MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

La fonction publique


- Publié le Lundi 1 Décembre 2014 à 10:09 | Lu 626 fois

Le « fonctionnaire bashing » est devenue une figure imposée du débat politique. Au lieu de se poser sempiternellement la question du coût de la fonction publique, si l’on essayait de mesurer ce qu’elle apporte ?

Trop nombreux, privilégiés, coûteux, absentéistes, peu productifs... Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage. Qui veut se débarrasser des fonctionnaires jette l’opprobre sur les agents et leurs missions. Et si on se posait les bonnes questions… A quoi ça sert, un fonctionnaire ? Ça sert à assurer des missions relevant de l’intérêt général : éducation, santé, sécurité, justice, culture, écologie, défense… Chacun, quels que soient ses revenus, son origine, son adresse, voit l’accès à ses droits assurés, partout sur le territoire.

Ces services seraient-ils mieux rendus si les intérêts marchands s’en saisissaient ? Les exemples d’externalisation (restauration scolaire, service de l’eau..), de partenariat publicprivé montrent que les deniers publics ne sont pas forcément mieux dépensés quand le privé s’en charge et offrent souvent l’occasion de profits sur les besoins des citoyens sans que les services soient de meilleure qualité.

Les contempteurs de l’Etat, de ses services et de ses agents semblent sûrs que seule « la main invisible du marché » fait mieux fonctionner, en toute circonstance, l’économie et nos sociétés. Mais dans quel état seraient les banques si les pouvoirs publics, en France comme ailleurs, ne les avaient aidées à surmonter une crise financière qu’elles avaient elles-mêmes initiée par leurs comportements prédateurs indifférents aux risques pour les peuples ? Lors de la crise financière de 2008, nul ne niait l’évidence : son impact social a été moindre en France parce que son modèle social est structuré par des services publics développés et un système de protection sociale solidaire.

Pourtant, au nom des économies que l’Etat doit réaliser, alors que le gouvernement se prive de recettes fiscales (réforme de la fiscalité ajournée, lutte contre la fraude fiscale insuffisante, exonérations multiples…), certains font de la surenchère contre le secteur public, décrit comme trop coûteux.

Mais la fonction publique en France coûte-t-elle plus qu’ailleurs ? En 1978, 9 points de PIB étaient affectés aux rémunérations des agents publics contre 9,3 en 2011. Pour les seuls fonctionnaires de l’Etat, les dépenses de personnel (salaires, cotisations des employeurs et prestations sociales) représentent 5,9 % du PIB, c’était 7,2 % en 1978. En 2008, pour les trois fonctions publiques le coût est de 12,7 % du PIB, soit une baisse de 0,8 % depuis 1998. En Suède, c’est 14,9 % et au Danemark, 17,3 %. Si le nombre d’agents publics entre 1990 et 2012 a connu une progression de 26,2 %, il faut rappeler que la France a connu une progression démographique de 12,5 % avec un des taux de natalité les plus forts d’Europe, couplé à une espérance de vie qui augmente. Cela crée des besoins (accueil des jeunes enfants, éducation, accompagnement des personnes âgées...) qui impliquent une intervention publique pour garantir à tous un accès à des services essentiels.

A rebours de ce discours dominant où les services publics coûtent ne pourrait-on pas reconnaître aussi qu’ils rapportent ? L’Etat, les collectivités territoriales sont des acteurs incontournables de la vie économique et sociale, avec le financement et la réalisation de services et d’infrastructures majeurs : formation et santé des futurs citoyens et salariés, réseaux routiers ou transports collectifs qu’ils empruntent, logement aidé, accueil des enfants et des personnes âgées, subventions aux entreprises. Que coûterait, en termes sociaux, sanitaires, écologiques, mais aussi économiques, l’absence de ces services ou leur renvoi à l’initiative individuelle ?

Le travail et l’investissement des agents de la fonction publique doivent donc être reconnus, avec les emplois nécessaires pour répondre aux besoins, en mettant fin à la précarité d’un agent public sur cinq. Comme pour tous les salariés, la progression de leur pouvoir d’achat est une condition de la relance. Les services publics, garants de l’intérêt général, contribuent à assurer une cohésion sociale minée par des politiques économiques et fiscales toujours plus inégalitaires.

Bureau du sduclias FSU
Christian Picard




1.Posté par EXCLAVE le 02/12/2014 14:50

DANS LA FONCTION PUBLIQUE Y MANK LA FONCTION BIBLIQUE , NORA MOIN DE CONFUSION .SIGNÉ ,

ZINFOS974ZISTOIRÉUNIONFRANÇEINTER

2.Posté par noe le 02/12/2014 15:28

Il faut des réformes profondes de la Fonction Publique !
Les fonctionnaires bossent bien sans tomber "malades" au début de leur carrière mais quand ils sont titularisés , alors on gratte ses fesses en attendant l'heure de sortie !

Il faut des CDD , de 5 ans maximun !
On évalue l'agent tous les 5 ans et s'il ne progresse pas ... à la porte pour un recyclage en profondeur !
ça fera bosser beaucoup et avec des taux de réussite en progression !
Revoir aussi le système de notation ... aujourd'hui , les notes doivent tout le temps monter et non descendre même si l'agent est tout le temps en "congé de maladie" de convenance avec complicité de copains médecins !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes