MENU ZINFOS
Santé

La préfecture craint une nouvelle vague épidémique de Dengue


La préfecture de La Réunion lance sa campagne de communication "Retour de l’Été : Agissons dès maintenant !" contre la dengue. L’objectif est de remobiliser l’ensemble des acteurs et la population afin d’éviter une reprise de l'épidémie dans les mois à venir.

Par - Publié le Mercredi 9 Décembre 2020 à 10:21 | Lu 1584 fois

Photo : ARS Réunion
Photo : ARS Réunion
Près de 40.000 personnes ont contracté la dengue à La Réunion en 2020 selon le dispositif de surveillance, dont 16.000 ont été identifiées par l’ARS. 776 ont dû être hospitalisées et 22 personnes n’y auront pas survécu. L’île compte la coexistence de 3 sérotypes.

Avec actuellement 10 cas par semaine et une circulation toujours active durant l’hiver austral, la crainte d’une nouvelle vague épidémique est forte pour les autorités. Celle-ci s’ajoutant à la circulation de la Covid fait redouter une tension dans les hôpitaux.

Pour cette raison, les autorités veulent mobiliser les acteurs dans cette lutte. La préfecture lance donc une campagne de communication baptisée "Retour de l’Été : Agissons dès maintenant !" dont les visuels ont été sélectionnés après un concours qui a rassemblé 127 artistes. Cette campagne se déclinera pendant les mois de décembre et janvier par affichage et sur le web.

Les autorités rappellent les bons gestes pour se protéger : 
-éliminer les récipients d’eau
-éliminer les déchets pouvant abriter les gîtes larvaires
-respecter les jours d’enlèvement des déchets
-couvrir les réservoirs avec du tissu ou une moustiquaire
-utiliser des produits répulsifs
-porter des vêtements longs et couvrants et installer des moustiquaires.



Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Titourun le 09/12/2020 15:49

J' ai appelé plusieurs fois l ARS pour leur signaler la présence invraisemblable de moustiques dans mon quartier. Et leur réponse :" tant que vs n avez pas eu avec un certicat médical la dengue" ils ne se déplacent pas. Tout comme le covid ils vont agir après coup en disant qu ils maîtrisent. Je vais vous rappelez ARS et si rien n est fait signalement a la préfecture peut être que.....!
J' ai envie de dire bande de bon a rien et dire que c est un service de l état a qui on paie des impôts.

2.Posté par ah,ahah, le 09/12/2020 16:39

1) L'ARS est un ramassis de feignasse donc c'est une erreur de les appeler!
2) Si les gens arrêtaient de laisser leurs saloperies s'entasser dans leurs cours , s'ils nettoyaient , s'ils ne jetaient pas leurs cochonneries au bord des chemins , il y aurait sans doute beaucoup moins de gîtes larvaires et moins de gens touchés!
regardez où sont les quartiers les plus touchés ...

3.Posté par Titourunn le 09/12/2020 16:57

Je ne regarde pas ce qu il se passe dans la cours des autres mais au niveau ramassage des déchets je suis agréablement surpris par le travail fait par la marie de St Denis et de ses agents pour le ramassage.
L ARS se cache a ne rien faire. Ce n est jamais de leur ressort. Prévention et bien quand on vs appelle venez faire votre boulot . A bon entendeur !!

4.Posté par Z'inutiles! le 09/12/2020 17:40

Sans doute que quelques feux de jardin seraient plus efficaces que les produits de l'ARS ! Mi habite pas Saint-Leu, XPTDR!

5.Posté par Ti Piment le 10/12/2020 06:36

Et la mairie de St Denis, quand va t elle se décider à faire nettoyer la décharge sauvage qui est à la rue voltaire ?

6.Posté par Dr anonyme le 10/12/2020 13:12

Pour éliminer la dengue, on va tenter de se débarrasser des dépôts sauvages d'ordures. Bien c'est une bonne décision pour notre paysage et pour les touristes !

Mais la recherche du traitement de la dengue constituée n'est même pas envisagée par nos CHU du moins si j'en crois la lecture des communiqués de l'ARS.

Pour éliminer la dengue, l'ARS croit pouvoir se débarrasser des larves de moustiques dans ces dépôts sauvages. Bien ! Toutefois, n'oublions pas qu'iles sont des millions ces moustiques et ils sont partout. Surtout dans les ravines à se reproduire notamment dans la ravine des trois bassins.

Pourquoi l'ARS ne s'en occupe pas de ces ravines ? C'est le garde-manger des chauve-souris ?

La tentative de réduire le nombre de moustiques est certes une bonne résolution; mais l'espoir de faire disparaître la dengue par des dépenses importantes en insecticides qui tuent est vain

L'ARS ne cherche pas à traiter la transmission de la dengue par le moustique. Elle cherche à tuer tous les moustiques, même les innocents par milliards et ceci est une mission impossible !

Par contre, un patient atteint de la dengue doit être traité et pour lui-même mais aussi pour protéger son entourage dans la limite du vol du moustique chargé de sang : 20 mètres ?.

Un seul moustique lui a apporté la maladie. Casser la transmission est une mission bien plus simple que tuer tous les moustiques.

L'ivermectine est connue depuis plus de 20 ans. Surtout par les vétérinaires. Mais aussi pour tous les parasites humains, du moins ceux qui ont une neurotransmission d'invertébrés (gale, filariose). Les autres parasites invertébrés ne sont pas impliqués faute d'AMM.

Et si on essayait de tuer les seuls moustiques qui viennent piquer le malade ? Ce serait bien plus simple. Et bien moins onéreux.

7.Posté par Veridik le 10/12/2020 16:36

Il faut que les petits bonhommes en blanc viennent avec leur pulvérisateur.
Vois n'avez rien à craindre , comme pour la vaccin covid

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes