MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

La chaîne et le lien - Hommage ax ancêtres morts sans sépulture


Par Reynolds MICHEL - Publié le Vendredi 30 Octobre 2015 à 08:46 | Lu 93 fois

La chaîne et le lien - Hommage ax ancêtres morts sans sépulture
Rendre hommage aux ancêtres morts sans sépulture en cette année d’ouverture de la Décennie des personnes d’ascendance africaine est un moment opportun, un moment opportun pour que vos voix s’élèvent et reconnaissent leur immense contribution à la construction de toutes les sociétés de l’Océan Indien, de la Caraïbe, des Amériques et autres régions du globe.

Ces hommes et ces femmes tenu(e)s pour rien, victimes vidées de toute référence humaine, coupées de toute racine et identité, ces bons à rien, bon seulement pour travailler, souffrir et mourir ‒ même pas digne parfois d’une sépulture ‒, oui, ces hommes et ces femmes par leur labeur et leur résistance sous ses formes multiples – je pense ici à la phrase de l’esclave Amant, à Saint-Louis : "Faites sortir mon maître de l’autel et je vous donnerai ma place" –, Oui, ces hommes et ces femmes ont pu non seulement rester débout – "L’admirable, disait Aimé Césaire, est que le nègre ait tenu" – mais ont contribué partout à la création des cultures nouvelles, semences de résistance et de combat pour la dignité humaine.

Résistance physique dans les larmes et la souffrance pour survivre à "la plus grande tragédie de l’histoire humaine par sa durée et son ampleur" (Jean-Michel Deveau) ; résistance culturelle et spirituelle pour reconstruire, dans la spontanéité de la création, le lien entre les victimes et humaniser les oppresseurs.

C’est le message le plus fort que nous ont laissé nos ancêtres : la primauté des valeurs humaines et spirituelles sur la haine et la violence.

Le devoir de mémoire est d’abord l’injonction de ne pas oublier la tragédie, la souffrance et le mépris qu’ont subi nos ancêtres esclaves et de garder vive la conscience des événements d’un passé qui ne doit pas passer. "Le bourreau tue toujours deux fois, la deuxième fois par le silence", disait avec justesse Élie Wiesel. Car le silence est toujours une arme idéologique majeure pour les oppresseurs. Le devoir de mémoire est donc l’obligation de ne pas tourner cette page de notre histoire, de ne pas oublier sa dimension tragique et violente, symbolisée par la chaîne.

L’injonction est également de ne pas laisser dans l’oubli l’autre versant de cette tragédie : le lien. La chaîne mais aussi le lien. Le lien de solidarité entre tous les victimes du système et leurs descendants, mais aussi le lien conflictuel entre les victimes et les esclavagistes. Notre héritage n’est pas un héritage de haine mais d’espoir. "Attention, disait Aimé Césaire, haïr, c’est encore dépendre". L’espoir nous projette en avant, nous met en mouvement et nous engage à créer un futur en transformant l’héritage de nos ancêtres esclaves et engagistes en action de lutte pour une société plus juste et plus équitable, où les uns et les autres puissent trouver pleinement leur place. C’est l’immense défi à relever. Je pense à tous les laissés pour compte de notre société, les hors-champ, les sans avenir, particulièrement les jeunes de nos quartiers.

C’est à cette responsabilité que nous assigne le devoir de mémoire, c’est à cette responsabilité que nous assigne la Décennie des personnes d’ascendance africaine. Unissons nos forces pour relever ce défi.

"Un pays est toujours une entreprise d’avenir, un arc tendu vers le lendemain".
Antonio Machado

Reynolds MICHEL
Intervention au Cimetière du Père le
Vendredi 30 octobre 2015




1.Posté par Sans sépulture ? le 02/11/2015 20:38

Cela fait un certain temps que cette mauvaise blague perdure.
Quelques années.
Tous les esclaves ici ont eu une sépulture.
Ce n'était pas une tombe en granit. Mais les propriétaires terriens ne laissaient pas le cadavre de leurs esclaves pourrir à l'air libre.
Tous les cadavres étaient enterrés.
Les esclaves morts durant la traversée ont eu l'océan pour dernière demeure comme tous les marins du monde.
Reynolds, arrête ton char stp !
Armand Gunet

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes