MENU ZINFOS
Economie

La part des chômeurs parmi les créateurs d'entreprise diminue


- Publié le Jeudi 3 Novembre 2016 à 09:19 | Lu 681 fois

La part des chômeurs parmi les créateurs d'entreprise diminue
La création d’entreprise a beaucoup baissé ces dernières années. Si en 2010, notre île faisait partie des région les plus créatrices, avec un taux de 20%, ce chiffre a chuté à 13% en 2014. Cette année là, ce sont 4 872 entreprises qui ont été créées (hors régime de l’auto-entrepreneur), révèle l'Insee, qui livre ce jeudi des détails sur l'évolution de cette activité. 
 
 
 

La part des chômeurs parmi les créateurs d'entreprise diminue
Plus de créateurs anciennement salariés ou n’ayant jamais exercé d’activité professionnelle
 
Le plus souvent, les créateurs d’entreprise sont d’anciens chômeurs. Toutefois, leur part a diminué, passant de 39% des créateurs en 2010 à seulement 31% en 2014. Ainsi, la part des salariés augmente, passant de 28% à 30%, mais aussi celle de ceux qui n’avaient aucune activité professionnelle auparavant (de 8% à 11%), et de celle d’anciens chefs d'entreprise salariés (de 7 % à 9%)
 
 

La part des chômeurs parmi les créateurs d'entreprise diminue
Moins de créations dans le secteur du commerce

Le profil des entreprises créées a aussi évolué. Si un quart des entreprises créées et ayant une activité marchande (hors agriculture) ont une activité de commerce, ce secteur génère beaucoup moins de créations d'entreprises qu’il y a quatre ans.

Parallèlement, le poids d’autres secteurs augmente légèrement. C'est le cas des activités spécialisées, scientifiques et techniques, de la santé humaine et de l'action sociale ou encore des activités de services administratifs et de soutien.

La construction est le deuxième secteur d’activité créateur d’entreprises, avec un poids stable correspondant à 18 % des créations. Viennent ensuite l’hébergement et la restauration (9 %).

La part des chômeurs parmi les créateurs d'entreprise diminue
Un ratio de femmes d'1 pour 3 inchangé
 
Force est de constater que les hommes créateurs d’entreprise sont plus nombreux que les femmes. Que ce soit en 2010 ou en 2014, les femmes ne représentent que 29% des créateurs. A noter, dans le secteur de la santé humaine et de l’action sociale, et dans les services aux particuliers, près de la moitié des créateurs sont des créatrices.
 
 
Des créateurs plus expérimentés 
 
En 2014, 64 % des nouveaux entrepreneurs créent une entreprise qui correspond à leur métier principal, contre 60 % en 2010.  Ils sont 44 % à avoir plus de 10 ans d’expérience dans leur secteur, contre 33 % en 2010. Par contre, dans les transports et l’entreposage, 35 % n’ont aucune expérience.
 
L’Insee relève en outre que les créateurs de 2014 sont un peu plus diplômés qu’en 2010 : 21 % sont en effet titulaires d’un diplôme supérieur ou égal à la licence, contre 19 % en 2010. Mais sur ce point, La Réunion est tout de même bien en-dessous du niveau national de 31 %.
 
Par ailleurs, en 2014, un tiers des créateurs d’entreprise sont âgés de 30 à 39 ans, mais il y a de plus en plus de créateurs âgés, ce qui reflète le vieillissement de la population active (21 % ont 50 ans ou plus, contre 15 % en 2010).
 

La part des chômeurs parmi les créateurs d'entreprise diminue
Des projets plus modestes
 
De plus en plus de créateurs d’entreprise démarrent leur projet avec des petits moyens, rapporte l’Insee : ils sont ainsi 58 % à s’être lancés dans leur projet avec moins de 8 000 euros (contre 49 % en 2010).
 
En outre, 32 % des projets sont initiés avec moins de 2 000 euros (20 % en 2010) et en 2014, les trois quarts des créateurs n’ont fait appel à aucune source de financement extérieure (contre la moitié en 2010).
 
Les créateurs sont aussi moins nombreux à bénéficier de dispositifs d’aides publiques : 31 % contre 49 % en 2010. L’aide aux chômeurs créateur ou repreneurs d’entreprise (Accre) est la plus utilisée par les nouveaux entrepreneurs (16 %). Les aides sans conditions vis-à-vis de la situation dans l’emploi des créateurs, telles que les prêts à la création d’entreprise ou les aides liées à l’innovation, sont très peu utilisées. Par ailleurs, seuls 8 % des créateurs d’entreprises réunionnais déclarent s’appuyer sur des exonérations de cotisation ou d’impôts. Seuls 4 % bénéficient du Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d’entreprise (Narce) et 1,4 % ont recours aux aides locales ou régionales.
 
Des créateurs d’entreprises autonomes
 
Près de trois quarts des créateurs sont l’unique dirigeant de leur entreprise, souligne l’Insee. Ils ne sont que 5 % à être franchisés ou liés à une autre entreprise en tant que concession, agent de marque, chaîne ou coopérative.
 
Néanmoins, 60% des nouvelles entreprises font appel à d'autres, pour des services de comptabilité ou de publicité essentiellement. À La Réunion, le recours des nouvelles entreprises à des services extérieurs est de plus en plus fréquent.
 
80% des nouvelles entreprises n’emploient aucun salarié 
 
Les créateurs emploient rarement des salariés au démarrage de leur activité. Ils ne sont que 17 % d’entre eux à le faire au moment de la création et 22 % au bout de six mois d’activité. Des chiffres un peu plus élevés qu’en 2010 (11 % au démarrage, 13 % au jour de l’enquête). Enfin, l’institut de sondage indique que les entreprises créées au premier semestre 2014 et toujours en activité en fin d’année emploient 1 420 salariés fin 2014.




1.Posté par Benji le 03/11/2016 09:44

Avec une population déjà fragilisée, comment peut-on persister à maximiser les aides pour que la ré-insertion se fasse par la création d'emploi?!

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes