MENU ZINFOS
Faits-divers

La mère et la sœur d'un tortionnaire condamnées pour non dénonciation de crime et non assistance à personne en danger


Condamné à 30 ans de réclusion criminelle pour avoir fait subir un enfer à sa compagne séquestrée pendant six jours, Grégory Richard avait commis les faits alors qu'il était en libération conditionnelle. Sa mère et sa sœur pouvaient-elles ignorer qu'il était un fauve incontrôlable face à sa compagne qui vivait dans des conditions misérables à ses côtés ? Certainement pas, a estimé le tribunal.

Par Isabelle Serre - Publié le Lundi 26 Septembre 2022 à 13:01

La mère et la sœur d'un tortionnaire condamnées pour non dénonciation de crime et non assistance à personne en danger
Février 2021, après deux jours de procès, Grégory Richard était condamné à 30 ans de réclusion criminelle, assortis d'une peine de sûreté des deux tiers et d’un suivi socio-judiciaire de trois ans. L'homme de 37 ans était  reconnu coupable de viol aggravé, séquestration et acte de torture avec la circonstance aggravante en raison de son état de récidive. C'est un véritable enfer qu'il a fait vivre à sa compagne de 29 ans avec qui il s'était mis en couple en 2018.

Au mois d'août de la même année, dans leur domicile de Bellemène qu'il partageait avec sa mère installée au premier étage, le trentenaire d'une extrême violence avait séquestré sa victime pendant six jours. Ligotée, elle avait subi une avalanche de coups lui cassant plusieurs dents, des viols et des brûlures de cigarette. Tous deux s'étaient rencontrés sur internet.

Grégory Richard n'en était pas à son coup d'essai. En 2011, il avait été condamné par la cour d'assises à dix ans de prison pour enlèvement, séquestration et viol. Cinq ans plus tard, il avait été remis en liberté et avait renouvelé les faits avec une autre femme, alors qu'il se trouvait en libération conditionnelle.

Enfermée dans une prison psychique

Vendredi dernier, en marge de la condamnation de 2021, la sœur et la mère du condamné comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis.  La première soupçonnée de ne pas avoir appelé les secours alors qu'elle ne pouvait pas ignorer ce qui se passait au sous-sol de la maison saint-pauloise. "Connaissant le passé et la personnalité de votre frère, si vous l'entendez hurler alors qu'il est seul avec sa compagne, à votre avis qu'est-ce qu'il se passe?", a questionné la représentante de la société.

L'enquête avait démontré que la sœur était partie se réfugier chez des proches. Ces derniers avaient confirmé qu'elle connaissait très bien le profil de son frère et savait que la nouvelle compagne était enfermée dans une prison psychique. "Elle était terrorisée, raison pour laquelle elle a choisi la fuite. Et au moment des faits, elle ne pouvait pas savoir quel allait être leur degré de gravité", a plaidé son avocat Me Jean-Christophe Molière, demandant au tribunal de la relaxer.

Elle nettoie des draps tachés de sang et jette des touffes de cheveux

Quant à la mère, il lui était reproché d'avoir nettoyé la scène de crime, lavé les draps tachés de sang, jeté des touffes de cheveux et fait le ménage dans la pièce. Des faits quasiment reconnus lors de ses auditions au moment de son placement en garde à vue mais fermement réfutés face aux magistrats de Champ-Fleuri. "Tout le monde savait ce qu'il se passait. Le couple vivait dans un taudis. L'enfant de la victime, âgé de six ans, était témoin des coups que prenait sa mère. Il a été giflé lui aussi. Après avoir été tabassée, madame ne pouvait plus marcher et son œil était si tuméfié qu'on ne pouvait plus voir de blanc. Vous n'avez rien fait pour l'aider alors qu'elle aurait pu échapper au pire", a fustigé l'avocate de la partie civile, Me Amel Khlifi-Ethève.

"Je n'y vois pas bien. Les cheveux auraient pu provenir de la perruque de la fille ou bien de déchets ramenés par le chien. J'ai fait le ménage comme d'habitude sans rien remarquer", a affirmé la mère de famille pour se défendre. Des arguments repris par son avocat, plaidant également la relaxe de sa cliente au motif qu'elle ne savait rien.

Le tribunal en a décidé autrement. La mère et sa fille sont condamnées respectivement à 18 et 12 mois de prison avec sursis. Elles devront indemniser la victime pour son préjudice à hauteur d'environ 7000 euros.

 




1.Posté par Le Jacobin le 26/09/2022 13:33

Le SURSIS est levier qui souligne l'incompétence des Juges.

2.Posté par Père vert le 26/09/2022 13:43

Condamné à 10 ans et libéré au bout de 5 ans.

Elle est belle la justice française.

Les victimes de ce tortionnaire remercient le laxisme de nos magistrats.

3.Posté par jolacaille le 26/09/2022 14:18

Encore une décision lamentable, après les avoir accablées on leur accorde le pardon puisque sursis = o

4.Posté par Papapio "Pères Amor" le 26/09/2022 16:34

Un Juge aux affaires Familiales, un Juge des Enfants et un Procureur, tous trois saisis pour des Abus Sexuels sur une petite Fille de 2ans1/2 par le petit ami de sa Mère, chez elle...

Trois specialistes entendent ma Fille et font tous un signalement d.urgence au Procureur, qui REFUSE DE LA FAIRE PROTÉGER... pour ne pas reconnaotre ses torts... Ni desavouer ses Collègues Juges.

Qui démolissent le Père judiciairement... Pour le faire taire... Et pour ne pas avoir a répondre des sanctions préalables trés lourdes contre lui...

Un Procureur Général Gauthier qui met en INSTANCE le Procureur d.engager une MESURE MÉLANIE IMMEDIATEMENT..
re-Refus du Procureur qui se dédouane lui même et ses comparses...

PLAINTES déposées contre ces horribles personnages pour : NON ASSISTANCE A PERSONNE EN DANGER SUR MINEUR DE - DE 15ans, Abus de Confiance, Abus de Pouvoir, Escroquerie à l.Enfant en bande organisée... Et, tenez vous bien...
C.EST LE PROCUREUR EN QUESTION QUI CLASSE TOUT SANS SUITE, avec la complicité d.autres magistrats...

C.EST TELLEMENT MINABLE, ET PERSONNE NE COMPTE EN RESTER LÀ...

5.Posté par Ronjha le 26/09/2022 20:41

Oh belle justice Française. Mes bras tombent c est fou. Comment un mec comme ça se trouve encore dehors.
Pfff envie de vomir.

6.Posté par nathchocolat le 27/09/2022 04:59

Toujours la même rengaine… ah , elle est belle la justice , surtout concernant des faits répétitifs 😡

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes