Société

La Réunion présente sur plus de 600m2 au Salon de l’Agriculture

Vendredi 16 Février 2018 - 16:01

La Réunion sera une nouvelle fois présente au salon international de l’Agriculture de Paris, qui se tiendra du 24 février au 4 mars 2018. Mais les artisans réunionnais seront très largement mis en avant grâce à un nouvel espace de 600m2.


Après avoir plusieurs fois tenté de faire bouger les choses, La Réunion a enfin eu gain de cause. Le Département a souhaité apporter une nouvelle dynamique aux exposants réunionnais en leur offrant un espace de 600m2 au salon de l'Agriculture. Après des précédentes éditions où chaque exposant venait avec sa propre identité, cette année, le Département et ses partenaires ont souhaité créer un véritable village réunionnais.
 
"Le but est de gagner en visibilité et de créer une unicité exemplaire" explique Serge Hoareau, vice-président délégué aux affaires agricoles et européennes au conseil départemental. Toujours situé à l’entrée du Hall 5 du Parc des Expositions de Paris, La Réunion aura désormais une identité uniforme. "Avant on ne voyait que les Antilles, maintenant on va pouvoir voir la Réunion à sa juste valeur", explique Marie-Rose Severin, exposante pour la Coopérative Agricole des Huiles Essentielles de Bourbon. Après les 9 exposants les années précédentes, cette année déjà 24 ont souhaité participé à l’édition 2018 du salon de l’Agriculture.

Le Département s’est accompagné de la Région, de la Maison de l’Export, de l’IRT ou encore du Syndicat du Sucre. Des soutiens tout d’abord financiers: au total plus de 650 000 euros ont été déboursés. Les exposants n’ont plus besoin de payer intégralement leur venue au salon de leur poche.
 
La Région offre également une aide exceptionnelle au FRET pour donner un coup de pouce supplémentaire aux exposants. La maison de l’Export, quant à elle, a mis en place le principe de B to B. Elle a demandé à une quinzaine d’acheteurs de venir à la rencontre des artisans, de leurs produits, pour éventuellement abouter à des contrats.
 
Le talent des exposants sera également mis en avant lors du concours agricole. Environ 10 artisans participeront, avec pour la toute première fois du foie gras réunionnais. En somme, par leur présente au salon de l’Agriculture, les exposants souhaitent promouvoir le savoir-faire réunionnais et ainsi valoriser leurs produits au-delà de la Réunion. Cela permet également d’être un tremplin pour d’autres salons. L'inauguration du "village Réunion" aura lieu le lundi 26 février prochain. 
Charline Bakowski
Lu 2792 fois



1.Posté par DOGOUNET le 16/02/2018 17:01

Le vin qui rend fou...et K.. à la fois, auquel sont abreuvés nos pollitik dès leur plus jeune âge, semble avoir bonne place sur la photo.

2.Posté par Jp POPAUL54 le 16/02/2018 17:51

Belle vitrine où le savoir faire pei devrait pouvoir fièrement se montrer.
Nous souhaitons que nos exposants aient le franc succès qu'ils espèrent.

.

3.Posté par GIRONDIN le 16/02/2018 18:50

.... a maison de l’Export, quant à elle, a mis en place le principe de B to B....

B to B

B. Ben Il pleut tu gagnes
B. Ben il soleil tu gagnes

4.Posté par Menfin le 16/02/2018 20:06

Pas sûr que le vin de Cilaos fasse fureur..
Les lentilles, vue le prix et le goût "commun", je doute qu ils en vendent des tonnes.
Les bouchons : des raviolis chinois connus de tous.
Les samoussas : des bricks du Maghreb en moins bon
Le piment : on en trouve partout et souvent moins cher.
Les fruits : beaucoup d enseignes vendent des fruits du monde entier, réunion y compris, à des prix parfois moins cher qu ici..
Reste le zamal, mais c'est'délicat à exposer

5.Posté par Celia le 17/02/2018 11:49 (depuis mobile)

Je suis etudiante en bts Agricole on prend lavion le 22 pour representer la RÉUNION et son agriculture au Salon soutenez nous merci a vous

6.Posté par jerome le 17/02/2018 17:20

ce salon de l’agriculture i ne peut nous faire oubliér hélas la situation préoccupante de la condition animale : le sort des poules, cochons ou autres vaches élevés dans des élevages intensifs - qui représentent plus de 80 % des élevages en France - est une honte. Et en dépit de quelques directives européennes entrées récemment en vigueur destinées à améliorer le bien-être des poules pondeuses et des truies gestantes notamment, l’élevage industriel est toujours synonyme de conditions indignes, et bien loin de respecter les besoins les plus élémentaires des espèces pour finir dans l’horreur des abattoirs avec de plus en plus de pauvres bêtes égorgées vivantes à vif, en toute conscience, qui endurent des souffrances atroces, insoutenables et intolérables..

7.Posté par babar run le 17/02/2018 17:21

ILS SONT MÊME PAS FOUTU PLANTER DES OIGNONS....DES CAROTTES..DES POMME DE TERRE.....A UN PRIX DÉCENT........
600M² POURQUOI......DES PLANTEURS DE CANNE???????

8.Posté par dirurne le 17/02/2018 17:23

A ce salon, les visiteurs sont subjugués par la beauté des bébés animaux et la richesse du patrimoine agricole français. Mais derrière cette véritable vitrine de l’agriculture française, où les animaux sont présentés sous leur meilleur aspect, se cache une autre réalité. « Le destin de la plupart de ces bêtes magnifiques est de finir dans nos assiettes » après une courte vie dans l'horreur des abattoirs.

9.Posté par Stephane Armenoult le 18/02/2018 00:54 (depuis mobile)

Le problème vous ne faite que parlé de la Réunion a Paris en grand, mais pour le reste de la Metropole c parfois et même je dirai trés mal connue les gens comparent toujour avec guadeloupe martinique alors que la Réunion n a son culture prop a el mem

10.Posté par Stephane Armenoult le 18/02/2018 00:58 (depuis mobile)

Pour info j y est vecu 11 ans et sa me manque

11.Posté par Marie le 18/02/2018 08:45

à post 4 m'enfin et vous avez oublié l'essentiel.....notre bon vieux rhum charette, la pile plate.....et notre sucre bien sur.....!

12.Posté par lilian le 18/02/2018 12:25

@poste7 posté par babar run. Je suis assez d'accord avec vous. Et t je n'achète plus de tomates pays, quel que soit leur prix, elles ont goût d'eau toute l'année, je ne retrouve plus le goût et la bonne saveur des belles tomates rouges fermes d'autrefois. Faudrait cultiver différentes variétés de tomates plein champ et si possible bio à la Réunion à des prix raisonnables, ce serait l'idéal et il y a de gros besoins et des emplois à créer à ce sujet.

13.Posté par lilian le 18/02/2018 12:27

@poste 7. Je pense de même. Bien médiocre la qualité des oignons venant d'Inde, de Chine et de Madagascar. Pourquoi ne pas faire venir des bons oignons de métropole à des prix raisonnables ? D'autre part, les fruits importés sont de très mauvaise qualité aussi, notamment les fruits importés d'Afrique du Sud et d'ailleurs : pommes et poires pas mûres, sans odeur et sans saveur ainsi que le raisin, des fruits insipides qu'on retrouve dans toute l'île, etc..... faut faire venir des fruits et légumes de très bonne qualité. Par ailleurs, pas formidables non plus les poires et les pommes bio qui sont aussi insipides et en plus à des prix exhorbitants.

14.Posté par christophe le 18/02/2018 12:33

@5.Posté par Celia . Faudrait cultiver rapidement et développer à la Réunion des cultures de légumes et fruits bio, sans pesticides ni engrais chimiques en plein champ, à des prix abordables, les besoins sont énormes et c'est un secteur porteurs de nombreux emplois pour les jeunes qui en veulent et qui sont ambitieux et courageux, cela répond à des gros besoins, un marché à prendre, il y a longtemps que les consommateurs sont en demande. vous les jeunes n'ayez pas peur de vous lancer dans ce secteur, c'est l'avenir et vous le savez bien, allez bon courage !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >