MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

La stèle des esclaves


Par gerard.jeanneau@laposte.net - Publié le Lundi 2 Novembre 2009 à 18:31 | Lu 10243 fois

"Des centaines de milliers d’enfants, de femmes et d’hommes ont été arrachés à leur terre natale pour être mis en esclavage sur cette île, de la fin du 17e siècle jusqu’à l’abolition de 1848.
Le Code Noir les réduisait à l’état de "biens meubles".
L’esclavage colonial les a privés de sépulture et a effacé toute trace de leur présence.
Tout être humain a droit au souvenir.
Par ce monument, nous réparons cet oubli.
Nous rendons hommage à leur vie, à leur courage et à ce qu’ils nous ont légué"
.

Voilà l'épitaphe inscrite sur la stèle des esclaves qu'a inaugurée Paul Vergès, en présence de ses fidèles, au cimetière du Gol, à Saint-Louis. C'était le 31 octobre 2009.

De cette belle épitaphe, il faut tout simplement supprimer la phrase : "L'esclavage colonial les a privés de sépulture et a effacé toute trace de leur présence."

L'esclavage colonial les a privés de sépulture. Faux ! Tous les esclaves de cette île ont été inhumés, comme toutes les personnes libres de leur époque : si l'on était de la chapelle du curé, on avait droit à une place dans son cimetière, en "terre sacrée"; si on n'en faisait pas partie ou si on en avait été exclu pour diverses raisons, on était enterré en quelque champ, en "terre profane". Le curé traitait tout le monde, esclave ou non, de la même manière. Mais comme pour toute bonne règle, il y a eu des exceptions. Un seul exemple suffira, celui de Voltaire, un bien mauvais paroissien qui a passé toute sa vie à lutter par ses écrits contre le clergé et le pape. Mais voilà, les derniers jours approchant, il a jugé bon de se lier d'amitié avec un curé qui s'est laissé influencer. À la mort du farouche anticlérical, le complaisant homme d'Église l'a enterré en terre sacrée au grand dam de l'évêque du lieu !

L'esclavage colonial a effacé toute trace de leur présence ! Inexact ! Est en cause la coutume, la même qui avait cours de Menton à Dunkerque. Pas de registres officiels à l'époque des rois. Seul le curé recensait ses brebis, lors du baptême, du mariage et de la sépulture. Trois registres paroissiaux, les BMS, la seule source à laquelle puisent les généalogistes. Et si l’on n'était pas de la paroisse du curé, on était tout simplement des sujets sans nom dans la royauté, des sujets qui, à leur mort, étaient enterrés en terre profane. Les esclaves non baptisés ou non reconnus comme chrétiens étaient de ceux-là. Et il y a eu, au temps des rois, de nombreux oubliés de l'histoire, esclaves ou non !

Inutile de chercher dans le Sud de mes Deux-Sèvres natales la main d'un féroce colonialiste. Les cimetières privés de cet endroit ont disparu les uns après les autres. Outrage du temps ! L'urbanisme a fait des ravages tout autant que l'agriculteur désireux de récupérer quelques arpents de terre laissés à l'abandon depuis des décennies. Et cette île a connu, elle aussi, le même outrage du temps.

Mais que peut-on y faire ? Les serviteurs de Vergès, sous la houlette de sa fille, aiment bien pimenter l'histoire locale, en regardant un peu trop leur nombril, leurs œillères. C'est tout de même bien fort de café ! Pauvre MCUR virtuelle où l'on arrange vaillamment toute cette histoire locale !

Et le comble vient d'un "raconteur z’histoires" de Témoignages, qui brasse naïvement l'imaginaire et les faits historiques dans son moulin à vent : les âmes errantes du cimetière du Gol semblent à elles seules justifier l'implantation de la stèle des esclaves. Pour la circonstance, on a ressuscité les Mânes de nos ancêtres latins : grâce à la stèle, flotte un air plus apaisé.

Il ne reste plus qu'à souhaiter que le futur maître de la pyramide inversée ait la bonne idée de placer la stèle, avec sa bonne épitaphe corrigée, dans un lieu serein donnant sur la mer d'où les esclaves sont venus pour porter leurs horribles chaînes : ils méritent notre hommage et notre respect, comme nos héros de la guerre.

Gérard Jeanneau
http://anti-mcur.over-blog.com/



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

1.Posté par Under Ground le 02/11/2009 18:51

Tiens... Comme sa Vendée natale doit lui manquer à notre bon Jeanneau pour débiter autant d'inepties révisionnistes et de comparaisons douteuses, mettant sur un même pied les droits du colonisateur impérialiste et ceux (lesquels?) des esclaves et autres prolétaires colonisés...
Allez...
comme la vérité doit être lestée au fond du Puy du Fou, un p'tit poeme écrit en créole Vendéen (éh oui :-) devrait en ramener plus d'un à la (M) raison...
pour not' bon plézir...

En-n-a qui keriont qu' lés vendanges,
Ol est in piaisi p'r enteur nous.
Et pourtant, quand (i) en voyins l' bout,
Ol est avis qu'i sins-t-aux anges.
Est pas qu'(i) eum' pas l' vin quand i mange,
Me, queul engniment peur teurtous !
Queul embarras qu'ol est peur-tout,
Dans tchés c'lers et pis dans tchés granges !
Illin d'mande in' bass', l'aotre in baquet,
Pis la cevér', pis lés peuners.
En fasont-euils de tchés navettes !
Dés au matin jusqu'à ménet,
Queu vie qu'ol eï dans tchés presssouers !
Mon Djeu ! qu'i se keurvé d'entendre tchés kiavettes !

...Voilà... J'vous jure k' jé ryin invhanthé (d'ex-Ceylan bien sur...)

2.Posté par bertel le 02/11/2009 18:51

L'esclavage n'a jamais cessé !!! Ceux qui sont morts se foutent royalement des hommages qui leur sont rendus... mais souhaitent peut-être que les faux-culs politiques cessent de les déranger.... et réservent un meilleur sort à leurs descendants....

Les vrais esclaves, jordu, sont ceux qui sont vivants et encore exploités, en 2009... ICI... aterlà... Ce sont les Employés Communaux transportés par bus entiers d'une commune à l'autre... ils sont tournés de FORCE, ces employés, vers la droite ou vers la gauche... et subissent... la volonté de leur maître de gauche ou de droite... encore... en 2009 !!!

Bertel de Vacoa

3.Posté par thierry le 02/11/2009 18:55

le début du révisionnisme et de la politique communautaire....tout ce qui me fait craindre cette MCUR et ses dérives, ou simplement l'histoire à la sauce coco.

Pendant ce temps le frère Vergès, lui aussi avec sa vision particulière de l'histoire, vient défendre devant le tribunal ses amis intimes auteurs du génocide cambodgien.... et jure à la face du monde que ce génocide de 3 millions d'âmes entre 1976 et 1979 n'a jamais eu lieu !!!!

Pauvre de nous....qu'attend le seigneur pour rappeler à lui ces débris de l'humanité ????

4.Posté par Gérard Jeanneau le 02/11/2009 21:14

Underground a de gros problèmes de compréhension. Tout ce qu'il cherche à lire échappe à son entendement et lui paraît tout logiquement inepte! Il faut sortir de son souterrain!

5.Posté par thibaud le 02/11/2009 22:49

Under Ground......
Vantié ben qu' t'as jamais mis les pieds dans une veugne, ni copé un raisin, trainé un baquet, porté une pourtoire ou une bass', foulé un pressouèr, ou pesé le "mou" ....tu vas pas, asteur, faire accrère à teurtous qu' les pies teutont les grolles!!!!.....Tu m' donnes envie d' faire marienne tote la ressiée avec tes rapiamus!
Plus sérieusement...analyse sérieuse de G Janneau
Mon "ti dwa" me dit que parmi les habitants de La Réunion de 1809, il ne devait pas y avoir que des esclaves.....mais aussi quelques colons esclavagistes , sur place depuis pas mal de temps...bien enrichis avec le café, et dont certains ont envie de se démarquer promptement ," astèr"......pendant que les ancètres de G Jeanneau labouraient , sans doute, les terres de quelque Marquis, comte , vicomte ou baron .....en terre poitevine!..
..Les colonisateurs et les prolétaires ne sont souvent pas ceux que l'on croit!!!
PS ....mon "parler" à moi,.... il est dans mon coeur, ....je le parle avec les miens....je ne demande pas qu'il soit enseigné.....il serait idéologisé, standardisé, et me serait bientot étranger!

6.Posté par Under Ground le 03/11/2009 00:17

Thibaud...
Comment on dit " acide urique " dans votre patois ? :-)

7.Posté par Thomas le 03/11/2009 05:33

Les esclaves baptisés ,et dès 1800 quasi systématiquement , entrant de ce fait dans le monde chrétien: où sont leurs tombes?

8.Posté par Gérard Jeanneau le 03/11/2009 06:10

Mille bravos, Thibaud, ton parler est dans ton coeur, il est dans le mien! Tu fais revivre le patois vendéen. Comme quoi, une langue ne se décrète pas, ne doit pas donner lieu à toutes sortes de gesticulations; il faut la faire vivre tout naturellement, dans des associations en particulier. Les Axel Gauvin et les Murin me donnent l'impression d'être deux grands marmailles la cour qui se battent contre des moulins à vent. Ils sont tristement comiques!

9.Posté par Jeff le 03/11/2009 06:45

o ben dame, fi de garce, y a plu qu'à manger une gréssée de pouésia fré, asteur, moi j'vais aller baiser une fillette prè do tonneau avec les pères hureau, piveteau, pavageau, couilleau à la santé de not bon maître.

(Précision de Pierrot Dupuy : Je tiens à préciser qu'il ne faut pas prendre l'expression "baiser une fillette" au sens littéral, mais qu'il signifie ici "descendre une bouteille")

10.Posté par pipangaye le 03/11/2009 07:06

La dernière pub de l'IRT dit : " Chez nous, c'est chez vous" , je crois pour ma part que certains comme Jeanneau ou Thibaud ne se sentent pas très bien chez nous pour vociférer autant de conneries et de haine de se qui se fait à la Réunion. Il serait temps de penser à un rapatriment sanitaire...

11.Posté par Jeff le 03/11/2009 07:29

Tu connnais le patois vendéen, Pierrot? Bravo. Mea culpa, en écrivant cette expression je n'avais pas réaliser que cela pouvait être interprétée (je ne suis pas réveillé).

Précision : Une fillette est une bouteille d'environ 30cl avec souvent du vin de 6000, du gros lot, des fois de l'oberlin ou du noa (tous sont des noms de piquette ou grands vins - lol typiquement vendéenne) assurant des cyrhoses à court terme.

12.Posté par TILOOT le 03/11/2009 07:46

RAPATRIMENT VERS LA CHINE NON OU VERS L EUROPE.

13.Posté par Gérard Jeanneau le 03/11/2009 07:51

Brave pipangaye, il n'y a pas de haine dans mes propos. Je lance un simple appel à la raison. Pas de rapatriement sanitaire au programme; ma femme, excellente Créole, n'y tient pas du tout et n'en voit pas la nécessité. Je me fie à son diagnostic. Par ailleurs, elle est chez elle chez moi et je suis chez moi chez elle!
Et si j'ai dit tant de "conneries", qu'on ait le courage d'en relever au moins une et de la corriger le plus logiquement possible!

A taleur!

14.Posté par subway le 03/11/2009 08:20

Thibaud...
Comment on dit " acide urique " dans votre patois ? :-)

..................................................................................

les vendéens font comme les créoles....ils abandonnent leur patois dès qu'il s'agit de parler de choses sérieuses, et utilisent une vraie langue !

15.Posté par thibaud le 03/11/2009 08:27

A TOUS;
Je me sens tres bien ici et sans haine surtout....Que ce soit ici ou en métropole, je ne me vois en aucun cas dire à une personne : "deor"....seuls le xénophobes de coeur peuvent énoncer pareils propos condamnés pénalement par les lois de la République!
Ca m'a fait du bien de mettre un peu de gaité dans des débats propices à la haine!
Je persiste à dire , qu'en 1809, les colons esclavagistes, ce n'était pas nous, mais des Réunionnais déjà installés ici , qui ont , zordi (ou aster....le mot est le meme dans mon "parler") un fort besoin de se démarquer d'un passé ....pas toujours aussi glorieux qu'on le dit! ....Assumez !
Ceci étant , je "baiserais volontiers une fillette" d'oberlin , d'othello ou de groslot ( le "noa" c' est le vin de Cilaos d'avant le chai!) avec un "rougail saucisse" , avec ce "ti fi d'garce" de Jeff , G Jeanneau, mais aussi Pipangaye et Pierrot Dupuy ( qui connait la "fillette"-une demi-bouteille).....
Ca aurait de la "gueule" et montrerait que la haine est nocive.....elle tire les traits et fait mourir plus vite!......Sur,....... ah dame oui alors!

16.Posté par Jeff le 03/11/2009 09:05

A non de diou, le noa c'est pas de ciloas, mon grand pére en avait plein de mètre carré, qu'il avait pas arraché. Thibaud, savais-tu que le gros plan est un noa dont on retiré l'ether en le croisant avec de la veuve blanche?

D'autre part, dans le bocage, en direct des Brouzils et de la Copechagnière, on dit asteur et pas aster, na fi de garce, aster c'est le marais, ah! moi je suis pour défendre la langue vendéenne, non mais.

17.Posté par thibaud le 03/11/2009 09:44

Jeff!
Ah dame c'est ben sur! ...... j' connais l'histoire du "grospete"!......et j'ai aussi vendangé du noa (avec ses gros grains) , et j'en ai bu! .....Mais , pour moi, c'était pas bon....non de bleu!
Chez moi, on disait plutot "asteur", en effet.....bien que je n'étais pas loin des "Maraichins" ....c'est marrant de retrouver le meme mot en "créole"......avec le meme sens.....et, c'est pas le seul cas!
L'influence des parlers "d'oil" de l'ouest de la métropole n'est pas négligeable dans la phonétique du "créole"....meme s'il est le résultat de bien d'autres influences!

18.Posté par nicolas de launay de la perriere le 03/11/2009 10:29

comme quoi, les débats sur l'identité et la langue ou patois créole, permettent à certains de nous faire partager leur propre patois ou langue régionale...en quoi, une bonne fois pour toute, la démarche initiée par certains vous dérangent... j'aimerai essayer de comprendre en quoi l'évolution vers une structuration de la langue créole vous gène...serait ce un excès de jacobinisme ?

19.Posté par julie pontalba le 03/11/2009 11:50

Ce qui m'agace dans les propos, déclarations ou écrits de nombre de zoreils c'est qu'avec eux, l'histoire commence et s'achève en Europe. Dans le cas précis de l'hommage rendu à des esclaves morts, on nous ressort de belles choses sur des pratiques ayant cours de Menton à Dunkerque. Jamis on ne laise la place à une autre histoire, d'autres pratiques. Or, en raison de son brassage, LA Réunion est multiforme. Je suis sûr qu'un jour on nous fera comprendre que le culte aux ancêtres pratiqué autour du maloya/kabaré nous vient des gaualois, que la cérémoine "boeuf" est une ancienne tradition savoyarde.
Cet "impérialisme" idéologique ne chagrine. Heureusement que les Réunionnais sont tolérants et pacifiques!

20.Posté par Jeff le 03/11/2009 12:15

Julie, l'histoire se vit partout. Moi, mes ancètres étaient esclaves au 18ème siécle sur le beau sol francè, ils se sont réfugiés dans la fôret de Gralat en creusant des tranchées recouvertes de branchages pour ce cacher et fuir les maîtres. Ils ont même été baptisé par des prêtres réfractaires, exactement comme les esclaves marrons, c'est pour cela que l'on a pu reconstituer leur histoire, mais je n'en veux pas à la France d'aujord'hui pour autant.

La culture c'est toute la communauté qui la batit, la Réunion en est un bon exemple, alors arrêtons le sectarisme.

21.Posté par Vendée974 ?? le 03/11/2009 12:30

18. Mais c'est clair !! ..Lisez moi ces gars là quoi...??!!?...nous "faire partager" leur patois donc... et au post 5 de thibaud ici, on ressent "presque", qu'il ne "vaudrait mieux pas" qu'on s'aventure ..à DE TROP donner notre avis, ou notre sentiment..., ou notre appréciation...(!!?) sur le patois en question, et toute la culture qui va avec, ..car évidemment, et vous l'avez sans doute remarqué, ...aux mots succèdent des explications, des illustrations, ...des développements donc... qui font que tout un chacun peut s'enrichir... de cette culture là donc... cette histoire... et ce sont les mêmes qui nous chantent MCUR ou Vergès.. à CHAQUE fois qu'on parle d'une quelconque initiative.... pour la langue, la culture, ou l'identité créole..!????!!

'Coprend pu moin !!? ..j'écrirais presque que le projet MCUR, par le débat qu'il suscite, -EN DEHORS des questions sur son coût, son fonctionnement, ou son implantation, ou autres pratiques politiciennes !!!- permet que ces initiatives régionales apparaissent ou se structurent. Et ce ICI... comme ailleurs...?!

Et à l'instar de certains commentateurs "éclairés", si je devais verser moi aussi ds le raccourci et les assimilations les plus faciles, idiotes, ou grotesques... voire dangereuses, pourrais-je alors ECRIRE que ceux qui se sont exprimés en Vendéen ici, sont des alimentaires de De Villiers.... ou encore sympathisant de Benoit XVI....alias Ratzinger ...??!!!

....vous me trouveriez sérieux... ou débile...??

Le respect que vous exigez pour ce que vous êtes, ...tâchez de l'avoir pour ce que nous sommes. Et comme vous nous "avertissez" presque, de ne point trop juger ce que nous connaissons mal, ..je vous invite également... à faire preuve de modération... ou de réserve...!!

Car NOUS sommes différents de VOUS !!! ..je dirais même que c'est assez flagrant !! Pourquoi le nier ..?? Des différences qui s'apprécient ou qui se partagent, et qui peuvent très bien s'épanouir ENSEMBLE ça me va.... et ds le CADRE que bcp ne manqueront pas de me rappeler... citoyen, France, européen, patati et pataquès... mais qui le remet en cause d'ailleurs? ...et oui, tout cela peut se faire, et COEXISTER...

....c'est possible ouais...!! ...en tout cas, s'il y a RESPECT !! ...autrement.... (!!!)

22.Posté par julie pontalba le 03/11/2009 14:46

Posté par Jeff le 03/11/2009 12:15
Julie, l'histoire se vit partout. Moi, mes ancètres étaient esclaves au 18ème siécle sur le beau sol francè, ils se sont réfugiés dans la fôret de Gralat en creusant des tranchées recouvertes de branchages pour ce cacher et fuir les maîtres. Ils ont même été baptisé par des prêtres réfractaires, exactement comme les esclaves marrons, c'est pour cela que l'on a pu reconstituer leur histoire, mais je n'en veux pas à la France d'aujord'hui pour autant.
-----------------------

Si l'esclavage existait au 18° siècle sur le beau pays de France, cela se saurait.
Pourquoi toujours ramener l'histoire à la France et refuser les autres? Ceci au point de faire un amalgame entre servage et esclavage?
Pourquoi toujours nous rappeler que vos ancêtres se sont battus contre leurs oppresseurs? Est-ce pour mieux nous faire comprendre que nos ancêtres à nous ne se sont pas battus?
Pourquoi refusez-vous de regarder autour vous et cultivez vous un nombrilisme occidental?

23.Posté par footsa le 03/11/2009 14:56

Post 13. Au moins une connerie relevée Gérard!
C'est quoi une excellente créole? La elle semble s'ériger en pare mufle : "je ne suis pas raciste, j'ai une femme créole!"
Enfin, l'excellente créole d'aujourd'hui fait penser au bon petit nègre d'hier.

Je suis assez d'accord avec Julie, l'histoire de la Réunion ne commence pas en Europe, elle ne s'y finira pas.


24.Posté par Jeff le 03/11/2009 15:05

Manifestement Vendée974 n'a pas d'humour. Nous on a fait que de plaisanter avec les maigres restes de patois qui sont encore dans nos mémoires, c'est marrant le folklore,non?

Pas de pot, je ne suis pas plus vendéen que tu n'es probablement serbo-croate. Je ne suis pas né en Vendée mais en Bretagne, je ne me considére pas plus pas moins breton qu'un autre né au même endroit que moi et cela s'arrête là.

Ma mère était née en Vendée d'un père né en Vendée, d'accord mais sa mère était née en lorraine, qui elle même était d'un père alsacien et d'une mère russe, etc.

En tous les cas j'ai surement la nationalité française car je vis à la réunion sans visa avec une carte d'dentité en bonne et due forme et une carte d'électeur.

Oui à la mèmoire, c'est le passé qui nous construit, mais on à l'air d'oublier que nous sommes là pour construire l'avenir pour nos enfants, et que l'esclavage sous la forme corvéable sans limite n'existe plus ici.

Qui se révolte de l'esclavage encore vivace dans le nord du Sénégal, par exemple. Les esclaves sont des enfants entre les mains d'individus peu recomandable qui sous le couvert de religion les exploitent.

Vaut-il mieux continuer à se lamenter sur un douloureux passé plutôt que fort des erreurs de nos anciens ne pas construire l'avenir pour nos enfants?

25.Posté par Harold le 03/11/2009 15:07

M. Jeanneau, il serait bon de vous documenter : de 1815 à 1848, la traite étant interdite, elle s'est poursuivie sous sa forme interlope.

Les liasses des Archives départementales sont pleines des PV des gendarmes et des patrouilles traquant les trafiquants. Chaque fois il y est noté que, sommé d'affaler la voilure, les bateaux négriers filaient et ne se soumettaient qu'après avoir jeté leur cargaison (toujours présentée comme du riz avarié) à la mer.

Au nombre de ces esclaves jetés par dessus bord au large de nos côtes et qui n'eurent donc pas de sépulture, il convient d'y ajouter le fait qu'à partir de l'ordonnance prise en 1818 par le baron Milius (alors gouverneur de La Réunion), tous les esclaves devaient porter un nom et être munis d'un livret de travail.

Les travaux d'Hubert Gerbeau, notamment, ont permis d'établir qu'un même "pass" a servi à plusieurs reprises à des esclaves différents. Pour dissimuler un apport d'esclaves illégal, on donnait à ceux-ci le "pass" d'un défunt dont on ne déclarait pas le décès. Combien furent-ils, ces morts qui, pour que vive leur "pass" n'eurent pas de sépulture ?

Si jeter un corps ou l'enterrer sommairement dans un écart de la plantation est ce que M. Jeanneau considère comme une sépulture, alors les charniers de Srebrenica, les fossés de Katyn, les marécages cambodgiens sont des sépultures ? M. Jeanneau est un adepte du "je crois savoir", un peu plus de documentation et de réflexion lui seraient profitables. Cela lui éviterait de systématiquement faire la preuve d'une rare outrecuidance.

Comme quoi la MCUR est une nécessité puisqu'elle permettra, je n'en doute pas, à M. Jeanneau de se cultiver en étudiant sérieusement l'Histoire de La Réunion plutôt que de nous abreuver comme il le fait de la fantasmagorie qui lui tient lieu d'Histoire.

26.Posté par Jeff le 03/11/2009 15:16

Julie, :"Si l'esclavage existait au 18° siècle sur le beau pays de France, cela se saurait".

L'histoire écrite par Michelet a su effacer ses tares, les serfs étaient corvéables à merci et bien sur pas payés. On leur laissait un coin de grange et dans le meilleur des cas ils pouvaient se construire une cabane où s'entassait leur famille (famille qui ne vivait pas longtemps) et surtout loin du regard de leur chatelain.

Appeler cela comme vous voulez. En tous les cas je vis en France à la Réunion et je suis là pour accepter la culture des gens qui m'entoure et non pas imposer je ne sais quelle culture, comme je le faisais en Angleterre, en Italie, en Normandie, etc., que cela plaise ou pas.

27.Posté par thibaud le 03/11/2009 15:30

post---21-----Je n'attends rien, ni de vous, ni de personne, pour mon "parler" vendéen....aucune reconnaissance! ....je ne cherche pas à vous le faire partager.. et, .vous en pensez ce que vous voulez, .c'est clair! ....je ne souhaite surtout pas qu'il soit enseigné......car il serait inéluctablement idéologisé ....et probablement, comme vous le soulignez , récupéré par De Villiers, .....c'est inévitable, .....suffit de voir ce qui se passe ici avec le créole!
Si le post 1 n'avait pas cru devoir ridiculiser G Jeanneau, en lui ressortant un poème en "vendéen"...sur la vigne et les vendanges,.....et en le renvoyant à la maison ,"deor" selon la bonne habitude prise ici dès qu'on n'est pas d'accord, ce "parler" ne serait jamais ressorti.!..ceci étant, il m'a permis de fraterniser avec 2 dalons.....et pour le surplus, c'est une simple affaire de coeur , quelque chose d' infiniment personnel....sans besoin d'aucun statut pour ce "parler".......comme vous le voyez, mon approche sur les "parlers" est très différente de la votre!......mon "parler" me sert à vivre ,à prendre du bon temps, pas à me battre....ce n'est pas une arme politique !

Post 18------ ce que je viens d'écrire vous permettra de comprendre l'approche fondamentalement différente que nous avons sur les parlers régionaux....je les parle comme vous; là n'est pas le problème......mais chez moi, ce ne sera jamais une arme politique....si De Villiers était là, je lui parlerais en Français....rien que pour l'empecher de me récupérer.....Ici, créole finit par rimer avec "deor" ....pour ceux qui ne voient pas les choses comme vous!

28.Posté par pierre Sidiot le 03/11/2009 15:46

26.Posté par Jeff le 03/11/2009 15:16

L'histoire écrite par Michelet a su effacer ses tares, les serfs étaient corvéables à merci et bien sur pas payés. On leur laissait un coin de grange et dans le meilleur des cas ils pouvaient se construire une cabane où s'entassait leur famille (famille qui ne vivait pas longtemps) et surtout loin du regard de leur chatelain.
------------------------------------

Le problème est bien là: on confond servage et esclavage. Tout cela pour dire: nous sommes tous pareils, vous n'êtes pas les seuls à avoir soufferts de l'esclavage: nous on a souffert du servage.
L'Occident a toujours pleuré sur son sort et veut que les autres pleurent sur lui.
Vous répétez cela
Une question: pourquoi la Révolution française abolit les privilèges en France mais conserve l'esclavage à Bourbon?

29.Posté par Jeff le 03/11/2009 15:53

Zut! je crois que j'ai mal lu votre post Vendée 974. corrigez de vous même et ne m'en veuillez pas.

30.Posté par thibaud le 03/11/2009 15:56

IL y a le feu! .....toute la MCUR est montée au front!......j'ignorais que quelques mots de "vendéen"....lancés avec ironie par le post 1---et repris à la volée, déclenchent un tel incendie!....quel pouvoir pour mon parler et mes vendanges!....... La Réunion en a tremblé sur ses bases.......!...N'oubliez tout de meme pas que c'est le post-1--- qui était "hors sujet"!

Jeff----Tout à fait d'accord avec ton analyse sur le servage.....ce qu'il faut savoir c'est que les "corvées".....obligatoires et non payées .....se sont poursuivies au profit des chatelains jusque vers 1950, preuves écrites en mains...ici, chez moi, à La Réunion! (.mais ça, c'est entre nous)

Moi, je ne dirai jamais que l'histoire de la Réunion finira ou ne finira pas en Europe.....parce que l'histoire ne se décrète pas ( surtout pas par un parti ou un pouvoir), elle ne se prédit pas....elle se vit et s'écrit ....après coup!......


31.Posté par thibaud le 03/11/2009 16:13

post28--La Révolution de 1789 a aboli l'esclavage.....c'est Napoléon qui l'a rétabli!......(peut-etre que la décision de la Convention n'a jamais été appliquée ici....)

32.Posté par Jeff le 03/11/2009 16:35

Sidiot, je ne confonds pas servage et esclavage, la différence n'est grande, on peut jouer sur les mots, à la grande joie des universitaires.

Pourquoi la Révolution française abolit les privilèges en France mais conserve l'esclavage à Bourbon?

La France n'a pas conservé l'esclavage qu'à Bourbon. Les colons n'étaient pas pour beaucoup d'entre eux des personnes de grande humanité et ils avaient conservé ou adopté les habitudes du servage loin de la France, j'inclus bien sur ceux que l'on appelait les "petits blancs".

Il a fallu la détermination de personne comme Scholcher pour faire disparaître peu à peu l'esclavage. N'oubliez que les enfants à partir de huit ans travaillaient dans les mines de le Nord, n'est-ce- pas une forme d'esclavage.

Ce qui m'intéresse, c'est aujourd'hui sans effacer les erreurs des anciens de ma mémoire, mais donnez moi une réponse à a question ci-après :

Qui se révolte de l'esclavage encore vivace dans le nord du Sénégal, par exemple. Les esclaves sont des enfants entre les mains d'individus peu recommandable qui sous le couvert de religieux qui les exploitent?

Moi, en tous les cas moi je m'intéresse aux ONG qui essayent de soigner ces petits malheureux qui vivent sur des tas d'ordures pour récupérer tout et n'importe et vendre ce qu'ils trouvent et rapporter les quelques sous gagnés aux religieux profiteurs.

N'est-ce pas de l'esclavage qui perdure au 21ème siècle?



33.Posté par jean bataille le 03/11/2009 16:52

31.Posté par thibaud le 03/11/2009 16:13
La Révolution de 1789 a aboli l'esclavage.....c'est Napoléon qui l'a rétabli!......(peut-etre que la décision de la Convention n'a jamais été appliquée ici....)
------------------------

L'abolition de l'esclavage fut prononcée en 1793 puis en 1794 soit quelques années après la Révolution de 1789 et cela après une longue et rude bataille.

34.Posté par thibaud le 03/11/2009 17:40

post33-----Si je parle de la "Convention", .....c'est que je me situe en 1793.....En 89, ce n'était pas la Convention.......Parler de la révolution de 89 est une commodité pour couvrir tous les évenements allant de la prise de la Bastille au début du Directoire!

35.Posté par Gérard Jeanneau le 03/11/2009 18:17

à Harold, qui a besoin de précisions.

Evidemment, en cas de décès sur mer, les esclaves étaient jetés par-dessus bord sans sépulture de même que les marins qui pratiquaient la traite. Et les premiers étaient fort nombreux à mourir à cause des maladies et des traitements inhumains qu'ils subissaient. Il y a lieu alors de préciser "esclaves décédés en mer, sans sépulture". Personnellement, je m'en tenais à la situation des esclaves établis dans l'île; je n'ai pas songé à étendre le sujet extra muros.


Vous dites que les esclaves enterrés en terre profane, dans un champ de cannes, ont été enterrés superficiellement. On peut le penser, pourquoi pas? Mais je suis porté à croire - et personne ne peut affirmer le contraire - que ces esclaves décédés ont été inhumés non par un esclavagiste - je le vois mal avoir eu cette condescendance - mais par leurs intimes qui ont dû apporter tout le soin jugé nécessaire.


Autre point litigieux : les esclaves sans nom. Sous la royauté, je le répète, il n'y avait pas de registres officiels. Il n'y avait que les registres paroissiaux auxquels tenaient beaucoup les rois. Et donc les non baptisés, à leur mort, ne figuraient pas sur les registres des sépultures de la paroisse. Ce n'est qu'en 1792 qu'a été créé l'état civil. Mais bien entendu les esclavagistes n'ont pas attendu cette date : ils avaient forcément leur propre gestion du personnel servile, dont, me semble-t-il, on n'a aucune trace. Les esclaves avaient bien un nom.


Enfin peu de traces de leurs tombes, et peu également de celles des hommes libres de la même époque. Le culte des morts n'a pas été assez ardent. Presque tout s'est effacé avec le temps. C'est grand dommage.

36.Posté par Jeff le 03/11/2009 19:30

Harods, c'est vous qui avez raison. Au nom de l'identité reunionnaise, je demande la supression des boulangeries, des Mac Do, Peugeot, du civet zourite avec des zourites du Chili, tout cela c'est l'expression culturelle de nos colons français.

Dis donc Jeanneau, "Il n'y avait que les registres paroissiaux auxquels tenaient beaucoup les rois", et les mormons qui veulent saisir tous les registres paroissiaux veulent-ils réinstaurer la royauté?

Je suis aussi un historien de Saint Pierre des échaubrognes en Deux Sèvres, fief de la Royalitude et j'ai le droit de foutre le bordel dans un débat débile.

Jeannau, d'accord les Herbiers cà a rapporté beaucoup à la famille Jeanneau, encore que? C'est vrai la mère Roux vous a coupé l'herbe sous les pieds et Harods y veut être le roi du caillou en essayant d'affirmer que la Réunion, c'est pas la France et là il a raison, la compagnie des indes avait plein de malfrats de toute nationalité qui ramenait desfemmes malgaches de Fort Dauphin, le sexe, toujours le sexe, alors chercher un compromis.

La où tu déconnes, Harods, la Réunion ne t'appartiens pas plus à toi qu'à moi. A moins que tu ne sois que le prête nom de Barrau, Chateauvieux. moi j'y vis, je suis donc chez moi,ne t'en déplaise rigolo.

37.Posté par Soliste le 03/11/2009 21:07

Le post 35:
"Vous dites que les esclaves enterrés en terre profane, dans un champ de cannes, ont été enterrés superficiellement. On peut le penser, pourquoi pas? Mais je suis porté à croire - et personne ne peut affirmer le contraire - que ces esclaves décédés ont été inhumés non par un esclavagiste - je le vois mal avoir eu cette condescendance - mais par leurs intimes qui ont dû apporter tout le soin jugé nécessaire."

Les esclaves avaient des "intimes" ! Une famille à leur côté, des frères et des soeurs pour s'entraider, un père ou une mère dont s'occuper et qui vous racontent des histoires du pays au coin des chaînes, des enfants qui jouent dans les champs à "1,2,3 soleils" aux coups des chaboucs....à l'occasion d'un décès, moment triste, tous se retrouvaient et se recueillaient une derniere fois sur celui-là qui s' en est allé, en lisant religieusement les pages sacrées du code noir...

A la réunion afin d'eviter les regroupements considérés comme dangeureux, et afin de maintenir chacun au travail, les familles étaient séparées dès leur arrivée dans l'île où les membres étaient volontairement vendus séparément , à l'exception des mères et des jeunes enfants, la formation des couples était activement réprimée et ,séparés, si ceux-ci advenaient...

Les propos de ce monsieur étaient jusqu' alors limites...ils deviennent simplement puants au fil des posts et de la libération de sa "pensée profonde".

38.Posté par Thomas le 03/11/2009 21:28

Je remets ma question : les esclaves baptisés: où sont leurs tombes?

( A soliste: si les propos de M. Geanneau sont effectivement révisionniste tendant à donner une image "light" de l'esclavage, et si le code noir s'appliquait de manière stricte à Bourbon avec séparations des familles , brimades pour les couples et parfois amende pour le propriétaire ayant fermé les "yeux", les dernières décennies de l'esclavage à bourbon furent plus modérées. Sur les grands domaines, les esclaves nombreux devaient par nécessité vivrent ensemble et la chasse aux unions devenaient impossible. La stratégie fut donc plutôt à l'établissement de cabanon d'esclaves, tels que l'on peut en trouver sur le "camps Villèle par exemple.)

39.Posté par Jeff le 03/11/2009 21:35

Soliste tu as problement raison, mais qu'y pouvons nous? Sommes nous tous responsables des erreurs de nos anciens et des turpitudes d'une partie de la société?

Oui à la mémoire, Non pour remuer des périodes sombres de nos sociétés mais peut-être avez -vous des raisons inavouables, comme vos propos laissent le sous-entendre.

Vous cherchez quoi au juste? que chacun se sente coupable des erreurs des colons et autres malfrats qui n'avaient que bien peu d'estime pour les êtres humains.

Heureusement nos sociétés ont évoluès, mais pas vous semble-t-il.

40.Posté par Soliste le 03/11/2009 22:11

Jeff....
Quest ce que tu racontes? j'y comprends rien...
La quasi plupart des familles réunionnaises ont au moins un lien de descendance avec un ancètre esclavagiste et un ancètre esclave. Il ne s'agit pas de pointer d'éventuelles culpabilités chez les uns et les autres.
Mais de grâce, puisque tu en parles, ayons un minimum de respect et de pudeur pour nos ancètres qui ont subis le joug de l'esclavage. Un minimun de respect pour nos ancètres qui se trouvant de l'autre côté du chabouc, ont eux aussi été "victimes" d'un système inhumain d'exploitation de l'homme. ( Tes mots "erreur", "turpitudes" "peu d'estime", sont de nouveaux affronts révisionnistes à cette période , à ceux qui l'ont subi et aux réunionnais d'aujourd'hui)
Il ne s'agit pas de "remuer" l'histoire, il s'agit de la comprendre, de la connaître. Au pasage, cela t'évitera, peut-etre sans savoir, de colporter des propos innaceptables.

Thomas,
Merci de ces précisions. Vous avez parfaitement raison , je me suis montré un peu rapide et était donc dans l'erreur.


41.Posté par nicolas de launay de la perriere le 03/11/2009 22:50

posté par jeff : "Les colons n'étaient pas pour beaucoup d'entre eux des personnes de grande humanité et ils avaient conservé ou adopté les habitudes du servage loin de la France, j'inclus bien sur ceux que l'on appelait les "petits blancs".

voilà bien deux affirmations gratuites successives ...relis donc pour partie l'histoire des francs créoles, et ensuite, plonge toi dans l'ouvrage indiqué ici d'alexandre bourquin, sur l'histoire des petits blancs de la Réunion...


42.Posté par Harold le 03/11/2009 23:39

À Jeff : le débat implique un minimum de respect de son ou ses contradicteurs.

J'ai relu mon post et n'y ai pas trouvé d'agression contre MC DO, le civet zourite, et autres, non plus qu'une quelconque volonté d'appropriation de La Réunion. Si je suis heureux d'être né à La Réunion je n'y vois nul motif de gloire puisque cela n'est que le résultat de l'immense loterie de la naissance. Il ne me viendrait donc pas à l'esprit de disputer notre terre natale à Jeff.

43.Posté par Gérard Jeanneau le 03/11/2009 23:50

Que soliste ne lève pas les bras au ciel si vite !

Je suis porté à croire - et personne ne peut affirmer le contraire - que ces esclaves décédés ont été inhumés non par un esclavagiste - je le vois mal avoir eu cette condescendance - mais par d'autres esclaves, des amis et même des intimes qui ont dû apporter tout le soin jugé nécessaire."

Je laisse donc la porte ouverte à la discussion. Ne crions pas au révisionnisme! J'imagine mal un esclavagiste s'abaisser à enterrer un esclave. J'imagine assez bien la communauté servile d'un patron assez soudée dans l'épreuve comme elle a pu l'être dans la joie. Le maloya a bien été la preuve de relations amicales - en cachette, il est vrai. Pourquoi n'y aurait-il pas eu dans le deuil des moments de sympathie - et ouvertement, avec l'accord du patron? Simple hypothèse de ma part.

Que soliste baisse les bras et propose sa version! S'il était amené à reconstituer virtuellement une scène de ce genre, que proposerait-il? J'attends une réponse claire, non évasive. La MCUR a peut-être déjà mis au point cette représentation; si oui, elle n'a pas dû trop s'éloigner de ce que je propose.

A soliste de donner son canevas ou de souscrire au mien!


44.Posté par AéRo FreiNS le 04/11/2009 00:06

Ce qu'il y a de fastidieux... avc les blogs ou l’expression "nuuuumérique" en général, c'est que ds l'année (!!) tu peux lire, écrire, ou répondre... ONZE fois la même chose.... et ce sous plusieurs angles différents... et néanmoins, et toujours, te retrouver confronter aux mêmes arguments !!!

Surtout ici !!

Ce qu'il y a d'amusant… en revanche, c'est que l'on peut reprendre et expliquer, à loisir..., les dits propos. ..et il me semblait d’ailleurs, ..thibaud…, que nous avons déjà eu cette « conversation », et même si le pseudo que j’ai utilisé plus haut, aurait pu t’induire en erreur, je souhaiterais que tu m’expliques, ou m’éclaires, en quoi les propos de Vendée974 donc, feraient de ce commentateur donc, un PRO MCUR…ou un alimentaire patenté, participant à un sombre et pernicieuse stratégie politico-communitariste…???

Quel aspect politique vois-tu dans ses propos..?? Et de quel arme politique parles-tu ??

...J’attends fermement ta réponse.

Qui plus est, et comme nous en avions déjà discuté le projet MCUR a, ses opposants, et ses défenseurs. Et je pense que tu pourras admettre qu’entre le plus farouche opposant et le plus dévoué défenseur, il y une a infinité de profils différents… possibles.

Une grande variété donc….

Et comme je te l’ai déjà écrit (!!!) l'opposition à la MCUR, ...qui se présente désormais et AVANT TOUT, comme respectueuse de l'initiative ou du projet historique et culturel en lui-même, et qui prétend s’inscrire dans une démarche uniquement citoyenne, …association de contribuables soucieuse du bon usage de l’argent public… en gros…et dont le SEUL rôle, légitimement admis, serait de dénoncer ou faire remarquer les frais indécents …relatifs au projet… « matériel » !!! Et cette PRESENTATION là on va dire, …cette POSITION…qui reste parfaitement acceptable, ou correct, NE s’était absolument pas ANNONCée de la sorte… au départ.

Ces précisions... -essentielles à mon sens.. !!- ..ne sont venues qu’APRèS le mouvement d'humeur de personnes (trop?) fiers, et qui ne supportaient pas de voir ainsi 'outragé' cet intérêt, personnel ou partagé, ...pour leur 'péi'. En effet, certains « opposants » à la MCUR _et tout ce qu'on y associe!!_ avaient à mon sens mépriser notre culture, …en évoquant par exple… « le niveau »des paroles du Maloya.

Et je t’avoue, qu’il fallait un sens de l’humour assez particulier… pour pouvoir en rire….

45.Posté par Soliste le 04/11/2009 00:26

Meme avec son propre texte , il le révise, le réecrit pour lui faire dire ce qu'il n'a pas dit...!
lamentable...

Il ferait mieux de répondre à thomas qui lui pose une question interéssante quant à ses comparaisons révisionnistes...

46.Posté par AéRo FreiNS le 04/11/2009 00:28

Et ici ds son courrier, Gérard Jeanneau souhaite donner son avis, sur le contenu de l’épitaphe rédigée sur la stèle du Gol à Saint-Louis.

Tu admettras qu’il ne s’agit plus ici, …d’une opposition citoyenne au projet voulu par le Conseil Régional…. mais nous nous dirigeons plutôt vers des discussions historiques… ?!

Je ne connais pas bien ce Gérard Jeanneau, et je dois avouer ne PAS bien avoir compris la suite de son propos, (je parle du courrier, et très sincèrement !!!) …mais il me semble qu’il souhaite ici apporter son opinion, ou la version qu'il a lui, de ces faits historiques, qui comme tu peux le constater restent obscurs, et mal connus, ...puisque si peu de personnes me semblent en avoir RéELLMENT idée... Cela semble même matière à querelle...

De même, tout réunionnais que je suis, j’ai TrèS PEU de connaissance sur les différents travaux qui ont pu être menés ..sur ces faits et sur cette période…. Et si de nombreux réunionnais comme moi sont ignorants de cette histoire là, ..j'écrirais, voilà donc un argument plutôt favorable, à la création d’un lieu, ou tout du moins (!!), à la mise en œuvre d’initiatives permettant d’une, de mieux présenter les travaux approuvés ou référents en la matière, (s'y en a) d’en permettre de nouveaux pourquoi pas, et surtout de faire SAVOIR et faire CONNAITRE …au plus grd nombre.

Toutes origines confondues

Et je répète cette démarche peut-elle se faire sereinement ?? Sans évoqauer SANS CESSE les aspects politiques ?

Car je le répète nous ne savons que peu de choses, et ainsi je ne peux moi personnellement DETERMINER de qui, entre « Vergès », ou Jeanneau, exprime au mieux… ce qui s’est ReELLEMENT passé.

Et je pourrais d'ailleurs, moi aussi, et comme tu le fais pour le post de Vendée974, définir l’initiative de Monsieur Jeanneau comme une stratégie « politique » justement, afin d’alimenter l’opposition à la MCUR. .... http://anti-mcur.over-blog.com/ ... en l'occurence...

D'ailleurs, et en toute rigueur intellectuelle, cette rigueur à laquelle tu sembles toi-même vouloir adhérer, l'initiative ou le sujet de la querelle ici n'est pas DIRECTEMENT lié au projet MCUR, ..si ?

Et puis, si tu qualifies de démarche du cœur, de plaisir personnel, …l'attachement que tu portes ta culture vendéenne et la joie que tu as à la faire vivre, "à ta façon", je me répète en QUOI le discours de Vendée974 est différent du tien ?

Alors pour ma part, ce n'est qu'avec de solides et probantes connaissances de l'histoire et la culture vendéenne, que je me permettrais d'écrire quoi que ce soit à ce sujet. ...et jamais je ne me permettrais de qualifier de politique... TOUTE démarche des vendéens ds ce sens.

Enfin, ..j'espère M. Jeanneau, ou d'autres, suffisamment férus en ce domaine, pr venir en parler ici.

Et comme julie pontalba l'évoque, M. Jeanneau ou d'autres avez-vous déjà participé à un kabar" cérémonie" ou ...servis kabaré... approche "sacrée" du Maloya...?!

47.Posté par Harold le 04/11/2009 02:37

M. Jeanneau, il ne s'agit ni de croire, ni d'imaginer telle ou telle scène : il s'agit de se tenir informé des faits avérés et consignés pas de réinventer ni de rêver l'Histoire.

Pour ce qui est de la cruauté, sans vouloir vous offenser, voici : devant les suicides d'esclaves, l'idée qui a permis de les faire diminuer fut celle-ci : les esclaves se suicidaient pour, disaien-ils, pouvoir retourner dans leur pays. Il a donc été décidé que le corps de chaque suicidé aurait les yeux crevés. Ainsi, le défunt serait dans l'incapacité de retrouver son chemin. Et le nombre des suicides a singulièrement diminué.

Cela vous permet de mieux comprendre le peu de respect des maîtres à l'encontre de leurs esclaves.

Si vous voulez vraiment non pas imaginer mais savoir, je vous dis de nouveau que les archives vous sont ouvertes, consultez-les afin de pouvoir vous faire votre propre idée sans que personne ne vous tienne la main, l'idée ou l'idéologie. Alors vous pourrez non plus "imaginer" mais parler de ce que vous connaîtrez.

M. Jeanneau, respecter l'Histoire de La Réunion consiste simplement à l'étudier, elle est à la libre disposition de qui veut bien faire l'effort d'aller à sa rencontre.

48.Posté par Jeff le 04/11/2009 06:27

C'est vrai que l'on finit par dire des conneries, voir des énormités et je n'en suis pas exempt. Mais le ton acide des échanges amène par moment à ne pas vraiment choisir ses mots. Reflets de l'inconscient, ce n'est pas cela, mais plutôt réactions à la violence des échanges.

Soliste : "Un minimun de respect pour nos ancètres qui se trouvant de l'autre côté du chabouc, ont eux aussi été "victimes" d'un système inhumain d'exploitation de l'homme".

Je ne conteste absolument pas cela, mais je n'ai pas choisi le spermatozoïde et l'ovule qui m'ont donné la vie, et je ne suis pas responsable des erreurs de mes parents, à moi seulement de ne pas reproduire les erreurs,s'il y en a eu et aussi aider les autres de ne pas en commettre.

Les mots "erreur", "turpitudes" "peu d'estime", sont de nouveaux affronts révisionnistes à cette période , à ceux qui l'ont subi et aux réunionnais d'aujourd'hui.

Oui, je maintiens que ressasser le passé n'est pas constructif, mais ne pas en perdre la mèmoire de ce passé est indispensable à la construction de l'avenir, je ne vois ce qu'il y a de révisionniste dans ces propos. Soliste tu es vraiment un écorché vif.

49.Posté par Jeff le 04/11/2009 07:49

Harold, désolé, on bout d'un moment on perd la synchro, et l'on mélange le contenu des uns avec celui des autres. Il y a des propos qui parfois horripile. Le thème est intéressant mais la profusion d'insultes et d'accusations de ceci ou cela fini par dévier le débat vers un combat de coq, chacun défendant ses certitudes ou se trouve déstabiliser.

Note : Pour votre info, j'ai collaboré à la recherche de données pour bon nombre d'ouvrages historiques pour un ami écrivain professeur à l'Université de Canterbury(rien à voir avec le thème présent), et nous avions été confrontés très souvent aux intentions des auteurs à travers les mots qu'ils utilisaient,surtout que nous analysions des archives et documents de langues différentes. Force avait été de constater que les mots ne sont pas toujours choisis, mais la situation "émotionnelle" de l'auteur (dans la mesure où l'on pouvait l'appréhender) influait beaucoup sur les mots retenus.

50.Posté par thibaud le 04/11/2009 09:21

A Aérofrein!

Relis le post-1----Tu comprendras comment son auteur a délibérément fait déraper le débat en usant ,avec ironie, du "parler" maternel de G Jeanneau, que je n'avais jamais encore lu sur "zinfos" et en invitant ce dernier à renter "à la maison" .....Tu comprendras que pareille entée en matière hérisse les poils!.....Alors, quand j'entends ces memes personnes exiger du respect....
Chacun a le droit d'étudier l'histoire , de faire ses recherches comme il l'entend , hors du controle de personnes chargées de délivrer une version officielle..... , et ce, sans crainte de se voir affubler de l'insulte de "révisionniste" , aimablement délivrée, la encore, par le post-1---G Janneau est tout sauf un "Faurisson"!
Je ne vois pas à quoi tu fais allusion en ce qui concerne le niveau des paroles "du maloya"....vraiment pas au courant!
Il ne faut pas etre naif, ......ici, la culture, la langue créole, sont de fait, entre les mains des tenants d'une idéologie avec un certain parti politique au coeur du système, ....libre à toi de croire que tout est spontané....en ce sens, la langue n'est plus cultivée, aimée pour ce qu'elle est, avec toute la charge affective d'un parler maternel , c'est devenu un instrument au service d'une stratégie politique!
Je ne puis qu'etre confirmé dans mon analyse, lorsque le simple fait de constater que le mot" asteur" se retrouve, avec le meme sens ,en "créole" et dans mon parler maternel , me fait taxer d'impérialisme culturel ! Or, ce n'est pas une opinion, c'est un fait......et si j'avais écrit que ce mot, contre toute vraisemblance, était d'origine malgache ou indienne, je serais un combattant culturel anticolonialiste........c'est la que tout dérape!
Je souhaiterais que tu lises ce que j'écris jusqu'au bout....rappelles-toi , à propos des banques, j'avais remercié les réunionnais qui se battent contre les tarifs; ça incluait le groupe "Mardaye" bien évidemment.....mais, tu m'as fait remarquer que je ne me référais pas à l'ASUD.....j'ai refait une mise au point.....sans réponse de ta part........Alors si tu me demandes des réponses , fais le également et sur tous les points que j'évoque---Merci!

1 2 3 4
Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes