MENU ZINFOS
Faits-divers

La Tampon : "C’est pas violent de corriger quelqu’un"


Un père de famille est passé devant le tribunal correctionnel pour des violences sur sa femme et ses enfants. Même si toute la famille a tenté de faire croire que tout s’est arrangé, la juge a préféré le condamner à 9 mois de prison avec sursis pour s’assurer que plus rien ne se reproduise.

Par - Publié le Mardi 15 Mars 2022 à 17:31

La Tampon : "C’est pas violent de corriger quelqu’un"
Thomas* n’est pas du genre père de famille modèle. En couple depuis 16 ans avec Cynthia*, ils ont trois enfants. Selon plusieurs témoignages, le père de famille devient violent dès qu’il boit. La mère de famille ne se laisse pas faire et rend les coups, même si elle n’a pas le dessus.

Le Tamponnais a déjà été condamné pour des faits de violences conjugales il y a quelques années. Il n’a pas terminé son stage contre les violences intrafamiliales (VIF) car il n’avait pas payé les sommes requises.

Si la violence a régulé leur quotidien, un cap a été franchi le 1er juillet 2020. La mère a reçu un léger coup de couteau et l’aîné des enfants plusieurs coups de poing. Quand la juge lui demande s’il est violent avec ses enfants, la réponse va faire frémir l’auditoire. "C’est pas violent de corriger quelqu’un", lâche-t-il comme une évidence.

"Tout s’est arrêté par magie"

Pour lui, étouffer son enfant de 10 ans sous un matelas parce qu’il se bat avec son cousin ou frapper sa compagne à Miel Vert semble plus relever d’un geste pédagogique que d’une punition qui va trop loin. Les témoignages de sa belle-soeur ou des voisins viennent pourtant corroborer l’idée que le père de famille a la main lourde.

Pourtant, invitée à s’exprimer à la barre, Cynthia va totalement dédouaner son compagnon. Elle assure que depuis la plainte, tout s’est arrangé. Thomas aurait arrêté de boire et va faire une formation prochainement. Bref, la paix est revenue.

Un discours qui ne convainc pas la procureure. "C’est un dossier effrayant. Pourtant, à les écouter, on a l’impression que c’est du passé, que tout est rentré dans l’ordre. Si tout le monde est heureux, pourquoi les enfants racontent ces horreurs? Il y a des témoignages qui font froid dans le dos et pourtant tout s’est arrêté par magie. Je suis inquiète pour les enfants. Je ne crois pas en la rémission miraculeuse de monsieur".

C’est pourquoi elle requiert une peine de 12 mois de prison avec sursis afin de s’assurer qu’il ne reparte pas dans la violence à la moindre contrariété. Le tribunal va se montrer plus clément en le condamnant à 9 mois de prison avec sursis. Il doit également effectuer son stage VIF à ses frais et doit se faire soigner contre son addiction à l’alcool.


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par HULK le 15/03/2022 19:59

Ben alors, puisqu'elle est contente, où est le problème?

2.Posté par jojo le 15/03/2022 21:03

Bonne décision que celle du juge dans cette affaire . .... Ne dit-on pas que "qui a bu, ... boira" ? le père Noel n'existe que dans notre imaginaire .

3.Posté par Tamponnais le 16/03/2022 13:03

@HULK euh... vraiment ? Il s'agit d'une femme sous l'emprise psychologique et physique d'un conjoint violent, elle pourrait dire n'importe quoi pour le couvrir, et ne pas prendre "sa raclée"...

4.Posté par jojo le 17/03/2022 22:43

au trou pour une décennie, ... voilà une juste peine ! ..

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes