Société

La vente des licences à la chasse au tangue est ouverte

Mardi 6 Février 2018 - 16:08

Ce matin, les chasseurs réunionnais ont rejoint les bureaux de l’Office National des Forêts (ONF) pour aller chercher leur licence pour la chasse au tangue 2018, qui commencera le 17 février prochain. Plus de 800 licences sont attendues pour cette nouvelle saison. Une chasse qui fait cependant toujours face au problème récurrent du braconnage...


Ce mardi 6 février a marqué le début de la vente des licences pour la chasse au tangue. Les chasseurs ont désormais 10 jours pour demander la leur. Le début de la chasse au tangue est prévue pour le samedi 17 février, pour se terminer le 15 avril prochain. En 2017, 845 chasseurs ont pris une licence, dont environ 350 qui chassent uniquement le tangue. L’ONF n’en attend donc pas moins pour cette nouvelle saison 2018.
 
Les lots définis pour la chasse sont identiques à ceux de l’an passé, soit 13 lots répartis sur plus de 2550 hectares. Les plus préconisés restent malgré tout la Plaine des Palmistes, les Hauts-Sous-Le-Vent, Bélouve, Bébour Grand Etang ou encore Les Makes. Le prix pour de la licence à l’ONF pour un seul lot est de 60 euros, deux 120 euros et ainsi de suite. Cependant, l’ONF a mis en place un forfait très avantageux au prix de 150 euros qui permet d’accéder aux 13 lots.
 
Pour chasser, il faut avant tout son permis
 
Mais la licence ne suffit pas, il faut avant tout posséder son permis de chasser et son assurance. Pour passer son permis, il faut également avoir plus de 16 ans. L’an passé, La Réunion détenait encore le record de France du taux de réussite au permis de chasse, soit 95%. Le chasseur doit ensuite faire la demande d’une validation pour avoir le droit de chasser dans tel ou tel département français.
 
Même si beaucoup d’anciens braconniers ont décidé de passer leur permis pour devenir des chasseurs reconnus, de nombreux chasseurs pratiquent encore le braconnage. Le braconnage détruit la chasse en elle-même mais aussi l’environnement de La Réunion. Douze braconniers devraient comparaitre devant la justice, mais aucune date n’est encore connue.

Le braconnage un problème persistant
 
Grand nombre de chasseurs confient que le nombre de tangues a déjà diminué avant même le début officiel de la chasse. Comme le souligne Charles, qui chassera aux Hauts-Sous-Le-Vent cette année, interrogé ci-dessus, "la chasse n’est pas encore ouverte qu’il n’y a déjà plus rien." En agissant avant l'ouverture officielle, les braconniers laissent une majorité de tangues juvéniles, alors interdits à la chasse.
 
A noter que pour reconnaitre un tangue adulte, il faut regarder son pelage sur le dos. Les juvéniles ont une sorte de croix, et sont ainsi appelés "tangue la croix". L’ONF avait essayé de décaler l’ouverture de la chasse. Cependant comme le souligne, Alain Teyssedre, président de la Fédération départementale des chasseurs de La Reunion, "c’est une chasse de passionnés". Beaucoup de chasseurs étaient donc déçus de voir la période de chasse d’autant plus raccourcie.
 
Si le braconnage persiste c’est notamment pour un problème de vente illicite de tangues. Le tangue est revendu hors période légale, autrement dit au-delàs du 1er mai. A terme, des quotas de tangues chassés par personne pourront peut-être être instaurés.
 
Ce qui va changer en 2018
 
Pour l'heure, un arrêté préfectoral a été signé. Il suppose notamment que les carnets de prélèvements, mis en place en 2005, deviennent obligatoires. Les chasseurs se doivent d’inscrire en temps réel, le nombre de tangues adultes chassés. Ils ont ensuite 1 mois à compter de la fin de la chasse pour restituer ce carnet de prélèvements. Si les chasseurs dépassent la date, ils seront sanctionnés et pourront même avoir un PV environnemental, de 140 euros.

La vente des licences de l'ONF pour la chasse au tangue se fait à deux endroits sur l'île: 

- au siège, à la Providence, à Saint-Denis, du mardi 6 février au vendredi 16 février 2018. Du lundi au jeudi de 8h à 11h30 et de 13h30 à 16h30 et le vendredi jusqu'à 15h.

- au bureau du Bourg-Murat, du mardi 6 février au jeudi 15 février 2018, seulement les mardis et jeudis de 6h à 11h. 
Charline Bakowski
Lu 1544 fois



1.Posté par miro le 06/02/2018 16:39

Assassins ! z'avez pas honte de vous en prendre à ces petites bêtes ?

2.Posté par Hugh le 06/02/2018 17:14

Je vais aller cacher quelques TANG dans mon jardin comme ça, ça les désaltéra les abrutis qui tuent ces pauvres rongeurs qui bouffent les scolopendres et autre scorpions.
À chacun sa manière.

https://www.youtube.com/watch?v=UutXQoPpMEA

3.Posté par Réunion en colere le 06/02/2018 20:09

Franchement à leurs place j'acheterai pas la license.
Il reste plus rien pour les gens qui respectent la loi et achete la license.
Les braconniers ont déja chasser la plus part des tangues en périodes non autorisé.

4.Posté par SPARTACUS974 le 06/02/2018 20:27

Un jour,comme en métropole,les tangues seront en voie de disparition et personne ne cherchera à comprendre.Cette chasse est débile et ne vise qu'à détruire un petit animal fort utile pour la régulation de certaines bebetes pas très sympathiques.Quand le tangue aura disparu,il faudra traiter avec des insecticides chimiques qui détruiront encore plus notre ile .
Personne a besoin du tangue pour faire bouillir sa marmite et sa chasse est donc une ineptie à notre époque.
Vive le tangue et sauvons le de tous ces "prédateurs" qui s'imaginent etre de grands chasseurs.....malheureusement,comme souvent,il faudra attendre la quasi disparition de ce petit animal pour stopper ce massacre annuel de milliers tangues au nom de la tradition.Espérons que Nicolas Bulot ne reste pas au fond de sa coquille comme d'habitude .

5.Posté par Jotamere le 06/02/2018 21:39 (depuis mobile)

O les mangeur escargot et de grenouille vous mal placer pour parler

6.Posté par JMR974 le 07/02/2018 08:32

Ça y est, le permis de massacrer est distribué à des crétins. Que se passe-t-il lorsque ces individus voient un tangue ? Ils le tuent. Parfois c'est une femelle dont la portée se trouve pas loin et qui va dépérir dans sa totalité faute d'alimentation maternelle. Cette chasse est une honte et il arrivera à cette espèce animale ce qui est arrivé aux dodos, elle disparaitra. Par contre cette engeance malfaisante, les chasseurs, braconniers ou "officiels", eux, continueront leurs massacres.

7.Posté par JMR974 le 08/02/2018 10:41

@4
Nicolas Bulot (ou Mulot, c'est selon), ne s'intéresse qu'à sa petite personne et pas du tout aux tangues de la Réunion. Mettez-lui des caméras de télévision sous le nez, là il sera content. Mais ces pauvres bêtes massacrées dans notre île par des abrutis qui aiment tuer, ça il ne s'y intéresse pas. Et d'ailleurs, qui s'y intéresse ? Comme le dodo et probablement d'autres espèces, ils finiront bien par éliminer le tangue de la surface de la terre.

8.Posté par HONTE le 15/02/2018 11:59

HONTE
je vois des dizaines de braconniers passer dans leurs voitures tous les jours . Partout sur l'ile il y à des centaines de braconniers QUI CIRCULES pénard dans leur bagniole . Les brigades nature sont où !!!!
IL est sensée avoir es brigades non !!!
exp : (BNOI) = (Bande de Nul de l'Océan Indien)
Bougez vous ? bande de fainéant ???
Où rendez votre uniforme , pour que des personnes courageux vous remplace .
Et protège notre faune correctement .
LES CHASSEURS (payent leurs validations , licences , et assurance ,)
IL faut créé des brigades chocs des vrais soldats?? prêt à en découdre av ces térroristes de braconniers. Pas des boys scouts ,
Qui on peur d'aller dans les ronces , comme c'est le cas ici au 974.
NOUS CHASSEURS qui chassent dans les règles . (avec des prélèvements contrôler et très respectueux de la nature. Nous allons nous retrouver retrouvez à l'ouverture samedi dans des forêts piller stérile et saccagé . HONTE

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter