Océan Indien

La lente agonie de la forêt malgache se poursuit

Mardi 5 Juillet 2011 - 14:41

Avec seulement 15 % du territoire malgache encore recouvert de forêt, la Grande île risque de voir sa forêt complètement disparue d’ici 50 ans, victime du trafic clandestin du bois de rose et de la culture sur brulis : "le tavy".


La lente agonie de la forêt malgache se poursuit
 
En 11 ans, pas moins de 524.700 hectares de forêts auraient disparu à Madagascar. L’information est révélée par l'Express de Madagascar. Le journal a été alerté par l'Association des ingénieurs forestiers qui s’inquiète de l’évolution de la situation.

Aujourd’hui les forêts malgaches ne représenteraient plus que neuf millions d'hectares, dont 300.000 hectares actuellement en cours de reboisement. C’est peu si l’on considère la surface de Madagascar, environ 590.000 km². A peine plus de 15% du pays serait encore recouvert de forêt.

Ces deux dernières années, ce sont les forêts des zones Mananara, Fort-Dauphin, Morondava qui ont été plus particulièrement concernées. Seulement pour le courant du mois de juin, 732 rondins de bois de rose auraient été saisis dans la région de Sava, au Nord-Est de Madagascar. Encore six conteneurs ont été découverts à l’île Maurice où le bois avait été envoyé clandestinement. Il ne s’agit là évidemment que du bois de rose et des trafics qui ont été mis à jour mais la réalité serait bien plus destructrice pour la forêt de la Grande île.

L’année dernière, le ministère malgache de l’environnement et des forêts avait publié un décret pour interdire l’exploitation des bois de rose. Un service chargé de contrôler son application a également vu le jour. Mais malgré la présence des forces de polices et d’ingénieurs forestiers, les trafics clandestins continueraient contre ces bois précieux.

Pour résoudre le problème, il ne faut pas lutter uniquement contre les trafics mais aussi mettre fin au "tavy". Tous les ans, un tiers des terres de Madagascar brûle, menaçant la riche biodiversité des forêts. Ces feux sont le résultat du "tavy", cette technique traditionnelle qui consiste à défricher et à brûler la forêt pour la production agricole, une culture sur brulis en somme.

Si aucune mesure concrète ne vient empêcher le déforestation, les experts estiment que la forêt de Madagascar pourrait avoir complètement disparu d’ici 50 ans.
Lilian Cornu
Lu 2600 fois



1.Posté par mansour le 05/07/2011 18:39

Il n'y a pas à Madagascar que les forêts dont l'agonie se poursuit!

2.Posté par Le Troll velu 974 le 05/07/2011 20:10

Bel exemple de gestion de leurs richesses !! Un peu comme Haiti !! Vive l'independance !!

3.Posté par cyathea cooperi le 05/07/2011 22:34

voila une illustration poussée au paroxisme qui devrait faire reflechir aux trous de balles qui veulent gaspiller la reunion en agitant comme des cabris l'arguments des emplois:

- gelita hoarau qui recause de lodge au volcan dans le coeur naturel
- l'ONF qui veut betonner le pas de bellecombe
- les trous de balle qui veulent des telepheriques partout
- les snack construits et projetés dans les espaces naturels (TCO, CIVIS)
- le betonnage du spot de surf de 3 bassins

4.Posté par DU le 08/07/2011 10:38

Bonjour,
Arrêtons de pleurer sur la forêt qui brule à Madagascar tout le monde le sait et ceux qui doivent faire quelque chose ne font rien ou détourne le projet comme ce fut le cas sur le projet SEESO Toliara 2008/2011 dans la région d'Andranovory - Andranohinaly - Analamisampy, ce projet d'un budjet de 970 883,58 euros dont 728 158,20 euros de l'UN prévoyait de travailler 1000 hectares pour planter des arbres une prévision de 1 100 arbres / hectare en réalité cette somme à été détiurnée, nombreuses malversation, combines....résultat pratiquement nul aprés de nombreuse correspondances adressées à WWF Suisse, WWF France, WWF Antananarivo, correspondances restées à ce jour sans réponse, en dehors de vous demander de l'argent (Dons) ces organismes ne savent rien faire d'autre , ce fut le même cas pour un projet de reboisement dans la région de Mahaboko par le PGME (Projet Germano Malgache pour l'Environement) ou là aussi devant l'incomptéance du chef de projet (La femme du représentant WWF à Toliara) rien n'a vu le jour, alors tous ces suaveurs du monde qu'ils arrêtent de pleurer et de nous faire croire qu'avec notre argent il vont aider Madagascar.
Cordialement et à votre disposition pour plus de renseignements.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter