Société

"La dialyse bouleverse toute l'organisation d'une vie"

Jeudi 8 Mars 2018 - 18:05

"Ça permet de se rendre compte qu'on est pas seule". C'est le sentiment d'une patiente qui participait ce matin à l'atelier d'échange mis en place par l'Aurar et animé par Nicole Dambreville, au sein du centre du Port. "C'est la journée mondiale du rein et c'est aussi la journée de la femme. Donc on a invité des patientes à venir discuter des problématiques qu'elles peuvent rencontrer, dans leur vie de femme, dans leur vie professionnelle, tout en étant dialysées", explique Marie-Rose Won-Wah-Hin, la directrice générale de l'Aurar.

L'occasion pour Angélique Técher, dialysée depuis un an, de revenir sur le bouleversement que la maladie a provoqué. "On essaie de vivre avec. Les débuts de la dialyse sont difficiles, il faut se faire piquer trois fois par semaine", raconte-elle. "Ça bouleverse toute l'organisation d'une vie. Il a fallu inclure ces jours de dialyse dans mon quotidien. Quand je suis là-bas, c'est des moments pendant lesquels je ne suis pas au travail, je ne suis pas avec mes enfants", poursuit la trentenaire qui assure toutefois "garder la pêche et le moral".

Elodie, dialysée depuis près de 18 ans, a souhaité quant à elle partager l'expérience de l'une de ses grossesses. "Les médecins m'ont dissuadé de garder le bébé, ils m'ont dit que c'était risqué pour moi et pour l'enfant. Un gynécologue m'a même fait signer une décharge", se souvient la mère de famille qui dialysait alors "tous les jours, trois heures". Une grossesse qui lui aura finalement permis de se "renforcer et d'accepter enfin la maladie". Si elle explique avoir un soutien auprès de sa famille, la patiente est ravie que cet atelier permette d'échanger avec d'autres femmes elles aussi dialysées. "On se comprend, on a vécu la même chose", exprime-t-elle avant d'écouter les témoignages suivants. 

M.A
Lu 3270 fois



1.Posté par huguette le 09/03/2018 10:27

Pour toutes les maladies il y a des contraintes qui bouleversent notre quotidien

par contre vous ne pouvez etre au travail ou garder vos enfants
il y a un choix a faire.

Dommage pour un article qui traite un sujet grave

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter