Education

La garde à vue d'Alexis Chaussalet a provoqué une vague de protestation

Vendredi 18 Février 2011 - 07:20

Audience au préfet, demande d'excuses, appel au rassemblement de lundi... Les syndicats et élus politiques réagissent suite à la garde à vue du représentant de l'UNL local, Alexis Chaussalet, et de deux autres membres.


La garde à vue d'Alexis Chaussalet a provoqué une vague de protestation
La FSU Réunion s’indigne des conditions dans lesquelles s’est déroulé la garde à vue d’Alexis Chaussalet, secrétaire de l’UNL Réunion hier, dans les locaux de la gendarmerie du Tampon. "Il n’est en effet pas admissible qu’un mineur soit successivement, menotté, entièrement déshabillé, fouillé au corps, attaché à une pierre et humilié. De tels traitements relèvent de méthodes employées sous d’autres cieux ou dans de sombres périodes qu’on espérait révolues dans notre pays", dénonce Christian Picard de la FSU. Le syndicat a demandé une audience au Préfet de la Réunion, Michel Lalande, "afin que toute la lumière soit faite sur ces méthodes".

L'Unef Réunion revendique le droit de manifester et condamne fermement "les diverses formes de répression dont sont victimes les jeunes lycéens de l’académie", explique le vice-président Stéphane Maillot. "Force est de constater que les gendarmes ont tenté d’intimider et de faire pression sur la jeunesse lycéenne de l’île, qui commençait à gonfler les rangs de la manifestation contre les suppressions de poste", ajoute-t-il. Ainsi, l'Unef appelle tous les étudiants, les partenaires sociaux et élus politiques, ainsi que l'ensemble des lycéens à se mobiliser à l'occasion du rassemblement prévu lundi 21 février, à 9h devant le lycée Roland Garros au Tampon.

Au niveau national, le président de l'UNL, Victor Colombani prévient le gouvernement : "Que le gouvernement l’entende bien, les lycéens réunionnais sont d’ores et déjà déterminés à poursuivre la mobilisation, et de plus belle encore. L’UNL exige des excuses publiques aux lycéens et à Alexis Chaussalet de la part du préfet de la Réunion. Elle demande également au gouvernement de cesser toute méthode répressive, et d’entamer une politique ambitieuse pour l’Education Nationale, qui implique des moyens humains et financiers".

La FCPE-CDPE 974, fédération de parents d'élèves, demande également au Préfet la levée des éventuelles poursuites et la tenue d'une table ronde avec l'ensemble de la communauté éducative. Jean-Odel Oumana, le vice président, craint que "les donneurs d’ordre qui ont pris cette décision doivent mesurer  les conséquences que cela risquent de produire face à une jeunesse inquiète pour leur avenir et une communauté éducative qui ne parle que d’une même voix".

L’Union Syndicale Solidaires-Réunion dénonce la violence que constitue la mise en garde à vue (même pour quelques heures) du représentant de l’UNL, "juste parce que cette organisation avec d’autres, s’oppose avec fermeté à la politique de destruction du Service Public de l’Education. L’Ecole pour nos jeunes, en particulier dans un département où le nombre d’élèves augmente chaque année et où l’illettrisme est un fléau doit être la priorité des priorités", a affirmé Jocelyn Cavillot, le délégué général.

Le SAIPER-PAS974 condamne la garde à vue de mineurs manifestant pour leur avenir. Il apporte spontanément son soutien à ces lycéens et s’indigne de telles pratiques alors que les faits qui leur sont reprochés se sont déroulés dans le cadre d’une action contre les suppressions de postes dans l’Education Nationale.

Du côté des élus politiques, Huguette Bello a participé à la mobilisation hier devant les locaux de la gendarmerie, et soutient vivement Alexis Chaussalet. Gélita Hoarau, la sénatrice, était également présente. Dans la journée, Jean Jacques Vlody a exprimé son indignation et dénoncé "les conditions scandaleuses et inadmissibles des interpellations d’Alexis Chaussalet, président de l’ UNL, et de deux autres de ses représentants, suite aux manifestations lycéennes".
Lu 1907 fois



1.Posté par Kaniar-Tine le 18/02/2011 08:44

1 air de déjà vu:Bein pour faire partie de la légende de" Paul-Pote et de ses Camarades"(pcr..alliance) ,faut que les histoires se répètent!Tu veux donner un sens + ou - politique(politicienne) à ton combat?Deviens 1 martyr,sois trainé ô plus bas,sois en cavale,fais toi l'ennemi public n°1 de la loi.Surtout ne sois pas toi-même,deviens la mascotte dont ils ont imaginé le profil.Après ils diront vive la Jeunesse Rebelle;puis ô pire tu serviras de porte-manteaux dans 1 placard,ô mieux t'insurgeras comme la Monica!Mais entre temps ton nom et ta personne seront payants...mais à quel prix?

2.Posté par le congo chez tintin le 18/02/2011 09:14

"Il n’est en effet pas admissible qu’un mineur soit successivement, menotté, entièrement déshabillé, fouillé au corps, attaché à une pierre et humilié. De tels traitements relèvent de méthodes employées sous d’autres cieux ou dans de sombres périodes qu’on espérait révolues dans notre pays",

----------------------------------------

C'est pourtant ce qui se passe tous les jours, même lorsque la gooche est au pouvoir...et depuis belle lurette !!!

Alors quoi, indignation sélective ou sortie du pays des bisounours ???

Pourquoi dire de plus que votre mouton à dreadlocks est mineur alors qu'il a 19 ans ???

3.Posté par Gvar le 18/02/2011 09:39

"menotté, entièrement déshabillé, fouillé au corps, attaché à une pierre et humilié"
=> mouais, pourquoi pas fouetté, brûlé avec une cigarette tant qu'on y est ?
J'attends de voir la version de la police car même si je ne donnerais pas le bon Dieu sans confession aux policiers, je le donne encore moins à cet énergumène qu'est Chaussalet, qui a si bien démontré par le passé à quel point il sait être provocateur et un brin mythomane...

4.Posté par le congo chez tintin le 18/02/2011 09:54

En Espagne, avec le socialiste Zapatero les jeunes sont tellement désespérés qu'ils ne manifestent plus !!!

Doit on déporter Chaussalet et ses copains gauchos, Huguette y compris....en Espagne pour leur ouvrir les yeux sur les réalités économiques et les limites du socialo_communisme ?


http://www.hebdo.ch/jeunes_de_chomeurs_et_pourtant_le_silence_87750_.html


A quoi cela servirait-il d’aller dans la rue? Je manifeste, et après, que va-t-il se passer? Rien», lance Carlos, la vingtaine, mal rasé, qui observe, à distance, une horde de manifestants qui s’empare de la Puerta del Sol, au cœur de Madrid. Leur revendication: mettre un terme aux réformes du socialiste José Luis Zapatero, condamnant violemment celles portant sur le système de retraite.

Leur particularité: tous ont les cheveux grisonnants, pas un jeune ne les a rejoints. Loin d’être un cas isolé, l’attitude de Carlos illustre, implacablement, le désenchantement dans lequel s’est empêtrée la jeunesse espagnole, désarmée face à la violence de la crise économique.
............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................
«Mais, pour l’instant, l’Etat est obnubilé par les pressions de l’Union européenne sur sa dette et cherche à économiser le plus possible», dit-elle. En 2010, l’Espagne était toujours en récession, accusant une diminution de son PIB de 0,2%. Si l’économie ibère ne récupère pas, le fossé générationnel risque de se creuser plus profondément et les jeunes de ne plus le tolérer.

Un état de fait qui ne s’apaisera pas tant que la jeunesse continue à observer que ses aînés prennent leur retraite à 55 ans, avec une rente plus élevée que la leur, malgré leurs années d’études.

5.Posté par polo974 le 18/02/2011 10:25

La garde à vue est inconstitutionnelle... mais seulement à partir de juillet 2011,
chercher l'erreur dans ce pays dit des droit de l'homme...

Heureusement que les lycéens sont plus responsables que ces gignols qui sont sensés nous protéger...

Ils auraient fait ça avec des routiers, des paysans ou des patrons du btp, il ne restait plus grand chose de la sous préfecture...

6.Posté par pfff... le 18/02/2011 11:12

ça devient énervant de voir les socialo-coco utilisés le moindre buz pour manipuler la population à l'approche des élections... le chaussalet dans les bras d'huguette bello, à la une du quotidien... le vlody qui se dit indigné!!! demandé ce dernier s'il n'est pas indigné de cumulé 3 mandats: environ 6000€ par mois!!!

mais franchement, faut arrêter!!! prêt à tout pour des mandats... le chaussalet, c'est le type même de jeune révolté, révolutionnaire, utopiste, proie facile de ces politiciens... il a beau dire qu'il mène un combat pour la jeunesse... sur la forme, ok! mais sur le fond, c'est un combat politique... c'est ça qui est regrettable!


7.Posté par maya le 18/02/2011 12:20

Ce n'est pas vrai . Ce jeune a tout inventé pour se faire voir des filles , pour épater ces copines ...Une sorte de "jeunes gens Karner" , comme on le dit si bien ici dans cette île .

C'est du cinéma de mauvais goût .

Tout ce qu'il dit est faux , archi-faux ...

8.Posté par Alex le 18/02/2011 11:37

"Il n’est en effet pas admissible qu’un mineur soit successivement, menotté, entièrement déshabillé, fouillé au corps, attaché à une pierre et humilié"

Je suis véritablement inquiet en lisant les griefs faits, car j'ai l'impression que les forces de l'ordre sont allées au delà de ce qui est autorisé par la loi dans de telles circonstances. En effet si après l'avoir déshabillé, ils ont continué à la fouiller. . . .alors là vraiment, du coup, ce beau jeune homme vient, peut être, de perdre sa virginité. D'où la présence d' Huguette BELLO à ses cotés??????

9.Posté par Rienavoir le 18/02/2011 11:38

Ma question n'a rien à voir avec l'article, enfin presque, mais les "dreadlocks" lé autorisé à l'école? Vu tout le pataquès y fait avec les symboles religieux dans les établissements scolaires....

10.Posté par alexileneu le 18/02/2011 11:51

qu'est-ce qu'elle ne fait pas faire cette p...de politique....quand on voit l'Uguette...la gélite.....le veau dix......prendre la défense de ce petit péteux de provocateur on se dit et on est mème sur que cette p..de politique çà rapporte gros.....ils défendent ainsi in biftec qu'ils gagnent sans trop d'efforts...que c'est triste le réunion avec de tels représentants....

11.Posté par nicolas de launay de la perriere le 18/02/2011 12:39

eh bien maya..va donc chercher du miel, plutôt que d'écrire des imbécilités.. on s'ennuie à ce point au QG de l'ump ?

12.Posté par boyer le 18/02/2011 12:51

bravo a Mme Bello, une deputé de terrain contrairement aux autres qui preferent les dorures et les billets en 1ere classe.

13.Posté par le bac d'abord! le 18/02/2011 17:04

Je peux proposer à notre cher Che local l'adresse d'un bon coiffeur pas cher ou celle d'un taxidermiste...

14.Posté par mamode le 18/02/2011 19:56

une députer et une senatrice de la république qui ne laisser par les gendarmes de faire leur travail alors se jeune a commis des délit lors du manifestation des lycéens au Tampon quel honte pour la république ou les personne qui vote de lois soutien les voyous pour moi c est la récupération politique a la veille des élection catonale

15.Posté par aldo le 18/02/2011 23:03

Hallucinant ce matin devant le lycée de ma ville. La grande majorité des élèves refusant d'entrer dans l'établissement. Un jeune de 16 ans , perché sur un muret, qui se met à scander des mots comme "solidarité" ou "faisons la grève" , écouté d'une oreille distraite par ses pairs qui en fait n'ont qu'une envie : faire l'école buissonnière. Des Professeurs qui affirment qu'ils ne sont pas en grève mais qui n' incitent pas les quelques rares élèves qui se présentent dans leurs salles à rester car "avec si peu de monde le cours est impossible" manière détournée de les renvoyer dans la rue vers leurs homologues "grévistes". De nombreux parents qui téléphonent inquiets alors qu'ils viennent d'apprendre par le CPE que leurs enfants sont absents, alors qu'ils n'avaient pas l'autorisation parentale de demeurer dans la rue pour faire "la grève". Et tout cela sous le regard désabusé du proviseur et de son CPE et sous la surveillance plus que discrète des forces de l'ordre fixant la scène depuis la rue à plus d'une centaine de mètres du parking du lycée, ils semblent peu désireux de vouloir mettre en garde à vue qui que ce soit.......... Comment peut on dans ce pays laisser des mineurs ainsi à l'abandon, sur une voie publique, sans autorisation parentale, à vouloir organiser une manifestation dont ils connaissent à peine la raison d'être ??? drôle d'époque.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter