MENU ZINFOS
Communiqué

"La croisière s’amuse… à La Réunion"


Communiqué concernant la visite du secrétaire d’État à la mer signé par 4 élus en charge des pratiques nautiques au sein de 4 communes du littoral ouest.

Par N.P - Publié le Jeudi 24 Novembre 2022 à 11:06

Le communiqué :

Le secrétaire d’État à la mer du 2ème gouvernement Macron est en visite à la Réunion. La légèreté de son programme semble sortir tout droit d’un site parodique, avec par exemple au menu une « visite du phare de Sainte Suzanne »... et pourquoi pas tant qu'à faire une sortie en pédalo dans le lagon ? Par-delà la fierté d’un phare patrimonial, nos autorités locales réussissent l’exploit de programmer la visite du « ministre » de la mer sans que soit évoquée ne serait-ce qu’un instant notre situation incroyable de 10 années d’interdiction « provisoire » d’accéder à l’océan !

Et bien sûr, une « rencontre avec des élus locaux » (qu’on imagine triés sur le volet) est prévue. Une séquence aux allures folkloriques vu la faible implication des politiques réunionnais sur les problématiques liées à l’océan, au point de se demander s’ils habitent bien sur une île. Nul doute que sans le moindre scrupule, ils ne manqueront pas de s’auto-congratuler sur les grands projets d’extensions portuaires à base de béton, conduisant à multiplier dans nos eaux territoriales des navires en ferraille avec leur consommation astronomique de pétrole. Une hypocrisie monumentale quand on sait que l’écologie et le développement durable sont désormais soi-disant au cœur de tous les projets, et notamment de l’économie bleue. En parallèle, cela fait 10 années que les activités nautiques sont interdites à La Réunion, alors même qu’elles sont plébiscitées au sein de l’économie bleue en France et dans le monde du fait de leur nature hautement écologique : elles utilisent uniquement la force motrice des vagues, une énergie infinie et 100 % naturelle.

Oui direz-vous, « mais il y a eu une compétition de surf récemment ». Effectivement, l’organisation réussie de cette épreuve conduit à renforcer dans l’opinion l’illusion « que tout va bien », d’autant que tout le monde constate un retour massif des pratiquants à l’eau. Qu’importe si en quasi-totalité, face à la médiocrité de l’offre sécurisée, ils n’ont pas d’autres choix que de braver l’interdiction sous les yeux même d’autorités complaisantes. La réalité c’est que par-delà les bonnes volontés, strictement aucune évolution n’est envisagée au lendemain de cet événement : l’État depuis 10 ans n’est pas là pour régler le problème mais bien juste le gérer à coup de millions. Pour preuve, aucun des points déterminants (gratuits) dans une perspective de sortie de crise, éléments défendus depuis 2011 par les acteurs du terrain, n’est au menu d’un séminaire organisé ce vendredi 25 novembre par le Centre Sécurité Requin (CSR). Nous y sommes invités en qualité d’administrateurs, mais le débat ne pourra porter que sur des thèmes imposés, alors même que nous n’avons pas eu la moindre réunion depuis un an. Nous sommes donc conviés à débattre de points choisis « pour nous »… mais sans nous ! Cela donne une idée des dérives autocratiques que nous subissons au sein de cette structure.

Ce n’est pas sans raison que très récemment, mardi 22 novembre 2022, les membres du conseil d’administration du CSR ont tous été destinataires de révélations édifiantes sur la façon dont seraient traités, au sein de cette structure, la chargée de communication et un biologiste historique de la politique préventive. Tous deux sont en arrêt de travail depuis un an déjà, avec un lourd dossier constitué, pour des faits qui, s’ils sont prouvés, s’avéreraient scandaleux et répréhensibles. Mais le comble, c’est qu’après de multiples démarches auprès des services de médecine mais aussi du préfet et de la sous-préfète de Saint-Paul (présidente du CSR) pour faire reconnaître leurs souffrances, ils viendraient d’obtenir pour seule réponse la promesse de mesures disciplinaires et judiciaires.

Cette affaire illustre parfaitement les eaux troubles dans lesquelles pataugent les autorités depuis 10 ans s’agissant du risque requin. Plutôt que de profiter de l’accalmie sans précédent que nous connaissons actuellement, à savoir trois années sans aucune attaque, pour inscrire enfin cette problématique dans une perspective de résolution durable, nos institutions frileuses continuent de « jouer au requin » à base de politiques publiques poussives, où l’efficacité n’aura jamais été une priorité.

Aujourd’hui, bien au-delà des apparences et des effets d’annonce, tous les voyants sont au rouge s’agissant de l’accès à l’océan, mais cela n’empêchera pas le secrétaire d’État à la mer de se pavaner sur la seule île au monde où la mer est interdite, sans aborder le sujet, comme si de rien n’était…

Jean François Nativel, Conseiller départemental 19e canton (zone littorale de Saint-Paul)
Mylène Véminardi, élue commune de Saint-Leu, en charge des activités nautiques
Jorris Maurin, élu commune de Trois-Bassins, en charge des activités nautiques
Eric Pinault, élu commune de l’Etang-Salé, en charge des activités nautiques




1.Posté par Ti Pierre le 24/11/2022 12:03

Bravo et merci pour cette unité des communes du littoral face au mépris gouvernemental sur le sujet requin constaté depuis 2011 !

2.Posté par Max le 24/11/2022 13:17

Super article, en espérant que notre cher secrétaire d’état soit plus curieux et aille voir les personnes qui luttent contre l’un des plus gros problèmes de notre île ..

3.Posté par Bravo et merci de denoncer ce scandale le 24/11/2022 15:28

Bravo et merci de denoncer ce scandale surtout quand on sait que le ministre de la santé ne sait pas nager

4.Posté par Françoise DEGERT le 24/11/2022 15:35

Ils se foutent complètement des risques encourus par les populations avec les requins. Des "experts" soit disant scientifiques justifieront toujours leur politique pro-requin, déclinée désormais au "en même temps". Autrement dit, on peut se baigner avec les requins tigre ou bouledogues attirés par la réserve marine protégée qui sert de compensation au bétonnage du littoral. La loi de la jungle, la libre concurrence entre les plus forts fera le tri... L'enjeu de cette politique en faveur des grands prédateurs, c'est de pousser vers la sortie les populations des territoires et espaces qu'ils peuvent industrialiser et financiariser. Combien vaut un requin dans les BioBanks ? J'espère qu'en prime ils ne vont pas vous mettre des éoliennes en mer promues par des sociétés ténébreuses. Il est vrai que l'océan indien n'est pas l'Atlantique...

5.Posté par paloum le 24/11/2022 17:46

toujours la meme grappe qui vient pleurer pour plus de massacre requin ,,, ouin ouin et compagnie oubient que NON, l'acces a la l'ocean n'est pas ferme a la Reunion !
... on peut surfer tout les jours , voir les VRR et la water patrouille, financés tout 2 par subventions publiques pour surfer peinard en zonex, quand les conditions sont ok pour la pratique du surf.
On peut également nager, plonger, faire de l'apnee, du kayak, du Kite surf, du sauvetage sportif, de la voile, et même de la chasse sous marine etc etc etc ...

C'est bien ce séminaire, le CSR va pouvoir réintégrer les données qu'ils ont fait disparaitre concernant les pêches en sanctuaire et en zpr1 en dehors de tout cadre legal, dénoncées par le conseil scientifique de la reserve marine, comme il leur avait ete demande par les representants de l'etat ... et si par magie ils pouvaient aussi nous partager les donner peche d'octobre ... ha bah non, ca massacrer et ca pleurniche ... en attendant, plus ca appâte, plus les observations de requins sont nombreuses sur les spot ... hein ...

6.Posté par Sophie PALOURDE le 24/11/2022 23:08

Merci Monsieur Nativel de dénoncer ce manque de transparence dans la gestion du risque requin, ce mode de management autocratique et surtout l'amateurisme avec lequel est pratiquée la pêche de prévention. Vivement le retour des techniciens et des professionnels à la tête du CSR

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes