MENU ZINFOS
Société

La réanimation polyvalente du sud réclame la prime Covid, pour avoir traité des patients positifs


Les soignants de l'équipe de réanimation polyvalente s'estiment lésés, ils réclament au directeur du CHU le versement de la prime de 1500 euros, car ils ont traité des patients Covid et des suspicions Covid durant le confinement.

Par Sarah Minatchy - Publié le Mardi 23 Juin 2020 à 16:56 | Lu 2078 fois

Dans une note datée du 10 juin, le directeur du CHU Lionel Callenge détaille les modalités de versement de la prime Covid, dont le montant est de 500 euros à La Réunion, département peu touché par la pandémie. Tout personnel ayant travaillé entre le 1er mars et le 30 avril a droit à cette prime de 500 euros. Le directeur précise que certains personnels toucheront 1500 euros, à la condition d'avoir pris en charge des patients Covid-19. 

Le service a pris en charge 2 cas avérés et 14 suspicions de Covid-19

Plusieurs services du CHU nord et sud sont concernés par la prime de 1500 euros, mais la réanimation polyvalente de l'hôpital de Saint-Pierre ne figure pas dans la liste établie par le CHU. Le personnel de réanimation polyvalente monte au créneau, s'estimant injustement oublié. Dans une lettre adressée au directeur Lionel Callenge, les soignants de cette unité rappellent que le service a été réorganisé durant la crise pour une prise en charge spécifique des patients Covid, que 14 cas de suspicion Covid sont passés dans le service, et surtout 2 cas avérés.

L'équipe demande la prime, en reconnaissance de son travail: "Malgré tout notre dévouement, notre réactivité, notre résilience et notre mobilisation, nous sommes forcés de constater le manque de reconnaissance du travail réalisé".




1.Posté par SITARANE le 23/06/2020 17:36

La cupidité des héros à la petite semaine...........................

2.Posté par etonnant le 23/06/2020 17:48

té les gars zot la rien fé par rapport la métropole!
un pé de décence
arêt pléré

3.Posté par MARIE le 23/06/2020 17:50

Chaque travail a se avantages et ses inconvenients

un pompier
un gendarme
un militaire

ce sont des metiers a risques mais des le debut tu le sais et tu revendiques pas

4.Posté par SudisteCHU le 23/06/2020 17:58

Ils abusent car vraiment pas débordé , surtout avec 2 cas de COVID, pas de retour de bloc car les blocs fermés.... Ils se laissent monter la tête par des petits hommes bleus !!!!

5.Posté par Alexandra le 23/06/2020 19:37

Je trouve vos commentaires ingrats. vous y étiez pas.
Et de source sur il y en a en métropole qui touche la prime de 1000€ et n’on pas de Pris en charge de suspicion ni même de cas avéré.
pourtant ils l’ont.

6.Posté par gratel le 23/06/2020 19:58

Arrêtez de pleurer les soignants du grand est méritent vous êtes bien payer prime de service et un salaire confortable 3000 euros net , vous faîtes un travail merveilleux arrêtez de pleurer vous êtes pas les plus malheureux du département en fin de carrière un infirmier touche 3800 NET et un cadre de santé 4500 euros net, posez vous et jeter vos mouchoirs!

7.Posté par humanité le 23/06/2020 22:00

votre prime est dans les pourcentages divers et élevés que les soignants de Métropole n'ont pas ! arrête fait honte à nous !!!!

8.Posté par James le 24/06/2020 06:28

Parce que l'on est soignant , on doit tout subir et fermer notre gueule.
Vous êtes les premiers à vous plaindre des prises en charge trop longues, à nous insulter voire nous agresser. Depuis plus d'un an, on se bat contre la fermeture des lits, le maintient des activités permettant une prise en charge efficace des patients dans le sud.
Vous êtes où vous ? Cacher derrière votre écran à nous vomir dessus !!!!
Vous n'avez aucune idée de ce qui a été mis en place pour cette crise COVID (qui n'est peut être pas fini !!). Nous avons quand même absorbé les cas de dengue à près de 1000 cas par semaine, et de leptospirose.
Puisque que vous êtes jaloux de nos conditions de travail, reprenez des études et venez pleurer avec nous !

9.Posté par etonnant le 24/06/2020 07:46

« Si la situation est aussi grave à l’hôpital c’est parce que nous enchaînons les plans d’économie : année après année, on supprime des lits, des postes, c’est ça qui est dramatique. 3 500 postes supprimés en quatre ans, 100 000 lits qui ont été fermés ainsi que 95 services d’urgence en vingt ans. Depuis dix ans, c’est la même irresponsabilité des gouvernants qui ont raisonné uniquement en termes budgétaires et pas en termes de sécurité sanitaire de la population » dénonça le porte-parole du syndicat national des professionnels infirmiers, Thierry Amouroux.

10.Posté par etonnant le 24/06/2020 07:49

putain zinfos margouilins , y en a un qui m'a piqué mon pseudo ^^

11.Posté par gratel le 24/06/2020 11:06

@ poste 8 arrêtez vous faîtes un super boulot mais arrêtez de gémir vous êtes toujours en train de pleurer la bouche pleine 3000 euros de salaire et les petits syndicalistes à 100% qui font la pluie et le beau temps et qui sont payés à rien foutre vous en parlez? oh réveillez vous vous n'êtes les seuls qui ont fait des études à la réunion vous avez choisi un métier avec coeur et passion travaillez prenez vos primes qui sont versées 2 fois dans l'année et les cadres de pôles qui commencent une réunion au mois janvier le 31 décembre arrive la solution n'est pas trouvée, les gens qui bossent vraiment ce sont les infirmiers les aides soignants et les cuisiniers qui sont obligés de livrer à l'heure le reste brasse du vent un stylo derrière l'oreille et le dek dans la poche et le planning sous le bras pour 5000 euros en fin de carrière le salaire d'un cadre de santé en fin de carrière, vos mouchoirs à la poubelle !

12.Posté par SITARANE le 24/06/2020 11:37

Un peu de lecture pour "etonnant" 7h46 http://www.igas.gouv.fr/IMG/pdf/2016-117R_Tome_1.pdf
Daté d'avril 2017, le rapport de l'Igas sur la gestion passée du CHU de La Réunion est enfin rendu public. Son contenu, qui a déjà fuité jusqu'à ébranler indirectement l'an dernier la FHF, est édifiant. Sur les ressources humaines, "les exigences de l'éthique" semblent avoir été oubliées avec plusieurs situations "exorbitantes du droit commun".Le Copermo avait déjà tiré la sonnette d'alarme ces dernières semaines sur la situation financière du CHU de La Réunion. Le rapport de l'Igas qui a nourri son constat, et dont Hospimedia a obtenu copie, est en effet édifiant. Dans son collimateur, l'ancienne direction du CHU mais aussi de l'ARS accusées de "déni de réalité" et de "mansuétude".

13.Posté par Katie 974 le 24/06/2020 12:37

C'est zot métier zot na pa a demande une prime kan zot y decide fait un travail nena du bon et du mauvais. Fo arreter zot lé pa d héro zot lé payé pou occupe domoun malade kelken soit lo maladie.si zot t passionné par zot boulot zot nore pa demande la prime

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes