MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

La bonne foi de l'envers de l'île


- Publié le Mercredi 28 Octobre 2015 à 22:44 | Lu 603 fois

La bonne foi de l'envers de l'île
Quelle est la place de l'art dans le monde et la place des artistes dans la cité? Est-ce que tout est art ?

Des questions importantes qui devraient permettre d'avancer sur la compréhension de la situation des arts plastiques à La Réunion. Le CCEE a organisé récemment son septième atelier de travail et de réflexion sur la structuration de ce secteur et sur les valeurs communes que partagent les acteurs des arts plastiques à La Réunion. Pas question d'aborder l'esthétique ou la critique malgré le désir exprimé de définir les contours d'une charte pour petit à petit améliorer le sort des artistes plasticiens réunionnais.

Pourtant, comme le faisait remarquer un artiste en dehors de ses ateliers de travail : « à La Réunion, c'est difficile de parler d'art et des questions de contenu sans qu'on y mêle des préoccupations politiques. » Sommes-nous alors dans l'emprise du politique sur l'esthétique ?
 
Selon les propos d'un philosophe actuel de l'Académie Française: « La cité c'est la politique, la politique c'est le message et le message c'est le concept. » L'art dans la cité, l'art pour la cité, rajoute t-il, n'a donc pas besoin de l'art. Et de poursuivre : « L'obsession de la cité a chassé la beauté du vocabulaire de l'art : toujours plus d'artistes dans la cité, toujours moins d'art dans le monde. »

Que faut-il en penser ? Pas facile d'y répondre mais tout au moins pourra t-on s'appuyer sur la belle exposition « L'Envers de l'Ile  » qui fait en ce moment l'actualité pour s'interroger brièvement sur le second volet d'une saga qui a démarré au Musée Léon Dierx et qui se poursuit encore pour une semaine, cette fois-ci à l'Ecole Supérieure d'Art de La Réunion. Une exposition d'art utile pour les questions qu'elle pose avec au départ, un titre éponyme de l'oeuvre de Thierry Fontaine, qui ne peut laisser indifférent et qui s'enrichit du vocable : « Sanctuaires », inspirée de la vidéo touchante, présentée par Esther Hoarau.
 
Que pourrait-on être tenté de voir dans cette exposition? Des œuvres avec leurs sens et leurs qualités. Mais, tout ce qui est à voir est-il dans les œuvres? On pourrait par exemple commencer à chercher à voir dans le regard des artistes, à essayer de comprendre sur quoi se sont posés leurs yeux et se demander si c'est le spectateur qu’ils regardent? Et si c'est le cas, le spectateur ne pourra t-il ne jamais voir que l’Envers? Ceci revient-il à dire que ce qui est à voir pourrait-être ailleurs, hors cadre? Doit-on voir autre chose que ce qu'il faut voir quand on cherche à voir quelque chose ? Encore faut-il prendre le temps de voir! Mais quoi ?
 
En réalité, « L'Envers de l'Ile » (second volet) porte sur l'exposition d'art. Certains étudiants de l'Ecole Supérieur d'Art de La Réunion ont choisi eux-mêmes les œuvres à exposer et la manière de les montrer au cours d'un atelier de travail (workshop) encadré par un commissaire d'art professionnel. Est-il possible d'y percevoir alors de la critique ou une opportunité pédagogique dans ce qui se rajoute à la version précédente de l'exposition ? Quitte à ne pas être d'accord avec  Rainer Maria Rilke quand il dit : « Les œuvres d’art sont d’une infinie solitude ; rien n’est pire que la critique pour les aborder. Seul l’amour peut les saisir, les garder, être juste envers elles. »
 
« Sanctuaires » seraient-ils la plus magnifique interprétation de l'île? Faut-il s'attendre à une sacralisation et au sacré? Celui par exemple, de maintenir l’impossibilité absolue où nous sommes de jamais dominer l'île par une représentation quelconque.

L'exposition « L'Envers de l'Ile » est rarement ironique ou méchamment moqueur. Il y a même une tendresse minutieuse dans le choix des œuvres. Néanmoins, l'interprétation de ces dernières peuvent engendrer des glissements de sens qui génèrent certes de nouvelles « significations » en y apportant d'autres richesses mais qui peuvent aussi expliquer parfois des réticences à l'encontre des commissaires d'exposition à qui l'on reproche de se prendre pour des artistes.

On insulte l'art lorsqu'on prétend que c'est le regard qui fait l'oeuvre. Cette logique est une prise de pouvoir sur l'art. A t-on besoin d'une esthétique du créateur ou bien d'une esthétique du spectateur ?
 
 
Alain Noël, artiste libre et indépendant 




1.Posté par Pierre Balcon le 29/10/2015 05:19

Quel charabia !
D'autant plus étonnant que M Noël qui semble se plaindre de l'emprise du politique sur l'art exprimait il y a peu son soutien à H Bello.
En fait en la matière il faut savoir de quoi l'on parle et ne pas confondre art et marché de l'art.
Du premier on ne peut rien dire d'autre que ce que dit l'oeuvre singulière elle même dans son langage propre .Le silence est le meilleur hommage qu'on puisse lui rendre .
Du second en revanche on peut palabrer à l'infini et convoquer les " oeuvrants" , l'argent , les clients les souteneurs , et parmi eux les politiques qui se feront un plaisir de dire à votre place ce que doit être la jouissance . Ils ne demanderont que vos impôts et vos suffrages .
Et pour se donner des allures de prolos tout ce petit monde se réunit dans des ateliers ou des fabriques , termes usurpés par les bureaucrates à ceux qui y triment réellement ( et généralement les fuient entre le vendredi soir et le lundi matin ) qui n'ont hélas pas le temps de se rendre dans les sinistres galeries ou cités des arts .
Tous ce bavardages sur les marchés de l'art me donnent la nausée.
En ce moment pour ceux qui veulent créer on embauche sur la NRL . C'est là que l'homme montre ce qu'il sait faire .

2.Posté par 974 E.D le 29/10/2015 06:31

l'art d'aujourd'hui à perdu beaucoup de ces attraits....certains arts aujourd'hui ont se demande ce que c'est tandis qu'auparavant nous ne pouvions que nous émerveillez devant leur élégance et ont voyez que les artistes avait une réelle grandeur.....nous lé pu aussi créatif que nos pères et nos mères ....c'est mon avis....

3.Posté par kld le 29/10/2015 19:40

assez causé ds le vide ..un constat , les deux pseudo sénateurs ( pour rappel les vrais gaullistes ont demandé la suppression du sénat)...... n'ont meme pas voté pour les langues régionales .pas besoin de long discours .......... Dieu reconnaitra les siens , ainsi que les zarboutants nout ti péi .le reste n'est que bla bla de pseudo "intellectuels" .allons à l'essentiel , ...........la route est longue .alors "La bonne foi de l'envers de l'île" .c'est meme pas la peine , .the next génération pit tetes

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes