Océan Indien

La "danse du derrière" met le feu à la culture malgache

Mardi 15 Janvier 2013 - 10:44

La "danse du derrière" met le feu à la culture malgache
La danse du derrière, appelée "kolom-body", est au cœur de vives polémiques parmi certains acteurs qui militent au quotidien pour le développement de la culture malgache et son rayonnement.

Lucien Randrianarivelo, directeur du Palais de l'Académie malgache de Tsimbazaza, à Tananarive, ne décolère pas sur le caractère provocant de la danse du derrière, véhiculée depuis quelques années dans la société à travers des clips musicaux qui instrumentalisent le corps féminin à des fins mercantiles, selon lui.

"Je ne vois pas en quoi le postérieur a quelque chose de beau et d’artistique dans cette danse qui montre ostensiblement cette partie du corps", fustige Lucien Randrianarivelo, choqué par "la culture de provocation".

De nombreux artistes sont du même avis et critiquent ouvertement une danse qui dénigre la femme et l’image qu’elle reflète à la société.

Mais quelques ardents défenseurs de cette pratique culturelle ne mâchent pas leurs mots, a contrario, pour défendre un héritage des régions côtières de la Grande Ile où la danse est vécue comme un art de vivre, comme le relate lexpressmada.com.

"Faire bouger le postérieur relève de la culture malgache. Comme on fait bouger les bras, les seins, le ventre, on fait aussi bouger le postérieur. Peut-être que dans les Hauts-Plateaux, les gens sont plus pudiques que sur les côtes… Mais il n'est pas question de montrer ostensiblement cette partie du corps. Les femmes portent souvent du salovagna (Ndlr : Habit de toile) quand elles dansent", argumente Jaojoby Eusèbe, auteur-compositeur et interprète.
Lu 4147 fois



1.Posté par dany le 15/01/2013 11:51

Tout est question de oint de vue ...

2.Posté par Glandeur de première le 15/01/2013 12:26

Cette danse est superbe. C'est très beau. C'est le directeur qu'il faut changer. Cet homme n'a rien à faire dans le domaine culturel.

3.Posté par Hugues Neau le 15/01/2013 13:19

Ils veulent plutot pas faire bouger leur cervelle?...

4.Posté par noe2013 le 15/01/2013 13:26

C'est la raison pour laquelle de nombreux réunionnais vont chercher des aventures culturelles à Madagascar près des femmes de bonne volonté ! et de temps en temps se marient mêmes avec elles !

5.Posté par nrj le 15/01/2013 13:27

C'est même la culture du cul ! difficile à faire pour le commun des mortels ...

6.Posté par L''''''''''''''''''''''''''''''''Ardéchoise le 15/01/2013 16:26

Encore une histoire de pétards...
Combien certains mecs de La Réunion ont-ils dépensé pour ces pétards qui ne font pas de bruits (ou en tout cas pas les mêmes bruits).
Le tourisme sexuel qui sévit à Madagascar a encore de beaux jours devant lui.
Heureusement que le potentiel culturel de cette île ne s'arrête pas là !

7.Posté par DéeSse Kâ le 15/01/2013 16:55

Quand je pense que je suis allé passer mes vacances à Maurice avec mémère...quel gland !

8.Posté par Thierry le 15/01/2013 20:30

Il faut reconnaître que la technique, c'est technique... J'ai essayé de faire bouger mon postérieur, mais rien à faire ... ça ne le fait pas...

Tout abus et toute dérive nuisent à la chose ... et tout se détourne ... mais bon, la culture nous amène à regarder la chose en tant qu'art ... Heum ! Heum ! l'oeil et l'esprit sauront tirer profit pour enrichir l'âme et pour les "avec moins de cervelle" ... pardonnez leurs.

Moralité, un postérieur ça fait Proute !!! et alors ???

9.Posté par gimi974 le 15/01/2013 23:10

Pierrot! Il manque la vidéo dans ton reportage. Difficile de porter un jugement?

10.Posté par noe2013 le 16/01/2013 05:44

P8
Pas obliger quand ces postérieurs comportent 2 trous !

"L'homme a le cœur au cul, la femme le cul au cœur. » (Joseph Delteil)

11.Posté par LeMakiMaské le 16/01/2013 13:10

Significatif du choc "culturel" dans ce pays entre 2 types de population :
Les gens des hauts-plateaux (Merina et Betsileo en particulier) de culture Mélanésienne,
et les gens des régions côtières, de culture Africaine.
-
Ce "choc" a toujours existé, mais depuis "la nuit des temps" les Merina ont dominé Madagascar (et d'une main de fer !) mettant les populations côtières "nègres" en quasi esclavage et sous domination totale.
-
Encore aujourd'hui cette domination est omniprésente, sur le plan économique bien entendu, mais aussi "culturel" : Les Merina (au teint clair et aux cheveux lisses) impose dans les médias (et aux yeux du monde LEUR image de LEUR Madagascar !!!
-
A tel point que l' "Africanitude" n'a quasiment plus aucun "droit de cité" dans les médias (tous Antananariviens...)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter