MENU ZINFOS
Politique

La présidente de Soliha veut démystifier les manoeuvres comptables (mal) interprétées par les grévistes


"Je ne comprends pas le reproche car il n’y a pas d’opacité sur l’opération menée", affirme Viviane Payet Ben Hamida. La présidente du conseil d'administration de l'association Soliha répond point par point aux doutes émis par les grévistes en .

Par Ludovic Grondin - Publié le Samedi 13 Août 2022 à 06:00

La présidente "bénévole" de Soliha tente de démystifier les choix opérés sur le plan comptable par l'association financée par le Conseil départemental. Ce jeudi, des grévistes ont de nouveau planté leur piquet de grève devant le tribunal de Champ fleuri  comme pour rappeler à la procureure que deux plaintes ont été déposées à ce jour pour faire la lumière sur la gestion de l'association. Cette séquence à Champ fleuri coïncidait avec la publication, enfin, des comptes 2019 et 2020 de l’association. 

Cette publication a permis aux salariés, et donc à la dizaine de grévistes, d’y trouver un élément troublant. Le commissaire aux comptes mentionne dans son rapport qu’une "dette" envers le Département allait être affectée au chapitre des "profits exceptionnels" de la comptabilité de Soliha sans même attendre l'accord du Département
« Aucun accord définitif n’a été formalisé à ce jour entre les parties, tant sur le montant que sur les modalités de paiement. Par conséquent, l’association a décidé de reprendre la dette en profit exceptionnel à hauteur de 1,8 million d’euros et de doter une provision pour risque pour un montant de 865.000 euros » (commissaire aux comptes)

Il n’en fallait pas plus pour alimenter les doutes déjà exposés par les grévistes depuis avril au sujet de la bonne utilisation des fonds publics, en l’occurrence ici avec ce million d’euros qui auraient dû profiter aux chantiers d’amélioration de l’habitat. 

"Le mot « dette » n’est pas véritablement le mot approprié. C‘est une provision qui a été faite et qui date de plusieurs années. Ce système de provision ne pourrait plus se faire aujourd’hui", explique la présidente. "À l’époque, par exemple, si le Département attribuait à Soliha 1000 euros et que 500 euros n’étaient pas utilisés, il revenait au Département de réclamer la somme non utilisée. Aujourd’hui c’est différent, le Département fait une avance mais ne verse le solde que quand le chantier est fini, ajoute la présidente du conseil d'administration. Donc ce 1,8 million, c’est un cumul de ces sommes non utilisées sur 40 ans et non réclamées par le Département. Il s’est avéré que le Département ne pouvait plus les réclamer car elles étaient prescrites." 

Le déprovisionnement acté sans plus de formalité

De fait, cette somme pouvait être "déprovisionnée et mise en recette exceptionnelle auprès de Soliha", détaille la présidente arrivée fin août 2021. 

De plus, ce n’est pas la totalité des 1,8 million d’euros de dettes qui a été déprovisionnée mais 800.000 euros. La manoeuvre comptable consistait alors à équilibrer les comptes de Soliha sur l’exercice 2020 qui a été, par la force des choses, un peu particulier, comme pour la majorité des sociétés ou des associations. 

Cette année-là, Covid oblige, la direction de Soliha fait le choix de mettre ses salariés en télétravail mais les dossiers des bénéficiaires peinent à sortir de terre, évidemment, vu le contexte. Résultat : l’équilibre financier penche du côté des charges de personnel et les recettes sont absentes. Ce qui fait dire aujourd’hui à la nouvelle présidente que l’option du chômage partiel aurait été plus judicieuse. Et donc, "pour équilibrer les comptes, c’était l’occasion de liquider cette provision", explique Viviane Payet Ben Hamida, conseillère départementale du canton 5 (Saint-André).

La publication des comptes ignorée depuis 2008, mais pour une raison

"C’est vrai que ça n’a pas été formalisé par écrit mais comme c’était des sommes prescrites", concède-t-elle, le Département a en quelque sorte donné son accord tacite en restant silencieux. C'est le même rapport de confiance avec son organisme extérieur qui a prévalu lorsqu'il s'est agi de produire les bilans comptables de l'association chaque année. Au lieu de les publier, Soliha a considéré que la transmission de ses comptes à son financeur, en l'occurrence le Conseil départemental, pouvait l'y exonérer. Avant la publication des comptes 2019 et 2020, ils ne l'avaient plus été depuis 2008. Tout simplement.  

Une fois ces curiosités comptables expliquées de vive voix pour contrecarrer les rumeurs de "détournements de fonds" utilisés à tort selon elle puisque, si ça avait été le cas, ils auraient donné lieu à une réserve du commissaire aux comptes, Viviane Payet revient également sur les épisodes qui ont précédé l’entame de cette grève en avril. Une manière d’expliquer, aussi, l’imbrication des événements qui ont débouché sur cette grogne sociale. 

C’est donc en prenant ses fonctions à la mi-2021 qu’elle constate, dit-elle, que la direction de Soliha est déjà engagée dans un processus d’amélioration des imperfections rencontrées en interne. Un audit a déjà été mené et a identifié des points d’amélioration possibles. 

"Quand monsieur Sihou arrive un an avant ma prise de fonction, il avait lancé un audit. C’est une démarche que je trouve saine. J’ai parcouru cet audit qui montre une organisation qui est vieillissante. Il faut savoir que quand je suis arrivée, il y avait des dossiers du sol au plafond, ils étaient dans des locaux exigus et pas en accord avec des conditions de travail correctes. Vous vous rendez compte que Soliha n’avait pas franchi l'étape du numérique. Tous les dossiers étaient sous format papier. Bref, le process était un peu vieillissant et, en parallèle, vous avez le Département qui se fixe comme objectif de doubler le nombre de dossiers d’amélioration de l’habitat. On doit tout à la fois produire plus, réduire les délais, être garants de délivrer des prestations optimales, et favoriser l’économie réunionnaise en faisant appel le plus possible aux entreprises locales. Mais à ce moment-là, on n’est pas équipé pour le faire… donc j’ai trouvé bien que le Département décide de changer de braquet. La modernisation était nécessaire. Et je pense aussi que, d’une manière générale, le nouveau directeur est arrivé en voulant changer de méthode et c’est quelque chose de difficile à mener", tente-t-elle d’expliquer l’origine des étincelles qui ont donc amené au débrayage puis à la grève depuis avril. Une grève qui ne concerne que "dix agents", relativise-t-elle, sur les 42 que compte Soliha.

Enfin, sur le départ du directeur Mickaël Sihou, élu régional également, la présidente confirme que la discussion sur un cas individuel ne pouvait être intégrée au protocole de sortie de crise.
6 juillet : Soliha : Les grévistes obtiennent la tête de Mickaël Sihou

"La rupture conventionnelle suit son cours. A mon sens les agents devaient revenir au travail mais c’est cet élément (la rupture conventionnelle en cours d'examen, ndlr) qui a fait qu’on n’a pas signé de protocole", regrette-t-elle. C’est en effet un point non négociable sur lequel les grévistes demeurent vigilants. Ils veulent, jusqu’au bout, savoir sous quelles conditions le capitaine Mickaël Sihou quittera le navire puisque les rumeurs vont bon train sur la façon dont il sera remercié...




1.Posté par economax le 13/08/2022 07:18

Tiens Ben Hamida est devenue expert comptable pour elle le terme dette employé par le commissaire aux compte n'est pas le bon : Ah bon!........le commissaire aux comptes n'emploie donc pas les bons termes comptables, la conseillère régionale est en train de redéfinir la norme comptable .....lol et relol et le bla, bla continue avec cette politique.
Elle parle d'une prescription de somme, cela n 'existe pas car justement il peut y avoir une prescription d'une dette ( prescription quadriennale) mais le conseil Général peut lever cette prescription à tout moment car elle en a la possibilité légale.
Donc il est temps que le Parquet jette un œil sur cette affaire et les grévistes ont raison de refuser la rupture conventionnelle du directeur car lui va tapper dans la trésorerie abondante ( dette) car cette rupture n'est provisionnée nulle part et surtout le financeur n'a pas donné les sous pour ce départ donc l argent de l habitat social ira au directeur SIHOU finalement etc..etc..doit on le féliciter pour sa gestion, il faut lire le rapport du commissaire aux comptes.....

2.Posté par Chargeurs d''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''' le 13/08/2022 07:23

Ah ah on ne oublie pas les comptes et c'est normal !?...on gère des millions sans que les dossiers avances : what else😏?...le département laisse faire, c'est normal, on vous dit😇...Huguette et Jean Hugues sont portés disparu sur ce dossier 💤💤💤

3.Posté par FURCY le 13/08/2022 07:31

NOMEN EST OMEN

4.Posté par Mondié singnèr le 13/08/2022 08:28

'' La présidente "bénévole" ''

- oui, mais dans la réalité, iféparien pourien, il doit bien y avoir des petites ristournes qui se perdent par-ci par-là. Voir le paragraphe ci-dessous.

'' Donc ce 1,8 million, c’est un cumul de ces sommes non utilisées sur 40 ans et non réclamées par le Département. ''
- Que sont devenus ces 1.800 000 € ?

si le Département attribuait à Soliha 1000 euros et que 500 euros n’étaient pas utilisés, il revenait au Département de réclamer la somme non utilisée..
- Soliha demande 1 800 000 €, ne l'utilise pas, ne le restitue pas, pendant 40 ans le département ne réclame pas.
- Si c'était un particulier, pour 100 €, il n'aurait pas fini l'année avec en plus les frais d'huissier.

'' le Département qui se fixe comme objectif de doubler le nombre de dossiers d’amélioration de l’habitat ''
- Ma demande est en attente de (?) depuis 2017, pouvez-vous la retrouver sous la pile siouplé ?

En clair, avant les élections, les candidats sont capables de.....
Pendant la mandature, oublient de....
Au moment du renouvellement, repromettent encore des miracles.
- Les citoyens, incapables de discernement, depuis 1982 confient et reconfient la gestion du département à n'importe quoi.

5.Posté par oté la Réunion le 13/08/2022 09:56

Encore des entourloupes politiques! La Justice injuste ne fera rien! Sarko a eu un petit bracelet électronique et les autres élus de toute la France ont encore de beaux jours devant eux!

6.Posté par oté la Réunion le 13/08/2022 11:29

Les Siou, Payet Ben Hamida ont pour point commun les Virapoullé, un trio de choc... Plus d'un million d'euros, c'est une belle somme.
Une de mes connaissances a ouvert une entreprise en bénéficiant d'une aide du département de 3000 euros. L'entreprise a fermé à cause d'un cambriolage et de la perte de son matériel et il est désormais au RSA. Depuis 2005, le département lui réclame le remboursement et il a un huissier aux trousses alors qu'il est insolvable! Pire, il lui bloque ses minima sociaux jusqu'à maintenant!

7.Posté par Ahlala le 13/08/2022 11:39

Petite correction: si les sommes versées par le Département au Pact sont des avances sur subventions accordées à des bénéficiaires particuliers et non à un organisme. elles ne sont donc pas destinées à l'organisme mais au bénéficiaire. Le pact, soliha maintenant, n’était que dépositaire des fonds et agissait comme une banque.
ne pas restituer l'argent non utilisé, que ce soit au département ou au bénéficiaire pose question et peut être qualifié.
ceci explique aussi la qualification de dettes du CAC qui est cohérente.
Le Département est au courant de cette situation depuis 2011, situation qui est formalisée chaque année par le CAC et dont le Département est doublement destinataire, en tant que fournisseur des fonds et en tant qu'administrateur.

8.Posté par totoche le 13/08/2022 12:02

La présidente bénévole est conseillère départementale : il n'y a pas de conflit d'intérêt?

9.Posté par Richesse le 13/08/2022 17:15

Madame l'ancienne élue cumulard qui touchait plus de 5000 d'indemnités en 2020 en étant à la mairie, à la cirest , à la mission locale et au département faut arrêter avec celle la ! D'ailleurs après soliha il faudrait fouiller dans l'association nou aide à zot qui est rempli de subventions

10.Posté par DIDIER NAZE le 13/08/2022 20:07

😕....Waouh 😨😲....elle a vraiment la tête de l emploi celle là !!....en espérant qu' elle soit viré au plus vite...voir à être inquiéter par la justice !!.....

11.Posté par Marilène le 13/08/2022 21:10

La justice devrait regarder du coté de St André où Jean Marie a crée plusieurs associations transparentes ,présidées par ses anciens colistiers des municipales 2020 et largement subventionnées par Cyrille au département.
Jean Marie utilise ses président fantômes pour faire confectionner et distribuer des repas ,à mettre des salles des associations , non homologuer pour organiser des réceptions privées, donner des contrats PEC avec obligation de faire campagne pour lui ..
Ce n'est pas une gestion de fait ça monsieur Jean Marie?
Vous êtes prévenu ,vous êtes responsable de cette gestion de fait.

12.Posté par Jean marc le 13/08/2022 21:13

Pourquoi cette grève continue!? Les grévistes ont eu ce qu'ils voulaient et pourtant!! Visiblement Sihou n'a rien volé, son seul tort est d'avoir lancé un audit et supprimé les privilèges de 10 personnes ( grévistes maintenant). Qui est la victime???

13.Posté par Jimmy le 13/08/2022 21:16

Alors maintenant lo band grévistes y koné mieux que le commissaire aux comptes!!!! Allé travail band gratteur ....

14.Posté par Bibi le 14/08/2022 11:37

Ben hamida. Sihou. Virapoulle. Tous des saint andreens. Honte d'avoir des politiciens comme ça. Ils travaillent pour leur poche. Pour leur intérêt à eux.. Sihou est un magouilleur suis bien placé pour le connaître. Tout paye mon gars

15.Posté par jojo la frite le 15/08/2022 22:28

Ah bon ! elle y rode tire bébête là où nana pas de bébête ? ... bon courage

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes