Courrier des lecteurs

La catastrophe est sur l’horizon. Sommes-nous prêts ?

Mardi 23 Avril 2019 - 15:26

La catastrophe est sur l’horizon. Sommes-nous prêts ?
La Réunion est connue pour son « vivre ensemble » affirmé avant tout par un respect mutuel et un dialogue bienveillant entre les différentes confessions religieuses.

Nous pouvons nous en féliciter, bien sûr, mais ne devons-nous pas aussi nous demander si cette sérénité interconfessionnelle dont jouit la Réunion ne pourrait pas être un jour menacée par quelque conflit à l’entour ?

Le polytechnicien philosophe Jean-Pierre Dupuy est un spécialiste des catastrophes qui, depuis deux décennies, martèle l’idée que seuls ceux qui croient qu’une catastrophe va arriver sont capables de la prévenir.

Alors demandons-nous jusqu’à quel point notre rare et délicate harmonie pourra résister au tumulte d’un monde qui, depuis le 11 septembre 2001, s’est continuellement enfoncé dans la violence de guerres hybrides au milieu desquelles des nations, des peuples, des ethnies, des confessions n’ont eu de cesse de s’affronter mortellement en usant de tout le spectre des moyens militaires, de la désinformation au terrorisme ?

Se poser la question, c’est y répondre, car nous pouvons tous constater que depuis 2001 justement, nos marches pour la paix n’y ont rien fait, le monde n’a pas cessé de s’enfoncer dans ce que certains nous présentent comme un « choc des civilisations ».

Comment croire que sans mesure de prévention particulière, nous pourrons résister à l’engrenage mimétique d’une violence à laquelle nous semblons presque condamnés ?

Observons, par exemple, qu’en Nouvelle-Zélande, les cinquante musulmans qui ont été massacrés dans leurs mosquées ne l’ont pas été à Auckland, Wellington ou Nelson, mais dans la ville appelée Eglise du Christ (Christchurch). Ce télescopage est peut-être le fruit du hasard mais voudrait-on mettre de l’huile sur le feu qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Maintenant que les terribles attentats de Pâques au Sri Lanka sont considérés comme une réplique à ceux de Christchurch, il n’est pas extravagant de penser que, de par le monde, des forces concourent activement à la mise en place d’un choc des civilisations entre un Occident façonné par la chrétienté et une immigration musulmane d’origine africaine ou moyen-orientale qui s’efforce de perpétuer sa religion et plus généralement, sa culture et/ou ses traditions

Comme chacun sait, ce refus de l’assimilation et donc la cohabitation de ces deux cultures ne va pas sans susciter ici et là des tensions, des ressentiments, voire des violences de sorte qu’en dépit des volontés d’apaisement de part et d’autre, une forme d’antagonisme culturel s’est progressivement installé et s’est trouvé renforcé années après années par l’immigration de masse, le différentiel de natalité mais aussi la permanence des conflits meurtriers et dévastateurs que l’Occident suscite au Moyen-Orient — sans parler des attentats terroristes ou des innombrables persécutions anti-chrétiennes en terre d’Islam. Au point qu’on peut légitimement se demander comment tout cela va finir.

Alors que l’Europe se targue d’avoir établi un record de paix... entre ses membres, tout se passe comme si une guerre civile se présentait sur l’horizon. La chose paraît tellement sérieuse que dans son livre « Un président ne devrait pas dire ça », François Hollande envisageait carrément une partition du territoire national. 

N’y a-t-il pas là de quoi assommer tout citoyen normalement constitué ? Alors que la question de l’immigration a toujours été mise à l’écart du débat national (comme ce fut encore le cas pour le récent Grand débat), n’est-il pas hallucinant de constater que nos élus — à qui la Constitution donne pourtant mission de protéger l’unité nationale — songent à quelque chose d’aussi radical qu’une partition du pays ? Qui ne voit que cette « solution » est celle qu’habituellement les vaincus se voient infliger ? Pense-t-on que les français deviendront des « vaincus » sans s’insurger ?

Pour le dire clairement, avec la froide lucidité que Jean-Pierre Dupuy nous adjure de faire nôtre face aux périls qui menacent, les réunionnais doivent se demander ce qu’il adviendra de leur vivre ensemble si, par malheur et pour les raisons évoquées plus haut, une forme de guerre civile devait s’instaurer progressivement ou éclater en métropole.

Ils ne pourront résister à cette catastrophe absolue et à la contagion de la violence que suscitent les solidarités communautaires que s’ils se savent toujours-déjà engagés et protégés par une « union sacrée » qui assurera à chacun le sentiment d’appartenance à une seule et même famille réunionnaise au sein de laquelle, au-delà de la diversité apparente, tous se reconnaîtront comme des frères et sœurs bien décidés à se faire confiance, à se défendre mutuellement et à s’assurer de rester en paix à tout prix, quels que soient les affiliations, les intérêts, les obligations morales ou légales qui pourraient les rendre sensibles ou, carrément soumis, aux sirènes des conflits à l’entour.

D’aucuns pourraient juger ces considérations aussi inutiles que surréalistes tant la Réunion peut sembler à l’écart des dangers évoqués, d’abord en raison de son éloignement géographique, ensuite en raison de l’adhésion ancienne de sa communauté musulmane au principe de laïcité ainsi que de l’absence, chez elle, de toute posture victimaire au regard d’un passé colonial qui suscite encore du ressentiment chez nombre de musulmans d’origine nord‑africaine ou subsaharienne. Mais, comme y insiste Jean-Pierre Dupuy, se raconter que la catastrophe ne peut pas arriver est justement ce qui la facilite...

Nous voulons tous la paix, mais elle a un prix. Celui des efforts et des sacrifices à accomplir pour être prêts lorsque la catastrophe viendra sous une forme ou sous une autre.

 Nous avons les moyens de réaliser cette « union sacrée » entre réunionnais de toutes confessions, alors pourquoi ne pas le faire dès que possible, avant qu’il ne soit trop tard ? Le sursaut citoyen impulsé par les Gilets Jaunes aurait pu en être l’occasion mais le débat citoyen n’a eu ni l’ampleur ni la profondeur nécessaires et surtout les questions de fond ont été soigneusement écartées.

Mais, l’actualité aidant — à quelque chose malheur est bon — rien n’interdit que les réunionnais de bonne volonté se penchent sur les grandes questions, celles qu’on préfèrerait ne pas voir, celles qui fâchent : les questions de guerre et de paix, les questions de vie et de mort.

Autrement dit, je crois que l’appartenance à la République Française une et indivisible ne nous dispense pas d’œuvrer à l’édification d’une conscience collective réunionnaise fraternellement et résolument tournée vers des accords autant que des pratiques de réconciliation, de paix et de solidarité seuls à même d’assurer l’union sacrée lorsque le temps des « grandes tribulations » sera venu. Détourner le regard est vain. Chacun doit prendre ses responsabilités, n'est-ce pas ? Vous-même, vous en pensez quoi ?
Luc-Laurent Salvador
Lu 833 fois



1.Posté par A mon avis le 23/04/2019 22:44

"...tumulte d’un monde qui, depuis le 11 septembre 2001, s’est continuellement enfoncé dans la violence de guerres hybrides ..."


Vous raisonnez à courte vue ! Bien avant 2001, il en a toujours été ainsi : guerres, dictatures, attentats, terrorisme etc. !

De tous temps, comme à l'heure actuelle, la plupart des conflits ont été et sont liés à la religion.
La seule différence, c'est que le nombre d'humains ne cesse d'augmenter, amplifiant ainsi les conséquences de tous les conflits.

2.Posté par A mon avis le 23/04/2019 22:49

"François Hollande envisageait carrément une partition du territoire national."


Ah bon !....
Pouvez vous préciser ?

3.Posté par Luc-Laurent Salvador le 24/04/2019 10:28

@ A mon avis post 1

"la plupart des conflits ont été et sont liés à la religion". ça c'est une variété de "lavage de cerveau" dont les élites se servent pour manipuler le bon peuple comme ça les arrange. Quand c'est nécessaire, quand la religion ne peut pas servir à monter les peuples les uns contre les autres, on déclare (comme Mitterrand) "le nationalisme c'est la guerre". Il faut arrêter avec ce genre de naïveté. Les hommes se font la guerre quand leurs élites leurs fabriquent un ennemi. Tout porte à penser qu'on est en train de fabriquer une confrontation chrétienté / islam.

post 2

Visiblement, vous êtes passé à côté de l'info. En voici une présentation "lourde" en pathos faite à l'époque dans le Figaro :
http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/10/12/31001-20161012ARTFIG00292-immigration-l-incroyable-aveu-de-francois-hollande.php

4.Posté par Richard Zoreil de Sin Dni le 24/04/2019 12:02

A mon avis est-ce que vous pouvez me citer ?
- le nom des dictateurs religieux ayant gouverner dans les 100 dernières années,
- le nom des dictateurs non religieux ayant gouverner dans les 100 dernières années,

Et faire la mesure du pire au moins pire....

5.Posté par A mon avis le 24/04/2019 19:50

@ 4.Posté par Richard Zoreil de Sin Dni :pour ce qui est des dictatures à caractère religieux, vous avez le choix entre les théocraties : (Vatican, Iran) et les Monarchies absolues à fort support religieux : Arabie saoudite, Quatar, Brunei, Oman...

Dictateurs non religieux : Hitler, Pinochet, Staline, etc ....
pays dirigés par une junte militaire (Thaïlande), ou par un parti unique (Corée du Nord, Chine)

On ne connaît pas son bonheur de vivre dans une République démocratique et laïque

6.Posté par A mon avis le 24/04/2019 20:11

@ 3.Posté par Luc-Laurent Salvador
" Les hommes se font la guerre quand leurs élites leurs fabriquent un ennemi." dites vous !
Vous avez raison. Mais vous remarquerez que la religion est un bon support pour attiser la haine de l'autre ! Et par ailleurs, la religion a très souvent été utilisée pour asservir des peuples des pays nouvellement conquis !

"Tout porte à penser qu'on est en train de fabriquer une confrontation chrétienté / islam." dites vous !
C'est qui "on" ?

Les guerres de religions ne font que continuer.
Chaque religion veut convertir de nouveaux adeptes. Lorsque la religion trouve à s'allier avec un bras armé, ou est instrumentalisée par chef politique, on obtient une guerre.

7.Posté par A mon avis le 24/04/2019 20:19

@3.Posté par Luc-Laurent Salvador :
Votre interprétation des propos de Hollande est très tendancieuse, voire fausse : dans l'article du Figaro dont vous donnez le lien, il est dit :
" La sécession des territoires? «Comment peut-on éviter la partition? Car c'est quand même ça qui est en train de se produire: la partition.»"


Hollande fait un constat : la partition du territoire (= communautarisme) et se demande : comment peut-on l'éviter ?
Il ne s'agit pas comme vous l'affirmez dans votre texte de "François Hollande envisageait carrément une partition du territoire national".

8.Posté par Luc-Laurent Salvador le 24/04/2019 23:05

@ mon avis

Vous vous racontez des histoires. Je ne vais pas tenter de vous empêcher.

9.Posté par Jean Le Monstre le 25/04/2019 08:27

Il y a toujours eu des prophètes de mort, de fin du monde.
La grande peur de l'an mil !
La peur à chaque changement de siècle ! et de millénaire !!!

Encore un !
Rien de nouveau !

Ce qui ne vous empêche pas d'être pour la paix, évidemment !

10.Posté par Luc-Laurent Salvador le 25/04/2019 11:11

@ post 9

Oui, bien sûr, la première chose à se raconter quand on ne veut pas voir ce qui vient c'est tout ce qui permet de dire "jusqu'à présent tout va bien". Donc, il n'y a pas de raison, tout ira bien...

Ainsi, il y a sûrement eu des "pro-faites l'autruche" en Amérique du Sud avant l'arrivée des Conquistadors comme des Afghans, des Irakiens, des Libyens, des Syriens, etc. qui ont vraiment cru et prédit que l'Occident démocratique ne pourrait pas vouloir détruire leur pays.
Il y en a qui ont cru à la mort de Tito que la Yougoslavie pourrait continuer sur sa lancée.
Ils se sont tous trompés.

Comme disait si justement Billy Wilder, en Allemagne d'avant-guerre, les juifs optimistes ont fini à Auswitch, les pessimistes à Hollywood.
Choisis camarade !

Ne vous en déplaise, je suis pour la paix, mais assurément pas celle de l'autruche qui met la tête dans le sable.
Je suis pour la paix issue du dialogue et même de la polémique. Il faut que tout vienne sur la table, même ce qui est difficile à entendre si on veut vraiment construire une paix authentique et durable.

C'est exactement ce que s'efforcent de réaliser les commissions Vérité & Réconciliation en Afrique du Sud. Elles mettent les pieds dans le plat de ce qui divise.
Elles le font après coup(s). Il me semble judicieux d'y venir avant (les) coup(s).

La polémique, la dispute, la controverse, c'est précisément cela qui fait la force de la démocratie. N'ayons pas peur des enjeux. Regardons en face ce qui pose problème et affrontons-le en cherchant ce qui pourra nous mettre d'accord avant que nos élites nous fabriquent une poudrière qui sautera à la première étincelle.

Les réunionnais ont, de par leur histoire, un magnifique héritage, celui d'une identité réunionnaise qui permet d'unifier des populations d'origines diverses ; celles-ci se reconnaissant comme communauté au-delà des différences manifestes. Certes, comme dans toute famille, il existe des tensions mais elles ne sont pas de nature religieuse. Nous avons donc un formidable atout mais seule une volonté collective forte pourra garantir qu'il le restera quoi qu'il advienne de par le monde.

Mais cette volonté ne naîtra pas de prêchi-prêcha républicains ou de slogans lénifiants répétés à l'envi. Elle naîtra du creuset démocratique par excellence : le débat.
CQFD

11.Posté par JORI le 25/04/2019 11:47 (depuis mobile)

9. Jean le monstre. Et vous êtes vous, à lire tous vos commentaires, un prophète de la mort, de la fin de la France.

12.Posté par A mon avis le 25/04/2019 14:34

@ 10.Posté par Luc-Laurent Salvador
Vous parlez d'une "identité réunionnaise" !

Ah bon ! Ça existe ?
Pouvez vous la définir ?

"Certes, [à la Réunion] comme dans toute famille, il existe des tensions mais elles ne sont pas de nature religieuse. " dites vous ?

Ah bon ! Il n'y a pas de tensions religieuses à la Réunion ? Le communautarisme latent (ou réel) n'a rien de religieux ?

Vous rêvez !

13.Posté par Luc-Laurent Salvador le 25/04/2019 16:48

@ mon avis

Pour l'identité, vous aurez bientôt un conférencier sur l'île qui s'attachera à la définir (suivre les Rencontres de l'Education de l'Océan Indien). Je ne vais pas me lancer dans l'exercice sachant que la seule chose qui compte est qu'avec un minimum de bonne volonté de comprendre, vous arriverez sûrement une très bonne idée de ce que je veux dire.
Pour vous mettre sur la piste je peux quand même vous indiquer de rechercher tout ce qui constitue des points communs au-delà des différences manifestes.
C'est ce qui fait, par exemple, qu'il existe une "identité européenne". Tapez ça dans Google, 186000 occurrences avec définition qu'il serait facile de transposer au cas de la Réunion. Je vous laisse faire.

Concernant l'absence de tension religieuse, je suis sûr de ce que j'avance. Par contre, ne nous voilons pas la face, il y a des tensions "communautaires" mais elles ne sont pas liées à la religion et bien davantage à l'origine pourrait-on dire. Par exemple, on voit des "zoreils dehors" ici et là.

14.Posté par A mon avis le 25/04/2019 17:10

@ 13.Posté par Luc-Laurent Salvador :
En somme, vous êtes incapable de définir une "identité réunionnaise" !

Communauté tamoule, communauté musulmane, ça n'existe pas selon vous ? Origine et religion sont souvent confondues.
Communauté "zoreil" jamais entendu parler ! Même si "zoreil dehors" fait partie de la xénophobie traditionnelle du "créole" !

15.Posté par Jean Le Monstre le 25/04/2019 17:43

13.Posté par Luc-Laurent Salvador

-- C'est ce qui fait, par exemple, qu'il existe une "identité européenne" --

Si l'identité européenne existait, l' UE ne serait pas à l'agonie.

16.Posté par JORI le 25/04/2019 19:53 (depuis mobile)

15. Jean le monstre. En plus d'être un prophète de la mort et de la fin de la France, vous êtes celui de la fin de l'ue !!. Mdr

17.Posté par Jean Le Monstre le 25/04/2019 22:18

Oui ! je suis contre l'Europe ultra libérale qui agonise.
Je ne suis pas contre l'Europe sociale.
Si vous n'avez pas compris que Macron et Merkel détruisent tout ce qui est social en France et en Europe vous n'avez rien compris.
C'est votre parti pris de ne rien comprendre à rien.

18.Posté par Luc-Laurent Salvador le 26/04/2019 08:06

@ post 15

S'il suffisait d'avoir une identité pour être protégé de l'autodestruction ça se saurait.
L'identité française n'a pas empêché les guerres civiles.
L'identité européenne ne saurait empêcher la fin de l'Union Européenne si tel est son destin.

L'identité réunionnaise et la qualité du vivre ensemble qu'elle amène ne sont que les conditions de possibilité d'une résistance à la contagion de la violence qui s'observe à l'entour. C'est une base nécessaire, indispensable, mais pas suffisante.

Il nous faut aussi une farouche volonté de paix pour viser un véritable pacte de fraternité réunionnaise, une sorte de renoncement collectif au réflexe du repliement communautariste afin de réaliser une union sacrée officielle qui permettra à chacun de savoir que nos ressemblances, nos accords priment sur nos différences et nos, toujours possibles, différends.

19.Posté par A mon avis le 26/04/2019 10:53

@18.Posté par Luc-Laurent Salvador
Arrêtez avec votre "identité réunionnaise", identité française" identité européenne" : vous êtes incapable d'en donner une définition !
Ce sont des formules creuses dans lesquelles on peut mettre tout et n'importe quoi en fonction des besoins !

20.Posté par Luc-Laurent Salvador le 26/04/2019 11:54

@ 19

Disons que je suis d'accord avec vous. C'est une notion délicate en effet en raison de ses multiples dimensions et c'est pourquoi il n'existe pas de définition consensuelle de l'identité. C'est un chantier en cours.
Pour ma part, je considère que sur la base de tout ce que j'ai exposé dans cet article (et dans mes réponses aux commentaires), les esprits de bonne volonté peuvent aisément comprendre ce à quoi je fais référence.
Comme je l'ai déjà fait plus haut (post 13), je vous invite à y mettre un peu de bonne volonté... à partir de là nous pourrons commencer à discuter sur le fond... si vous avez des choses à dire !

21.Posté par JORI le 26/04/2019 17:10 (depuis mobile)

17. Jean le monstre. Vous avez des exemples du "tout ce qui est social" que macron et Merkel detruiraient ?.

22.Posté par Jean Le Monstre le 26/04/2019 19:58

21.Posté par JORI

Par exemple le code du travail pour Macron (France).
Le CETA et bientôt le TAFTA pour Macron et Merkel (Europe).
Ce ne sont que des exemples, il y a beaucoup d'autres atteintes sociales.
Renseignez-vous sur ce que ça contient, le code du travail, le CETA, le TAFTA. C'est long !

23.Posté par A mon avis le 27/04/2019 17:40

@ 20.Posté par Luc-Laurent Salvador :
Votre idée de définir une "identité réunionnaise" est concomitante de votre phrase :
"Nous avons les moyens de réaliser cette « union sacrée » entre réunionnais de toutes confessions, alors pourquoi ne pas le faire dès que possible, avant qu’il ne soit trop tard ?"


Que signifie "union sacrée" ?
Vous voulez concilier toutes les "confessions" ? Mission impossible : chaque "confession" ou plus exactement religion est intolérante par définition : chaque religion se dit supérieure aux autres et n'a qu'un but conquérir ou convertir de nouveaux adeptes !

Il est bien plus raisonnable de laisser chaque religion dans son temple et donner à chaque individu le droit de croire ou ne pas croire, de pratiquer ou non sa religion individuellement, et lui garantir ce droit : et cela porte un nom : la laïcité.

L'identité est une affaire individuelle : pas deux individus se ressemblent : pas même deux jumeaux. Chacun possède des caractères individuels propres, des idées, une religion ou non, un parcours de vie, un passé, un niveau d'études spécifiques etc ...
Alors laissons à chacun son identité propre, personnelle. Et refusons de définir une "identité collective" qui impliquera d'exclure ceux qui ne répondront pas à vos critères.
Vouloir définir une "identité collective" c'est favoriser l’exclusion, favoriser le communautarisme.

Plutôt que de militer pour "une identité réunionnaise" et faire l'union sacrée des différentes confessions, vous seriez mieux avisé de militer pour la liberté individuelle, l'égalité, la laïcité !

24.Posté par A mon avis le 27/04/2019 17:46

@ 17.Posté par Jean Le Monstre le 25/04/2019 22:18
Oui ! je suis contre l'Europe ultra libérale qui agonise.
Je ne suis pas contre l'Europe sociale.


Alors, aux prochaines élections européennes, vous allez voter pour un parti de gauche ou écologiste !
Bravo !

25.Posté par Jean Le Monstre le 27/04/2019 20:22

24.Posté par A mon avis

Mais bien sûr !
Seul problème, je voudrais qu'ils s'unissent.

26.Posté par Luc-Laurent Salvador le 27/04/2019 21:57

@ post 23

Pour vous mettre les points sur les i (parce que, c'est vrai, je le reconnais, votre surdité commence à m'échauffer gentiment) je vous dirai que s'il y a un jour la guerre civile en métropole sur la base du "choc des civilisations" actuellement fomenté, la question de l'identité réunionnaise prendra toute sa signifcation (celle qui vous échappe) : ou bien ce sera une réalité et les réunionnais resteront solidaires sans s'étriper pour des raisons religieuses car ils auront préalablement décidé que, s'étant reconnus comme des frères mutuellement respectueux des convictions de chacun (laïcité), aucune interprétation de textes religieux ne peut sérieusement motiver qu'ils doivent s'entretuer et aucune affiliation ethnique non plus. L'union sacrée prévaudra et la paix sera préservée. Ou bien un tel accord n'aura pas été réalisé, aucune identié réunionnaise n'aura été reconnue et la laïcité ne sera plus qu'un aboli bibelot d'inanité sonore bien incapable d'empêcher les communautés de s'étriper puisque c'est la peur qui prévaudra alors et non pas la confiance.
Voilà tout ce qu'il y a à comprendre mais j'ai peur que cela vous échappe encore...

27.Posté par Jean Le Monstre le 28/04/2019 07:34

Ohhhh ! mais Luc-Laurent Salvador connaît Mallarmé ! Il reprend une de ses formules.
Admirable !
Rien d'étonnant à ce que l'hermétisme soit son seul mode d'expression !

28.Posté par justedubonsens le 28/04/2019 10:24

@Luc-Laurent Salvador. Votre vision si elle reflète l'Idéal est utopique. Vous savez comme Moi que de tels accords préventifs seraient mis à rude épreuve en cas de conflit civil. Si la bonne intelligence peut permettre ces accords en période de sérénité ils seront vite mis à mal par mauvais temps car alors la passion l'emportera sur la réflexion. Il y aura toujours quelques individus pour se dispenser du respect de ces règles et selon les réactions des uns et des autres à ces transgressions, la famille, les proches ou ceux partageant les mêmes sentiments d'appartenance viendront à leur tour prendre parti.
je crois que l'Homme est ainsi fait qu'il se complait davantage dans l'opposition et la violence que dans le consensus et l'empathie.
Il n'en demeure pas moins que votre exposé est intéressant, soulève débat et réflexion !

29.Posté par A mon avis le 28/04/2019 11:39

@ 26.Posté par Luc-Laurent Salvador :
Vous refusez de comprendre mes arguments. Vous ne semblez pas connaître réellement le principe de laïcité. Ni celui d'identité.
Vous raisonnez comme les identitaires d'extrême droite !
Et le terme "d'union sacrée" a des relents guerriers peu engageants !

30.Posté par Luc-Laurent Salvador le 28/04/2019 17:49

@ justedubonsens

Merci pour l'intérêt manifesté et votre compréhension.
J'entends bien ce que vous dites : de tels accords sont toujours précaires et aisément mis à mal par des violences de part et d'autre MAIS dès lors qu'en raison d'un tel accord, la continuité de l'ordre peut être assurée par des forces de police et de justice, on dispose d'une marge de manoeuvre significative pour réguler les petit écarts et éviter l'escalade.
Je veux croire que tout le monde sera assez d'autant plus porté à contribuer à l'apaisement des esprits que le désastre comme le danger seront manifestes à l'entour. Le problème c'est maintenant, parce qu'il est encore possible de se raconter des histoires et de s'imaginer que la tranquillité qui a précédé va persister. Comme dans l'histoire du gars qui tombe d'un immeuble et se répète à chaque instant : "pour le moment, tout va bien".
Le fait de venir à un tel accord préalable serait le signe sûr que les parties prenantes sont tout à la fois lucides sur les risques encourus et responsables à cet égard.

Ce que je crains c'est que cela ne soit pas "psychologiquement" possible pour ceux qui sont présentement en position de responsabilité car rompre avec l'inertie de la masse comme celle des "collègues" et autres membres de son groupe de référence suppose un courage et une indépendance d'esprit qui n'est pas la chose la mieux partagée du monde. Il ne faut pas craindre pour sa respectabilité, cad, ne pas craindre de passer pour un doux dingue.
Faire des incantations est toujours bien vu et ça ne coûte pas cher.
Là est le problème que fait qu'il soit si difficile de prévenir des catastrophes pourtant prévisibles.
C'est pourquoi je crois que la plus forte probablité est que nous serons pris au dépourvu quand la bise fut venue, pour parler comme La Fontaine.
Bref, je pense que je prêche dans le désert, mais il n'est point besoin d'espérer pour entreprendre n'est-ce pas ?

31.Posté par Luc-Laurent Salvador le 28/04/2019 18:44

@ 29 d'a mon avis

Vous ne comprenez pas grand chose mais vous êtes prompt à juger et même à cataloguer.
J'ai été tenté de m'en tenir là mais je repère dans votre propos une idée pertinente : la notion d'"union sacrée" aurait des relents guerriers.
C'est vrai qu'elle est associée à la guerre de 14-18.
Cela suffit-il à en faire une notion intrinsèquement guerrière ? Certes pas !
A ce compte là, la Patrie serait une notion guerrière n'est-ce pas ?
Le raisonnement pas "association d'idée", "air de famille" et vague ressemblance ramène beaucoup de boue et peu de pépites.

32.Posté par A mon avis le 28/04/2019 22:47

@ 31.Posté par Luc-Laurent Salvador :
Vous avez raison de dire que "raisonner par association d'idée et air de famille ramène beaucoup de boue," car c'est tout à fait votre façon de raisonner en utilisant les termes de :
- "union sacrée",
-"choc des civilisations",
- "Eglise du Christ (Christchurch). Ce télescopage est peut-être le fruit du hasard mais voudrait-on mettre de l’huile sur le feu ...",
- "les français deviendront des « vaincus » sans s’insurger ?"
- "le temps des « grandes tribulations » "

ou des bobards tels que :i[ "nos élu...ongent à quelque chose d’aussi radical qu’une partition du pays ?"]i

Tout cela confirme que vous devez sans doute puiser votre inspiration dans la mouvance des groupuscules identitaires : vos propos en sont le triste reflet.

P.S.: vous semblez ignorer le sens du mot "patrie" qui n'a rien de guerrier, contrairement à l'expression "union sacrée"
Pour votre info voici la définition du Littré :

PATRIE, n. f.

♦ Pays où l'on a pris naissance. « À tous les cœurs bien nés que la patrie est chère ! », Voltaire .
♦ Fig. « L'univers est la patrie d'un grand homme », Raynal .
♦ Province, ville où l'on est né. Marseille est sa patrie.
♦ Fig. La nation dont on fait partie, la société politique dont on est membre. « Que me servirait, comme à tout le peuple, que ma patrie fût puissante et formidable, si, triste et inquiet, j'y vivais dans l'oppression ? », La Bruyère .
♦ Patrie commune, l'État dans lequel on possède des droits politiques.
♦ La mère patrie, Voy. MÈRE.

33.Posté par Luc-Laurent Salvador le 29/04/2019 07:58

@ 32 a mon avis :

Il n'est pire sourd qui ne veut entendre. Je pointais le fait que la patrie est une idée qu'on évoque beaucoup lorsqu'il s'agit de la défendre et que les tambours de la guerre résonnent.
Si ce n'était pas le cas, la très juste pique d'Anatole France n'aurait aucun sens, or elle est tout sauf absurde : "On ne meurt pas pour la patrie, on meurt pour les industriels."
Voilà qui met un point final à notre conversation.
Bien le bonjour chez vous !

34.Posté par A mon avis le 29/04/2019 12:59

@ 33.Posté par Luc-Laurent Salvador /
Vous ne raisonnez jamais sur le fond, vous ne faites que dévier le discours : vous n'avez pas défini "l'identité réunionnaise" que vous prônez !
Vous n'argumentez pas sur votre "union sacrée" qui a des relents guerriers. Ce qui n'a rien à voir avec le mot "patrie" : il faut avoir un esprit très orienté pour y voir automatiquement un sens guerrier !

Vous ne faites que dévier la conversation vers d'autres sujets "par association d'idées" : avec "patrie" vous déviez sur une citation d'Anatole France, où ce n'est pas la patrie qui est en cause mais la puissance de l'argent qui créé les guerres et trompe le citoyen !

Pour votre info : une partie du texte de Anatole France paru dans "l'Humanité du 18 juillet 1922"

... Ainsi, ceux qui moururent dans cette guerre ne surent pas pourquoi ils mourraient. Ils en est de même dans toutes les guerres. Mais non pas au même degré. Ceux qui tombèrent à Jemmapes ne se trompaient pas à ce point sur la cause à laquelle ils se dévouaient. Cette fois, l'ignorance des victimes est tragique. On croit mourir pour la patrie ; on meurt pour des industriels. Ces maîtres de l'heure possédaient les trois choses nécessaires aux grandes entreprises modernes : des usines, des banques, des journaux. Michel Corday nous montre comment ils usèrent de ces trois machines à broyer le monde....."

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie