Océan Indien

La communauté internationale pourrait prendre part à la sortie de crise à Madagascar

Jeudi 9 Décembre 2010 - 13:39

A Madagascar, on se rapproche tout doucement de la mise en place d'un "bureau international de liaison". Derrière ce terme barbare se cache finalement une implantation, auprès de l'Autorité de Transition, d'une cellule composée de différentes organisations internationales pour aider ce même pouvoir de transition à sortir de la crise. Une façon aussi de le légitimer dans le temps, au moins jusqu'aux futures présidentielles.


La communauté internationale pourrait prendre part à la sortie de crise à Madagascar

Le référendum du 17 novembre dernier à Madagascar n'aura pas permis la légitimation du pouvoir en place, non-élu. Tout d'abord, l'échec de la tentative de renversement du pouvoir par quelques gradés suivi de l'annulation des élections municipales et sénatoriales prévues pour ce mois-ci auront eu le don de retarder une sortie de crise attendue depuis mars 2009.

C'est pourtant un espace de dialogue sur son sol et donc une tentative de rapprochement avec la communauté internationale que s'apprête à accorder le gouvernement en place.

Une idée relayée par la diplomatie française


L'idée a été officiellement confirmée ce lundi à Antananarivo par l'ambassadeur français dans la grande île, Jean-Marc Châtaigner. "Nous sommes ravis de la décision du gouvernement d'ouvrir un bureau de liaison", avait-il déclaré alors, cité par l'Express de Madagascar.

Depuis mars 2009, le pouvoir auto-proclamé de transition n'a jamais connu l'approbation de la communauté internationale, ni même le soutien de la Communauté de Développement de l'Afrique Australe (SADC), pourtant fidèle partenaire de la Grande île.

Jusqu'ici, seule la présence de la SADC avait été entrevue dans ce futur bureau. Une présence de poids mais pas suffisante. Cette fois-ci, l'organisation africaine pourrait être rejointe par les Nations unies, la Commission de l'Océan Indien (COI), l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et l'Union africaine.

Le respect du référendum comme absolu nécessité

Une extension de la structure de dialogue qu'appelle de tous ses vœux le président malgache déchu, Marc Ravalomanana. Dans ses propositions, la mouvance Ravalomanana suggère donc "la mise en œuvre du bureau permanent de liaison de la SADC à Madagascar, renforcé par une représentation du secrétariat général des Nations unies", qui pourrait aider à la réconciliation nationale dans le pays.

De son côté, la Haute Autorité de Transition reste mesurée. Hippolyte Ramaroson, ministre des Affaires étrangères, n'a pas voulu confirmer la nouvelle mais a simplement répété qu'une présence diplomatique internationale à Madagascar était "possible si toutes les parties prenantes respectaient avant tout les résultats du dernier référendum". Celui-là même qui offre à Madagascar une nouvelle constitution et qui n'a pas été validé par la communauté internationale.
Ludovic Grondin
Lu 1395 fois



1.Posté par Michel Bourbon le 09/12/2010 15:38

Ne rêver pas mes chers amis, personne ne souhaite sortir de ce marasme, tous s'enrichisse, se gave sur toute les possibilités qui se présentent à eux, le pays est pillé par tous les karanes, chinois et autres Bourges malagasy, les matières transitent pas les îles et tout vas bien!!! comment fait un procureur dont la femme exibe 4x4 neuf, quad 400 cm3, cabriolet neufs???? avec 1750 000 fmg de salaire mensuel??? dans ce parquet tous les dossiers, je dis biens TOUS les pauvres les riches et le Blancs passent à la caisse et les prix de 500 à 150 millions de Back, alors??? il y a entre 10 et 15 plaintes par jours!!! une tête pensante passe dans chaque province aider d'un elu et reçoit les administrés, et demande en plus plus résoudre ou faire aller dans le bon sens des sommes identiques!!!!!!! et oui c'est la justice!!!!!!! ah le bianco!!!!! oui c'est celà.....me disait un ami sortant du palais!!!!!! alors nous avons peur, ne pas savoir à qui se confier!!!! tous, les keufs et autres c'est pareil, laisser les malgaches resoudres eux même leurs conneries, tous, anciens, nouveau sont du même genre;;;;;;

2.Posté par Michel Bourbon le 09/12/2010 15:43

je terminerai ce message, que la France s'occupe des français, et que dans les ambassades seuls des français reçoivent, cela éviterait qu'il faille payer des malgaches ou bi nationaux pour obtenir un visa...... et oui, plus particulièrement à Tana..... rester de 4 h du matin dans une queue et se voir à 8 h refouler, c'est aussi la réalité. nous vivons ici et constatons, voyons, ecoutons.

3.Posté par Gajik le 10/12/2010 21:56

Il serait temps je crois de comprendre que le vocable "COMMUNAUTE INTERNATIONALE" n'est pas un monolithe de vertu, et d'analyser un peu ce que ce mot recouvre de clubs, d'organisations inféodées à l'OMC, de courroies de transmission entre les politiques appointés par les multinationales tentaculaires, de lobbies, d'intérêts antagonistes, etc ...

Une analyse honnête et approfondie de ce concept, au lieu de le lancer partout comme on lance un sésame qui dirait le DROIT International et serait le détenteur des principes fondateurs de la morale démocratique (ah c'est trop drôle!), rendrait les humains plus intelligents et leur donnerait un peu de sens critique, ce qui manque à la majorité de nos semblables.


4.Posté par Insondable le 21/12/2010 15:33

Derrière ce que vous appelez "La communauté internationale", se cache Ravalomanana. Hors ce Monsieur est un repris de justice condamné pour assassinat. C'est dire si "La communauté internationale" est la bienvenue à Madagascar.
Au fait, c'est qui "La communauté internationale"? Quels intérêts particuliers sert-elle? Certainement pas ceux de la population malagasy. Et comme cette HAT (légitime ou pas, elle est belle et bien en place), donne l'impression de se servir elle-même sur le dos du pays au lieu de le servir, on voit mal Madagascar se sortir avant longtemps de l'ornière dans laquelle elle s'est fourrée.

5.Posté par Michel BOURBON le 21/12/2010 16:22

reponse à INSONDABLE:
Bien vrais votre commentaire, nous ne porrons jamais nous en sortir de cette situation, la justice à condamné Rav8, sur des faits et la volonté de qui? les évènements de Février sont l'oeuvre de qui, et certaines photos diffusées sur certains sites relevent d'exactions sanguinaire de qui????? je pense qu'il nous faudrait avoir les tenants et aboutissants de tout cela, mais qui dit vrais?? aujourdh'ui nous en sommes ou?? seuls les même en profites en exportant nos richesses en échange de mise à disposition de materiels necessaire à une promotion politique d'hommes specialistes dans une partie de pocker menteur........les karanes tireront toujours leurs épingles du jeu politique, ils n'ont ni fois ni lois!! que les malagasy commettent des infractions ont peu comprendre sans accepter, mais eux........ vers la Réunion, Maurice, la France!!!!! si on pouvait passer chaque vol au scanner?????tant que ces gens seront en mesure de nuire au peuple malagasy, nous n'irons jamais bien loin. voilà ce que je pense en sillonant le pays, et, le constat est là, mais on ne peu donner à boire à un ane s'il n'a pas soif. Enfin, noublions pas aussi ces sociétés à Tana, holding, qui un jour sont d'un côté et au moindre changement se retrouve dans le camp du changement, faisant fonctionner la planche à billets dans la nuit... ceux sont des prétendu vazaha plus gasy que le gasy, enrichi sur des malversations et sur le dos des malagasy...................et dont les richesses quittent le pays comme ceux cité plus haut. quant aux créoles qui confondent chiffre d'affaires et bénéfices avec 2000 euro en poche alors faisons aussi le menage de ce côté, en plus on sait ce que dises ces gens sur nous . mais ils oublient aussi que l'histoire ( tiens le 20 decembre) du peuplement de la réunion vient de PRONIS en 1846 si ma mémoire est bonne, qu'ils s'en inspire et cessent de traiter leurs ancetres comme celà..... ah pauvre Gaulois...........connerie quand tu nous tiens!!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >