MENU ZINFOS
Communiqué

Le 20 décembre, jour férié... Quand ? Comment ?


Par Wilfrid Bertile - Publié le Samedi 19 Décembre 2020 à 14:24 | Lu 1177 fois

Le 20 décembre, jour férié... Quand ? Comment ?
La commémoration du 20 décembre 1848, date de l’abolition de l’esclavage, a toujours été une tradition dans une partie de la population. Mal vue par les autorités et les possédants, elle se faisait de façon semi-clandestine. La gauche syndicale et politique portait la revendication  de la reconnaissance officielle de cette commémoration.

Cette officialisation eut lieu en 1981 même si la loi l’instituant ne fut votée que le 30 juin 1983. En effet, François Mitterrand, élu président de la République le 10 mai 1981, prend ses fonctions le 21 mai et nomme Pierre Mauroy Premier ministre et Henri Emmanuelli Secrétaire d’Etat aux DOM-TOM comme on disait alors. L’Assemblée Nationale est dissoute. Les élections législatives doivent se dérouler les 14 et 21 juin. 

Sans attendre, le Gouvernement prend un certain nombre de mesures, notamment dans le domaine social. Il annonce, le 4 juin 1981, sa décision de faire de la date anniversaire de l’abolition de l’esclavage  un jour férié. 

Au cours du 2e semestre 1981, un projet de loi et un projet de décret sont rédigés, ce dernier fixant la date de commémoration de l’abolition de l’esclavage à La Réunion le 20 décembre. Cette loi, discutée en 1982, est adoptée définitivement le 30 juin 1983 après un long parcours parlementaire. 

Mais les faits avaient précédé le droit. A La Réunion, malgré un contexte politique tendu, la droite faisant au Gouvernement d’union de la gauche le procès du largage de La Réunion et jouant sur les peurs,  une large majorité de la population prépare la première commémoration officielle du 20 décembre, jour férié. 

En octobre 1981, les partis de gauche et les syndicats mettent en place un « Comité de préparation de la célébration du 20 décembre » qu’ils souhaitent élargir. L’Evêque, Mgr Gilbert Aubry, sollicité, déclare que l’Eglise pourrait y participer à condition que soit écartée « toute utilisation syndicale et politique ». Les indépendantistes du Mouvement pour l’Indépendance de La Réunion (MIR) veulent faire du 20 décembre la Fête Nationale des Réunionnais.  Officiellement est créé un « Comité Départemental pour la commémoration de l’abolition de l’esclavage » présidé par le Préfet Michel Levallois. 

Les possédants et la droite en général s’opposaient à cette commémoration, ne voulant pas assumer un passé esclavagiste. Le maire de Saint-Denis avait dit sa volonté de faire du 20 décembre « la fête des letchis » ; d’autres voulaient en faire la « fête des flamboyants ». En novembre 1981, Jean-Paul Virapoullé déclarait, selon les « Actualités Réunionnaises 1981 » éditées par Livre-Réunion, « Saint-André ne dansera pas le 20 décembre », qualifiant  la commémoration de « politique » et ajoutant « la fête du 20 décembre est une hypocrisie de   plus qui risque de faire surgir dans des cœurs innocents des problèmes qui n’existent plus ».   

Quoi qu’il en soit, le 20 décembre 1981, place du Barachois, le Préfet Levallois préside la cérémonie officielle de commémoration, en présence des corps constitués dont la plupart des élus de la droite venus par obligation. On tira des salves d’artillerie et on planta un arbre de la liberté. Ailleurs dans l’île il y eut des inaugurations de stèles et  de rues, des évocations théâtrales, des défilés, des manifestations sportives. Et, de façon plus populaire, dans les cours, comme avant, la fête au rythme du maloya.

Hubert Bruyère, rédacteur en chef du Quotidien écrit le 19 décembre 1981 : «  Célébrer l’abolition de l’esclavage, c’est fêter une victoire commune. Puisse La Réunion en gagner demain d’aussi belles ». Elle en a gagné d’autres et, plus particulièrement, la loi du 21  mai 2001 (loi Taubira) tendant à la reconnaissance de la traite et de l'esclavage en tant que crime contre l'humanité.
La « Fêt’ kaf » a été appropriée par le peuple réunionnais comme « fête de la Liberté ». Mais cette appropriation ne doit pas occulter le fait que de larges fractions de la population, et en particulier  les descendants des esclaves, vivent toujours dans la pauvreté et la précarité. La lutte continue pour que La Réunion devienne elle-même et intègre l’ensemble de ses enfants. 

Wilfrid Bertile
En 1981, Premier secrétaire de la fédération socialiste 
et député de La Réunion. 




1.Posté par mangceriz le 21/12/2020 03:31

Merci M. Bertile pour ce moment de rappel !
on oublie en effet que pour célébrer cette date il a encore fallu se battre et débattre...

c'est quand on connaît son passé qu'on peut construire son avenir... et choisir ses représentants !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes