La grande Une

(Pierrot Dupuy) Où je vous révèle le nom de celui qui sera élu président du Département lundi matin

Dimanche 17 Décembre 2017 - 09:58

Les 50 conseillers départementaux sont convoqués demain matin au palais de la Source pour l'élection de leur président, en remplacement de Nassimah Dindar, contrainte à la démission pour cause de non cumul des mandats depuis qu'elle a été élue sénatrice.

A noter que Nassimah Dindar démissionnera lundi matin de son mandat de présidente, mais pas de celui de conseillère départementale. Elle avait en effet le choix entre la Région et le Département, et elle a choisi de conserver son poste au palais de la Source.

"Si tu me donnes une voiture de fonction, je viens avec toi"...

Le "cirque électoral" va commencer très tôt lundi matin. Si les tractations, avec leur lot de promesses à la clé, ont commencé depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois pour certains, il est de notoriété publique que c'est souvent dans la dernière heure, voire les dernières minutes, que se joue une élection à la présidence. Plusieurs exemples dans le passé sont là pour le prouver.

Les différents groupes seront réunis à plusieurs endroits stratégiques, et il n'est pas rare de voir certains conseillers faire la navette entre les deux camps. "J'ai obtenu tel poste de l'autre côté. Si vous m'offrez la même chose, mais avec une voiture de fonction en plus, je viens avec vous".

Bien sûr, la plupart des élus ont les convictions chevillées au corps. Mais il suffit de 2 ou 3 mercenaires pour qu'une élection bascule...

Un ami, ancien conseiller général, qui a assisté à plusieurs de ces élections à la présidence, me racontait encore récemment qu'on ressortait de ce genre de réunion avec un sentiment de dégoût dans la gorge et qu'on ne regardait plus par la suite, certains collègues de la même façon...

Et s'il n'y avait pas le quorum ?

Mais avant de savoir qui va être élu, encore faut-il se poser la question de savoir s'il y aura le quorum pour pouvoir procéder à l'élection.

Les conseillers départementaux étant au nombre de 50, le quorum nécessaire est donc de 34.

Le score risquant d'être très serré, il n'est pas impossible que quelques élus, voire un groupe qui sent pointer la défaite, décide de jouer aux abonnés absents, histoire de se donner quelques jours supplémentaires pour négocier et espérer faire basculer l'élection.

Autre question : la Gauche va-t-elle présenter un candidat? Si tel était le cas, il est probable qu'il faille attendre le deuxième tour pour voir émerger le nom du futur président...

Didier Robert seul contre tous

Si le quorum est réuni, on pourra passer au vote.

Qui est aujourd'hui favori?

La rumeur populaire voudrait que ce soit Cyrille Melchior, sans doute impressionnée par le nombre de ses soutiens : Michel Fontaine, président des Républicains à la Réunion, Nassimah Dindar, Thierry Robert, TAK, Joseph Sinimalé...

En face, Didier Robert est seul -ou presque avec Jean-Paul Virapoullé- à soutenir Jean-Claude Lacouture...

Nassimah Dindar ne pèse que deux voix

Mercredi soir, j'étais invité sur le plateau de Réunion 1ère pour commenter cette élection.

J'avais en face de moi Yves Montrouge, l'ancien rédacteur en chef du JIR passé depuis à Freedom. Pour lui, je n'avais rien compris et il était évident que c'était Melchior qui allait l'emporter.

Venant de lui, ça ne m'étonnait pas. Vue la proximité de Camille Sudre et de sa radio avec Thierry Robert et Nassimah Dindar, le contraire eut été étonnant.

Non, la surprise est venue pour moi de l'ensemble des journalistes de Réunion 1ère présents ce soir là, sur le plateau et en coulisses, qui m'ont fait part de leur étonnement devant mon sentiment que ce serait Jean-Claude Lacouture qui serait élu. Ils ne comprenaient pas, voire même me soupçonnaient de tentative de manipulation de l'opinion publique.

Je les rassure, il n'en est rien... Il faut juste se donner la peine de peser en toute objectivité les rapports de forces et le poids de chacun de ces leaders pour arriver à la même conclusion que moi.

Prenons Nassimah Dindar par exemple. Elle ne pèse que deux voix au sein de l'assemblée : la sienne et celle d'Alain Armand.

TAK, c'est quatre élus.

Thierry Robert, c'est deux.

A St-Denis, les voix sont partagées et Gilbert Annette ne peut compter que sur une minorité d'élus issus de sa majorité...

Même Joseph Sinimalé ne peut compter que sur deux voix sur six à Saint-Paul : celle de Cyrille Melchior et celle de sa fille Sandra. Les quatre autres conseillers départementaux saint-paulois sont proches de Fabrice Marouvin, et voteront donc probablement pour Jean-Claude Lacouture.

Et on peut continuer ainsi commune par commune.

Jean-Claude Lacouture favori

Alors, quel est le rapport de forces aujourd'hui?

On l'a dit, pour être élu, il faut réunir au moins 26 voix sur son nom.

Les deux camps sont très proches l'un de l'autre et une ou deux voix qui feraient défection seraient susceptibles de faire basculer l'élection. Au risque de me répéter, tout se jouera peut être dans les dernières minutes avant d'entrer dans l'hémicycle.

Mais si l'élection avait lieu ce matin, je peux affirmer sans grand risque de me tromper, que ce serait Jean-Claude Lacouture qui serait élu. Il dispose actuellement, sur le papier, de 26 ou 27 voix, suffisamment donc pour être élu.

Une lutte à mort entre Didier Robert et Michel Fontaine

Rendez-vous donc demain matin pour le dénouement de cette histoire.

Si cette élection ne passionne pas les foules, elle est pourtant capitale pour les deux ténors de la politique actuellement à la Réunion : Didier Robert et Michel Fontaine.

C'est peu dire que les deux hommes se détestent. Pour des raisons obscures, le maire de Saint-Pierre n'a jamais pu supporter le jeune président de la Région. Quand on essaie d'en savoir plus, un argument revient souvent : "Moi j'ai dû me battre contre les communistes, contre Elie Hoarau, pour conquérir Saint-Pierre et être celui que je suis aujourd'hui. Pour lui, tout a été facile"...

Et TAK, grand ami de Michel Fontaine, n'a de cesse de le mettre en garde et de lui rappeler "la trahison" dont il a lui même été victime.

Il n'en reste pas moins vrai qu'il s'agit d'un duel à mort entre les deux hommes depuis que Michel Fontaine, sous la pression de Nassimah Dindar, a franchi le Rubicon en faisant alliance avec Thierry Robert, l'ennemi juré du patron d'Objectif Réunion.

Chacun s'est investi à fond derrière son candidat et la défaite du poulain sera aussi celle de son mentor.

Est en jeu le rôle de leader politique à la Réunion. Si Jean-Claude Lacouture gagne demain matin, Didier Robert aura le champ libre devant lui. Il pourra quitter Les Républicains et être de plus en plus "Macron compatible", avec pourquoi pas, un poste de ministre à la clé.

S'il perd, ce serait sa première vraie défaite et donc très certainement un coup d'arrêt à une carrière jusqu'ici sans nuages.

Encore plus que Lacouture et Melchior, Didier Robert et Michel Fontaine jouent très gros demain matin.
Pierrot Dupuy
Lu 5281 fois