La Réserve naturelle de l’Etang Saint-Paul labelisée site d'importance internationale Ramsar


C’est la 12ème zone humide située dans un département d’Outre-mer à être distinguée par le label Ramsar.

Depuis le 1er août, l’Etang Saint-Paul a rejoint les 49 sites sur la liste des zones humides d’importance.
Une reconnaissance qui permet aux 447 hectares de l’Etang Saint-Paul de bénéficier d’un programme de protection et de préservation amplifié au niveau national et international.
 
Le label Ramsar,  du nom de la ville en Iran où a été ratifiée la convention sur les Zones Humides d’importance internationale n’est pas très connue des Réunionnais mais va sûrement le devenir.  Car désormais, La Réunion, plus précisément l’Etang Saint-Paul, rejoint la liste des régions labelisées Ramsar pour la richesse de son site. Comment se déroule cette inscription ?  Il s’agit d’attribuer un label à certaines  zones humides qui présente un intérêt international. C’est le seul traité mondial portant sur ces écosystèmes exceptionnels essentiels pour la conservation des milieux naturels.  Parmi les zones déjà distinguées, la Réserve Naturelle Nationale des Terres Australes françaises avec plus de 2,3 millions d’hectares, la Petite Camargue dans le sud de la France, la baie du Mont Saint-Michel, les marais salants de Guérande ou encore l’Ile Europa dans le canal du Mozambique. Depuis le 1er août, la Réserve de l’Etang Saint-Paul a rejoint ces sites remarquables en terme de préservation de la biodiversité. Le site labelisé comprend l’étang mais également les ravines adjacentes qui se trouvent être la plus grande zone humide protégée des Mascareignes et la mieux préservée.
C’est la commune de Saint-Paul qui est le gestionnaire de la Réserve Naturelle à travers une régie (RNNESP) qui est chargée de protéger et valoriser le site. C’est d’ailleurs grâce au travail remarquable de cette régie et de l’engagement de la Réserve que l’Etang Saint-Paul devient une zone humide d’intérêt international. Une reconnaissance qui s’inscrit d’emblée dans le plan national d’action en faveur des zones humides lancé par le Ministère chargé de l’Ecologie, ce qui matérialise l’engagement de l’état signataire de la convention à en assumer la gestion. « Ce label apporte une valeur mondialement reconnue à un site exceptionnel… » a déclaré Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire.
Le financement de la Réserve de l’Etang Saint-Paul est principalement assuré par la DEAL (Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement), le Département de La Réunion, la Commune de Saint-Paul et par le TCO (Territoire de la Côte Ouest).
 

 


40 % du site, propriété du Département

447 hectares dont 40 % qui sont la propriété du Département. La Réserve Naturelle de l’Etang Saint-Paul a depuis plus de 20 ans constitué une zone prioritaire d’intervention au titre des Espaces Naturels Sensibles (ENS) pour notre collectivité.  Il faut savoir que l’Etang Saint-Paul est situé en zone périurbaine et subit donc les conséquences directes de l’urbanisation, des remblaiements, des pollutions, des espèces invasives, du braconnage et des incendies. Au début du 20ème siècle, on comptait 130 hectares de surface en eau, aujourd’hui on en compte plus que 14. Un site fragile d’une extrême richesse qui abrite des espèces animales et végétales qui participent au maintien de la diversité biologique et génétique des Mascareignes et de l’ouest de l’océan Indien. On y rencontre différentes espèces d’oiseaux d’eau, héron strié, poule d’eau, busard de Maillard dit Papangue… ainsi que plusieurs espèces de poissons et de crustacés indigènes comme les anguilles du Mozambique ou encore la loche des sables. On peut y voir des chiroptères (chauves-souris) et l’infiniment petit fourmille d’insectes.
Une zone humide essentielle qui permet de maintenir un équilibre  notamment dans la prévention des dangers naturels puisqu’elle limite le risque d’inondation en cas de fortes pluies en retenant l’eau qu’elle restitue en période de sécheresse. Un espace qui joue également un rôle essentiel pour atténuer le changement climatique.
Au même titre que l’inscription de nos pitons et cirques au patrimoine de l’Unesco, le label Ramsar permet de valoriser le territoire et d’augmenter sa visibilité à l’international. Ce qui a pour conséquence directe de constituer un levier économique important notamment en matière d’écotourisme et de développement économique responsable et durable.
Richesse naturelle mais également richesse culturelle puisque l’Etang Saint-Paul c’est aussi le berceau du peuplement de La Réunion avec de nombreux vestiges comme la Grande Maison de Savanna, le moulin à eau, la poudrière, l’usine sucrière…
Une histoire d’hier, mais surtout d’aujourd’hui, qui continue à s’écrire, avec les rires des enfants qui profitent de la fraîcheur de la rivière au niveau du moulin à eau, les familles Réunionnaises avec leur carry pour le pique-nique du dimanche ou encore les ti pêcheurs à la gaulette le long des berges qui perpétuent la tradition. Une respiration au coeur de la ville. A l’Etang Saint-Paul, le temps semble s’être arrêté.
 
Texte : Florence Vendôme

Lundi 26 Août 2019 - 09:43
Département de La Réunion
Lu 263 fois