Randonnée

La forêt de Bébour : une balade facile et charmante

Dimanche 25 Janvier 2009 - 11:46

Ceux qui aiment les forêts tropicales primaires prendront du plaisir à découvrir ou à redécouvrir la forêt de Bébour. Situé au cœur de l’île, elle se juxtapose à la forêt de Bélouve et est réputée pour ses espèces endémiques.


Si vous passez par la Plaine des Palmistes et que vous avez envie de vous retrouver au milieu de la flore réunionnaise, baladez-vous au cœur de l’île, sur le sentier de Bébour.
Lorsque vous prenez la route de la forêt, vous franchissez le col de Bébour. Dès que vous traversez le pont du Bras Cabot, garez votre voiture. Le sentier est indiqué par un panneau fléché.
La forêt s’ouvre à vous par le sentier de Piton Bébour, très bien entretenu par l’ONF. La randonnée est une boucle très accessible de 2,4 km pour environ 1h30 de marche.
Voici un espace boisé plutôt dense, réputé pour ses tamarins des Hauts, qui sont des acacias endémiques pouvant atteindre jusqu’à 12 mètres de haut. La plupart du temps, ils sont tordus et couchés, souvent couverts de mousses et de lichens. Vous vous laisserez facilement absorber par une atmosphère mystérieuse, lorsque les rayons de soleil traverseront les lianes et les racines entrecroisées. La forêt se compose également de nombreux fanjans. Ces fougères arborescentes, appelées aussi "crosse de l’évèque" de par ses spirales veloutées, peuvent mesurer jusqu’à 10 mètres de haut au bout de dix ans.
Certaines pestes végétales telles que les fuchsias attireront votre regard. Les conditions tropicales font qu’elles prolifèrent trop, mais elles apportent une nuance, en dénotant avec le vert prédominant. Les arômes, avec leurs belles fleurs blanches offrent une touche de lumière à l’ensemble. Quelques orchidées sauvages et des bégonias roses complètent le tableau.

C’est en fait une végétation d’altitude où se côtoient les fougères, le bois maigre, le tan rouge, la goyave marron et autres espèces endémiques. Le bémol est la vigne marronne, reconnaissable par sa présence très marquée et d'un vert plus clair que le reste. Elle est  très envahissante et  a tendance à supplanter les autres espèces.
Karine Maillot
Lu 9705 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 19 Février 2009 - 07:20 La "Chapelle" Cilaos : un canyon spectaculaire