MENU ZINFOS
Faits-divers

La "guérisseuse de l’Est", Vivienne Beaupreau, jugée en appel


Par - Publié le Jeudi 19 Mars 2020 à 15:51 | Lu 2444 fois

" J’ai toujours respecté la loi, je respecte la justice française, c’est un complot et ça fait 10 ans que je suis soit sous contrôle judiciaire, soit en détention", déclarait à nouveau Vivianne Beaupreau, 60 ans, devant les magistrats de la cour d’appel, l’avocat général et son avocat qui se trouvaient dans la bibliothèque de la cour, la détenue sur un écran en visio-conférence. Le Coronavirus et le confinement en étant évidemment la cause.  "Ses bribes d’explications montrent qu’elle n’a pas compris ou alors c’est la même stratégie", affirme l’avocat général.
 
Vivienne Beaupreau était à la tête d’une secte à Sainte-Anne entre 2004 et 2010 où elle animait des cérémonies et prétendait guérir les maux, à la fois physiques et psychiques. Dans certains cas, même les maladies les plus graves. En 2015, la "guérisseuse de l’Est" est condamnée à trois ans de prison pour "abus de faiblesse". Sa maison, achetée avec l’argent de ses adeptes, a été saisie. Mais alors qu’elle sort de prison en 2018, elle s’installe à nouveau dans son ancienne maison. Malgré les courriers et mises en demeure dont elle accuse réception, elle ne déménage pas. En septembre 2019, elle est donc jugée pour "détournement de bien confisqué par décision judiciaire". Elle se présente alors devant le tribunal correctionnel, ne s’attendant pas à ce que l’on mette une dame d’un certain âge en détention pour avoir simplement vécu chez elle – son avocat non plus – mais la décision des magistrats est de la replacer derrière les barreaux.
 
Depuis sa cellule, elle fait appel de la décision. Elle demande aussi à attendre son jugement sous contrôle judiciaire, chez sa sœur. Mais non, la sexagénaire est maintenue en détention.
 
Ce jeudi, ce n’est donc plus l’abus de faiblesse qui intéresse la cour, mais sa présence dans une maison confisquée. L’avocat général demande néanmoins une requalification de l’accusation. Un "refus de restituer un bien confisqué par une décision judiciaire", dont la peine encourue est la même.
 
La défense démontre également qu’il n’y a pas eu de détournement de bien, car "un bien confisqué n’entraîne pas la dépossession". Il demande à ce que sa peine, si elle est jugée coupable, ne soit pas purgée en prison ; 5 mois ayant déjà été passés derrière les barreaux. La décision sera rendue le 26 mars.
 


Soe Hitchon
Journaliste La liberté et la justice pour tous, c'est une utopie en laquelle je crois. Chaque... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Dérive et Vérité le 19/03/2020 17:20 (depuis mobile)

Il ne faut pas non plus être sourd et aveugle dans ce qui se passe dans nos institutions judiciaires à la Réunion.Regardez l''état de notre monde, nous sommes dans la dérive... Il faut une prise de conscience ! Et La vérité n''est que la seule issue..

2.Posté par Bribes le 19/03/2020 20:35 (depuis mobile)

On dit bribes pas brides....
Merci de corriger

3.Posté par Hoarau le 19/03/2020 20:54 (depuis mobile)

@1 👏 tout est dit.

4.Posté par Kiki le 19/03/2020 21:18 (depuis mobile)

Elle a été condamnée pr abus de faiblesse. Pr quelle raison avoir saisie sa baraque ? En sortant de prison, elle aurait dû être logé chez un membre de sa famille jusqu''à la restitution de sa baraque quand même, non ? No comprendo ...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes