MENU ZINFOS
Société

La préfecture s’engage contre le travail au noir dans le secteur du paysage


Pour faire face au travail dissimulé qui s’exerce parfois dans le secteur paysager, qui représente 220 entreprises, la préfecture a publié une charte pour accompagner les professionnels.

Par - Publié le Lundi 8 Février 2021 à 11:28

Le communiqué:
 
Signature de la charte de lutte contre le travail illégal dans le secteur du paysage


Un secteur en développement mais fragile

Le secteur du paysage représente à La Réunion 220 entreprises, soit 750 actifs dont 550 salariés. Il dégage un chiffre d'affaires annuels de 45 millions d'euros et est majoritairement composé de petites entreprises employant en moyenne 2,5 salariés par entreprise (Source : Chiffres clés Unep 2019).

Ce secteur en développement repose sur un tissu d'entreprises de petite taille dont l'équilibre et la sécurité économiques peuvent être perturbés par des situations de fraude.

L'UNEP première organisation professionnelle des entreprises du paysage, a décidé de se mobiliser solidairement avec les pouvoirs publics afin de contribuer au rétablissement d'une saine concurrence économique dans leur secteur d'activités.

Le travail illégal contre lequel les signataires s'engagent à lutter concerne toute forme de travail dissimulé : les salariés non déclarés, les entreprises non déclarées, les cumuls d'emplois, le marchandage et le prêt illicite de personnel, la fausse sous-traitance, le cumul irrégulier de revenus et les fraudes à l'introduction et à l'emploi de main d'œuvre étrangère, ainsi que les activités non conformes à la réglementation sur le service à la personne.

Ces dérives sont observées pour toutes les activités suivantes relevant de ce secteur :
  • la réalisation et l'entretien de parcs et jardins, le paysagisme d'intérieur, les aménagements paysagers, la réalisation et l'entretien des espaces engazonnés des terrains de sports à l'exclusion des travaux non liés à l'aménagement paysager ;
  • l'engazonnement par projection, application de produits phytopharmaceutiques ;
  • le reboisement, l'élagage, le débroussaillage « abattage d'arbres d'alignement et d'ornement » ;
  • l'arrosage automatique lié à l'aménagement paysager ;
  • la végétalisation et le génie végétal ;
  • les petits travaux de jardinage, dans le cadre des entreprises de service à la personne agréées.
Objectifs de la charte

La présente charte a pour objectif :
  • d'appeler l'attention des professionnels et des donneurs d'ordre sur les différentes formes de travail illégal ainsi que leurs conséquences très néfastes sur le plan économique et sur le plan social ;
  • de définir des orientations précises pour prévenir et lutter efficacement contre l'ensemble des fraudes au travail et à l'emploi ;
  • d'aider à la reconnaissance des professionnels qui s'engagent dans une démarche de transparence et de qualité ;
  • de sensibiliser les différents donneurs d'ordre ;
  • d'informer la clientèle privée, les collectivités territoriales, les élèves et les dispensateurs de formation initiale et continue, sur la démarche entreprise avec les pouvoirs publics pour lutter contre le travail illégal ;
  • de protéger les salariés qui sont victimes du travail dissimulé et des pratiques de fausse sous-traitance.
Information, contrôles et poursuites

Les pouvoirs publics s'engagent à animer des réunions et des actions de formation en direction des entreprises, les donneurs d'ordre, les salariés des entreprises du paysage. Les élèves en formation devront être suffisamment informés sur les risques liés au travail illégal.

Un plan de contrôles annualisé sera élaboré dans le cadre du comité de pilotage et les résultats feront l'objet d'une communication régulière. Les professionnels s'engagent à communiquer aux services de contrôle les signalements se rapportant à des activités irrégulières dont ils auraient connaissance.

Le suivi du traitement des affaires signalées sera présenté par le Secrétariat du Comité de Pilotage à chacune de ses réunions ; il précisera l'existence des éventuels procès-verbaux établis.

Les autorités compétentes de l'État s'engagent à mettre en œuvre le dispositif de suppression des aides à l'emploi et à la formation professionnelle en cas de travail illégal.

La CGSS s'engage à étudier avec les autres créanciers la mise en œuvre de la solidarité financière des donneurs d'ordre dans les cas prévus par la loi afin de demander le recouvrement des cotisations éludées. Comme le prévoit la loi, elle s'engage également à procéder à l'annulation des exonérations de cotisations sociales en cas de condamnation de travail dissimulé.

Les organisations signataires s'engagent dans la mesure du possible à se constituer partie civile dans les procédures judiciaires engagées ; elles demanderont dans ce cas de prononcer des peines complémentaires (affichage, publication du jugement, interdiction d'exercer...).

Le travail illégal est un fléau pour l'emploi et contribue à l'aggravation du chômage. Il entraîne pour le salarié qui travaille de manière irrégulière un préjudice important lié à l'absence des déclarations auprès des organismes sociaux (perte de droits à la retraite, d'indemnités journalières et de droits à l'assurance chômage). Il constitue également pour les entreprises une concurrence déloyale préjudiciable à l'emploi.

L'économie non déclarée représente un manque à gagner en termes de recettes fiscales pour l'État et déséquilibre les comptes sociaux par l'absence de cotisations salariales et patronales.

En 2020, tous secteurs d'activité confondu, 352 interventions relatives à la lutte contre le travail illégal ont été réalisées par les services de l'inspection du travail. 23 procès verbaux ont été dressés et communiqués aux Parquets.

S'agissant de la CGSS, sur l'année 2020 à La Réunion, dans un contexte de crise sanitaire, 272 actions contre la fraude aux cotisations sociales tous secteurs confondus, ont été menées, dont 85 ont conduit à des redressements pour un montant total de 2,9 millions d'euros.

La mise en œuvre de la solidarité financière des donneurs d'ordre


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par pirouet le 08/02/2021 11:54

Combien de fonctionnaires d' état, ces messieurs des impots , sécu et d'autres aussi utilisent des jardiniers au noir.


2.Posté par bob le 08/02/2021 12:05

POURQUOI NE PAS LUTTER CONTRE LE TRAVAIL AU NOIR A LA PREFECTURE MEME ???

3.Posté par Olivier le 09/02/2021 19:13

Exactement, le 1er corrompu sur l'île c'est la préfecture

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes