Justice

"La lu rode à mwin-in/Laisse a lu roder" ou "Les rivaux de Tampon-Gulch"

Mardi 16 Janvier 2018 - 16:03

Correctionnelle Sud - Mardi 16/01/2018


Question d'humeur, c'est selon... Les uns se réfèreront à "Gustave mon voisin" du regretté Pierre Rosély ; d'autres verront là-dedans un remake pays minable (très) des "Rivaux de Painfull Gulch" chers à Lucky Luke.
 
Une guerre sempiternelle

Dans un quartier du Tampon, que je ne nommerai pas par pure charité chrétienne (moi, si peu chrétien, j'veux dire), il y a quatre emmerdeurs publics. A savoir quatre très proches voisins qui ne supportent pas, ne serait-ce que de voir la tronche de leur vis-à-vis dans leur angle immédiat de vision. Difficile de les appeler autrement que des "emmerdeurs publics". Parce qu'il y a des gens, vous en conviendrez, qui sont nés pour en emmerder d'autres.

Il y a, d'un côté, les époux N. et P. De l'autre, les victimes,  M. et T.T.H.

Les époux et leurs ennemis favoris habitent les uns sur les autres. Ce qui est le cas de la majorité d'entre nous.

La présidente Valérie Dinot n'a pas osé leur poser " la" question qui tue : "Pourquoi ne vous aimez-vous pas ?"

Mes graines sur le billot qu'ils n'y eussent pas répondu :

Akoz voisins i bataille juste po le plasir batailler

Là-haut, au Tampon, ces Yabs là se détestent manifestement et ce n'est qu'une joyeuse litote.

Un jour, une fois de plus, ils se sont attrapés. Grave. Lui a jugé que "le connard d'en face" avait escagassé sa barrière. Il n'a pas vu qui mais "a lu mim ça !"

Ce que voyant, pétant le câble comme prévu, la copine du copain-de-l'homme-qu'a-vu-l'homme-qu'a-vu-l'ours, on se retrouve dans le noir.

Bref... personne ne sait qui a commencé, qui a fini. Seule certitude, la guerre. Entre ces quatre-là, elle dure depuis des années.

Un 44 magnum ? Hola....

Ce qu'on peut relever contre les concubins A.M.S. ? Des menaces. Précises. Du style "Heureusement que je n'ai pas un calibre 40! " Il a même été évoqué le calibre 44 magnum. Vous savez, celui de l'inspecteur Harry. Un flingue énorme dont personne n'a jamais retrouvé trace et c'est tant mieux.

Maître Frédéric Hoarau, très fin, a eu beau jeu de mettre en lumière les contradictions du dossier ; "Qui  a commencé par insulter qui ?" Mais c'était la bonne stratégie !
Les sales caractères ont été relaxés des menaces. Bravo, Me Frédéric !
Jules Bénard
Lu 2199 fois



1.Posté par Choupette le 16/01/2018 16:32

Mes côtes en tremblent encore ... !!!

:-DDDDD

2.Posté par taz le 17/01/2018 03:55

Tou sa la lé in band' gratel makot' ! Zot na pa rien pou okipé dont ???

3.Posté par titi974 le 17/01/2018 07:35

Une belle brochette de cons le vivre ensemble du tampon gulch sûrement ils sont pathétiques....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >