Courrier des lecteurs

La femme du voisin et le voyeur du motel

Mercredi 3 Janvier 2018 - 10:29

Comment j’ai découvert Gay Talese, par le plus grand des hasards. Les américains a l’instar de Scott Peck appelle cela serendipity. Peck consacrera un pan entier de son livre « le chemin le moins fréquenté » a cette notion de hasard. Autre auteur a travailler sur le hasard est Nassim Nicholas Taleb « le hasard sauvage » Taleb est l’essayiste le plus lu et le plus traduit dans le monde. Talese ,c’est différent. C’est le dandy des journalistes,le plus connu. A l’époque je tombe sur « The kingdom and the power ».

Il se trouve qu’il s’agira du livre le plus fameux écrit sur le New york Times en 1966. Avoir cette version se révèle fort rare. Né en 1932  il fonde le nouveau journalisme avec une écriture digne d’un prix pulitzer, a la manière d’un David Mc Cullough. J’avais aussi découvert le livre de Thomas Watson jr le fondateur d’IBM de Peter Petre. Talese travaille dans un sous sol avec sa femme Nan elle aussi auteur a succès.Dans la femme du voisin sorti en poche, Talese décrit la création de Playboy ainsi que les orgies d’Hollywood . Le talent de l’auteur est de ne jamais transiger. A l’heure ou les clubs de lecture  regorge de livres d’auteurs intéressés plus par l’argent que par la prose , il tire honneur a toujours citer les vrais noms des personnages dans ses livres. Parfois, il attendra plus de trente ans pour le faire comme pour le livre le voyeur du motel. Un jour il reçoit une lettre d’un homme tenant un hôtel qui aménagea dans les chambres un trou pour observer a la façon d’un ethnologue la vie sexuelle des personnes. Ce livre fit scandale, comment un écrivain de cette trempe pouvait il se mêler a ce genre de fait. L’auteur s’est rendu au Manor Motel et a rencontré Gerald Foos, il est monté dans le grenier.

Comme Truman Capote qui couvrit l’histoire d’un meurtre du Texas avec son amie d’enfance Harper Lee dans « De sang Froid »( Capote après cela devient très riche mais tourmenté)« Le voyeur du motel » est ,lui un livre sur la réhabilitation de la faiblesse humaine. Nous écrivons et lisons par voyeurisme paraît il. «  en tant qu’auteur de non fiction ayant principe de citer le véritable nom des gens dans mes livres et mes articles, il m’avait d’emblée paru évident que je ne pourrais pas me plier aux conditions exigées sur le respect de son anonymat.Gerald m’apprit qu’il y avait quelque 250 motels le long de cette artère. »(Talese)

 

La femme du voisin et le voyeur du motel
​L’auteur publia sur la mafia , sur Sinatra , Joe di maggio. A l’époque en 1950 Talese s’ennuie avec les articles de son patron le New York Times sur la politique. Il préfère au mensonge des hommes politiques , l’invisible. L’envers du décor,les perdants. Il propose des articles sur les chats errants ,une vedette de cinéma tombée dans l’anonymat. Il veut dévoiler les personnages,construire les scènes, donner de l’esthétique littéraire. Pour Tom Wolfe ou Hunter Thompson , c’est une révélation. C’est le « journalisme gonzo ».Ce mouvement fut en fait inventer par Nellie Bly en 1960 qui se fait interner en asile pour faire un reportage, « 10 jours dans un asile ». Mais Talese n’a pas toujours cru aux dires de Foos. Pour preuve Foos accrédite l’idée qu’un meurtre s’est produit devant ses yeux, mais la police de Denver signala qu’il n’y avait aucun enregistrement .Lire Talese c’est accéder aux obsessions de cette classe de suburbain américain. Son mariage capota un moment, il n’était jamais chez lui , toujours en tournée pour un livre ou deux. 

Il publia un livre sur lui meme, « a writer’s life »,  au sujet de sa propre frustration d’écrivain, sur les nombreux sujets jamais publiés. En décembre  Netflix produira une série de documentaire sur les pionniers en matière de journalisme. Joan Didion fait parti du lot. En janvier, le livre de Talese fera parti aussi de la sélection du Prix Sade 2017 . Le 19 octobre Points le sortira en poche. Spielberg lui paiera cher les droits du livre pour un futur film sur le sujet, réalisé par Sam Mendes. Talese pulvérise les codes du journalisme ,rien ne l’arrête. Il a été propriétaire d’un salon de massage érotique a New York ou nu dans une communauté échangiste. Le livre la femme du voisin lui valu la plus grosse avance pour le cinéma a l’époque. Vivant dans un monde ancien qui nous est inconnu, Gay aime les voitures sportives vintages , une 1957 TR 3 Triumph anglaise blanche  et ne possède aucun blue jean, passe ses weeks end a Roxbury Connecticut.
Bertrand Carpaye
Lu 1326 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 12 Novembre 2018 - 11:44 Collusion ARS, departement et ... SANOFI