MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

La Shoah oubliée


Par Alain NIVET - Publié le Lundi 27 Janvier 2020 à 16:00 | Lu 1185 fois

Nous commémorons, en ces jours, le 75ème anniversaire de la libération d'Auschwitz - Birkenau. 

Auschwitz, c'est l'horreur oubliée.

Aujourd'hui, nous nous remémorons l'Holocauste . L'Histoire est ressuscitée, enfin !

Commémoration à quelle fin ? Je n'ose me prononcer .Cette Histoire occultée resurgit d'un seul coup, pourquoi  ?

Bien sûr, je suis POUR la culture du souvenir de ce moment horrible, où des millions d'êtres humains majoritairement juifs, ont été exterminés pour privilégier la race aryenne, entre autres !  Et La France, en cette période d'occupation, a été complice ! Remember !
Cette face sombre de notre histoire et de ses tabous, a été minimisée à l'Ecole. Certes , la Shoah  a été  prévue et évoquée (j'évite le mot enseignée) dans les programmes, à l'école primaire, et en collège, avec quel conscientisation ?

Peut-on distinguer de nos jours,  la mémoire scolaire de la mémoire collective? Je réponds : NON ! Un sondage récent, montre que les moins de 38 ans ne connaissent même pas le mot Shoah !

Aujourd'hui, le culte du nazisme, et la profanation des cimetières juifs reviennent en force. les croix gammées fleurissent. Le nazisme n'est pas mort, il était en sommeil et resurgit parce que nous l'avons sous estimé. L'éducation parentale dans le culte de la mémoire, et l'Education Nationale, dans sa programmation partisane, portent la responsabilité de cette mise à " l'index".




1.Posté par Thierrymassicot le 27/01/2020 19:22

Effectivement, les anciens n'ont pas fait le boulot...Selon une enquête de l’Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès, 21 % des 18-24 ans déclarent ne pas avoir connaissance de cet événement majeur de notre Histoire.
Ceci est purement scandaleux! Il faudra peut être envisager de rendre obligatoire la diffusion du bouleversant film documentaire de Lanzmann dans les collèges et ou lycées moi je l'ai en deux parties de 4 heures environ chacune, il est possible de dégager une dizaine d'heures dans l'année, ce ne sera pas du luxe......Quand je pense que ces salopards de révisionnistes: Soral, Dieudonné avec l' indignité de sa quenelle et de son horrible shoananas puissent trouver un auditoire c'est révoltant! Ceux qui ont visité des camps d'extermination ont été remué dans leur humanité, la prise de conscience que cette horreur a eu lieu il n'y a pas longtemps s'effectue dans ces lieux et c'est peut-être la bas qu'il faudrait envoyer en visite les jeunes neo-négationnistes qui fleurissent par ci par la .

2.Posté par Fidol Castre le 27/01/2020 19:44

Pourquoi les sorcières utilisent des balais pour voler ?

Parce que les aspirateurs sont trop lourds !

3.Posté par Lol le 28/01/2020 06:49 (depuis mobile)

Mais quel ramassis de conneries gauchistes, mon dieu.

4.Posté par Janus le 28/01/2020 07:50

Si nous faisons un Devoir de mémoire, il faut qu'il soit clair et précis.

Les nazis l'ont appelée "la solution finale" ...
Les américains l'ont appelé "l'holocauste" ... Ce qui est une erreur d'interprétation ☺☺☺
Depuis le film de Clade LANZMANN de plus en plus de personnes l'appellent "la Shoah" ... Terme juif pouvant être traduit par "catastrophe" ou "anéantissement" ...

Selon certains historiens, la définition de la Shoah regroupe toutes les populations persécutées et massacrées par les Nazis.
La Shoah concerne donc l'anéantissement par les nazis des juifs et des non juifs ...

Avec cette définition, le nombre total des victimes de la Shoah se trouve entre 11 et 17 millions de personnes ... Pour environ 6 millions de juifs assassinés ....

Il est regrettable que dans ce Devoir de mémoire, nous oublions plus de la moitié de ces victimes du nazisme, sous prétexte qu'elles ne soient pas juives ...

5.Posté par Nivet le 28/01/2020 08:25

1) Thierry, effectivement, j'ai visionné le film documentaire de Lanzmann. Extraordinaire travail de mémoire..
Et je ne vois pas pourquoi, en cette occasion, il n'est pas rediffusé !

A.N.

6.Posté par Gajamuk le 28/01/2020 08:26

Quand on voit comment en Israel, on traite les noirs ( voir article "on refuse à une député noire de donner son sang") car elle est noire, je pense qu'ils n'ont pas retenu la leçon, est-ce qu'on ne peut nier que les noirs ont subi toutes sortes de maltraitance et continuent à être victime de racisme, même à la Réunion, soit-disant , modèle du bien vivre!

7.Posté par Modeste le 28/01/2020 09:11

0 Gajamuk là je ne suis pas d'accord avec vous quand vous dites que même à la Réunion les noirs sont victimes de racisme......vous êtes de mauvaise foi car ici c'est l'inverse et n'ayons pas honte de le dire beaucoup de noirs chez nous n'aiment pas les blancs, il suffit bien souvent de lire sur les réseaux sociaux alors ne soyez pas hypocrite merci surtout quand on les entends se gargariser du "si pas content retourne chez zot," "moi lé ici chez moi", ....et le fameux "mes ancêtres" ah quand on a dit cela on a tout dit, en clair on se pose en victime et on se plains de tous les maux!

8.Posté par Nivet le 28/01/2020 09:28

4) Janus, nous n'oublions pas "les autres" ! Mais nous vivons une période d'antisémitisme aiguë . Ceci expliquant cela !

A.N.

9.Posté par chikun le 28/01/2020 09:44

Le fascisme est un enfant du socialisme. Tous les mussolini et Hitler Lénine staline .étaient socialistes
La gauche a donc la lourde responsabilité de la naissance du fascisme et du nazisme . Il faut le savoir !!!!
Hein ?! Hein !?

10.Posté par polo974 le 28/01/2020 10:29

Mais oui Chicken, et les grands barons de la riche bourgeoisie qui les ont porté au pouvoir (musso et adolf) étaient d'affreux socialos...

Par ailleurs lénine et staline n'étaient pas des fascistes, mais "juste" des dictateurs...

Comme tu le dis si bien:
""" Hein ?! Hein !? """

à Nivet: le terme shoah est venu relativement tard, comme l'a dit Janus. Mais c'est vrai qu'il ne faut pas oublier et qu'il faut combattre toutes les formes de ghettoïsation et autres génocides (et ils sont tristement nombreux).

11.Posté par A mon avis le 28/01/2020 13:08

qt[".....l'Education Nationale, dans sa programmation partisane, porte[nt] la responsabilité de cette mise à " l'index". ]qt

Propos infondés et absurdes de Monsieur Nivet qui parle de ce qu'il ,ne connaît pas. Parler ainsi, c'est notamment porter injure aux enseignants qui font participer leurs élèves au "Concours National de la Résistance et de la Déportation"

12.Posté par IXE le 28/01/2020 14:18

Chercher:

- " Comment Londres et Wall Street ont mis Hitler au pouvoir", par William F. Wertz, Jr.

- "Wall Street et l’ascension d’Hitler" par Antony C. Sutton

- L'accord Haavara

- puis les trois ramifications de l'opération Sunrise:Opération Amadeus, operation Bernhardt, opération Gladio.

13.Posté par Lesseps le 28/01/2020 15:06

et que dire de ceux qui portent aux nues la marion LP ainsi que sa tante dans ces mêmes courriers de zinfos … Ces femmes politiques qui flirtent/déjeunent/dansent avec tous les partis nazis européens (Autriche…) sans jamais les condamner. Et comme par hasard ce sont les mêmes qui s'offusquent de la shoah ;)

@ 12 mon avis : merci de faire ressortir la mémoire sélective des écrivallons en mousse de zinfos

14.Posté par agent mediocre le 28/01/2020 15:40

"L'anéantissement par les Allemands des juifs d'Europe fut le premier processus de destruction mené à terme dans le monde. Pour la première fois dans l'histoire de la civilisation occidentale, les agents du crime avaient surmonté tous les obstacles, administratifs et moraux, à un massacre organisé. Pour la première fois aussi, les victimes juives, prises dans la camisole de force de leur histoire, se précipitèrent, physiquement et psychologiquement, dans la catastrophe. La destruction des juifs ne fut pas accidentelle. Aux premiers jours de 1933, lorsque le premier fonctionnaire rédigea la première définition du "non-Aryen" dans une ordonnance de l'administration, le sort du monde juif européen se trouve scellé." Ces cinq phrases terribles, en page 901, résument l'apport de ce grand livre, dont la première version parut en 1961 à Chicago et qui règne depuis sur l'historiographie du drame le plus indicible et le plus massif qui bouleverse encore l'âme occidentale.

On n'a pas oublié le visage de son auteur, expliquant posément les mécanismes de l'horreur dans le Shoah de Claude Lanzmann. Raul Hilberg, juif autrichien réfugié en 1940 aux Etats-Unis, à quatorze ans, est entré dans Munich en avril 1945 avec sa 45e division d'infanterie. Le GI de dix-neuf ans, engagé volontaire, commence à fouiller dans les caisses d'archives abandonnées par les dignitaires nazis, après avoir libéré Dachau. Il est chargé de quelques-uns de ces interrogatoires d'Allemands compromis ou dénoncés auxquels, on le sait, les services secrets alliés s'intéressèrent de très près, pour mieux y recruter leurs Barbie. Ainsi naquit une vocation d'historien acharné à démonter les mécanismes de l'exécution du crime et de la banalisation du mal : le soldat Hilberg, dans sa traversée de l'Allemagne en ruines, ne rencontra qu'une famille juive survivante mais n'entendit que dénégations chez les petits assassins ordinaires.

Rentré aux Etats-Unis, il s'y heurte aux réticences de l'establishment universitaire, qui ne pensait qu'à tourner la page : enragé par le silence, Hilberg fut plus déterminé que jamais. Il fixa son plan d'attaque, s'enterra au fond du Vermont et tissa sa toile en solitaire. Sa thèse, achevée en 1952, n'est publiée qu'en 1961. Mieux : elle sera enviée, admirée et férocement critiquée. Mais le petit professeur s'entête, court les fonds d'archives, bâtit son histoire, très positiviste, nourrie de documents écrits, fort méfiante face aux témoignages oraux et aux effets de mémoire rétrospectifs. En 1985 il en publie à New-York une nouvelle version considérablement augmentée. C'est celle-ci que les éditions Fayard, sous l'impulsion d'Eric Vigne et dans l'excellente traduction de Marie-France de Paloméra et d'André Charpentier, tinrent à honorer en lui donnant audience en langue française, après mille ajouts que Hilberg s'imposa pour cette édition définitive.

CE monument, assidûment visité depuis vingt-cinq ans par les spécialistes, est assurément la mise au point la plus complète, la mieux informée. Gorgée de détails, d'organigrammes et de citations vérifiées, parcourant en tous sens l'Allemagne depuis 1933, puis le Grand Reich et toute l'Europe envahie par les nazis : on en sort instruit, accablé, étourdi par ces mille formulations de l'atroce. De la Grèce aux Pays-Bas, de la France au fond de l'URSS, en passant par les zones très densifiées de l'Europe de l'Est, 5 100 000 juifs ont été tués et Hilberg nous dit comment le meurtre fut perpétré.

Ce chiffre, inlassablement vérifié, et sans doute rectifiable à la hausse dès qu'on aura accès complet aux archives soviétiques, témoigne déjà de l'aspect inoui de l'hécatombe : elle fut, c'est vrai, sans précédent dans l'histoire. Et conduite en tous lieux avec une logique et une persévérance en trois temps : définition juridique et raciale du juif face à tous les autres, supposés plus purs, dans un assaut de légalisme et de pseudo-science qui l'isole en droit ; concentration, après fichage et expropriations diverses, qui parque physiquement les communautés juives, au besoin en construisant tous les ghettos appropriés ; destruction enfin, dans une escalade qui va bien au-delà des persécutions ordinaires des anciens temps de chrétienté, avec les "opérations mobiles de tuerie" en Russie, la déportation et l'acheminement massif vers les "camps de mise à mort", chambres à gaz comprises. Tout est dit par Hilberg, dans un style monocorde, dans une froideur impassible qui renforce la valeur érudite de la démonstration, jusqu'aux détails infimes qui soulèvent le coeur : oui, il y eut d'étranges "agences de voyage" qui consentirent à la SS d'avantageux tarifs d'excursion en chemin de fer ; oui, les cheminots savaient et les besogneux du tiroir-caisse délivraient aux seuls convoyeurs des trains de la mort des billets aller-retour...

Mais la force du livre tient à cette intuition que Hilberg puisa précocement dans le grand travail de Franz Neumann, Béhémoth (que l'on vient opportunément de rééditer chez Payot) et sur laquelle Hannah Arendt, fidèle lectrice de Hilberg, fonda son analyse de la banalité du crime dans Eichmann à Jérusalem : tout fut conduit, malgré tensions et conflits entre elles, par quatre forces complémentaires, tendues dans un élan intime vers la bureaucratisation du crime : l'administration, l'armée, "l'économie" (traduire : l'industrie et la finance) et le parti nazi qui guidait la SS et la Gestapo. Hitler, bien sûr, vaticinait et Mein Kampf n'était pas une bluette. Il y eut décision, au moins orale dans les pires moments, et au plus haut niveau de l'édifice nazi, sur le sort des juifs.

Mais Hilberg sait dire combien cette immense bureaucratie à quatre têtes fut le vrai lieu de convergence, dès lors que la bonne surprise de 1933 avait libéré en elle une sorte d'ubris, une ardeur perverse, un goût prononcé pour l'auto-intoxication, qui la poussèrent à oser sans attendre les initiatives d'en haut, ou plutôt en intériorisant l'attente comme un quitus pour toute initiative. Dans la fusion de ces quatre redoutables hiérarchies s'installa partout la machine à isoler et à tuer, précise, efficiente, peuplée d'êtres souvent anodins et toujours fiers de leur minutie, qui ne furent jamais de simples exécutants.

Terrible constat, au coeur du totalitarisme, dont on voit bien que, de proche en proche, il accable une très large part du peuple allemand et des sociétés européennes où l'entreprise nazie eut des complices.

Dans les clivages actuels qui séparent les historiens du nazisme, on rangerait donc Hilberg (qui n'a cure de ces classements) du côté des "fonctionnalistes". Comme eux, il place en notes de bas de page les références aux ordres de Hitler ou des grands du nazisme et il soutient que la décision fut pour le moins diffuse, que la bureaucratie eut sonautonomie et donc toute la responsabilité de son perfectionnisme criminel. Mais il se sépare d'eux en soutenant que la machinerie fut de bout en bout entretenue avec soin en bon état de marche, capable de se contrôler pour mieux rationaliser l'hécatombe de ses victimes, et non pas livrée à des rivalités fatales ou aux incohérences de la dispersion des "efforts" : tout ce qu'il rapporte, en particulier sur l'obstination des maitres des convois ferrés lancés par Eichmann aux quatre coins de l'Europe, est accablant.

Toutefois, comme tous les grands livres, celui-ci fut et demeure critiquable sur bien des points. A dire que tout est scellé dès 1933, Hilberg introduit un fatalisme historique et se prive des secours d'une chronologie fine à travers laquelle d'autres historiens ont découvert des hiatus ou des sauts qualitatifs dans le processus de destruction.

Sa description foisonnante de la densité sociale du crime désidéologise un peu vite l'ambition nazie et son racisme constitutif. Ce qu'il dit au chapitre consacré à la France, étayé sur les seules archives allemandes, ne tient pas compte des travaux de Marrus et Paxton et néglige un volontarisme d'Etat dont l'antisémitisme, après tout, anticipa sur les exigences allemandes avec le "statut des juifs" d'octobre 1940.

Enfin, son livre fut et demeure très discuté par les communautés juives depuis 1961, tant il accable ces notables des "conseils juifs" qui, un peu partout, crurent pouvoir faire la part du feu avec les nazis sans comprendre à temps que l'objectif des bourreaux dépassait le pogrom "ordinaire" à vaste échelle. Sur l'exil historique des juifs, et jusqu'en Israël aujourd'hui, sur les attendus d'une résistance juive qui ne sut pas se lever, Hilberg a atténué quelques formulations de 1965 sur les "collaborateurs" ou la "machinerie juive d'autodestruction", mais il prête toujours le flanc à la critique acerbe.

Il reste que nul ne pourra plus réfléchir à l'inconcevable, qu'on le nomme extermination, holocauste, solution finale ou Shoah, nul ne s'interrogera sur le pourquoi sans avoir au préalable observé, grâce à Hilberg, le comment : cet implacable cheminement de la destruction.

15.Posté par Nivet le 28/01/2020 16:00

12) AMA, juste un question de logique pour répondre à votre remarque :

- Relisez le post 1 de Thierrymassicot qui indique que selon une enquête de l' Ifop pour la fondation Jean Jaurès, 21 % des moins des 18/25 ans ne connaissent pas leur histoire !

Pour ce qui me concerne, lors d'une émission consacrée à la Shoah, un sondage dont j'ai oublié le commanditaire, a confirmé que bon nombre des moins de 38 ans ne connaissaient pas le mot Shoah !

D'où ma remarque :" Peut-on distinguer la mémoire scolaire de la mémoire collective ?" .

Si je considère les programmes officiels, nos élèves du primaire au lycée, ont du aborder les thèmes
traitant du génocide juif .

Tout dépend de la "transmission" de l'Histoire ! Ce qui expliquerait ces sondages alarmants. J'ai mon idée la dessus

Enfin, le concours que vous citez est un projet de classe, et n'est pas obligatoire. C'est très bien ! Et je suis pour la conservation du souvenir, mais il ne faut pas généraliser.

A.N.

16.Posté par agent mediocre le 28/01/2020 16:46

21 % des moins des 18/25 ans ne connaissent pas leur histoire !
_______________________________________________________________


pk moin le juif moin ?

ou le prof ou non ?

et l histoire la reunion ou cone ou ?

la prime vie chere le a combien?




Peut-on distinguer la mémoire scolaire de la mémoire collective
___________________________________________________________

hier je lisait le livre de christopher lasch sur les elites et leur mode de vie il disait que l elite se reproduit entre eux , les metros par ex s arrogent la place de philo de bellepierre



Christopher Lasch (né le 1er juin 1932 à Omaha (Nebraska) et mort le 14 février 1994 à Pittsford (en) (État de New York)) est un historien et sociologue américain, intellectuel et critique social important de la deuxième moitié du XXe siècle.

En France, Lasch est présenté par la Revue du MAUSS comme « spécialiste de l’histoire de la famille et des femmes, critique de la société thérapeutique et du narcissisme contemporains, pourfendeur des nouvelles élites du capitalisme avancé» et comme un « historien et philosophe d’inspiration marxiste » par la revue Raisons politiques.

Sa notice dans l'Encyclopedia of Historians and Historical Writing (1999) conclut : « Au cœur de sa pensée critique figurait la conviction que le respect intellectuel naît pleinement du désaccord constructif [...] [Lasch] continue de représenter un modèle pour la reconstruction de la vie intellectuelle (et même civique) à une époque d'adoption bien trop peu critique des idées de nos amis et de rejet trop sévère des idées de nos ennemis supposés

17.Posté par agent mediocre le 28/01/2020 16:53

La destruction des Juifs d'Europe est, au plan international, le livre de référence sur le génocide. Car ce très grand livre, le premier, explique exhaustivement le comment de la Solution finale, sans prétendre pouvoir définitivement comprendre le pourquoi - qui le pourra jamais ? - de la volonté qu'eurent des hommes de détruire jusqu'aux cadavres, à la langue et à la mémoire d'autres hommes. Le génocide - unique dans l'histoire par son caractère systématique - fut l'œuvre de toute une société moderne et industrielle, mobilisant spécialistes, comptables, juristes, ingénieurs, médecins, fonctionnaires, policiers et soldats - tous ancrés, à leurs divers niveaux, dans les habitudes d'ordre, de respect de la hiérachie et de souci de l'efficacité - pour conduire sans grands heurts le mécanisme de la Solution finale. Les étapes majeures en furent les décrets définissant le terme « Juif », l'expropriation des biens juifs, la séparation et l'isolement physique des victimes, le travail forcé, la déportation, les chambres à gaz. Aucun élément organisé de la société allemande - bureaucratie, ministères, forces armées, Parti, industrie, services publics - ne demeura jamais complètement étranger ni extérieur au processus de destruction. Raul Hilberg, né en 1926, professeur de sciences politiques à l'université du Vermont, fut le témoin dans sa jeunesse viennoise de l'ascension du IIIᵉ Reich, puis, sous l'uniforme américain, de sa chute en 1944-1945. Membre du War Documentation Project et de l'United States Holocaust Memorial Council, témoin du département de la Justice dans les procès contre les agents du crime, Raul Hilberg commença ses recherches pour La destruction des Juifs d'Europe dès 1948. Il a expliqué les immenses difficultés qu'il rencontra, à la fin des années cinquante, pour faire éditer la première version de cet ouvrage, qui ne suscita alors l'intérêt de presque aucun grand éditeur, ni même de philosophes : Hannah Arendt fit refuser le manuscrit par une des plus honorables presses universitaires américaines. Ce n'est qu'à partir des années soixante, et particulièrement à dater du procès d'Eichmann à Jérusalem, que l'Occident commença à passer de l'oubli à la mémoire.

18.Posté par Fidol Castre le 28/01/2020 17:06

Qu'est-ce qui est petit, carré et vert ?

Un petit carré vert.

19.Posté par Lesseps le 28/01/2020 17:18

@ 15 : relisez le post 1 de massicot et qu’apprend-on ? Que seulement 21% ne connaissent pas leur histoire ? Cela laisse donc 79% qui la connaisse ! Vous voulez une calculatrice ? Ou c’est un problème de cerveau-lent

20.Posté par Nivet le 28/01/2020 17:26

16) Agent médiocre, la première partie de votre réponse est vraiment...... médiocre !
L'allusion au poste de philo de Bellepierre est hors sujet et tient du racisme !

Quant aux copiés collés, ils sont de bonne qualité.

A.N.

21.Posté par Nivet le 28/01/2020 17:38

19) Lesseps, faut tout lire. Massicot parle d'une tranche d'âge scolaire ou universitaire. 1/5 des lycéens ou étudiants, encore scolarisés ou en sortant, déclarent" ne pas connaître cet événement majeur de notre histoire" .C'est énorme !

Quant à moi, j'ai le sondage d'une classe d'âge plus ancienne, que je vous enjoins à relire.

Vous avez un cerveau qui a du retard au démarrage, Ferdinand . .

A.N.

22.Posté par agent mediocre le 28/01/2020 17:48

Bellepierre est hors sujet et tient du racisme !
--------------


quand i denonce out mafia c du racisme
ou est le racisme ds ton oeil qui ne voit pas la mafia ou la dite mafia ds ses oeuvres
pour ma part savoir que des profs comme toi s occupe de la jeunesse de l ile me confirme ds le fait que l intelligence ici ne decollera pas

23.Posté par Lesseps le 28/01/2020 18:12

@ NIVET : persister à dire que 80% des jeunes connaissant notre histoire est trop peu en dit long sur votre lecture des chiffres et de l’histoire.... mais on a l’habitude avec vous... toujours à voir le verre à moitié vide... votre pessimisme doit vous peser dans votre vie de tous les jours , non?

24.Posté par Lesseps le 28/01/2020 18:17

@nivet : donc Macron a plus de 20% c’est énorme ou pas !!! Comment dire tout et son contraire avec la bouche en cœur en pensant être un prix Nobel ....

25.Posté par Thierrymassicot le 28/01/2020 19:48 (depuis mobile)

@Lesseps

Lesseps, tu es un con.

26.Posté par Nivet le 28/01/2020 19:48

22) Agent médiocre ne sait plus quoi répondre ! Il gesticule, mais ne dupe personne.

24) Ferdinand, votre dérapage sur Macron est hors sujet. Quant à vos répliques, c'est un zembrocal de n'importe quoi !

A.N.

27.Posté par paul le st apotre le 28/01/2020 20:21


Vous avez un cerveau qui a du retard au démarrage, Ferdinand
----------------------

zoreil pou meprise aou i rabaisse out nivo moin mi fe pareil a cote d un americain ou c un caille

28.Posté par A mon avis le 28/01/2020 23:03

@15.Posté par Nivet
Votre commentaire démontre le contraire de ce que vous avez écrit dans votre billet :
qt[(".....l'Education Nationale, dans sa programmation partisane, porte[nt] la responsabilité de cette mise à " l'index". )]qt

Preuve que vous écrivez tout et son contraire !
Du n'importe quoi ! .....

29.Posté par A mon avis le 28/01/2020 23:05

@ 10.Posté par le lepreux :
vos propos sont négationnistes et antisémites !

30.Posté par Nivet le 29/01/2020 08:35

28) AMA, relisez, ou faites vous traduire mon post 15.

A.N.

31.Posté par A mon avis le 29/01/2020 12:40

@ 30.Posté par Nivet
Mettons les points sur les "i" puisque vous ne comprenez pas ce que vous écrivez ;

Dans votre billet vous mettez en cause l'Education nationale :
.l'Education Nationale, dans sa programmation partisane, portent la responsabilité de cette mise à " l'index"


Dans votre commentaire vous reconnaissez la valeur des programmes et du travail qui est fait avec les projets de classe en écrivant :

":Si je considère les programmes officiels, nos élèves du primaire au lycée, ont du aborder les thèmes
traitant du génocide juif .
...
Enfin, le concours que vous citez est un projet de classe, et n'est pas obligatoire. C'est très bien ! Et je suis pour la conservation du souvenir, mais il ne faut pas généraliser."


Conclusion : C.Q.F.D. : dites tout et son contraire, sans même en être conscient !

Et je répète que les propos de votre billet sur l'Education nationale sont une insulte aux établissements et aux enseignants qui participent au "Concours National de la Résistance et de la Déportation"

32.Posté par Nivet le 29/01/2020 15:47

31) AMA, qu'est ce que vous trimbalez ! je connais le programmes d'histoire, mais vous occultez mon propos lorsque que je dis que cette méconnaissance de l'histoire vient de la "transmission', donc de la pédagogie. Et les sondages que vous écartez, le prouvent. Vous êtes de mauvaise foi, un complexé maladif, et je ne vous répondrai plu à ce sujet. Un autre sujet est en préparation, ce qui vous donnera encore l'occasion de gerber.

A.N.

33.Posté par A mon avis le 29/01/2020 16:22

@ 32. Nivet :
même pas capable d'assumer vos conneries !

34.Posté par le lepreux le 29/01/2020 19:05

Nivet ---- Ou voyez vous en France un culte renaissant du nazisme ? Alors qu'au moindre propos contraire au politiquement correct vous avez droit au tribunal correctionel ,à l'interdiction des média

A croire que c'est le politiquement correct qui vire au nazisme

35.Posté par Fidol Castre le 29/01/2020 20:13

Purée ! ça en fait du commentaire pour ce sujet sans importance.

36.Posté par Fidol Castre le 29/01/2020 20:16

34.Posté par le lepreux le 29/01/2020 19:05

Nivet ---- Ou voyez vous en France un culte renaissant du nazisme ? Alors qu'au moindre propos contraire au politiquement correct vous avez droit au tribunal correctionel ,à l'interdiction des média

A croire que c'est le politiquement correct qui vire au nazisme


Entièrement d'accord.

37.Posté par Carlota porsa le 30/01/2020 15:14

Comment peut on faire pour ignorer la shoah alors que les programmes de la ré-éducation nationale nous mettent ce sujet en long en large et en travers dans quasiment toutes les matières de la cinquième à la terminale ?

Ce sondage aurait il été commandité par des associations qui veulent faire croire aux donateurs qu'elles ont une tache immense à accomplir ?

38.Posté par Janus le 31/01/2020 08:25

Est-il possible d'échanger sans s'insulter ?

Nous sommes sensés vivre dans un société " civilisée " ou nous mettons en avant le " vivre ensemble " propre à La REUNION ...

Et à la moindre contradiction, ce sont les insultes et les menaces qui jaillissent ...

39.Posté par JORI le 31/01/2020 18:25 (depuis mobile)

38. Janus. Dites vous simplement que l'insulte est ce qu'il reste à celui qui n'a pas d'arguments. De plus, ce sont souvent ceux qui demandent qu'on respecte leur personne et leurs propos qui sont les 1 ers à insulter leurs contradicteurs.

40.Posté par Scalpel le 01/02/2020 21:13

39.Posté par JORI le 31/01/2020 18:25 (depuis mobile)

38. Janus. Dites vous simplement que l'insulte est ce qu'il reste à celui qui n'a pas d'arguments. De plus, ce sont souvent ceux qui demandent qu'on respecte leur personne et leurs propos qui sont les 1 ers à insulter leurs contradicteurs.
................................................
Là je reconnais totalement le JORI.....qui fiente l'insulte.....

41.Posté par JORI le 02/02/2020 11:42 (depuis mobile)

40. Scalpel le lâche et capon. Preuve une fois encore que vous êtes passé à côté de l'éducation /instruction car où voyez vous une insulte dans post sauf à ne pas en connaître la définition. Encore une expression du mytho de service que vs êtes

42.Posté par JORI le 02/02/2020 11:48 (depuis mobile)

40. Scalpel le lâche et capon. Et question insulte le mytho que vous êtes a montré par absence de réf à me donner pour les faits et propos que vous m''attribuez qu''il vous restait systématiquement l''insulte pour vous exprimer.

43.Posté par Norbert Sigismeau le 15/02/2020 18:30

25.Posté par Thierrymassicot le 28/01/2020 19:48 (depuis mobile)

Massicot, rogneuse, coupeuse, cisaille... Pour trancher sur la question, mieux vaut être bien informé sur toutes les caractéristiques des instruments de coupe !

44.Posté par Youssef le 17/02/2020 09:59

Je crois que l.ecole a une mission bien claire..comment preparer un eleve a acquerir le savoir pour se prendre en charge a son age adulte.
Ces choses comme les crimes de guerres sont des domaines des pouvoir politique. Parler de la showa dans un parti politique en guise de se mettre en garde oui.
Si il ya un memenrodun en europe pour ouvrir leur histoire l.affrontèe telle qu.elle est se remettre en cause analysè trouvè les causes de ces drames a rèpitions voir co!ent les neutraliser faire une pedagogie pour entretenir ce pacte oui ça servire a quelques chose.
Mais faire semblant que cette histoire n.existait pas la le type a l.intention de la refaire..
C.est quoi l.origine??
L.argent c.est tout.
Lorsque tu dits ..la ou il existe je le prendrais et tout l.argent c.est le mien..
Cette façon de voir n.existe pas par hazard dans une version biblique lue par les juifs et chretien??
Allllllez dites le.....
Lorsque tu reconnais une chose tu la vomie et enfin tu te dèchargeras ...
Tu te sents bien ??
Oui merci...t.a vu ce que j.avais vomi??mon Dieu ce que j.avais avalè..passes moi la bouteille stp
Tu vas encore vomir..
Rien qu.un verre juste pour me laver l.estomac..
Tiens la bouteille voila ton probleme tu vas avaler et revomir..

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes