Océan Indien

Langues régionales : Pas d'enseignement du shimaoré et du shibushi à Mayotte

Mercredi 26 Février 2014 - 17:14

Langues régionales : Pas d'enseignement du shimaoré et du shibushi à Mayotte
Mayotte est la grande oubliée de l'enseignement des langues et cultures régionales. Le ministère de l'Éducation nationale a donné son accord pour cet enseignement dans tous les départements français sauf dans l'île au lagon...

Mayotte Hebdo rapporte en effet que le shimaoré et le shibushi n'ont pas été pris en compte dans la brochure qui présente les modalités d'apprentissage des langues régionales publiée par le ministère.

La loi indique pourtant que "dans les académies d'outre-mer, des approches pédagogies spécifiques sont prévues dans l'enseignement de l'expression orale ou écrite et de la lecture au profit des élèves issus des milieux principalement créolophones ou amérindiens".

L'hebdomadaire s'étonne que dans un département comme Mayotte où le shimaoré ou le shibushi sont particulièrement parlés, leur enseignement ne soit pas prioritaire.

Mais Mayotte Hebdo avance une explication à cette anomalie. "Dans un département où un élu préconise que l'on sorte Mayotte de l'archipel des Comores, il semble évident qu'il sera difficile d'apprendre la culture régionale aux enfants", indique le magazine.

Tout n'est pas terminé pour Mayotte. Grâce à la possibilité donné par l'Éducation nationale aux académies de présenter des offres d'apprentissages des langues et cultures régionales, l'île pourra espérer enseigner le shimaoré ou le shibushi dans ses écoles.
.
Lu 2507 fois



1.Posté par oui le 26/02/2014 17:47

Qu'attend la France pour rendre aux Comores leur département? Une erreur dramatique pour la Réunion, la France et l'Europe !

2.Posté par noe le 26/02/2014 18:27

Une très belle langue ... qu'il faut obliger les enfants des 6e à apprendre !

3.Posté par kafir le 26/02/2014 19:21

Il faudrait d'abord maitriser le français avant d'apprendre le chibouci et le chimahorais.
Kafir

4.Posté par Jeff le 26/02/2014 22:00

On veut imposer ne culture à une culture plus vieille que la notre, on devrait avoir honte. Hormis des raisons économiques qui servent aux mahorais et à la France (pétrole, zone de pèche, influence périphérique , qu'est-Ce qu'il reste? Qu''ils échangent dans une langue ou une autre, cela les concerne, rien de plus, les technocrates français sont dans la merde, pas vrai? On est même pas capable de faire un Etat civil qui tienne la route, alors?

5.Posté par zanatane le 26/02/2014 23:30

poste 1
Les mahorais peuvent dire pareil : qu'attend la France pour laisser Ile de la Réunion aux nationalistes et là ils comprendront que ils seront le trous du cul du monde car sans les milliards qui arrivent de la France et de l'Europe; vous ne serez rien; non plutôt la province la plus pauvre de l Ile Maurice ou alors une territoire occupée pas l'Inde ou Pakistan

6.Posté par Choupette le 27/02/2014 09:35

1.Posté par oui

Tu l'as dit Bouffi !

____________________________
5.Posté par zanatane

" ... Ile de la Réunion aux nationalistes ... car sans les milliards qui arrivent de la France ..."

Dont vous profitez largement, il me semble.

Sinon, vous ne viendriez pas, sans carton d'invitation ... .

7.Posté par le facteur passe toujours 2 fois. le 27/02/2014 09:45

J'ai des neveux parfaitement bilingues dans 2 langues différentes : celle du père et celle de la mère.
La raison : ils ont parlé simultanément les 2 langues pendant toute leur enfance, leur adolescence et même encore à l'âge adulte.
Le problème est la pratique de la langue.
Je pense que, dans les petites classes, notamment maternelle, parler les 2 langues ( langue maternelle et français) favorise l'apprentissage du français. Par contre, par la suite, si l'enfant ne pratique pas suffisamment le français, il va directement vers l'échec scolaire.

8.Posté par La vox populi.com le 27/02/2014 12:07

zanatane, zanatane, çà veut pas dire que c'est quelqu'un qui est né chez les autres et qui en fait n'a donc pas de chez lui? Il doit souffrir du syndrome du colon......

9.Posté par polo974 le 27/02/2014 14:27

En fait, les gens veulent que leur langue régionale soit enseignée en classe seulement à partir du moment où cette langue commence à être moribonde...

10.Posté par david Vincent le 27/02/2014 23:43

shimaoré et du shibushi ne sont rien d'autre des dérivés de l'arabe . Il serait plus opportun d'enseigner l'arabe officiel comme on le fait déjà à l'université de Lyon par exemple jusqu'en licence . Dans un an ou deux , on ira même en master ou en doctorat ou peut-être plus .

11.Posté par fundisantim le 28/02/2014 11:37

@ Zanatane,

votre discours reflete une meconnaissance totale du fait colonial. La societe reunionnaise est un pur produit de la republique francaise et un exemple criant que les valeurs de cette meme republique depassent largement le cadre ethnico-culturel. Les "nationalistes " ,dans ce contexte, font doucement rigoler et toutes leurs elucubrations visant a batir une identite reunionnaise radicalement separee de la France se resument a une expression creole toute indiquee dans leur cas : " Jouer ti' case"

La societe mahoraise est, elle, un pur produit de la rencontre entre l'afrique et le monde arabo-musulman.
En CHOISISSANT la nationalite francaise, la population mahoraise s'est ,certes , evitee un triste sort . Le meme que celui subit par les trois autres iles majore par les animosites ancestrales existant entre elles ( Cf le temps des sultans batailleurs), mais elle s'est malheureusement imposee egalement une profonde remise en cause de ses propres racines.
Si la solution proposee par le post 1 est quelque peu extremiste, elle a le merite de mettre sur le devant de la scene l'erreur historique constituee par la departementalisation de Mayotte. Car de ce fait ,on a sciement mis en opposition deux traditions seculaires eloignees l'une de l'autre sur plusieurs points. Alors que d'autres territoires d'outre mer beneficient du protectorat francais tout en gardant le libre exercice de leurs valeurs ancestrales.
Cette possibilite a ete interdite a la population mahoraise du fait de cette departementalisation. La crise sociale generee par ce fait va croissant et le pire pointe son nez...

Pour en revenir au sujet de cet article, a savoir les langues mahoraises je me permettais de repondre au post 8: Zanatane etymologiquement designe l'enfant de la maison ou plus precisement celui qui etant ne sur la terre malgache en recoit l'acceptation.
Et au post 10 : Le Shimaore est une langue nee de la rencontre entre le Swahili, le Makoua d'origine Bantoue du mozambique, l'Arabe et le Francais.
Le Kibushi est un dialecte purement malgache quasi identique a celui parle dans la region Diana de madagascar.
La synthese de ces differentes sources culturelle realisee au sein de la population mahoraise ,merite quand meme qu'on s'attache a la preserver au travers de la sauvegarde des langues...un peu comme a la Reunion...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >