Société

"La Réunion n’est pas une colonie et ne l’a jamais été"

Mardi 19 Décembre 2017 - 11:46

Un essai, "pavé dans la mare". C'est ainsi que se présente l’ouvrage rédigé par Olivier Fontaine, Docteur en Histoire et diplômé de l’Université de la Réunion, intitulé "Histoire de la Réunion et des Réunionnais, quelques mises au point", sorti en septembre et fruit de 20 ans de recherches. L’auteur revient, dans un entretien, sur l’histoire de la colonisation dans notre île et sur l’introduction de l’esclavage.


Comment vous est venue l’idée de ce livre? 

Au fur et à mesure de mes recherches en Histoire, j’ai découvert un certain nombre de choses et au bout d’un moment j’avais une base d’information générale sur la thématique de l’histoire de la Réunion. Il y avait pas mal de choses à préciser.

L’histoire de la Réunion a été placée à un moment donné dans un enjeu idéologique, on a un peu raconté tout et n’importe quoi et il s’agissait de dépoussiérer tout cela et revenir aux faits.

Quelle est la thèse développée dans ce livre?

Le fil conducteur de cet ouvrage est d’expliquer que la Réunion n’est pas une colonie et ne l’a jamais été. Cela ne correspond pas à ce que l’on appelle colonie aujourd’hui lorsque l’on parle de l’histoire de la colonisation.

Le problème vient d’une confusion qui s’est glissée dans cette histoire de la Réunion et qui a pu servir les ressorts de l’idéologie. À la base, la Réunion n’a rien à voir avec une colonie du Second empire colonial français, à savoir les colonies nord-africaines par exemple.

Dans ce cas, quelle est la définition d’une colonie au sens historique du terme?

C’est un territoire sur lequel il y a déjà une population, qui est conquis militairement, par des traités, sur lequel un pays dominant s’installe et qui va organiser la colonie en fonction de ses intérêts.

Il va y avoir surtout deux populations. La population du colonisateur et la population colonisée, avec des lois et des statuts différents. Il va y avoir une utilisation maximale du potentiel du territoire colonisé.

Pourquoi utilise-t-on de manière courante le mot "colonie" lorsque l’on parle de la Réunion dans ce cas?

Ce mot a d’abord eu un sens dans l’histoire et ce sens a changé avec l’histoire de la colonisation. Aujourd’hui, on ne retient que le second sens du terme qui est devenu péjoratif, de domination et d’exploitation des peuples.

Or la Réunion, quand elle a été désignée comme colonie, cela correspondait au premier sens du terme. C’est un terme qui a un lien avec l’agriculture, avec la mise en exploitation des terres, avec une racine agricole. C’était un endroit où l’on implantait des populations et qui avait pour mission de mettre le territoire en valeur, de défricher, de planter.

À l’époque du peuplement de la Réunion, la France a envoyé des colons en 1665. C’était des gens spécialement recrutés pour cette mission : des artisans et des petits paysans. En fait, les premiers habitants installés à la Réunion sont des colons parce qu’ils sont là pour ce but agricole. La Réunion va donc prendre la dénomination de colonie, avec cette idée-là.

Elle va s’appeler colonie depuis le 17e siècle jusqu’au 20e siècle. Mais entre temps, le mot "colonie" va lui changer de sens et devenir péjoratif.

Il va donc devenir tentant d’associer la Réunion, qui est déjà appelée colonie, avec les colonies du Second empire colonial français.

Cette nuance a pourtant toute son importance dans le discours politique qui est prononcé aujourd'hui?

Tout cela s’est mis en place au moment des décolonisations dans les années 1950, 1960. Le but était de faire passer la Réunion et donc la population réunionnaise pour une victime de la colonisation, à l’égale des Algériens, des Indochinois, des Camerounais et de pouvoir demander des réparations et prétendre à une autonomie. C’est donc devenu un enjeu idéologique et politique.

Que dire donc aux jeunes Réunionnais qui entendent ces discours, popularisés aujourd’hui?

Il faut lire, chercher à s’informer par eux-mêmes. Ce qui ressort, c’est que finalement, la Réunion a une histoire unique et c’est une très bonne nouvelle. Elle ne correspond pas à l’histoire des anciennes colonies, ni à celle des autres départements et territoires d’Outre-Mer. C’est une histoire unique dans l’histoire de France. C’est une nouvelle qui va à contresens du discours ambiant.

On entend beaucoup la Réunion être comparée à la Guadeloupe, la Martinique, aux Antilles. Qu’est ce qui fait que la Réunion n’est pas comparable à ces autres départements?

Le premier point vient du fait que la Réunion était une île déserte. Il n’y a pas eu de population détruite et dont la culture a été anéantie, ce qui n’est pas le cas aux Antilles, qui ont un lien avec ce passé colonial au second sens du terme colonie.

Ensuite, le peuplement de la Réunion et son histoire sont très différents, au niveau de l’agriculture et des modalités de son peuplement. Et cela fait une grosse différence.

Dès le départ, les colonies des Antilles ont été conçues pour produire des denrées coloniales pour le marché européen. Très tôt, elles vont exporter du sucre et du café.

À la Réunion, ce n’est pas du tout cela. Au départ, ce ne sont pas des planteurs qui s’installent. On installe des colons à la Réunion car elle est sur la route des Indes. Ce sont donc des marchands de la Compagnie des Indes qui vont faire du commerce. La mise en valeur des terres ne les intéresse pas.

La Réunion va être peuplée car elle est une escale à mi-parcours. Les premiers colons envoyés ici vont donc ravitailler les bateaux. On va essayer de faire produire à la Réunion des denrées exotiques mais cela ne va pas fonctionner. On va en fait y planter principalement du blé, du maïs, du grain et des cultures vivrières. La production de café et d’épices à destination de l'Europe restera secondaire et n’ira pas à l’exportation sur le marché européen.

La France va, au début du 18e siècle, occuper l’île Maurice, qui est déserte et va devenir un port militaire et de commerce. À l’époque, la Réunion, Maurice, Rodrigues composent un seul territoire, cohérent dans son emménagement. La Réunion a pour fonction de nourrir et ravitailler ce port de Maurice et les troupes stationnées là-bas. Très tôt, la France affronte l’Angleterre et le conflit va aussi se dérouler en Inde. Les Mascareignes sont la base arrière de la France, un point très stratégique jusqu’en 1815.

Dans l’esprit des gens, il y a un certain anachronisme. On ne peut pas appréhender des faits qui se sont déroulés il y a plusieurs siècles avec les connaissances et l’état d’esprit d’aujourd’hui.

On ne peut bien sûr pas faire l’impasse sur l’introduction de l’esclavagisme sur notre île. Comment s’est-il déroulé?

C’est un sujet très intéressant à la Réunion. Quand les européens arrivent - les Portugais notamment - l’esclavage existe déjà dan l’océan Indien. À Madagascar, sur la côte de l’Afrique de l’Est ou en Arabie ou en Inde et en Chine, l’esclavage est un phénomène enraciné dans ces sociétés indo-océaniques.

Quand les Portugais, les Hollandais, les Anglais et les Français arrivent sur ces territoires pour échanger et commercer avec ces peuples, ils vont voir l’esclavage qui existe partout. Parmi les biens de commerce qu’ils vont se voir proposer, malheureusement il y a des esclaves. Ce commerce est très organisé et ce système commercial va donc perdurer.

Pour la Réunion, au départ, la Compagnie des Indes qui est une compagnie commerçante, n’a pas pour objectif l’agriculture coloniale.

Elle cherche des paysans pour ravitailler ses bateaux. Dans ses statuts, elle ne mentionne pas l’esclavage. Elle regarde vers Madagascar et son potentiel commercial. La compagnie formule donc une interdiction de faire des Malgaches des esclaves.

Il faut avoir à l’esprit que les premiers habitants qui arrivent à la Réunion sont majoritairement des hommes français et des européens. Ils vont manquer cruellement de femmes.

La majorité des couples qui vont se former à la Réunion par la suite seront métisses. Certains vont épouser des malgaches qui sont arrivées libres de Madagascar, ou des Indiennes. La population est métisse et libre. La première génération d’enfants qui naît à la Réunion est largement métissée.

C’est cette génération qui installe l’esclavage à la Réunion. Il va être installé par hasard, avec deux facteurs. Les choses se passent mal à Madagascar avec le massacre de Fort-Dauphin. Il y a des survivants qui arrivent à la Réunion et ils engendrent la méfiance parmi les Malgaches déjà présents à la Réunion. Il va donc y avoir une dégradation des relations.

Petit à petit, cette population va se retrouver infériorisée par rapport à la population libre, composée majoritairement des couples mixtes et de leurs enfants métisses. Elle va se retrouver dans une position de servitude.

Les choses se passent aussi mal pour la France en Inde entre 1671 et 1674. Jacob de La Haye va déposer des prisonniers à la Réunion, qui seront intégrés à la population servile qui est en train de se mettre en place.

Petit à petit, au cours des escales de bateau, des employés de la Compagnie des Indes sans instructions de la part de la Compagnie à Paris, vont décider de prendre des arrangements avec le règlement et choisir de venir vendre, à titre individuel, des esclaves à la Réunion.

Il va y avoir des habitants pour les leur acheter. Les habitants souhaitent cette population servile et vont donc l’installer.

À partir de la fin du 17e siècle et du début du 18e siècle, les premiers à introduire des esclaves en grand nombre sur l’île sont les pirates, qui sont opportunistes et vont donc apporter des esclaves.

L’introduction de l’esclavage va se mettre en place de manière spontanée, hors du contrôle des autorités parisiennes. Il n’y a pas eu d’ordres donnés par Paris.

Il faut savoir que la compagnie nomme Étienne Regnault comme Gouverneur en 1665. À son retour à la Réunion et sans instructions, le Vice-Roi des Indes, Jacob de La Haye, nomme Henry Hesse d'Orgeret. Tous les gens qui vont diriger la Réunion de 1671 à 1689 n’ont pas été nommés par la Compagnie des Indes ni par le Roi. Ce sont des gens qui sont nommés car il n’y avait plus d’autorité.

C’est au moment justement où il n’y a plus d’autorité constituée dans l’île que l’esclavage s’installe à la Réunion. Quand Henry Habert de Vauboulon arrive en 1689 en tant que premier Gouverneur nommé par le Roi, l’esclavage existe déjà et le Roi le sait. C’est d’ailleurs à ce moment que l’on prononce officiellement le mot "esclave".

À l’époque, la Compagnie n’a pas pris de décision par rapport à cela. En 1702, les habitants de la Réunion vont demander à la Compagnie de leur envoyer des esclaves car ils n’en ont pas assez.

Au début du 18e siècle, les habitants expriment à la fois leur inquiétude sur une insécurité grandissante avec la présence d’esclaves de plus en plus nombreux, et leur demande d’esclaves supplémentaires. La Compagnie va leur demander de choisir ce qu'ils veulent, et la population va finalement décider de faire venir plus d’esclaves sur l’île.

L’esclavage va donc être entériné après coup par le pouvoir royal et la Compagnie des Indes.

Donc l’idée selon laquelle il y a eu des bateaux de colonisateurs blancs qui ont amené avec eux des esclaves est erronée?

Oui, car la population sur l’île à la base est très largement métisse et libre, c’est elle qui va instaurer l’esclavage. Il n’y a pas dès le départ de clivages entre les blancs et les noirs. Les premiers propriétaires d’esclaves sont en majorité métisses. Par la suite, il y aura toujours des métisses propriétaires d’esclaves à la Réunion.

Dès 1730, quand on va faire venir des travailleurs indiens libres, et que des esclaves vont être affranchis, eux aussi vont devenir propriétaires d’esclaves. À la Réunion, c’est un marqueur social, qui démontre une certaine aisance. Ils n’imitent pas un modèle qui aurait été importé dans l’océan Indien par les européens. Ils imitent un modèle qu’il y a partout.

À l’époque, en allant à Madagascar, les Malgaches possèdent des esclaves. Les populations côtières de l’Afrique de l’Est possèdent aussi des esclaves. D’ailleurs les traitants qui vont aller chercher des esclaves pour les Mascareignes achètent des esclaves aux Malgaches, qui les leur vendent.

Qu’est-ce qui est dangereux aujourd’hui dans le discours politisé qui a tendance à opposer les gens sur leurs origines, européennes ou non?

C’est manichéen et inexact en regardant l’histoire de la Réunion. C’est quelque chose qui a été mis en place au moment des combats de la décolonisation. La Réunion n’a jamais été une colonie.

Evidemment, les motivations des Antilles étaient différentes. Quand les "vieilles colonies" demandent la départementalisation après la guerre, cela va être validé par les pouvoirs politiques.

La départementalisation à la Réunion va connaître plusieurs problèmes, car la France sort ruinée de la guerre et n’a pas les moyens de sa politique. Elle signe la départementalisation mais précise que celle-ci prendra du temps.

En 1959, le général De Gaulle jouit d’un certain prestige et le PCF (Parti Communiste Français) est en baisse de popularité. Paul Vergès, en difficulté dans son propre parti après la mort de son père, cherche à consolider sa position au sein de ce qui est encore à l'époque la section réunionnaise du PCF. En créant le PCR (Parti Communiste Réunionnais) et en imitant ce qui se passe aux Antilles, il se place là où on ne l’attend pas. Le coup de génie de Paul Vergès a été de comprendre à la fin des années 1950 qu'il pouvait utiliser les combats de la décolonisation pour sa propre carrière politique.

Il va donc adopter les codes du tiers-mondisme, en déformant l’histoire de la Réunion de manière à justifier son combat.

Ce qui est formidable, c’est que la Réunion étant une île tropicale, loin de la métropole, avec une population métisse, l’assimilation avec une colonie est vite faite. Il suffit de reprendre tout le vocabulaire et les schémas liés au Second empire colonial pour que, automatiquement, une partie de l’opinion publique française et réunionnaise valide l'idée que la Réunion est une colonie à décoloniser.

Vous parliez de tiers-mondisme, comment peut-on le définir?

Le tiers-mondisme naît au moment de la décolonisation. Dans les années 1960, 1970, les intellectuels de gauche et les politiques vont investir les nouveaux peuples indépendants du tiers-monde de la mission de laver tout le mal qu’aurait fait la civilisation occidentale. C’est une vision manichéenne qui va parer tous les peuples du Sud de toutes les vertus. En face, il y a les méchants occidentaux qui n'ont que des défauts. Cela va conduire à construire un discours victimaire et revendicatif du Sud contre le Nord.

C’est un combat idéologique. Par exemple, les pays arabes et les peuples africains ont été esclavagistes, mais comme ils ont été également des colonies des occidentaux. Par solidarité entre anciens peuples colonisés, lorsqu'on dénonce l’esclavage, on dénonce l’esclavage des européens mais surtout pas celui de ceux qui le pratiquaient en Afrique et dans les pays arabes.

Il y a un très gros problème, et je crois que c’est également pour cela que j’ai voulu écrire ce livre. Malheureusement en métropole les politiques connaissent très mal l’histoire de l’Outre-mer et de la colonisation. Là-bas aussi, il y a énormément de lieux communs. À Paris, la population d’Outre-mer la plus représentée vient des Antilles.

Ils sont les plus proches du pouvoir et l’image des départements d’Outre-Mer qu’ont les politiques et la population française est celle véhiculée par les Antilles. La Réunion, qui ne correspond pas aux Antilles, est souvent assimilée à ces îles.

On pourrait vous accuser de réécrire l’Histoire, de la présenter sous un jour cherchant à déculpabiliser le colonisateur. Que répondez-vous?

Je me place sur le terrain de l’Histoire. Un historien n’est pas là pour dire le bien et le mal, il n’est pas juge. Mon but est de respecter et dire les faits. Je me base sur des sources que je dépouille et confronte. C’est un travail critique également.

Il y a ce travail d’historien. Cela n’enlève en rien les souffrances qu’ont pu connaître les esclaves. La condition des esclaves reste la même, et ce n’est pas cette condition qui est remise en cause. Les souffrances des châtiments, de la privation de libertés, je ne remet pas cela en cause.

L’Histoire n’est pas manichéenne. J’ai pris le parti de l’historien, loin de l’idéologie politique, à travers un travail de références, qui sont recensées dans le livre.

Il n’y a pas d’exercice illégal de l’Histoire et n’importe qui peut se parer du titre d’historien et raconter n’importe quoi. Une fois mis en avant par les médias, sa parole devient véritable. J’invite tous les gens qui le souhaitent à aller consulter les sources et vérifier par eux-mêmes. C’est un débat qu’il faut mettre sur la place publique. Aujourd’hui, arriver avec ces informations provoque une certaine crispation.

Pourtant, c’est formidable que la Réunion ait une histoire différente. C’est quand même une bonne nouvelle !
Laurence Gilibert - laurence.gilibert@zinfos974.com
Lu 34762 fois


Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

160.Posté par Wolano Cesko le 30/05/2018 06:03

Mais c'est horrible ce que je viens de lire. Cette grosse propagande qui veux jouer sur les mots pour insinuer des nuances a tout va. Sophisme a 2 Balles, C'est de la manipulation et de la masturbation intellectuelle. Un peu de respect pour nos ancetres si ce n'est trop de demander, au lieu de faire votre propagande.

159.Posté par Guerra le 28/04/2018 15:05 (depuis mobile)

Excellent livre sur l’histoire de la Réunion ! Merci Monsieur Fontaine .En effet tout est dit dans le sens exact de colonisation ! Si on a compris ça on a tout compris ! oui la Réunion est une terre de métis ! Black Blancs et autres couleurs...😊

158.Posté par Lanspèk le 12/01/2018 00:07

[
"La Réunion n'a jamais été une colonie" = Olivier Fontaine lé pa in listorien é la zamé été .

CQFD

Histoire d'oliviers et de fontaines, quelques mise au point.

157.Posté par Zotidi le 28/12/2017 19:22

@ post155.

Ceux qui s'engraisse sur les impôts des métropolitains sont bien les fonctionnaire réunionnais surpayé à etre en vacance toute l'année, les familles créoles possédante qui "tiennent" tout le commerce... et je parle même pas des suceurs de sang que sont nos politiques qui sont réélu sans problème même avec leurs nombreuses casseroles voir des passages par la case prison pour pillage de fonds public.

Le zoreil est si facile à chasser que la majorité des réunionnais ne s'en prive pas. le zoreil c'est connu est le coupable de toute la gabegie insulaire.

Faire l'aveugle devant le fait que le "zoreil" est le bouc émissaire et une cible parfaite, c'est comme refuser de voir carpâte su la po beuf.

156.Posté par Fontaine 974 et fier de letre le 28/12/2017 14:37

Tous a ouvrir la bouche a ne pas savoir dou il vienne avant de juger un historien aller apprendre un peu lhistoire de la Reunion et remonter dans votre arbre généalogique si vs le pôuvez biensur Pour rappel Olivier fontaine est un nom bien d'ici que font tous les fontaine a la Reunion vs pouvez nous le dire ??????

155.Posté par thierry le 28/12/2017 12:32

@post 154 Alcide
"La Réunion, une île où le sport favori est la chasse aux zoreys !"

Si "la chasse aux Zoreys" était le sport favori à la Réunion, comme vous semblez en être convaincu, ils n'occuperaient pas 70% des postes de cadre, alors qu'ils ne représentent que 14% de la population au maximum.

A un moment donné il va falloir ouvrir les yeux sur l'héritage toujours douloureux au quotidien de notre passé de colonie. Héritage douloureux dans la répartition des richesses, dans la justice sociale, dans l'accession à la propriété, dans l'accès aux emplois, dans la précarité dans laquelle on enferme les Réunionnais un peu plus chaque jour.

154.Posté par alcide le 27/12/2017 08:46

La Réunion, une île où le sport favori est la chasse aux zoreys ! Après vient la chasse aux tangs, tant qu'il en reste encore...

153.Posté par Gramoune avide de vérité le 27/12/2017 08:06

Bonjour à tous les lecteurs de Zinfos974,

Créole né le 15-12 1940 à la Réunion, et issu d'une vieille famille modeste arrivée à La Réunion en 1798 en provenance pour partie de la région picarde, je viens de terminer la lecture du livre du Docteur Olivier Fontaine, sur l'histoire de La Réunion, que mon gendre m'a offert pour mon 77 ème anniversaire.

J'ai trouvé ce livre extrêmement bien documenté et passionnant à lire et invite, l'ensemble de mes concitoyens aimant tout comme moi leur île, a le parcourir afin de ne plus avoir a supporter les inepties lues ou entendues ci et là, surtout proférées de la part de certains politiciens démagogiques !!!

152.Posté par loyada le 26/12/2017 15:08

151.Posté par vince***mais je m en passe tres bien comme s en passent les vrais qui ont compris ce qu était leur ile apres y être revenus , cet avis n est pas l avis que des colonialistes comme vs savez si bien le dire ! et pleurnicher sans arret

151.Posté par vince le 26/12/2017 12:14

a loyada
alors pourquoi suit tu zinfo974 ???
les reunionnais de l'exterieure on un amour indefinisable pour leur ile malgré ce que tu veu faire croirent
tu as raison sur une chose reste ou tu ai la reunion na pas besion de toi!!

150.Posté par Zotidi le 24/12/2017 00:23

La Réunion appartient exclusivement au "caf" et aux cagnards c'est bien connu, tous les autres sont des "invités".

149.Posté par Polo le 23/12/2017 13:30

Vous nous saoûler maintenant avec vos lamentations et vos gérémiades sur l'histoire de la colonisation et de
l'esclavage mais ça va durer encore combien de temps cette repentance de la France , vous ne croyez pas qu'il
faudrait passer à autre chose maintenant et puis quoi encore bientôt on nous repprochera votre couleur de peau ça suffit c'est usant à la fin vous nous fatiguer de vous plaindre constamment , c'est l'histoire qui est comme ça même si elle est dramatique mais de grâce arrêtez car là pour le coup on vous détestera pour de bonnes raisons. Vous en arrivez même à vous renier vous avez honte d'être noirs ou métis mais vous voudriez
refaire l'histoire elle est ainsi et rien n'y personne ne pourra la changer.Des tonnes de livres ont été écrits sur le
sujet et on a toujours pas eu de réponses à nos questions pourquoi par ce que il n'y en aura pas tout simplement.
La grande question est combien faudra t il encore de générations pour passer à autre chose, avancez sinon
vous n'en sortirez jamais et vous entrediendrez votre histoire dans la haine que vous transmettrez de génération en génération ce que vous faites déjà trés bien.

148.Posté par zean le 23/12/2017 08:41

bravo mr fontaine 146 posts déja et ce n'est pas fini

147.Posté par Vœu Pieux le 23/12/2017 08:23

145.Posté par Michel le 22/12/2017 21:13
" il faut que les pauvres et les travailleurs partout dans le monde leur retirent le pouvoir des mains et dirigent eux-mêmes la société !"

Juste un petit souci pour la suite de ce rêve : retirer le pouvoir pour le donner à d'autres produit à terme les mêmes dérives, l'être humain n'a petit à petit plus aucune limite à exercer sa toute puissance lorsqu'il goûte aux pouvoirs, les commodités de l'argent, le confort du luxe et les jouissances de l'égo le conduise 9 fois 10 aux égarements, pour rester poli, inspirés par les plus sombres faiblesses de sa pitoyable personne, on le sait, "le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument" c'est inévitable

Certes il s'en trouvera toujours de çi de là quelques justiciers incorruptibles, purs parmi les purs, qui résisteront aux appels de leurs malsaines pulsions de domination et d'accaparement, mais c'est trop souvent pour basculer avec autant de vigueur comprimée, dans une volonté irrépressible d'écarter toute personne qui ne correspondrait pas aux profils qu'ils revendiquent, parfois en les internant, d'autres fois en les éliminant, comme l'Histoire nous l'a déjà exagérément répété, de façon définitive, méfions nous des moralisateurs, il restera toujours quelque chose à purger ou pire à éradiquer, ces fous idéalistes rêvent de cauchemars où la souffrance des victimes n'est jamais la leur, jusqu'à ce qu'ils finissent par trouver plus malade qu'eux

L'Histoire ne retient des actes des Hommes que les grands et les pires, pourtant ce sont des millions d'anonymes humbles et laborieux qui leur permettent de l'écrire à leur guise, commençons donc par cesser de suivre aveuglément des chimères et des fantasmes, n'importe quoi ou n'importe qui, dont la faconde plait à notre cœur et notre esprit, et peut être qu'un jour nous serons libres, dégagé du mariage funeste des émotions et de l'emprise sournoise des clans, des hiérarchies, de tout lien passager ou futile, rien n'est jamais tout blanc ni tout noir, personne n'a jamais raison en dehors des faits incontournables, tout le reste n'est que vanité, alors gardons avec sagesse et bonhomie notre place de magnifique poussière entraînée dans l'insondable mécanique céleste, avec tendresse pour nos petitesses mais surtout sans fustiger celles d'autrui


146.Posté par Quelques mises au point le 23/12/2017 03:28

La Réunion est ce qu'on appelle communément en Histoire une "colonie de peuplement" justement démontrer par Olivier Fontaine dans le début de son ouvrage.
Cependant, nous ne pouvons pas oublier le "racisme colonial " dont notre île à l'histoire spécifique ainsi que les autres colonies ont partagés de manière équivalente.
Nous ne pouvons pas oublier le Comte Gobineau avec son essai en 1853 :" Essai sur l'inégalité des races humaines"
Nous ne pouvons pas oublier la déclaration de Jules Ferry en 1885 sur la justification de la colonisation:" [Les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures.Je dis qu'il y'a pour elles un droit parce qu'il y a un devoir pour elles Elles ont le droit de civiliser les races inférieures"( J.O 1885 Débats parlementaires, Chambre des députés in publ. Fédération Française des Clubs Unseco, " Racisme ... et droit à la différence" Mantes, octobre 1980
L'abolition de l'esclavage en 1848 n'efface pas pour autant le racisme dans les "colonies" de peuplement ou pas.
Notre regretter historien Sudel Fuma écrivait:" l'aristocratie réunionnaise au XIXème siècle a donné au racisme colonial des fondements légitimes sur lesquels s'est édifiée sa suprématie économique."(Un racisme Ordinaire... Société coloniale et esclavage à la Réunion au XIXème Siècle édition ADER année 1990)
Les rapports sociaux à la Réunion ont été largement conditionnés par ce racisme historique ambiant.
Au delà des "instrumentalisations politiques" dénoncés par monsieur Fontaine, la population réunionnaise
essai de construire un "bien vivre ensemble" qui se fragilise de jour en jour. La sortie de lecture de ce livre, ne m'a pas convaincu du bien "être" qu'il peut en découler sur l'histoire tourmentée de cette île.
Nous avons surtout sur les derniers chapitres beaucoup de "dénonciations" et peu de "solutions".
Les attaques virulentes notamment sur la communauté " malabar" sont tendancieuses voir nauséabonds.
En ces temps difficiles, nous avons besoin de choses qui nous relient et non nous divisent.
Je sens de plus en plus de Haine et de moins en moins de considération pour les êtres humains que nous sommes.
Avoir des approches intellectualisantes en faisant fi des sentiments humains qui nous animent peu parfois être destructeur.

145.Posté par Michel le 22/12/2017 21:13

La Réunion (Bourbon) n'a jamais été une colonie... Et les esclaves sont venus en "colonie" de vacances !

Il faut laver plus blanc que blanc l'histoire de l'île, en faire un département comme les autres.

Foin de toutes ces histoires qui heurtent les âmes sensibles : la déportation de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants, le travail harassant, les coups de chabouk, les mains et les pieds coupés pour fuite et rébellion.

Les Arabes ont, dit-on, une plus longue pratique de l'esclavage que les rois français ou anglais ? Mais les rois et les bourgeois européens en ont fait une industrie !

Et si l'on remonte dans le temps, l'aristocratie romaine avait une" longueur d'avance" sur les Arabes. Toute sa puissance et son économie était basée sur l'exploitation de dizaines de milliers d'esclaves provenant de tout le pourtour méditerranéen. Est-ce que pour autant cela exonère les Arabes de leurs responsabilités ?

L'esclavagisme a toujours trouvé des individus, des classes sociales, des corps constitués (pour ce qui concerne la France l'Eglise catholique par exemple, la royauté, puis la bourgeoisie, mais aussi des intellectuels pervertis par leurs intérêts) pour le justifier.

Qu'on nous serve une version de l'esclavage à la Réunion consistant à en mettre la responsabilité originelle sur les propriétaires fonciers de l'île en faisant l'impasse sur celle de la puissance métropolitaine n'a rien d'étonnant.

Macron dont le gouvernement a fermé les portes de la France aux Africains fuyant guerres et misères et qui les a donc rejeté sciemment dans les bras des esclavagistes lybiens, s'est bien fendu d'un discours de condamnation de ces derniers pour se laver les mains de ses responsabilités écrasantes dans cette affaire !

Mais la conclusion de tout cela, c'est que les exploiteurs actuels, de quelque pays qu'ils soient, ne reculent devant rien pour faire de l'argent. "Démocrates" bourgeois français ou bourgeois arabes exerçant leur dictature sur leur peuple et les travailleurs immigrés via les milices, tous sont les ennemis actuels de l'humanité laborieuse. Pour en finir avec ces abominations, il faut que les pauvres et les travailleurs partout dans le monde leur retirent le pouvoir des mains et dirigent eux-mêmes la société !

144.Posté par Pamphlétaire le 22/12/2017 19:42

N'étant qu'un citoyen non historien des Mascareignes né au XXème siècle, je cite l'Encyclopédie Universalis dont l'article est écrit par deux Réunionnais...Ce qui complète le bel article de Zinfos.

Dès le début du XVIe siècle, l'île figure sur la carte marine de Cantino sous le nom de Dina Margabin (« île de l'ouest »). Elle apparaît ensuite sur une carte datée de 1518 sous le nom de Santa Apollonia (référence probable à un débarquement le jour de Sainte-Apolline). Mais ce n'est qu'en 1638 que l'équipage du vaisseau dieppois le Saint-Alexis pose pied sur l'île. L'année 1642 marque ainsi la prise de possession, par la France, de l'île qui devient l'île Bourbon. Pendant plus d'un siècle, d'autres débarquements ont lieu (portugais, hollandais, britanniques) et plusieurs noms sont donnés à l'île, dont celui de Mascareignes, qui comprend également Maurice et Rodrigues. Les premiers habitants sont des mutins déportés de Madagascar. Ils arrivent à Bourbon entre 1646 et 1669.

La véritable colonisation commence dans la seconde moitié du XVIIe siècle, avec la Compagnie française des Indes orientales et les projets de Colbert. L'archipel des Mascareignes devient une escale précieuse sur la route des Indes. Il s'agit alors d'intensifier le commerce et donc de s'implanter. En 1663, Louis Payen et dix esclaves malgaches s'installent sur l'île ; ils sont les premiers habitants à y rester. En 1665, sous la conduite d'Étienne Regnault, envoyé de Colbert qui devient le premier gouverneur de l'île (1665-1671), vingt colons débarquent, suivis de deux cents autres. Le gouverneur devient le personnage central de la colonie, et notamment Bertrand François Mahé, comte de La Bourdonnais, gouverneur de 1735 à 1746. En 1738, ce dernier prend une décision aux conséquences durables − qui soulève, actuellement, le débat sur l'existence ou non de deux départements : il transfère la capitale de Saint-Paul à Saint-Denis. Au regard des richesses potentielles, des espaces et des côtes, l'île Bourbon devient le grenier de la métropole, tandis que l'île de France (actuelle île Maurice) en est le port de guerre et de commerce. À Bourbon, le café connaît alors son âge d'or, même[...] Ecrit par :
Yvan COMBEAU : professeur des Universités en histoire contemporaine, université de La Réunion
Guy FONTAINE : professeur en géographie, doyen de la faculté des lettres et des sciences humaines, université de La Réunion

143.Posté par loyada le 22/12/2017 17:08

138.Posté par vince *****les cons a bout d arguments postent des commentaires tel que le tien et saches bien une chose , je suis allé une fois ds ton ile ton caillou ton iceberg , que je n y habite pas et que jamais pour tout l or du monde je n y remettrai les pieds et secundo ces commentaires que je poste viennent regulierement de réunionnais qui ont quitté l ile et ne veulent aussi y remettre les pieds vu la connerie qu il y ont rencontré depuis leur départ et leur passage , ils habitent ou moi j habite et ce n est pas la métropole .... pays lui aussi colonisé !!!

142.Posté par zanatany le 22/12/2017 15:36

@ 105 Alexandra
L' engagisme s'est développé après l'abolition de l'esclavage de 1848 car les affranchis par Sarda Garriga ne voulaient plus travailler pour les blancs ce que je comprends, liberté enfin.
Seulement pour les remplacer on a fait venir 72.000 travailleurs Indiens, payés, vêtus et nourris.
ce sont maintenant eux qui ont de la richesse entre parenthèse...

Quand au premier CODE NOIR, il a été préparé par COLBERT 1619/1683 et surtout au début pour les colonies d'Amériques, Martinique notamment...Car il n'y avait pas d'esclaves à La Réunion à cette époque...
N'oublions pas en 1794 la première abolition de l'esclavage malheureusement rétabli puis enfin abolie en 1848 par LAMARTINE, SCHOELCHER etc...

141.Posté par y.féry le 22/12/2017 15:07

A tous ceux qui n'aiment pas le contenu du livre alors qu'ils ne l'ont pas lu: surtout n'achetez pas le livre. Sa lecture peut-elle vous rendre un peu plus intelligents, je ne sais pas, mais ce qui est sûr, c'est qu'elle va vous faire encore plus de mal.
Contentez-vous de ce que vous avez entendu dire sur l'histoire de l'île.
Beaucoup de lecteurs de ce livre ont signalé le colossal travail de recherches, les références à de nombreux historiens, (je confirme) mais vous, vous préférez croire à ce que l'on raconte lors de réunions "secrètes", la nuit , au détour d'un chemin creux au milieu de champs de cannes ; réunions bien arrosées à ce que l'on disait.

Posté par citoyen 1600 le 22/12/2017 08:28

"128! quel culture du passé, 98% ignorent le prénom de leur grand-père et ils sont entrain de chialer leur racine dont ils ne savent même pas l'origine"

Bien vu! Et bien vu aussi quand vous faites allusion à l'inculture des "camarades". Ils ne font que répéter ce qu'ils ont entendu... et le peuple... gobe.

140.Posté par Saint Chamond le 22/12/2017 14:18

133 baratin de militant coco alcoolisé sous forme de ladi lafé invérifiable, au mieux tati a fait un avortement clandestin qui s'est mal terminé et a honte de l'avouer à sa famille.

139.Posté par y.féry le 22/12/2017 13:22

A tous ceux qui n'aiment pas le contenu du livre alors qu'ils ne l'ont pas lu: surtout n'achetez pas le livre. Sa lecture peut-elle vous rendre un peu plus intelligents, je ne sais pas, mais ce qui est sûr, c'est qu'elle va vous faire encore plus de mal.
Contentez-vous de ce que vous avez entendu dire sur l'histoire de l'île.
Beaucoup de lecteurs de ce livre ont signalé le colossal travail de recherches, les références à de nombreux historiens, (je confirme) mais vous, vous préférez croire à ce que l'on raconte lors de réunions "secrètes", la nuit , au détour d'un chemin creux au milieu de champs de cannes ; réunions bien arrosées à ce que l'on disait.

Posté par citoyen 1600 le 22/12/2017 08:28

"128! quel culture du passé, 98% ignorent le prénom de leur grand-père et ils sont entrain de chialer leur racine dont ils ne savent même pas l'origine"

Bien vu! Et bien vu aussi quand vous faites allusion à l'inculture des "camarades". Ils ne font que répéter ce qu'ils ont entendu... et le peuple... gobe.

138.Posté par vince le 22/12/2017 12:37

loyoda rien ne te plait apparement dans notre ile sache que les dom apporte beaucoup a ta metropole aussi
donc pourquoi ne pas partir loin tres loin tu y sera certainement mieux !!!
sache que tu n arrivera a nous faire oublier nos origine ,nos coutume et notre art de vivre et d'accepter les m... comme toi malheureusement sa en fait aussi partit

137.Posté par vince le 22/12/2017 12:24

a loyada
je ne croit pas que les reunionnais et besoin de tes critique sur font de racisme ;si notre histoire notre culture nos traditions et le faite que nous acceptons pas que les etranger croient mieux connaitre la reunion que les reunionnais ne vous plait pas vous etes libre de rentrer dans votre region qui est certainement mieux
a j'oublier : moderé

136.Posté par isabelle le 22/12/2017 06:21

L uterus de ma tante a ete detruit pas un medecin des annees 60 pour empecher qu elle procree. Car Papa Debré ne voulait pas plus d enfants Noirs ici... ça aussi c est pas la Colonie? Non c etait le paradis La Reunion. Le paradis pour metis blanc et gros blanc. Le reste... fermez vos gueules, vous n existez pas! Merci bwana Docteur

135.Posté par TICOQ le 22/12/2017 08:42

@ 113.Posté par Marie le 21/12/2017 07:26
Avant de se tourner vers l'avenir il est bon de connaitre son passé, mais quand un révisionniste qui se dit historien vient balancer de telles inepties sur une non-colonisation, il est aussi bon d'avoir l'esprit critique. Je vous plains.

134.Posté par Lisez le le 22/12/2017 08:37

C'est incroyable de refouler sans avoir lu : cet ouvrage est un recueil de faits, basés sur des sources vérifiables et surtout crédibles (vous en serez surpris !) : comment les premiers esclaves sont arrivés sur l'ile, la polyculture du fait qu'elle était au départ un grenier de ressources vivrières etc etc....ce qui y est décrit est passionnant pour qui aime l'Histoire de nout ti péi, alors hésite pas les gars (mesdames aussi bien sûr), allé trap a li la médiathek va fé souri zot bouche crois a moin

Bonne Fête Noël Zot Toute !!


133.Posté par citoyen 1600 le 22/12/2017 08:28

128! quel culture du passé, 98% ignorent le prénom de leur grand-père et ils sont entrain de chialer leur racine dont ils ne savent même pas l'origine. Mieux vaut qu'ils tentent sans l'aide financière de la collectivité d'aller se reposer sur les tombes de ce qu'ils appellent "nos ancêtres" et faire comme cet auteur de véritables recherches pour la réalité des évènements, ils seront surement désolés de la vérité. Le maloya c'est pas mon kiltir et certainement de nombreuses autres ethnies de ce pays mais plutôt un sacré artifice entretenu par un certain visionnaire qui s'est enrichi sur l'inculture de ses camarades qu'il a bien roulés

132.Posté par PILOU le 21/12/2017 23:57

Beau bouquin ,travail de recherche colossal qui n'a pas pour objectif de faire l'unanimité mais simplement d'éclairer les vrais amoureux de la Réunion sur l'histoire de cette ile, sans parti pris ni condescendance. Nulle obligation d'achat pour ceux qui critiquent sans avoir lu, mais c'est dommage de passer à coté. Mr Fontaine ne trahi pas la culture réunionnaise qu'il sait magnifique et très riche, culture loin des clivages noirs/blancs ou du prétexte de l'ancêtre africain qui a souffert; et qui se passe des slogans "Zoreils déor" ou autre "fonctionnaires métro surpayés" qui fatiguent tout le monde.

131.Posté par @ Marie le 21/12/2017 21:25

Oh Marie, si tu savais...

Si vous n'avez rien à faire de votre passé, c'est votre problème. Mais n'obligez pas les autres à tirer un trait sur leur passé. Certains construisent leur avenir grâce à leur passé et commémorent la mémoire de leurs ancêtres avec fierté. Car ils leur ont laissé un héritage, une culture et le goût au travail, comme la communauté Tamoule par exemple...

Macron aussi fait appel au passé pour avancer. Il réunit les parlementaires au Château de Versailles qui représente le passé glorieux de la monarchie française, et il fête ses 40 ans à Chambord...

130.Posté par loyada le 21/12/2017 20:53

123.Posté par yousef boutrefas*** toi, déjà avant d écrire arretes de fumer et de te shooter , parce que t es mal barré , avant d ecrire prends ton texte passes le au mixer et repostes le en clair !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

129.Posté par loyada le 21/12/2017 20:51

125.Posté par Gratel -ton propos noous demontre ou, toi tu as déjà fini , mais comme tu n etais deja pas fini au depart on ne s etonne pas , un ane est un ane et restera toujours un ane pour ne pas dire plus mais cela je pense que est a ton niveau pour que tu le comprennes , enfin un tout petit peu

128.Posté par li le 21/12/2017 20:12

Il a vendu son histwar
Il est content

Celui qui a marché sur l eau n a plus qu'à se cacher

Ô gran dioux tant de découvertes! La défriz sinwa ziska !

127.Posté par Retraitée de l'''' E.N le 21/12/2017 19:21

117.Posté par Cimendef le 21/12/2017 10:55 (depuis mobile)

Manifestement vous n'avez pas lu ce livre en entier pour porter votre jugement très orienté PCR.

Contrairement a ce que vous affirmez, j'estime que cet historien a effectué sur cette période, un véritable travail d'investigation d'une parfaite neutralité notamment, en amenant des preuves et témoignages de nombreux autres historiens qui l'avaient précédé dans ce travail titanesque et surtout en permettant aux lecteurs de voir et comprendre d'une manière objective, ce qu'était réellement la situation sur notre caillou.

126.Posté par Gratel le 21/12/2017 18:28

Révisionnisme et complotisme vont de pair. M'étonnerait à moitié que ce garçon finisse cadre au FN.

125.Posté par Saint Chamond le 21/12/2017 17:38

Dans le même genre, un ouvrage incontournable.



https://www.herodote.net/Le_passe_colonial_revisite-article-169.php



Malgré la propagande distillée par les partis colonistes de la fin du XIXe siècle à l'Exposition coloniale de 1931, les colonies se révèlent un gouffre économique, commercial et financier et il n'y a guère que quelques affairistes liés aux lobbies coloniaux pour en tirer profit.

À la suite de l'historien Jacques Marseille (Empire colonial et capitalisme français. Histoire d'un divorce), Daniel Lefeuvre montre que les colonies n'ont rien apporté à l'économie française et ont plutôt bridé son dynamisme. Tout juste ont-elles permis l'enrichissement de quelques sociétés et affairistes protégés par le gouvernement.

124.Posté par OREO974 le 21/12/2017 16:49

Personne ne peut nier qu'il n'y avait personne sur l'île de La Réunion avant même que des bretons n'y aient posé le pied.
De ce fait, on ne peut pas comparer les Antilles et leur passé colonial au passé de La Réunion.

Mais pour victimiser la population, et avec des médias consentent, on a un peu transformer l'histoire pour la présenter plus belle pour le peuple.

123.Posté par yousef boutrefas le 21/12/2017 16:42

dans la foulé un livre ne pourra jamais resumé a lui seule une situation complexe dans laquelle l'homme se trouve. car nous sommes dans un univers complexe l'homme n'est seul sur terre. y'a personne qui pourra parler de l'histoir dans sa globalité car on ne sais pas ce que font les extraterrestres. ces extraterrestres étaient inconnue avant la révélation de certain livre dite religieux comme la bible la thore et le coran. certain laïque et autre ne croient pas a cela c'est pourquoi leurs analyses hystorique et toujours tronqué jamais un laique ne pourra comprendre le déroulement historique. ce qu'on fait subir aux chiens d'autre nous font le subir car chaque espèce a ces propres raisons. comme nous on regarde les autres espèces les autres espèces nous regarde. le hic chez l'etre humain c'est qu'il pourra se muter en race a l’intérieur de l’Espèce je ne sais pas si ça se fait chez les anmaux les vegetaux ou les microorganismes dans leurs diversité organique. Marie par exemple dans le poste 113 a ouvert une breche, une nouvelle tactique elle oppose en fait le statue quo au changement,, et certain groupe les arrange mais d'autre ça ne les arrange pas par conflit d'interet ou par un compromis. le compromis est un statutquo
l'eduaction et la formation en france est par exemple dans un compromis d'interet donc la france n'a jamais pu rompre ce statut quo. on se tait tout le monde a sa part du systeme.

Marcel mais madame comment je peux faire pour conquérir le marché international avec ce genre d'ingenieur et d'ouvrier??

Marine mais je ne peux rien faire?? moi on me ramene des bacheliers a former je teste je trouves rien, ce type ne veux pas de savoir il veux un diplome une place dans la fonction publique, il redevient comme aniesse a coté de Bouazza, il veut esperer redevenir un rentier qu'est ce que tu veux que je fasse??

Marcel: ferme la classe pissitout et renvoie tout le monde

Marine: et moi ou je vais faire quoi apres?? je vais vendre des pizzas en ville??

Marcel : je vois que c'est mieux au moins tu m'achetes des tomates et Mme O elle fait de la fete elle m'achete du vino,

Marie mais Marcel tu es redevenue fou ou quoi?? tu avance dans l'age et tes anciens ouvriers aussi comment tu va produire les tomate et le vino?

Marcel vous allez tous dans la planete vers le mur c'est simple...BOUZIAAAAAAAAAANE viens la??

Bouziane oui massiyou vous m'avez appli?? ..C'est qui cette dame massiyou??

Marcel c'est notre amie Marie elle est enseignante a l'université dit lui Bonjour

Bouziane/ ça va Madame??les cours toujours theorique la craie??Toi aussi tu es redevenue rentiere dans lou systéme napoléén de napolis le systeme fiscal typiquement romain.??? Hihihi..une bande de bandit qui ont mis la main sur la dime du pape ??

Marcel: mais arrete d'harceler Madame un peu d’éducation elle est chez nous, tu dois harceler chez elle c'est la moindre de l'education et puis la pauvre elle ne peu rien faire

Bouziane disoli Madame ji parli du coup di la coulére..cet historien a oublié la colonie fiscale le territoire fiscaux..hihihi..

Marcel : Bouziane??je crois que Djibril va piquer oune coulére

Bouziane hahaha et certain pour ne pas les affoler vont avoir une double diarrhée d'en haut et d'en bat hihihihi..contentde faire ta connaissance Madame et bon courage..tapes toi un peu de couscous au miel en en attendant Djibrile

122.Posté par loyada le 21/12/2017 14:33

113.Posté par Marie*** merci pour ce commentaire, tu as résumé en quelques mots ce que beaucoup ne veulent admettre et...ne connaissent , de bonnes fetes a toi et a tous tes proches

121.Posté par alcide le 21/12/2017 14:25

L'apôtre de Pol Pot l'a eu bien facile étant donné le degré d'obscurantisme de la population réunionnaise...Sa postérité doit-être relayée au bas fonds de ceux qui souillent l'humanité...

120.Posté par alcide le 21/12/2017 14:23

L'apôtre de pol pot l' a eu jusque là bien facile étant donné le degré d'obscurantisme des réunionnais...Sa postérité doit-être relayée au bas fonds de ce qui souillent l'humanité.

119.Posté par Marie le 21/12/2017 14:07

pour répondre au post 118 Perplexe, oui effectivement mon passé reste là où il est et ne présente plus aucun intérêt pour moi parcequ'il faut déja vivre au quotidien en pensant surtout à demain.....! donc vous savez que mes ancêtres soient noirs jaunes verts ou bleu je m'en contrefiche!

118.Posté par Perplexe le 21/12/2017 12:30

@ Marie post 113 :

et qu'est-ce qui vous permet de dire que les autres nous ont fait avaler des couleuvres, et que celui-là dit la vérité ?

Qu'est-ce qu'il a de plus que les autres ? L'esprit de ses ancêtres est venu lui est apparu pour lui apporter la bonne nouvelle pour votre communauté ?

C'est votre vérité à vous, et en analysant un peu la situation sociale actuelle, elle n'est pas très crédible... Surtout qu'en vous lisant, j'ai l'impression que vous êtes bien pressé de tirer un trait sur le passé...

117.Posté par Cimendef le 21/12/2017 10:55 (depuis mobile)

Le ton de l'auteur dans son ouvrage décrédibilise son propos, on est loin de l'historien impartial.

116.Posté par polo974 le 21/12/2017 10:12

beau rappel de qui voulait quoi (bon, d'un autre coté, le pouvoir central y trouvait aussi ses intérêts, sinon, ça aurait saigné...) et ce qu'étaient les coutumes dans les environs...

donc aussi, la canne n'est pas "not kiltir"...

enfin n'oublions quand même pas que ce sont les proprios Réunionnais qui ont imposé le report de la seconde abolition de l'esclavagisme au 20 décembre à La Réunion au lieu de 2 mois après le 27 avril 1848.
quelle autorité, ce Joseph Graëb, gouverneur...heureusement que Sarda Garriga qui l'a remplacé ne se soit pas laissé embobiné dans un report encore plus lointain...

ah, oui, encore, en passant comme ça, ce sont les Réunionnais qui ont empêché la première abolition (4 février 1794) qui avait été décrétée par le pouvoir central...

ah, ben zut alors...

115.Posté par chikun le 21/12/2017 08:51

Hi, Hi : Les manipulations gros doigts du PCR sont enfin dénoncées , que ce soit pour la colonisation ou le maloya. La manipulation des esprits faibles a toujours été l'apanage de ce parti prompt à faire rouler des formules un le jour de l'inauguration d'une route limitée à 90/110.
On voit , dans le 93, les ravages du socialo communisme qui pour se maintenir au pouvoir a dresser les communautés les unes contre les autres. On va finir comme aux states à la réunion ?????

114.Posté par Arsi le 21/12/2017 08:50

@105 Alexandra : Le Code noir n'a jamais été respecté à la Réunion, précisément parce que les locaux faisaient leur propre loi. Idem quand l'esclavage a été aboli une première fois en 1792 (ou 93 ?) les réunionnais ont refusé d'abolir et ont continué comme ils l'entendaient. Cela corrobore les propos de M. Fontaine. En tout cas il serait temps que (certains) réunionnais arrêtent de se complaire dans une position de victime qui 1- N'apporte rien au débat et 2- En plus s'avère fondée sur une histoire réunionnaise en partie fantasmée.

113.Posté par Marie le 21/12/2017 07:26

ah ah ah qu'est ce que je disais qu'on allait s'agiter derrière les claviers.....c'est incroyable comment certains argumentent car ils ne veulent pas admettre qu'on dise le contraire des couleuvres qu'on leur a fait avaler pendant des années....!
ceci dit je pense que discuter sur l'avenir de notre population serait bien plus intéressante et utile que sur un pseudo passé d'on tout le monde s'en fout et qui fait de nous des pleurnicheurs alors svp passons à autre chose nous arrivons en 2018 et essayons d'être plus "constructifs" qu'a pleurer sur nos racines qui ne nous fera pas changer notre quotidien en ce bas monde! alors regardons devant et en avant toutes.....! JOYEUX NOEL à tous, moi là dit, nous la fé et mi aime zot toutes!

112.Posté par T le 21/12/2017 07:19

Hors sujet... on parle de l'abolition de l'esclavage, pas du statut de la Réunion en comparaison avec d'autres îles... Donc veut-il dire par là, qu'ils étaient plus esclave qu'ici ? Je pense que non. Out livre i intéresse personne, na l'encylopédie i existe depuis longtemps déjà

111.Posté par loyada le 21/12/2017 01:40

Kaiinoa888**ne parles pas de toi ainsi nous en etions aperçu ou etait le tocard

1 2 3 4
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter