Courrier des lecteurs

La nomination d'Etienne Billot, une très bonne nouvelle pour la santé mentale infanto-juvénile

Lundi 12 Mars 2018 - 10:26

Ce 12 mars 2018, M. Etienne Billot prendra ses fonctions en tant que Directeur Général Adjoint de l’ARS Océan Indien. Un parcours de près 20 ans au monde sanitaire et social, dont 15 années à l’Île de la Réunion puisqu’il a été affecté en 2003 à la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales (DRASS).

Depuis 2010, il a été chargé à la planification sanitaire et de la politique gérontologique et de santé mentale à l’Agence Régional de Santé de l’Océan Indien (ARS-OI), responsable du Pôle Offre de Soins puis dernièrement directeur de la stratégie et de la performance.

Dans le parcours de M. Etienne Billot, je retiendrai les quelques réflexions et actions  qu’il a formulé, d’abord dans son mémoire d’août 2000 à l’école nationale de la santé publique (ENSP) sur « l’articulation entre la psychiatrie infanto-juvénile et le secteur médico-social ».

Puis, lors de la restitution de ses travaux en tant qu’Inspecteur de l’Action Sanitaire et Sociale ainsi qu’à M. Jean-Marc SIMONPIERI, Médecin Conseil Assurance Maladie, en Comité stratégique le 14 décembre 2004, me semble poser la problématique de « l’articulation des soins entre la psychiatrie adulte et la psychiatrie enfant, autour de la limite d’âge de 16 ans ».

Dans ce cadre, les orientations suivantes sont été retenues que je cite :

•       adoption d’une définition large et individualisée de l’adolescence (12-22 ans) permettant de distinguer, selon le niveau de développement du patient, trois tranches d’âge : enfants (de 0 jusqu’à la puberté), jeunes adolescents (de la puberté jusqu’à 15-16 ans), grands adolescents (16 à 22 ans)
•       développement d’un travail intersectoriel entre secteurs adulte et enfant d’une même aire géographique, autour de la prise en charge des adolescents et jeunes adultes (dépassement de la limite de 16 ans)
•       distinction fonctionnelle de l’hospitalisation des enfants de celle des jeunes adolescents et des grands adolescents.
-       pertinence d’une offre intersectorielle d’hospitalisation psychiatrique des enfants : indication, volume, organisation de l’unité.
-       modalités à définir de prise en charge temps plein des adolescents : unité spécifique d’hospitalisation psychiatrique, centre de crise, maison des adolescents, unité pluridisciplinaire…
-       modalités à définir d’hospitalisation psychiatrique des grands adolescents.

Ceci implique dit le rapport « une révision du fonctionnement de l’unité existante d’hospitalisation intersectorielle à vocation régionale des moins de 16 ans ». Et que l’EPSMR doit se positionner sans délai, au travers de projets précis et chiffrés, sur ces questions déjà inscrites dans le précédent SROS Psychiatrie ».

Tout en saluant votre nomination M. Billot, de votre connaissance en besoins en soins dans le bassin Océan Indien et de votre écoute active en santé mentale infanto-juvénile. Je souhaite qu’au moment où l’agence de santé de l’Océan Indien rouvre la consultation sur le Projet de Santé de La Réunion et de Mayotte 2018-2027 (PRS) qu’une réponse prioritaire soit à « définir en hospitalisation psychiatrique des grands adolescents » et de manière générale que la santé mentale devient  une grande cause de santé publique. C’est ma  participation au nouveau Projet de Santé de la Réunion et de Mayotte.
JCC
Lu 521 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 20 Novembre 2018 - 16:12 La nuit, l’heure est venue de sévir …