MENU ZINFOS
Faits-divers

La meurtrière présumée de Ste-Anne reste en prison


Alison Rato est accusée d'avoir mortellement poignardé son compagnon du moment, Jean-Patrice Dosité, il y a deux ans en pleine rue à Ste-Anne. Ce mardi, elle demandait à la chambre de l'instruction de lui laisser retrouver la liberté en attendant son procès prévu prochainement aux Assises.

Par Isabelle Serre - Publié le Mardi 13 Avril 2021 à 16:31

Le 9 avril 2019, Jean-Patrice Dosité était poignardé en plein coeur par sa compagne du moment à Sainte-Anne. En pleine rue et devant témoins, le malheureux de 32 ans n'avait pas pu se défendre.

Des violences réciproques s'étaient à priori déroulées juste avant le drame et la victime avait décidé de quitter le domicile pour mettre fin à la dispute. Mais Alison Rato, la meurtrière présumée, alcoolisée et sous l'influence de cannabis et de médicaments, l'avait poursuivi avant de planter la lame.
Un seul coup porté de haut en bas avait suffit à entraîner la mort.

Depuis près de deux ans, la bénédictine est détenue provisoirement à la maison d'arrêt de Domenjod. Ce mardi 13 avril, elle comparaissait devant les magistrats de la chambre de l'instruction accompagnée de son avocat, Me Julien Baracco pour demander sa mise en liberté avant son procès aux Assises qui ne devrait pas tarder. L'information judiciaire est désormais close et l'ordonnance de renvoi rendue.
"Donnez moi une chance"

Alison Rato s'est montrée simple et apaisée devant les juges. Robe jaune, cheveux longs noués vers l'arrière, elle a déclaré avoir beaucoup changé en deux ans. "La prison m'a beaucoup appris. J'ai compris que la vie ce n'était pas que boire de l'alcool et prendre des médicaments. Avant, tout tournait autour de ça. Maintenant, je suis suivie par un psychologue et j'ai soigné mes addictions", a détaillé celle qui avait 23 ans au moment des faits et a déjà été condamnée à trois reprises pour des faits de violences.

"Ma cliente a suivi une formation, a poursuivi son conseil. Nous n'avons jamais fait de demande de remise en liberté depuis le drame justement parce que Madame Rato avait besoin d'évoluer. Et le résultat est très positif", a estimé la robe noire au soutien des intérêts de sa cliente.

"Une guerrière"

La présidente de l'audience a cependant fait remarquer en début d'audience que l'intention de tuer avait été retenue dans cette affaire. Décrite comme "une guerrière" par les experts qui l'ont examinée, Alison Rato aurait toujours choisi des conjoints violents et avait pour habitude de boire et de consommer massivement des amphétamines : "Une personnalité qui expliquerait son passage à l'acte", ont décrit les experts. 

Des expertises menées juste après le crime présumé comme n'a pas manqué de relever Me Julien Baracco. "Oui, il y a une évolution", a concédé la représentante de la société, Emmanuelle Barre. Mais pour l'avocate générale, ce n'est pas suffisant pour laisser libre celle qui s'assiéra bientôt sur le banc des accusés.

Après réflexion, les magistrats ont tranché en fin de journée.
La meurtrière présumée de Ste-Anne reste, pour l'instant, derrière les barreaux.
 




1.Posté par Zorro le 13/04/2021 18:52

Encore une violence faite aux femmes!

2.Posté par Mister Magoo le 13/04/2021 22:17

J'ai tué volontairement mais j'ai évolué donc je peux sortir.
Non ?
Mais j'ai évolué.
Oui, normal en prison, tu ne bois pas.
Ça serait si facile de dire j'ai changé et, hop, je sors de prison.
Elle vit sur une autre planète

3.Posté par Inconu 974 le 14/04/2021 02:59

Aprer des que i sorte la prison i sa va re mette lefe cachet le rhum zamal ect

4.Posté par Annoe le 14/04/2021 06:34

Dehors retour au habitude avec les vieux potos .... Ici a la réunion la vie tourne rien autour de l alcool ,la drogue et les médicaments bah pauvre réunion

5.Posté par Nono le 14/04/2021 06:44

Pffff laisser moi une chance pff .ôté es ce que ou la laisse une chance a la victime pfff assume ton geste .râle ton 15ans.

6.Posté par Zozo sur le net le 14/04/2021 07:37

Faut calmer sa peine.......Chercher la dignité......Ne pas mendier.......Purger, purger, purger.....
Des populations entières sont confinées alors qu'elles n'ont tué personne!

7.Posté par rode pas le 14/04/2021 13:29

occupe a zote un peu est ce que zote connais la personne personnelement parce que moi ouii. zote th present lor de lacte . est ce que zote connais dans quoi elle a passe quoi le gah th fait aelle avant tous sa mi pense que zote i coze sen connaite la vrai cause est le pourquoi du comment zote na point un vie un marmail un familleun boug pou occuper au lieu ni occupe demoune terla fait meileur si zote les pas content e a se que mi sache elle a fait son erreur ouii demain matin zote famille i commet le meme acte mi espere zote vas coze pareil est que vas gagne assumer toute les critique

8.Posté par ah la la le 14/04/2021 15:22

elle a tué quelqu'un, donc elle reste en prison. elle doit purger sa peine. C'est trop facile d'excuser les actes de violences parce qu'elle a une vie horrible. si elle n'était pas bien avec lui, il fallait qu'elle le quitter. Si elle avait des problèmes dans sa vie, il fallait qu'elle trouve une autre solution que l'alcool, la drogue et les médicaments.

9.Posté par Ouais... le 14/04/2021 16:52

C'est très bien, qu elle ait compris, que la prison l ait changé. Maintenant, elle peut purger ça peine sereinement. Elle n est pas écrouée pour des addictions, mais un acte. Il lui faudra a présent, comprendre qu elle doit aussi payé sa dette envers la société, car les contribuables que nous sommes,l exigeons...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes