Education

La Réunion est l'une des régions comptant le moins de diplômés du supérieur

Mardi 15 Mars 2016 - 06:26

A la Réunion, la part des diplômés ou étudiants de l'enseignement du supérieur est de 19%. La majorité sont des natifs de l'île.


La Réunion est l'une des régions comptant le moins de diplômés du supérieur
La Réunion fait partie des régions françaises où la part des diplômés ou étudiants de l'enseignement supérieur est la plus faible, indique l’Insee, s'appuyant sur des données faisant état de la situation en 2012.

Cette part ne représente que 19% de la population des 18 ans ou plus, avec 90 600 adultes titulaires d’un diplôme du supérieur et 23 100 étudiants. Si on prend en compte les natifs, qu’ils résident sur l’île ou en métropole, ce chiffre tombe même à 17%.

Les jeunes générations plus diplômées que les anciennes

Toutefois, cette part tend à augmenter. En 1990, les diplômés ou étudiants ne représentaient que 4% des natifs. Un chiffre multiplié par 4 au cours des vingt dernières années, ce qui correspond à une progression deux fois plus rapide qu’en métropole. Parmi les résidents, ce sont ainsi 28 % des 25 à 34 ans qui sont diplômés du supérieur, 14 % des 45-54 ans et 8 % des 65-74 ans. Toutefois, même pour les plus jeunes, l’écart avec la métropole reste important.

L’étude de l’Insee révèle par ailleurs que les natifs diplômés ou étudiants du supérieur sont peu mobiles. En effet, seuls 31% d’entre  eux résident dans une autre région que celle de leur naissance, contre 40% au niveau national. Aux Antilles et en Guyane, cette mobilité atteint les 45%.

Parmi les diplômés, les natifs de l'île sont majoritaires

À La Réunion, les diplômés du supérieur ou étudiants qui entrent sur l’île sont plus nombreux que ceux qui la quittent. Un solde excédentaire qui s’explique surtout par le faible nombre de départs des natifs.

De plus, 58 % des résidents diplômés ou étudiants du supérieur sont des natifs, soit 6 points de plus que dans la moyenne des régions françaises. Une proportion qui a augmenté par rapport aux années 1990, quand cette part n’était que de 48 %.

Autre aspect souligné, La Réunion attire peu les étudiants du supérieur. Parmi les 23 100 qui résident sur l'île, seuls 5 000 sont nés ailleurs, soit à peine 22 %. L’île n’est donc pas encore un pôle étudiant attractif, affirme l’institut de sondage. Une faiblesse de l’attractivité qui s’explique aussi par la distance géographique avec la métropole. Par ailleurs, 1/3 des natifs partent poursuivre leurs études en métropole.


Lu 4970 fois



1.Posté par Eno2016 le 15/03/2016 06:48

C'est la faute des profs du supérieur qui notent trop durement les étudiants et qui ne savent pas enseigner !
Ces profs ne donnent pas envie d'apprendre !

2.Posté par Thierry le 15/03/2016 09:53

Il est aussi bon de ne se contenter que du verre à moitié vide, surtout quand on n'a pas soif ...

3.Posté par haha le 15/03/2016 09:54

Hé bien voilà, ne cherchez pas l'erreur sur le chômage. Il faut se bouger pour avoir un diplôme et donc un métier. Une entreprise recherche des compétences. C'est sûr que c'est plus facile de ne rien faire à l'école, de coller des affiches et pleurer uniquement à la mairie pour gagner un ti contrat mais après il ne faut pas se plaindre d'être dans la précarité avec un petit salaire.

4.Posté par Paul le 15/03/2016 10:31

moins de diplômés du supérieur....et c'est à la Réunion que perdure le taux de sur-rémunération le plus élevé du personnel enseignant de la maternelle à l'université !!

5.Posté par vraiment? le 15/03/2016 10:45

Chercher l' erreur . Combien d' années de notre petit génie qui cherche comment rempiler ?

6.Posté par yab le 15/03/2016 10:52

Pas besoin d'études supérieures pour plante in ti pied zamal , pleurnicher sur son sort et être gros coeur quand le voisin réussi ou pou bouche la route pour emmerdé les gens qui ont travaillé à l'école ou qui ont un boulot .
c'est plus facile de gratter son cul que de faire des études pour pouvoir déblatérer sur les travailleurs surtout si ces derniers sont des zoreils qui sont venus manger le riz des reunionnais qui attendent le 6 devant la poste

7.Posté par Lion le 15/03/2016 11:17

Tout cela est plutot normal pour une societe post-coloniale

8.Posté par mystèremystère le 15/03/2016 11:30

Et c'est pourtant à l' université de la Réunion que se trouvent les profs de classes exceptionnelle aux carrières fulgurantes.
en 4 -5ans on passe ici de prof de classe 2 à classe exceptionnelle .

9.Posté par Zoizo le 15/03/2016 11:57

Man .... J'ai un BAC +5 et je suis au placard dans une collectivité ....
Macrotage .... un boug na poin le bac i commande à moi

A quoi i serve diplome la REUNION

10.Posté par " Vieux Créole le 15/03/2016 12:03

Les chiffres officiels parlent d'eux-mêmes ! Mais ce que CERTAINS compatriotes ne voudront pas reconnaître publiquement (les uns à gauche surtout à l' extrême gauche , les autres à droite surtout parmi les partisans de la "droite dure" ou extrémiste ) ,c'est que La REUNION VIENT DE TRES ,TRES LOIN si l'on remonte seulement aux années 1946 et suivantes ...Il a fallu attendre que Michel Debré devienne Député de la Réunion pour que l’Éducation Nationale prenne connaisse des réalisations importantes ( créations de nouvelles classes , de nouveaux collèges ,de nouveaux lycées d'enseignement général ou technique . Ses adversaires ne l'admettront jamais ... Il a fallu ensuite attendre l'arrivée de François Mitterrand au Pouvoir pour que se crée ,enfin ,l 'Académie de Réunion et que se mettent en place différentes filières de l'Enseignement Supérieur !! Beaucoup parmi ceux qui l'ont combattu ne l'admettront pas non plus !! C'est ce qu'on appelle l'esprit partisan !!

11.Posté par jeanlapeau le 15/03/2016 12:23

Ce constat n'est guère étonnant, eu égard au comportement de certains professeurs et surtout à la manière d'enseigner.
Pour exemple, en deuxième année d'Economie, il y a un prof d'une matière essentielle qui ne fait que dicter son cours issu du fameux libre Varian et ne donne absolument pas d'explications aux étudiants (il ne cache pas sa joie de massacrer ces mêmes étudiants lors des devoirs). De plus, il n'hésite pas dans un lieu où la laïcité doit primer d'afficher sa passion pour une certaine religion venue de l'Inde et de surcroît il ne cache pas non plus une certaine sensibilité pour la gente féminine issue du pays de Gandhi..

Deuxième exemple, un autre professeur de la même section, se permet de ne pas traiter les exercices vus en TD et donc d'envoyer au casse pipe des étudiants qui n'ont pas eu le minimum d'enseignement et de suivi durant l'année.

Il serait temps que le Doyen et le Président de l'Université, se posent des questions sur le staff enseignant (la soutenance de la thèse ne fais pas forcément de quelqu'un un enseignant).
Il serait également temps que cesse certaines manœuvres assujetties aux patronymes de certaines personnes.

12.Posté par cafrine le 15/03/2016 12:28

Le contraire aurait été étonnant : ils sont nuls depuis l'école ! Plus mauvais résultats aux évaluations nationales école primaire donc ils peuvent pas s'améliorer par la suite ! Si ils ne vivaient pas des allocs ça irait peut être mieux

13.Posté par SAMEM le 15/03/2016 12:31

L'étude ne tient pas compte des diplômés du supérieur réunionnais qui sont en métropole...faute d'emploi à la Réunion. A quand de vraies statistiques sur les jeunes de la Réunion qui prennent en compte TOUS les réunionnais. A croire que ça arrange beaucoup de personnes des chiffres montrant une jeunesse sous diplômée au chômage.

14.Posté par ben voyons! le 15/03/2016 13:04

Dans les années post départementalisation il y avait environ 250 enseignants ( tous corps confondus) pour 250 000habitants.
la fac a été créée vraiment dans les années 80...ce qui est un temps très court , rappelez vous que la Sorbonne existait déjà au XIIème siècle ...mais que dans les années soixante en métropole seuls 10% des jeunes d'une même tranche d'âge obtenaient le bac!
En métropole , environ 15 à 20 % des jeunes font des études courtes ( type apprentissage ou Lycées professionnels) Ici , à la fin de la troisième près de 45% des collégiens choisissent ou sont orientés en L.P. ( donc études courtes et en principe , sauf exceptions , les études s'arrêtent après le Bac Pro)
Alors oui, nous sommes partis de très loin!
Et oui , il y a encore des jeunes qui partent en métropole pour des études dans des filières qui n'existent pas chez nous ( donc ils sont comptabilisés ailleurs)

Les études longues sont d'autant plus difficiles que l'on vient d'un milieu défavorisé ( les élèves très pauvres choisissent des filières courtes en espérant trouver plus vite un boulot fût il au noir) et on ne peut pas dire en 2017 que la majorité de nos concitoyens appartiennent ne serait-ce qu'à la classe moyenne)
Alors on ne pleurniche pas , on ne s'énerve pas , on ne ressort pas une fois de plus la bonne vieille colonisation et sa jumelle l'ère post coloniale ( c'est juste un argument de merde pour politicailleurs en mal d'arguments sérieux une fois qu'ils ont épuisé le reste : les mauvais profs ..zoreils forcément...la sur rémunération ...mais jamais , tiens c'est bizarre nos spécificités!)

et on se retrousse les manches, on encourage nos gosses à travailler!

15.Posté par Martinique le 15/03/2016 13:40

C'est pas un scoop vu le niveau du Francais ici et puis question mobilité c'est vrai que ca bouge pas trop ici

16.Posté par Candide le 15/03/2016 14:16

Depuis leur plus jeune âge, beaucoup d'enfants grandissent avec des parents qui ne travaillent pas (mais qui se débrouillent). Donc dès les premières années de l'école, une bonne partie des élèves ne font pas le minimum d'efforts pour se former. Et comme on ne redouble plus, on les maintient dans le système de manière artificielle jusqu'au brevet (où l'on impose une très très grande indulgence aux correcteurs) puis au bac (où l'on demande la même chose aux correcteurs). Bilan : le taux de réussite au bac se rapproche année après année des taux des académies de métropole. Mais ensuite, dans le supérieur, on ne fait plus semblant et on juge les étudiants sur les vraies valeurs : ceux qui bossent réussissent, les autres échouent. Voilà une de nos spécificités réunionnaises.

17.Posté par Réunionnaise Parent d''''éléves le 15/03/2016 14:36

Étonnant ? par pour moi . ici y à ub max de tireurs au flanc à l'école . c'est connu ca . On va à la FAC juste pour profiter de statut d'étudiant. mais ca ne bosse pas . Je ne parle même pas des Lycéens c'est pire.Ah oui la mode aux bacs Pro au Rabais . c'est vrai que c'est pas ca qui va nous sortir des grands diplômés . Et avec un Rectorat qui ne pense qu'a gonfler les notes de nos élèves aux résultats de Bac pour essayer d'avoir des promotions pour ces cadres. er la nomination d'un recteur créole ne vas rien arranger . Nou lé mal barré

18.Posté par Marielle le 15/03/2016 14:41

Non juste devant ......Mayotte.
Ouaaa la fierté !!!
Bravo!!! nou lé pas dernier !!

Une médaille !!!! une médaille !!!!!

19.Posté par Pro No Stick le 15/03/2016 15:06

un diplôme sans expériences opérationnelles..ne sert à rien.

20.Posté par ancien prof le 15/03/2016 15:46

Post 16:
quand le ministère a voulu imposer les bac pro effectivement au rabais ( en trois ans, c'est chose faite et c'est une catastrophe!) tous les profs de L.P. étaient contre et ont manifesté , ils se sont , comme d'habitude faite incendier, insulter ( tous des fainéants n'est-ce pas!).

Quand les recteurs ( pas qu'à la Réunion, maigre consolation) et leurs services imaginent des tas de trucs pour gonfler les notes ( du genre , on doit harmoniser les corrections , ce qui veut dire , on supprime parfois les questions normalement difficiles et qui reflètent le niveau nécessaire , car elles n'ont pas été bien traitées par suffisamment d'élèves, quand , lors de la saisie des notes , on ne peut mettre que les points entiers et pas les demis - donc on arrondit au point supérieur ( exemple , pour une épreuve avec un gros coefficient , 6 ou 7 par exemple , 1 demi point X par 6 ça fait trois points de gagnés, multiplier ça par le nombre de matières puis idem dans le total où seuls les points entiers...le gain permet de déclarer admis des jeunes à qui il aurait parfois manqué jusqu'à 20 points ...Et je ne parle pas de certains inspecteurs qui veulent forcer les profs à sur noter ( pardon , à être indulgents) ou des proviseurs qui , à la rentrée se font un plaisir de décortiquer les résultats et les notes en sous-entendant lourdement que ceux dont les élèves ont eu des notes faibles sont forcément mauvais ...alors oui, on doit se poser des questions.
Ce qui me rassure quand même c'est que , quel que soit le nombre d'étudiants qui rentrent en fac ( avec l'idiotie d'accepter des Bac pro qui , tout le monde le sait , non pas le niveau pour des études supérieures générales car n'est-ce pas , on ne sélectionne pas , c'est caca !) il y en a qui réussissent brillamment , que de plus en plus d'étudiants , des vrais pas les "gratter d'ki" qui ,c'est vrai, pullulent dans certains amphis font de brillantes études.
Le problème c'est la suite :
A quoi cela sert-il de faire de brillantes études , d'obtenir des diplômes utiles si localement , il n'y a pas de travail?
Si , dans les collectivités locales , les élus ( on l'a encore vu dernièrement) préfèrent recruter leurs militants /nervis souvent peu ou pas formés plutôt que ces jeunes diplômés n'est-ce pas , ça fait de l'ombre à ces mêmes élus , un jeune diplômé ça comprend les magouilles et surtout ça ne veut pas rentrer dans un système maffieux solidement implanté partout , par TOUS les élus , même et surtout par les culs bénits et les pères la morale ...
Réglons ce problème , oui, je sais , je rêve, et peut-être alors nos jeunes étudieront mieux car ils savent actuellement qu'il ne sert pas à grand chose d'étudier et de faire des sacrifices . Pour trouver du boulot , aussi bien dans le privé que dans la fonction publique territoriale , il faut être pistonné...
demandez vous pourquoi beaucoup de nos jeunes diplômés sont ailleurs ( je ne parle pas des pleurnicheurs qui veulent rentrer auprès de papa et maman) , il y en a plus qu'on ne le croit en Europe , en Australie ,au Canada , qui ont réussi grâce à leurs compétences et non par je ne sais qu'elle alliance contre nature.
C'est dommage pour notre île c'est même une catastrophe mais à qui la faute sinon à nous qui réélisons sans cesse ces voyous dont nous savons bien qu'ils sont malhonnêtes et placent les membres de la famille ( compétents ou pas) !

21.Posté par kiki le 15/03/2016 17:35

Tout se tient : résultats déplorables en primaire, au secondaire, brevet et baccalauréat donné (notation pays...) et on s'étonne des mauvais résultats à l'université. Laissez moi rire !!!

22.Posté par li le 15/03/2016 20:32

Pour combien d inscrits ds une filière d enseignement supérieur ?
Combien de réunionnais st partis étudier hors département ?
Combien de diplômés de l académie Réunion résidant sur l île accèdent à un poste correspondant à leur qualification ?

Est ce que 1 moins 0.25= 1 ?

23.Posté par Perso le 15/03/2016 21:21

Au delà de la réthorique classique, c'est la faute aux profs (mauvais, incapables), à la sur rémunération, au passé colonial (l'école ne serait finalement qu'une reproduction du schéma de domination colonial), je me dois d'apporter quelques précisions :

Le niveau des étudiants est très faible (notamment dans certaines filières), à l'écrit et à l'oral, avec un manque criant d'épaisseur intellectuelle et de maîtrise technique (chercher, argumenter, analyser) ; cela fait déjà beaucoup d'handicaps"quasi insurmontables" pour réussir à la fac ;

Les étudiants sont en général assez peu motivés, nombreux abandons en cours de cursus, absentéisme impressionnant, peu de travail personnel (en moyenne) ; rares sont les étudiants à accomplir un cursus complet ;

Un contexte culturel spécifique (assistance, faible mobilité, repli identitaire, créolité, faible ambition intellectuelle dans de nombreuses familles) qui pousse les jeunes vers l'université pour de mauvaises raisons : bénéficier d'un système social avantageux mais totalement démotivant. Etudiants assistés, démotivés qui baissent les bras, échec massif, tout le monde est au courant et ferme les yeux.

Beaucoup de choses seraient à modifier, mais rien ne changera sans une volonté partagée (de nos représentants au niveau local, national) d'agir et de réformer un système coûteux et peu efficace !

24.Posté par zotbande le 15/03/2016 21:33

Peut-on mettre en parallèle ces résultats et les profils de nos chers , très chercheurs.?

25.Posté par Charles le 16/03/2016 09:34

@24
Un bon chercheur n'est pas forcement un bon enseignant et l'inverse est vrai.
Enfin l'évaluation des chercheurs doit se faire par rapport à son environnement. Tous les chercheurs ne sont pas logés à la même enseigne. Les résultats en seront différents.
Il est dommage que l'université de cette région n' a pas su avoir l'ambition pour se hisser comme un pôle étudiant attractif. Il faut dire que le clientélisme et le localisme n'aident pas pour atteindre cet objectif. Mais est ce que cela a déjà été un objectif pour l'équipe de direction en place ?

26.Posté par audrey le 16/03/2016 11:23

Avoir un diplôme superieur à la reunion sert il vraiment à quelque chose? Perso j'ai bac+2 (certes c'est pas un bac+5), et je suis en metropole aujourdh'ui.
De plus, le diplôme ne sert à rien si on a aucune experience, etre diplomé c'est bien, mais savoir travailler c'est mieux!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter