..

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie