Société

La route du Littoral, la menace permanente

Mardi 15 Janvier 2019 - 14:36

La route du littoral hante les automobilistes depuis son ouverture le 1er juin 1963. Elargie en 1976, la voie qui longe dangereusement sous cap la côte entre le nord et l’ouest a fait, depuis cette date, 22 morts.

L’incident qui a le plus secoué La Réunion est sans doute l’affaissement d’un pan de falaise en 1980, au PR2. Il s’agissait du premier effondrement massif sur l’axe côtier nouvellement configuré sur quatre voies en 1976.

Le dimanche 22 juin de cette année-là, trois jeunes de 21 ans à 25 ans qui sont de retour de discothèque sont ensevelis sous un amas de roches à proximité de l’entrée ouest du chef-lieu. Il faudra deux jours aux secouristes pour uniquement localiser la voiture des malheureux jeunes gens. 24 heures plus tard, ils tombent sur un premier corps, puis un second le lendemain. Par contre, le corps de la troisième personne, une passagère, ne sera quant à lui jamais retrouvé.

La route ne pourra être rouverte que huit jours après le drame. 34.500 m3 de roches avaient dû être déblayés de la chaussée. Un événement probablement lié, selon les ingénieurs de l’époque, aux conséquences du cyclone Hyacinthe qui avait frappé La Réunion quelques mois plus tôt, en février 1980. Cet incident majeur obligera les autorités à déjà imaginer, les premières études pour un autre tracé sécurisé entre La Possession et Saint-Denis. 

En 2006, l’image est tout aussi saisissante. Cette fois-ci, 30.000 m3 de roches se détachent de la falaise au PR 11+900. Ce 24 mars peu avant 6H du matin, le flux d’automobilistes n’est fort heureusement pas encore à son maximum. Deux morts seront malgré tout à déplorer. Deux ambulanciers pris sous les décombres n’achèveront jamais leur route en direction de Saint-Denis.

55.000 véhicules par jour

Entre ces deux effondrements majeurs, d’autres accidents ont marqué les esprits, comme celui de 1995, où un bloc d'une vingtaine de tonnes a tué un ingénieur de la DDE au niveau du PR 10. 

Le 4 janvier 1996 au PR 5+150, le tronçon de 13 km fait une nouvelle victime. Deux ans plus tard, le 17 février 1997, plusieurs blocs, pour un total de plus de quinze tonnes au total, se décrochent de la falaise au niveau du PR 4+100. La plupart des blocs restent piégés dans les fosses créées au pied de la falaise. Malheureusement, un bloc de plusieurs centaines de kilos finit par atteindre la voiture d’un automobiliste de 27 ans qui est tué sur le coup.

Le 2 octobre 2004, un bloc de 250 kg tue une jeune femme de 18 ans au volant de son véhicule. L’année 2006, outre l’effondrement massif du 24 mars, enlève la vie à deux autres automobilistes, le 20 février au PR 10+900  où des blocs d'environ 180 kg se détachent après un épisode très pluvieux. L’incident intervient à la remise en circulation de la route. Le 15 octobre au PR 3+700, un bloc d'environ 40 kg tue un automobiliste.

Les années 2000 sont particulièrement meurtrières. 9 janvier 2008, un automobiliste de 36 ans est tué sur le coup. L’automobiliste qui le suivait verra les blocs de 50 kg écraser l’habitacle, ne donnant aucune chance au conducteur dont le véhicule poursuivra sa route sur 200 mètres avant de s’immobiliser. Un avis de fortes pluies était en vigueur à ce moment-là, avec les voies basculées côté mer, ce qui n’a pas empêché l’accident.

Sur la période 1976-1995, 13 personnes ont été tuées à la suite de chutes de pierres. Ce bilan s’est donc atténué au fil des années grâce à la pose progressive de filets et de gabions de protection. De ce fait, le nombre moyen de chutes de pierres atteignant la chaussée a été fortement réduit. A titre de comparaison, en 1997, 89 tonnes de pierre étaient tombées sur la chaussée (63 tonnes sur les voies côté montagne et 12 t. côté mer). En 2012, 3,9 tonnes avaient été comptabilisées côté montagne et 6,1 côté mer. 6,5 tonnes avaient fini leur chute dans les fossés creusés au pied de la falaise.

Les ingénieurs estiment la masse des pierres tombant de la falaise à 10.000 tonnes par an en moyenne, hors événement exceptionnel d’effondrement massif. Le tonnage des matériaux tombés effectivement sur la route a été de 150 tonnes par an environ au cours des années 1992 à 2000. Il a été plus faible les années suivantes avec 20 tonnes. Une sécurisation graduelle qui n’arrivera toutefois pas à écarter l’idée de la création d’un parcours éloigné de ce risque permanent au-dessus de la tête de 55.000 conducteurs chaque jour.
Zinfos974
Lu 5443 fois




1.Posté par sceptique le 15/01/2019 14:50

et dire qu'il y en a qui sont contre la NRL.....

2.Posté par Radinasse le 15/01/2019 15:25 (depuis mobile)

route qui ne servira plus à rien lorsque les voitures drones seront à la vente ..... et vivement

3.Posté par GIRONDIN le 15/01/2019 15:31

Franchement, pour service rendu i mérite aussi 2 000 000!!!!!!!🤔

4.Posté par cmoin le 15/01/2019 15:37

C'est quoi cette propagande pour la région?
Il y a eu plus de mort sur une année à cause du non respect du code de la route que depuis les années 90 à cause de la route du littoral.

5.Posté par John le 15/01/2019 18:30 (depuis mobile)

@4 : bien dit !

6.Posté par ZZ974 le 15/01/2019 21:07 (depuis mobile)

@4 : le jour où un effondrement massif se produira aux heures de pointe, c’est le nombre de morts annuel sur les routes qui sera constaté en un instant.
Sans compter l’impact sur le fonctionnement de l’île comme en 2006 que vous oubliez

7.Posté par Laurent le 15/01/2019 22:20 (depuis mobile)

À posts 4 et 5 les accidents de la route ont une origine différente. Hâte davoir votre avis après réception d''une roche de 100kg sur votre pare brise.
Pour notre comique girondin(x) vous devenez carrément incompréhensible. Vous avez reçu une roche ?

8.Posté par GIRONDIN le 16/01/2019 06:04 (depuis mobile)

7. Laurent
Suivez les instructions, collez vos affiches, on réfléchit pour vous.

9.Posté par Samwinsa le 16/01/2019 07:22 (depuis mobile)

Propagande...

10.Posté par Samwinsa le 16/01/2019 07:27 (depuis mobile)

22 morts en 43 ans. Soit 1 mort tous les 2 ans en moyenne.
Chaque année à peu près 50 morts sur les routes réunionnaises. Alors, en définitive, la route du littoral, si dangereuse que ça??
Propagande i di à zot.

11.Posté par Jp POPAUL54 le 16/01/2019 10:02

En aidant, une bonne fois pour toute la falaise, à glisser ...
N'aurions nous pas suffisamment de roches massives pour la digue de la NRL ??

12.Posté par @Girondin le 16/01/2019 11:13 (depuis mobile)

Qui réfléchi pour toi ???
Facile de faire la propagande d’opposition sur des sujets aussi grave....

13.Posté par GIRONDIN le 16/01/2019 11:17

12.Posté par @Girondin
......... Facile de faire la propagande d'opposition....
🤔

Franchement, il faut essayer la chirurgie c'est dernier recours!

14.Posté par GIRONDIN le 16/01/2019 11:19

12.Posté par @Girondin
Et pour vous se sera vous et non tu on n'a pas gardé les pluviomètres de la rl ensemble !

15.Posté par bertand le 16/01/2019 20:39 (depuis mobile)

combien de mort par an sur la RL ? 50 morts par an sur les autres routes. Arrêtez votre propagande

16.Posté par BESSE le 16/01/2019 21:01

1 mort c'est déjà trop alors 22 n'en parlons même pas. La critique stérile est facile mais ne fait pas avancer. La nouvelle route du littoral est une bonne initiative , très couteuse mais indispensable.

17.Posté par BABAR RUN © le 17/01/2019 06:52

tiens......bienvenu cet article.......M. Dupuy.....vous devez préciser publireportage quand ce n'est pas un article d'information........mais bon.....faut être journaliste pour savoir.....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >