Courrier des lecteurs

La Saline, la fin d'une époque

Lundi 15 Octobre 2018 - 11:55

Les travaux du PAPI (Programme d’Action pour la Prévention des Inondations) de l’Ermitage/La Saline viennent de commencer  au rond-point qui fait la jonction entre  l’Ermitage et  la route cannière. Les deux banians qui font partie du paysage seront les premiers sacrifiés. Cette zone est historiquement un réceptacle de crues mais les inondations y deviennent spectaculaires depuis qu’on l’urbanise, du fait de l’imperméabilisation des sols. Le problème, c'est que ce PAPI qui prétend sécuriser la zone contre les crues va aussi y favoriser l’urbanisation et donc la pression démographique.  Le PAPI, c’est un système de digues, de bassins de rétention et de connexions des ravines destiné à dévier les eaux vers les ravines de l’Ermitage et Tabac.

Mais, d’une part, ce projet de bétonnage ne prend en compte, ni les houles exceptionnelles, ni les remontées de nappes, ni la gestion des eaux pluviales issues des zones urbanisées.

D’autre part, l’étude préalable sur laquelle il s’appuie n’a pas pris en compte les nombreux travaux de remblayages et de terrassements urbains qui ont marqué l’urbanisation massive des vingt dernières années et ont évidemment des conséquences sur la morphologie des réseaux de drainage.  Les conseils scientifiques de la Réserve Marine et du Patrimoine Naturel critiquent notamment le « point noir » que constitue la « ravine Joyeuse » qualifiée d’exutoire naturel alors qu’il s’agit d’un fossé artificiel créé en 1980 pour évacuer les inondations de Hyacinthe. On entérine de fait l’existence d’un exutoire pourtant illégal au regard du décret de création de la Réserve Naturelle Marine de La Réunion.  Mais surtout, le PAPI élude le rôle négatif de cette « ravine » dans le déversement des eaux dans le lagon du fait notamment des zones urbanisées de Roquefeuil situées en amont. 

L’étude ne prend pas non plus en compte le long terme avec le changement climatique.  Ce PAPI en augmentant les déversements dans le lagon pourrait paradoxalement accroître le risque d’inondation par submersion, le récif ne pouvant plus jouer son rôle protecteur.  Enfin, l’un des enjeux de ces travaux de bétonnage est le renforcement de l’urbanisation sur toute la zone Ermitage/La Saline. 

Les villages de pêcheurs ont certes disparu, remplacés par des résidences de tourisme et des hôtels mais le quartier restait encore relativement préservé en comparaison de Saint Gilles. Demain lui aussi sera bétonné, sécurisé (c’est moins sûr), mais aussi hélas, standardisé. Car cette politique d’aménagement sur fond de renforcement des endiguements, libère du foncier constructible avec à la clé la spéculation immobilière qui va faire sortir de terre de nouvelles résidences et chasser un peu plus les populations traditionnelles du fait de la flambée des prix. Bref, la gentrification commencée à Saint Gilles, va continuer à l’Ermitage/La Saline. Le PAPI est typique de ces travaux où les impacts environnementaux, paysagers et sociétaux sont, soit analysés superficiellement, soit éludés. 
Jean-Pierre Marchau, Secrétaire Régional Europe Écologie Les Verts Réunion
Lu 1298 fois



1.Posté par MICHOU le 15/10/2018 14:59 (depuis mobile)

Tout simplement confirmation d'une ?fort annonce de. On parle des zones de non droit banlieues parisiennes, on ne se plaint jamais des zones de non droit en col blanc. L'entre-soi comme des éclats!!!

2.Posté par MICHOU le 15/10/2018 15:00 (depuis mobile)

Mort annoncée

3.Posté par A mon avis le 15/10/2018 17:13

D'un côté on dépense des fortune pour redressé un banian abattu par la tempête, et ici, on abat deux banians pour réaliser on programme très mal ficelé, selon cet article !

Il apparaît que la vraie raison semble davantage la volonté d'urbaniser plutôt que d'un souci environnemental !

4.Posté par klod le 15/10/2018 17:40

les analyses de M. Marchau sont intéressantes malgré ses détracteurs ...................... qu'en pense l'écolo de la reugion , à défaut ?

5.Posté par Modeste le 16/10/2018 07:37

de toutes les façons il suffit de circuler aussi dans les hauts de l'ile pour voir tous ces arbres abattus sous le prétexte de dangerosité .....bétonnons, continuez à tout saccager et quand il y aura glissement de terrains ou autres faudra pas pleurer !

6.Posté par Goyave de France le 16/10/2018 14:44

Un chapelet de conneries:
1 Renforcement des endiguements: où sont les actuelles?
2 Libérer du foncier constructible: il en faut, partout. Plus il y de foncier disponible, moins il y a de spéculation. ,
3 Chasser la population traditionnelle: Vous n'y êtes pas? Alors,comment la définit-on?
Le reliquat de population traditionnelle vous demande d'écrire le nom de leur localité comme leurs ancêtres le leur ont appris. On est arrivé hier et on s'impose. Respectez les gens qui vous ont accueillis.

7.Posté par Sauvons l''Ermitage le 17/10/2018 09:37 (depuis mobile)

Bonjour à l''aide est il encore temps d''agir pour arrêter le carnage ? Qui contacter ? Que faire ? La forêt de la saline est en train d''être décimée. 10 000 m2 vont êtres abbatus d''après les plans PAPI.

8.Posté par véner le 22/10/2018 10:50

L'étude prend t elle en compte l'absorption des arbres et autres plantes? Je trouve ça HALLUCINANT de déforester avec le recul que l'on a depuis 40 ans sur ces pratiques destructrices.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?