Société

La prison Juliette Dodu ouverte à tous vents : "Kartié Lib" écrit au préfet

Mercredi 24 Janvier 2018 - 14:04

Samedi 20 janvier, Zinfos974 publiait un article de notre journaliste Soe Hitchon, intitulé "Les secrets de la prison Juliette Dodu... avant qu'elle ne disparaisse?". Notre journaliste a en effet pu constater que les portes de l'ancienne prison étaient étonnamment ouvertes, lui permettant de réaliser un reportage sur les lieux de triste mémoire. L'association "Kartié Lib", qui milite pour la préservation du patrimoine et de la mémoire de La Réunion, publie une lettre adressée au préfet Amaury de Saint-Quentin, dans laquelle elle s'indigne de ces portes grandes ouvertes au lendemain de l'arrêté de suspension de la démolition des lieux. Ci-dessous, le courrier de l'association au préfet, adressé aussi au député Jean-Hugues Ratenon et à la SHLMR.


La prison Juliette Dodu ouverte à tous vents : "Kartié Lib" écrit au préfet
Monsieur le Préfet,

Nous avons l’honneur de solliciter de votre haute bienveillance l’examen d’une question de nature culturelle et patrimoniale.
Le samedi 20 janvier 2018, le journal en ligne Zinfos974 a publié un article intitulé "Les secrets de la prison Juliette Dodu... avant qu'elle ne disparaisse ?".

C’est avec stupeur et indignation que nous avons pris connaissance que la porte de l’ancienne prison Juliette Dodu était ouverte.

Pour rappel, le 25 septembre 2017, il a fallu que l’association se fasse assister par le député Jean-Hugues Ratenon pour qu’elle puisse bénéficier du privilège d’une visite de ce lieu d’histoire, sous la direction d’un responsable de la SHLMR, contrarié, et de l’un de ses
hommes de main.

La visite s’est faite au pas de course, le détenteur des clés n’a pas manqué de nous rappeler que les lieux pouvaient avoir une certaine dangerosité et qu’il ne pouvait en aucun cas être tenu responsable des accidents qui pouvaient s’y produire.

Depuis sa fermeture en 2008, ce lieu carcéral est resté fermé, sans aucun visiteur. La procession du 25 septembre lui a redonné un semblant de vie. Pendant tout ce temps, pratiquement 10 ans, nul individu, nul cyclone, aucun phénomène naturel n’est venu à bout de la serrure de cette prison, qui rappelons-le au passage, a fait ses preuves en tant que lieu d’incarcération.

Il a fallu attendre, samedi dernier, le lendemain d’une ordonnance de référé, du tribunal administratif, suspendant le permis de démolir, délivré le 24 juillet 2017, par la Mairie de Saint-Denis, pour que par enchantement, la porte de la prison se retrouve ouverte au public.

Monsieur le Préfet, nous trouvons inadmissible qu’une telle situation ait pu se produire.

Nous tenons à vous le rappeler, le site de la Prison Dodu représente pour l’association kartyé Lib MPOI un lieu d’Histoire et de Mémoire, en passe d’inscription sur la liste des Inventaires Supplémentaires des Monuments Historiques. À ce titre, les lieux se doivent d’être préservés.

En faisant ainsi ouvrir la porte de la prison, le donneur d’ordre ne peut ignorer le risque qu’il fait encourir aux personnes, aux riverains et au lieu, en tant qu’espace mémoriel. Laisser ces bâtiments ouverts au public c’est prendre le risque de les voir squattés, pillés, incendiés, une dégradation totale amenant plus facilement une demande de destruction et d’effacement.

Aussi posons-nous la question : à qui profiterait le pillage et la dégradation totale de ce site ?
Si nous nous sommes opposés au projet de démolition de la SHLMR, certes, parce que nous souhaitons conserver ce monument et que nous souhaitons le voir restaurer, à terme, pour les générations futures.

À l’issue de la visite du 25 septembre, le responsable de la SHLMR en possession des clés nous a conduit vers la sortie et refermé cette lourde porte derrière nous. C’est donc l’aménageur qui pour l’heure est responsable de ces lieux.

C’est pourquoi, nous vous demandons, Monsieur le Préfet, de prendre les mesures nécessaires pour que la SHLMR, l’aménageur, referme les portes de la prison, afin qu’elle puisse être préservée.

Vous remerciant par avance pour l’attention portée à cette affaire, qui ne relève plus des initiatives privées mais concerne l’ensemble de la population.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de nos respectueux hommages.

L’association KARTYE LIB MEMOIRE & PATRIMOINE OCEAN INDIEN.
B.A
Lu 756 fois



1.Posté par cmoin le 24/01/2018 15:10

Qu'on rase cet affreux bâtiment qui ne sert à rien!

2.Posté par Marie le 24/01/2018 15:12

....faut bien que les esprits de vos ancêtres puissent sortir visiter saint Denis.....!

3.Posté par noe le 24/01/2018 15:20

On a trouvé personne pour mettre une bonne dose de dynamite dans ce lieu de Satan ?
Les SDF et les tak-taker d'un soir avec pérypaticiennes vont envahir cet endroit ...

4.Posté par Cimendef le 24/01/2018 19:11 (depuis mobile)

Ce bâtiment est une verrue, à part quelques m2 qui ont un intérêt mémoriel et qui sont préservés dans le projet de la SHLMR, la plupart des bâtiments n''ont aucun intérêt architectural ou mémoriel. A raser au plus vite...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter