Politique

La municipalité de l'Entre-Deux met le "cap sur l'investissement"

Jeudi 22 Mars 2018 - 18:21

Avec un budget primitif total de plus de 16,2 millions d’euros, la municipalité de l’Entre-Deux souhaite "mettre le cap sur l’investissement pour l’année 2018", a déclaré ce jeudi avant le conseil municipal de ce soir, Bachil Valy, le premier édile. Pas moins de 13 chantiers vont débuter prochainement dont 8 initiés par la commune et 5 par la CASUD: réhabilitation du centre Manin pour près de 590 000 euros,  extension de l’école Arc en Ciel pour 340 000 euros, création de la micro-crèche du Bras Long ou encore création d’un ouvrage d’art sur le pont Janus pour plus de 1,6 millions d’euros. 

Autant de travaux qui impacteront le quotidien des Entre-Deusiens et des touristes de passage dans le village. Le pic des chantiers est attendu pour le mois d’août. La Fête du Choca d’ordinaire célébrée en juillet devrait être déplacée pour le mois d’octobre, "sous réserve des conditions de circulation". Etablissements scolaires et clubs de sport devront également prendre leur précaution suite aux travaux sur le stade. 

Des chantiers qui mobiliseront des fonds venus de la Région, de l’Etat mais aussi ceux de la commune. Le compte de gestion 2017 excédentaire de 1,7 million d’euros, 1 million d’euros devrait être transféré de la section de fonctionnement à d’investissement. "Nous ne voulons plus être à la merci des paiements des subventions, qui en 2017 a mis en alerte notre gestion budgétaire et a fait courir des risques à nos investissements" . Une affectation du résultat 2017 qui permet également, indique Bachil Valy, de ne pas contracter d’emprunt pour cette année évitant ainsi "d’une part d’accentuer notre dette et d’autre part d’anticiper les besoins d’emprunts pour 2019". Afin de veiller à une bonne gestion financière de la collectivité, un conseil de surveillance des finances, composé d’élus et administratifs a été créé. "Il aura pour rôle essentiel de contenir les balances décaissements et encaissements des subventions, souvent trop longues et de plus en plus complexes".

Coté budget de fonctionnement, la fin des contrats aidés impacte non seulement les finances mais aussi "les pratiques de management", ajoute Bachil Valy. 69 postes aidés en juin 2018 contre 186 à la même période l'année dernière. Un "temps de rodage"  nécessaire pour une collectivité qui doit à la fois désormais "assurer un e fonction d'insertion professionnelle et de gestionnaire de parcours dans la carrière des demandeurs d'emploi", souligne le maire.  

Egalement à l’ordre du jour de ce conseil municipal, les taux des taxes locales qui n’augmenteront pas en 2018, se félicite Bachil Valy.

PB
Lu 2215 fois



1.Posté par GIRONDIN le 22/03/2018 21:24

Vous êtes élu maire depuis 2008, il n'est jamais trop tard pour investir !

2.Posté par dorcel le 23/03/2018 04:22

Monsieur le maire , 10 ans que vous n'avez rien fait , les élections dans 2 ans vois réveillent ???

3.Posté par BAM BAM le 23/03/2018 13:35

A mon avis BAM BAM, vous êtes toujours en sommeil, comme le tangue en Hibernation, dormez-vous et revenez comme vous avez l'habitude de le faire en janvier 2020 à la veille des élections. BAM BAM

4.Posté par Ah bon ! le 23/03/2018 18:32 (depuis mobile)

On croyait qu' il avait mis le cap en direction du foyer Terre rouge.

BAM

5.Posté par Grangaga le 24/03/2018 18:54

Dann' vèrr' d'si la tabb' là, nana d'zu d'pomm'.......Mi vé vwarr' lo brik', oté !!!!!!!

Déssi .....7 mounn', nana ènn' y koz', 2 y swivv', é lo bid'zé lé voté a............l'unanimité, bravo.

6.Posté par BAM BAM le 28/03/2018 12:10

GRANGAGA, oté tu la rien compris lo frer c'est un conférens de pres pas un conseil municipal ouv ton zié
BAM BAM

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter