MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

La Réunion : Un "plan de relance" hors-sol ?


Par Wilfrid Bertile - Publié le Lundi 7 Septembre 2020 à 09:06 | Lu 636 fois

Logiciel assimilationniste oblige, le plan de relance gouvernemental lié à la crise sanitaire de la Covid 19 méconnaît les particularités de La Réunion. Il met essentiellement l’accent sur une politique de l’offre alors que le moteur principal de l’économie réunionnaise est la demande. Il tient peu compte aussi de la spécificité du tissu économique de La Réunion formé de Très Petites Entreprises (TPE)  difficilement éligibles aux aides publiques et de sa structure sociale comprenant 2 Réunionnais sur 5 en dessous-du seuil de pauvreté. 

Ce Plan affiche un montant qui se veut impressionnant de 100 milliards d’euros. Certains types d’entreprises s’y taillent la part du lion. En raison de son idéologie néolibérale, le pouvoir s’obstine vainement depuis bientôt 40 ans à privilégier  le soutien de l’offre alors que c’est la demande qui fait défaut. Celle-ci a été gravement amoindrie par le confinement qui a fait baisser la consommation ; par la baisse de 16% du pouvoir d’achat des salariés en raison du dispositif « chômage partiel » par ailleurs judicieux ;  par la faiblesse des revenus d’une large fraction de la population… Après un petit rebond mécanique au moment du déconfinement,  la consommation reste anémiée à cause  de la persistance de la Covid 19, de  la crainte d’un reconfinement et de l’incertitude de l’avenir. Ceux qui ont des moyens transforment leur épargne forcée du confinement en une épargne de précaution  tandis que la crise sanitaire aggrave  la situation des plus pauvres, et notamment, celle des jeunes, qui voient leurs maigres ressources menacées.   

Or, on peut aider tant qu’on veut certaines entreprises, l’offre ne repartira pas sans demande suffisante. L’augmentation du pouvoir d’achat des travailleurs et des classes populaires aurait pu soutenir la consommation, les plus modestes, obligés de beaucoup se priver, étant prêts à y consacrer un éventuel surplus de pouvoir d’achat. Aux travailleurs, par ailleurs menacés par la réforme des retraites et la réforme du code du travail, les thuriféraires du pouvoir demandent de se féliciter de la mise en œuvre  du dispositif de chômage partiel. Aux populations les plus vulnérables, le Plan de relance consacre  800 millions d’euros (0,8% des 100 milliards !)  pour l’essentiel consacrés à la revalorisation ponctuelle de l’Allocation de Rentrée Scolaire, au prix de 1 euro le repas au restaurant universitaire, à l’aide à l’hébergement d’urgence.  Ce plan de relance n’est pas pour les travailleurs et les plus modestes. Il est fondamentalement d’inspiration néolibérale, davantage inspiré par Thatcher et Reagan que par le Conseil National de la Résistance en dépit de la redécouverte de la nécessité d’un Commissariat au Plan. Ce qui devrait dessiller les yeux de ceux, de droite souvent sans se l’avouer, qui vont disant qu’il n’y a plus de droite ou de gauche…, la belle blague !  

Le plan de relance est mal adapté à la situation réunionnaise. D’abord par son montant, 1,5 % pour l’ensemble des Outre-mer alors que La Réunion, à elle seule,  regroupe 1,3 % de la population française.  Ensuite à cause de  la structure de notre économie formée essentiellement  de Très Petites Entreprises satisfaisant une demande proximité, constituant l’économie résidentielle.  Ces TPE  n’ont guère accès  aux aides publiques ne remplissant pas toujours les obligations sociales ou fiscales, ou n’étant pas le plus souvent suivies par les banques.  Certains secteurs sont sinistrés pour un long moment ( culture, restauration, hôtellerie, autres activités du tourisme et des loisirs) d’autres ont repris avec un taux d’activité amoindri. Les entreprises concernées devront donc se reconfigurer pour maintenir leur  productivité et donc licencier. Le nombre de chômeurs va donc augmenter et la situation des jeunes sans emploi ou à la recherche d’un  premier emploi va encore s’aggraver. 

La crise a, sur de nombreux plans, servi de révélateur aux maux de La Réunion. Comme toujours, les grandes déclarations sur « l’après qui ne doit pas ressembler à l’avant » ont été autant de baudruches emportées par le vent. C’est que le logiciel réunionnais fondé sur un rattrapage chimérique et déresponsabilisant est incapable de poser un diagnostic vrai des problèmes de l’île et de secréter un pouvoir politique capable de fixer un cap.  Il faudrait réorienter progressivement notre économie de rente portée par les crédits nationaux et européens,  fondée la consommation publique et privée, en une économie de production plus endogène. Sans oublier la transformation écologique, l’économie circulaire, le logement… Au plan social, il faut donner une perspective autre que l’assistance, à près de la moitié de la population qui survit en dessous-du seuil de pauvreté.  A situations exceptionnelles, solutions innovantes : devant l’extension des situations de pauvreté, pourquoi ne pas réfléchir, pour La Réunion, à un revenu universel comme veut le faire pour la Corse l’Assemblée de Corse ? Et pour lutter contre le chômage de masse pourquoi ne pas faire, comme le suggèrent nombre d’économistes, des   collectivités publiques l’employeur en dernier ressort ?  Ce chemin est d’ailleurs de fait emprunté par l’Etat avec les contrats aidés ainsi que par les collectivités locales et les intercommunalités au personnel pléthorique. Le droit au travail n’est-il pas inscrit dans la Constitution ? Le moment est venu de se réunir pour tous ceux qui veulent  donner à La Réunion une chance. 




1.Posté par République le 07/09/2020 16:55

Le 07/09/20 : ce sont aussi les « vieux » politiciens qui sont particulièrement « hors-sol », non pas en raison d’un âge naturel bien avancé, mais plutôt d’une incapacité à sortir de certains schémas – et quand ils font un effort pour s’en extraire, c’est fort probablement par besoin de se recaser dans un système qu’ils n’ont pas vu évoluer, mais dont ils connaissent les avantages. Et si un peu d’argent public d’un plan de relance était placé dans une formation de ces anciens politiciens, pour un reformatage général (et surtout pour effacer les vieilles analyses qui même à une certaine époque ne collaient vraiment pas à la réalité du terrain)…

2.Posté par Jean Le Monstre le 08/09/2020 14:10

Plan de relance ? Pas pour tout le monde

Au moment où les petits restaurateurs mettent la clé sous la porte et où des centaines de milliers de salariés et d’indépendants n’ont plus de revenus, au moment où les chômeurs sont près de 5 millions en France et à la Réunion près de 170 000 …

Emmanuel Macron a annoncé un plan d’un demi milliard d’euros supplémentaires à des journaux tenus majoritairement par des milliardaires.

C’est de l’argent publique, donc c’est VOUS qui le donnez, il vient s’ajouter aux 840 millions annuels que l’État, non ! VOUS donnez déjà à la presse.
C’est de l’argent que VOUS déboursez par exemple à payer le salaire de Patrick Cohen, présentateur de France 5, payé plus de 20 000 euros par mois pour défendre le pouvoir macroniste et cracher son venin contre des personnalités indépendantes.

Et VOUS payez !

3.Posté par Dimitile le 10/09/2020 13:47

WILFFRIED, un vieux condamné gracié par feu Mitterrand qui est complètement hors sol.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes