Océan Indien

La série noire continue pour Air Madagascar

Samedi 30 Avril 2011 - 12:27

Après l'interdiction de vol décrétée par la Commission européenne des deux Boeing 767-300 de la compagnie nationale malgache, une cellule de crise mise en place "pour sensibiliser les employés au changement de manière de travailler", l'association internationale du transport aérien (IATA) a décidé de suspendre "les émissions de la compagnie à travers le BSP France (Organisation et régulation des paiements et des facturations en France)", explique l'Express de Madagascar. Un nouveau coup dur pour Air Madagascar.


La série noire continue pour Air Madagascar
Une nouvelle crise secoue la compagnie malgache Air Madagascar, après l'interdiction de vol en Europe de ses deux Boeing 767-300, la mise en place d'une cellule de crise, l'IATA a décidé de suspendre "les émissions de la compagnie" à travers le BSP (Billing and Settlement Plan) ou Organisation et régulation des paiements et des facturations en France, "qui n'est autre que sa filiale", souligne l'Express de Madagascar.

Une décision qui n'affectera pas les passagers de la compagnie, mais qui laisse cette dernière "perplexe". Normalement, une telle décision de l'IATA n'intervient qu'en cas de défaut de paiement ou faillite de la compagnie, mais un représentant de la compagnie assure que "nous n'avons aucun incident de paiement avec le BSP".

Air Madagascar a demandé des éclaircissements sur cette décision prise par l'IATA, éclaircissements restés sans réponse pour le moment. Cette nouvelle sanction pourrait être liée à la décision d'interdiction de vols, par la commission européenne, "étant dans l'annexe B, la sanction ne doit pourtant pas concerner la compagnie elle-même, d'autant plus que les mesures prises sont conformes aux normes européennes", explique un représentant de la compagnie à l'Express de Madagascar.

La compagnie a envoyé tous les documents nécessaires à la poursuite de son exploitation commerciale en Europe, en effet Air Madagascar a affrété deux avions, un Boeing 767 et un Airbus A330, via les compagnies AIr Italy et Atlas Jet, pour pallier à l'interdiction de vol de ses deux 767-300

En attendant la compagnie peut continuer à exercer normalement, cette décision de l'IATA n'affecte pas la vente de billet, des décisions ayant été prises par la direction de la compagnie pour que les billets soient "émis en automatique par les agences, en les validant sur la compagnie Hahn Air", plateforme de billetterie électronique européenne coopérant avec la compagnie Air Madagascar.

Mais les employés de la compagnie malgache commencent sérieusement à se poser des questions sur les décisions prises par les autorités européennes.
Lu 3932 fois



1.Posté par Optimisme le 30/04/2011 14:41

Précisons bien pour ne pas faire d'amalgame : la commission Européenne n'a strictement rien à voir avec l'interdiction de survol de l'espace aérien européen. C'est la Conférence européenne pour l’aviation civile (CEAC) qui a édicté cet interdit. Cette conférence ne dépend pas de la commission européenne. C'est un outil de contrôle et de sanctions, européen, pour les professionnels de l'Aérien.
Quand au BSP il n'est pas la filiale d'Air France, mais un service de l'IATA chargé d'encaisser (le 15 de chaque mois) le paiement des billets et prestations auprès des compagnies, agences de voyages et T.O. Air France est membre de l'IATA mais n'en est pas propriétaire ! (il n'y a pas d'actionnaires d'ailleurs !) C'est un outil de régulation financière, les compagnies pouvant ainsi faciliter leurs compensations et externaliser les paiements des agences et T.O. Une certaine presse malgache a tendance à mettre sur le dos de la France beaucoup de problèmes inhérents au laxisme gasy traditionnel ! Gémissons sur le sort de Madagascar… mais espérons, car ils ont du courage et de la ressource !

2.Posté par Bien lire avant de se braquer le 30/04/2011 19:39

A Optimisme.
Bien lire l'artcile coco....Qui parle d'Air France?
on dit que BSP c'est une organisation de IATA.

Mon point de vue, si BSP a fourré son nez la dedans c'est que Air Madagascar va connaitre une terrible claque financière et elle ne sera plus en mesure de payer ses fournisseurs.
BSP prend des précautions....autrement ça va leur retomber dessus.
Et oui tout se tient! à votre avis pourquoi les 767 d'Air MAd ne sont pas maintenus comme ils le devraient?
Vous l'avez tous compris, c'est un problème de trésorie grave. Ne venez pas nous faire croire que tout va bien chez AIr Mad.
D'ici quelques mois cette compagbie n'existera plus quand les banques vont commencer à les lacher.
C'est pour bientot !





3.Posté par Ire radié le 30/04/2011 21:32

Il semble que les Agences de la Réunion ne délivrent plus de billets pour Air Mad. Il faut désormais s'adresser directement aux agences de la compagnie. Ce qui n'augure pas des perspectives réjouissances pour les clients, vu le bazar qui y règne. Plus inquiétant encore, sur quels coucous les passagers vont-ils voler? Ceux d'Air Mad sont interdits de vols.

Vraiment tout cela est triste, et malheureusement à l'image d'un pays qui s'enfonce inexorablement dans le chaos, Air Mad, dernier bastion d'un semblant d'organisation, est sur le point de sombrer corps et biens. Est-ce le signe d'une décomposition complète des structures du pays?

Pendant ce temps les membres de la HAT et toutes les instances dirigeantes font durer le plaisir en repoussant constamment les échéances électorales, afin de continuer à toucher leur pactole et à bénéficier de tous leurs privilèges. Le pays se meurt, ils n'en ont cure. Pour les hommes politiques et les hauts fonctionnaires malgaches, le sens de l'état, l'intérêt général et l'intérêt public sont des notions absentes, des non-sens absolus. Le pays peut bien crever - et il crève - ces prédateurs s'en contrefichent.

Attention au peuple malgache, si doux, si calme, qui pourrait bien se lever bientôt et, cette fois-ci, tout balayer sur son passage.

4.Posté par leMakiMaské le 01/05/2011 13:49

OUI ces coups de semonces n'augurent rien de bon pour AIR-MAD (et Madagascar !).... qui, effectivement, ne récolte là que LE PEU qu'ils ont semé !

Les Malgaches sont "outrés" des décisions de la CEAC et de l'IATA, mais comment "faire comprendre" qu'on ne peut faire voler un appareil qui n'a pas ses portes extérieures ÉTANCHES ??? C'est un "détail" révélateur des différences d’appréhension des risques propre à chaque "niveau de civilisation" (oui je sais je vais être taxé de raciste xénophobe...)

- Gabegies,
- Corruption chronique et institutionnalisée (voyez ce qu'il se passe avec Madagascar Oil Ltd (Chine) dans la grosse Bagarre du Pétrole de l'ouest Malgache !!!) ,
- Sous-investissements chroniques en Développement (par exemple tous les formalités locales d'Air-Mad se font encore par des "taratasy" (du papier, des tampons et cachets, des signatures sans valeur réellement légales à l'international),
- Sous-investissement en Formation et en Ressources Humaines (quand une hôtesse, sur un vol international-régional, se permet de répondre à un touriste "haut-de-gamme" après une réflexion (justifiée dans un contexte mondial) : SI VOUS N’ÊTES PAS CONTENT, VOUS N'AVEZ QU'A RETOURNER D’OÙ VOUS VENEZ !!! ce n'est certainement pas la meilleure des publicité, pour Air-Mad ni pour le tourisme Malgache.... ! )
N'oublions pas non plus qu' UN seul client mécontent peut engendrer une vague de désaffection qui multiplie par 100 (au moins) l'impact négatif... des choses.
Les flux touristiques sont très versatiles (voyez ce qu'il se passe dans les pays du sud de la Méditerranée)

D'ores et déjà je peut vous CONFIRMER (par exemple) que l'absence de VOLONTÉ d'évolution et d'adaptation aux normes internationales, dans le domaine du FRET aérien, nous condamne à NE PLUS pouvoir utiliser les services d'AIR-MAD !!! C'est désolant, n'en déplaise à certains ! (concurrents et certainement lobbyistes dont les intérêts sont à l'isolement de notre Île...)

Comme d'habitude, l'orgueil et la fierté Nationale (mal placés en l’occurrence) et additionné du "mora-mora" (qui est également une douceur de vivre, mais non adaptée au contexte actuel...), font que cette "ENTREPRISE" n'en est plus UNE et qu'en "pétant plus haut que son cul" elle va entrainer ENCORE UNE FOIS l'ensemble des opérateurs touristiques (de classe internationale) dans un marasme duquel on ne sais pas QUAND le Pays se "sortira".... CQFD ?

Pour le reste, et la "situation" de la population Malgache, ... nous sommes encore très loin (des siècles) de l'évolution (adaptation ?) nécessaire (ou pas ?) des mentalités.........

MBOLATSARA / PORTEZ-VOUS BIEN !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter