Procès Patrice Nirlo

La femme de Patrice Nirlo : "Je l’aime toujours"

Entre le pyromane destructeur et le collègue exemplaire, l’image de Patrice Nirlo est passée sous le crible des expertises psychiatriques et des témoignages de ses anciens collègues cet après-midi. Selon les différents interlocuteurs, ce sont deux visages bien différents que présente l’ancien sapeur pompier.


Patrice Nirlo s'est mis à l'abri des objectifs à son départ de la cour d'Assises ce mardi
Patrice Nirlo s'est mis à l'abri des objectifs à son départ de la cour d'Assises ce mardi
"La passion a pris le dessus sur la raison". Une passion dévorante, comme les flammes que Patrice Nirlo voulait éteindre, se "battant contre un monstre qu’il fallait tuer". Les expertises psychiatriques et psychologiques sont claires. Le mot pyromane est prononcé à plusieurs reprises. Avec une nuance cependant, puisque les experts voient en cette "perversité" un "plaisir à voir le feu". Au delà, Patrice Nirlo est parfaitement accessible à une sanction pénale, puisqu’il ne s’agit pas d’une pathologie mentale.
 
Il faudrait plutôt voir dans ces départs de feux répétés une "quête narcissique d’amour propre" selon l’expert, afin de se sentir glorifié dans son rôle de soldat du feu.
 
"Il a sa place dans mon cœur et le cœur de nos enfants"
 
Une "passion destructrice" comme l’appelle l’épouse de l’accusé, en larmes à la barre, qui assure pourtant qu’elle l’attendra à sa sortie de prison. "Je l’aime toujours. Il a sa place dans mon cœur et le cœur de nos enfants" déclare–t-elle à la cour.
 
Même soutien indéfectible du côté de ses anciens collègues sapeurs-pompiers. Malgré les milliers d’hectares brûlés, malgré les vies en danger et malgré les centaines de blessés dans les rangs des soldats du feu, les témoignages sont unanimes.
 
"Je ne le félicite pas…" "On s’interroge ! "
 
"Les pompiers, c’est une famille. C’est notre métier d’être en danger" déclare son ancien supérieur hiérarchique à la barre, face à des juges médusés. Un autre collègue va même plus loin, déclarant que "ces feux nous ont permis de progresser. Beaucoup de choses ont évolué. Si on dresse un bilan, depuis il y a moins de feux, moins importants et nous avons l’appui du Dash 8… Alors, je ne le félicite pas…"  'On s’interroge !" coupe le président Jean-Pierre Szysz.
 
L’avocat des parties civiles évoque un syndrome de Stockholm, mais est à son tour coupé par le commandant sapeur-pompier aujourd’hui à la retraite. "Non, il était formidable. Ce qu’il a fait est grave mais pour moi, c’était un des meilleurs. Moi, personnellement il ne m’a pas trahi". Le président dénonce une banalisation des faits et s’interroge sur la perception des évènements.
 
Un "guerrier", soldat du feu vaillant et courageux, c’est justement l’image que cherchait à renvoyer l’ancien caporal Nirlo. Une dimension narcissique relevée par l’expertise psychiatrique. Une mise en scène dans une situation de toute puissance qui marque encore aujourd’hui les esprits de ses anciens coéquipiers.

Mardi 21 Février 2017 - 19:27
Laurence Gilibert - laurence.gilibert@zinfos974.com
Lu 2561 fois




1.Posté par KLOD le 21/02/2017 19:48

que dire ............ c'est beau l'amour, meme dans la douleur et la difficulté .

2.Posté par christian le 21/02/2017 20:55

Normal , que ses collègues pleurent : Il en a pour longtemps au Noufff
Fini les belles et bells loto
Sniff , sniff

3.Posté par laurent le 21/02/2017 21:01

cela fait 3 ans qu'il est en prison , il a été révoqué , il a détruit la nature , il regrette ces gestes et il a demandé pardon ; il n'a tué personne ,il est vrai qu'il a mis en danger la vie d'autrui , ces propres collègues mais on doit accepter que ces collègues qui ont témoignés disent du bien concernant son état de service , ils ont bien dit qu'il ne pouvait pas le pardonner mais ça reste un ami ; aujourd'hui on est en train de le critiquer , de le juger mais nous en tant qu’être humain , père et mère de famille on a pas le droit de détruire sa famille , comme je l'ai dit il a déjà purger une peine qui pour ma part est largement suffisante ! combien de personnes font de choses plus graves et qui ne sont pas condamnées comme lui

4.Posté par Fidol Castre le 21/02/2017 23:16

On ne peut pas lui interdire d'aimer son mari.

Ce monsieur est puni beaucoup plus sévèrement que les milliers de pédophiles qui trainent en France. Douze mecs comme moi dans le jury, il sort demain.

5.Posté par DOGOUNET le 22/02/2017 15:15

...d'un amour brûlant tout feu-tout flamme qui n'est pas prêt de se consumer !

6.Posté par mouais.... le 22/02/2017 16:51

....je persiste et je signe .Même si les témoignages sont positifs, malgré les actes déplorables, cela sent la volonté de le descendre .Où est la justice équitable dans les remarques du président ? Est-il objectif ? Les pompiers pyromanes ? Ben, dans le gouvernement et les candidats , y en pléthore, non ? Et à eux, on donne l'absolution? Et les fils de....? Idem ? Pff!

7.Posté par STOP INJUSTICE le 22/02/2017 17:27

Il a payé sa faute ,cela ne vaut pas 12 ans de prison , on lui conseille de partir en cour de Cassation , bravo à sa femme qui a une réaction magnifique , nous le soutenons devant cette justice implacable, il n' a pas tué à ce que l' on sache ?

8.Posté par TICOQ le 22/02/2017 17:46

quand on aime, on ne compte pas !

9.Posté par Jean le 22/02/2017 19:29

Normal que ses collègues l'adulent, ils ont touché plein de primes à cause de ses incendies criminelles, et attention, ses idoles ne seraient-ils pas pyromanes aussi ?

10.Posté par LASTIC le 22/02/2017 20:58

De toute façon même s'il avait pris 100ans le mal est fait et celà pour longtemps. C'est vrai qu'il doit payer et même s'il sortait toute suite pour lui il continerait de payer toute sa vie (liberté famille métier amendes etc) je pensse que la justice a voulu faire un exemple pour prévenir ceux qui voudraient l'imiter.D'un autre coté son avocat a raison de dire que si les moyens de lutte étaient plus présents plus tôt le mal auraient été moindres(je veux parler de personnels qualifiés avions de lutte etc...)On a vu un autre pompier dire que ce feu leurs permis de progresser dans leur travail. Courage à lui et à sa famille que je ne connais pas et souhaitons que ses vrais amis n e l'abandonnent pas

11.Posté par laurent le 22/02/2017 23:34

post 9 , votre commentaire reflète un niveau intellectuel très bas

12.Posté par Les collègues = complices? le 23/02/2017 07:19

Vu les réactions de ses collègues, SOLDATS DU FEU censés l'éviter et le combattre, qui en sont à le plaindre et ne s'indignent même pas qu'il ait détruit plus de 3 000 hectares de nature, c'est à se demander si cela ne les arrangeait pas (primes, ...) et si quelque part ils ne seraient pas complices en ayant fermé les yeux, voire en l'ayant indiectement encouragé dans sa pyromanie.

Jusqu'à son supérireur hiérarchique.

Quelle indulgence coupable!

Leur absence d'indignation et de rejet me choque, en tous cas!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >