Education

La Région dévoile son Plan régional pour la réussite éducative

Mercredi 26 Janvier 2011 - 18:15

Le début d'année est l'occasion des remises en question. La Région Réunion a, elle, remise en cause la politique de formation à la Réunion. "Pas assez en phase avec l'offre d'emplois dans les secteurs porteurs", c'est en substance le message passé cet après-midi par les conseillers de la majorité. Il faut dire que l'obligation de révision du Contrat de plan régional de développement des formations (PRDF) avant le 1er juin de cette année a sans doute permis de brosser plus large concernant les secteurs attenants à la formation et donc à l'éducation dans son ensemble.


La Région dévoile son Plan régional pour la réussite éducative

"De l'emploi ici ou ailleurs". Voilà résumé en deux mots le cheval de bataille de la Région, lance la vice-présidente Huguette Vidot (déléguée à l'Education et à l'enseignement supérieur). Pour créer les conditions favorables à cet emploi sous les cieux réunionnais ou à l'étranger, la Région a développé cet après-midi, à la pyramide inversée, les grands axes de son Plan régional pour la réussite éducative.

Derrière ce terme nébuleux, la Région y décline son éventail de dispositifs qui doivent courir sur quatre ans. Avant d'envisager une quelconque politique d'emplois, l'instance régionale souhaite réactiver les "Groupes Formation Emploi" (GFE) censés établir une cartographie prospective précise des demandes de 22 filières pour les prochaines années sur le territoire, histoire de coller au plus près de la demande. De ses 22, 10 filières comme les TIC ont été considérées comme prioritaires.

Un site internet dédié

A ce sujet, Louis Bertrand Grondin (conseiller régional délégué à l'Education et à la formation professionnelle) ne peut se retenir quand il parle de l'état des lieux de la formation à son arrivée. "Quand nous sommes arrivés, on a pu constater que la dernière évaluation avait été faite en 2008 par le cabinet d'audit Ernst and Young. Le CRDP qui prévaut encore pour quelques mois date de 2006 mais surtout les offres d'emplois ne correspondent plus aux offres de formations", peste-t-il.

La Région dévoile son Plan régional pour la réussite éducative
Mais ce nouveau Contrat de Plan régional de développement des formations doit résolument s'inscrire dans une simplification des démarches à entreprendre selon les attentes des différents publics. Yolaine Costes (vice-présidente déléguée à la Continuité territoriale et à la Mobilité) rappelle, à ce titre, que la mobilité ne concerne pas que les étudiants. Sont également concernées les mobilités "vers la formation professionnelle". A ce sujet, et pour résumer le panel de dispositifs, un site internet intégrant tous ces satellites émanant des compétences étatiques ou régionales sera disponible courant février.

La conseillère régionale l'appelle de tous ses vœux : "la mobilité ne doit pas être prise dans sa dimension "aller simple" !". Toujours dans cette logique de perfectionnement des dispositifs d'aides, Huguette Vidot précise que la grande nouveauté dans le plan présenté aujourd'hui est la "souplesse" des aides. "On peut changer de parcours en cours de route si cela ne plaît pas à l'élève ou à la personne formée, peu importe, l'aide suivra".

Plus prosaïquement, ce plan prévoit la construction d'un nouveau lycée à Saint-Denis qui, à terme, aura une capacité de 1.300 places dont 300 pour la voix professionnelle. D'autres connaîtront un lifting (Rontaunay, Roland Garros, LPA de Saint-Joseph, LP Lepervenche du Port, LP Saint-Pierre, Lycée Lislet Geoffroy de Saint-Denis et le lycée Victor Schoelcher de Saint-Louis).

Rééquilibrer l'offre de formations aux quatre coins du territoire

Au-delà des grilles des lycées, la Région dépasse ses compétences obligatoires en faveur de la recherche et de l'innovation en trois projets phares. Le premier est celui de la construction d'une station d'observation de l'atmosphère au Maïdo (projet de 9 millions d'euros). Le second concerne l'implantation d'une station de réception et de traitement d'images satellite à Saint-Pierre (également 9 millions). Enfin, le troisième projet concerne la réalisation d'une résidence d'accueil internationale pour les chercheurs et les étudiants sur le campus universitaire du Tampon (5 millions d'euros). Une manière de "territorialiser" le fléchage des aides du Conseil régional, argumente Louis Bertrand Grondin qui s'exprimait sur l'offre de formations.

Prêt à taux zéro

Enfin, toujours dans les cartons, la collectivité régionale entrevoit la mise en place cette année d'un prêt à taux zéro en faveur des étudiants, qui consistera à prendre en charge les frais de dossier et les frais d'intérêt pour ces derniers. De quoi exemplifier une année 2011 placée sous le signe de la "jeunesse" à laquelle le Conseil régional consacre une grande cause régionale.
Ludovic Grondin
Lu 2134 fois



1.Posté par noe le 26/01/2011 18:37

Bof , c'est du soupoudrage : on doit commencer dès le Primaire (=parent pauvre de l'Education Nationale)
-écoles primaires : Communes
-collèges : Conseil Général
-lycées : Conseil Régionnal

Il faut changer la donne , les Communes n'ont pas de gros moyens et chacun sait que râter le Primaire ce sont les échecs (tout commence aux primaires) ... Les écoles n'ont pas de moyens pour bien fonctionner .
Quand on veut une Maison solide , il faut des fondations solides : les fondations de l'ECOLE , c'est le Primaire ...
Tout commence par le Premier Degré . Le râter , c'est l'échec dans la vie future .

Qu'on donne des moyens pour bien fonctionner aux instituteurs , aux Professeurs des écoles !

Le reste c'est du bla-bla-bla .... Au lycée , c'est déjà trop tard pour la REUSSITE SCOLAIRE de nos enfants .

2.Posté par bertel le 26/01/2011 19:40

"1.Posté par noe le 26/01/2011 18:37

Tiens ! On dirait que le gars a opéré une mutation !

20/20 !

Bertel de Vacoa

3.Posté par Caton2 le 26/01/2011 20:41

Le bac pro c'est une voie de garage pour l'échec scolaire. Vive l'apprentissage!

4.Posté par DGS le 26/01/2011 21:25

Belle prose.
Mais au final à part l'agrandissement et la rénovation des lycées, on ne sait pas ce qu'il y a malgé des grands mots " territorialisation", "continuité territoriale" , prdf, "tic".
Moi je veux voir du concret..
Alors j'attends pour voir.

5.Posté par Tanbi le 26/01/2011 22:10

Noe
Oui mais encore faut-il qu'en amont les familles défavorisées aient les soutiens pour lancer leurs poussins dans de bonnes conditions au primaire...C'est à dire susciter l'envie et la compréhension des familles les plus démunies à comprendre le sens de cet objectif...Et ça c'est peut être l'une des plus difficiles ambitions de correction des inégalités de notre société...


6.Posté par michel ravine blanche saint pierre le 26/01/2011 22:21

Ah les stagiaires des CAP/BEP/BAC pro du LP de Saint Pierre....leur motivation est égal...à rien...ou va notre jeunesse??? à la CAF...ce qu'on me répond quand je leur pose la question...sur leur avenir professionnel !!!

7.Posté par Yab le 26/01/2011 22:22

à Bertel
Ou connaît , Noë l'est pas aussi couillon que lu n'a l'air. Lé vrai que dans tous ses posts jusqu'à présent, lu purge à nous comme dit créole.; mais là, lu cause d'un affaire que lu connaît très bien.... que ou connaît aussi , d'après ce que moin la fine lire ; mi connaît pas lu personnellement ; mais si c'est bien le boug que un peu y décrit su zinfos, mi peut dire à ou que lu l'était un bon l'instituteur et directeur d'école. et un boug respecté. Moin l'a entende parler d'lu dans le temps... en bien; original ...mais bien.!

Mais , asteur , mi connaît pas coça y s'passe dans sa tête, lu fatigue à nous: la retraite y convient pas lu?...peut être lu veut jouer au provocateur?... comme l'autre bouffon du sud , mi veut dire l'autre gazé, grand amateur de Oban: tellement gazé que lu envoye un article à zinfos, sans signer; mais quand ou voit le style, les fautes, la syntaxe ( mi connaît pas si faut employe ce mot dans son cas)....ou comprend c'est qui l'auteur. Après lu réponde à lu; après lu voit que personne l'a réagi, lu écrit un autre post en changeant de pseudo; après lu envoye un autre, de son premier pseudo, pou insulte le 2ème posteur. Tout l'temps ce boug ( le bouffon du sud) y fait ça; mais mi comprend ...avec son cerveau embrumé....

Par contre, Noë y joué au boug simplet, lu titille, lu agace, lu énerve...lu sorte à moin par tous les trous d'nez....et un jour, [Alléluia ! Alléluia! ] (de Haendel) lu sorte un n'affaire comme là. Et l'est vrai, .... là ou dit....: boug là l'a muté!

Pourvu que ça dure!

8.Posté par profs au chomage le 26/01/2011 22:33

EDUCATION JEUNESSE EMPLOIS POSITION DE LE REGION.....DU BLABLA OÙ EST PASSÉ LA PROMESSE D'EMBAUCHE DU PRÉSIDENT POUR LES NÉOTITULAIRES ENSEIGNANTS QUI NE POUVAIENT ACCEPTER LEURS POSTES EN MÉTROPOLE ? ELLE EST OÙ LA PRIME DE 1000 EUROS D'INSTALLATION PROMISE ET VOTER EN ASSEMBLÉE PLEINIERE ?

bcp de promesses et d'effets d'annonces à la Région mais un président qui n'est pas capable de tenir un engagement pris est soi un menteur soit un incapable en plus impolis car au moins il aurait pu avoir la décence de nous donner des explications
JE SAIS QUE LA FSU VA DEPOSER UN PREAVIS DE GREVE VOUS POUVEZ COMPTER SUR NOUS POUR REVENIR MR LE PRESIDENT

9.Posté par le tit yab des hauts le 27/01/2011 00:11

La formation professionnelle mobilise plus de 34 milliards d'euros (hors enseignement professionnel supérieur) ,soit 2% du PIB en France.
Malgré cet important effort consenti par la nation et en dépit de multiple réforme , notre systéme de formation peine à répondre aus exigences nouvelles qui lui sont assignées.
La formation professionnelle est pourtant un enjeu de toute premiére importance à la Réunion.
L'enjeu économique se double de fait d'un enjeu social déterminant,elle conditionne l'avenir de notre ile et de notre jeunesse.
S'affirmant ainsi comme l'instrument majeur de notre région et de ce fait de la sécurisation des parcours professionnels.
La région Réunion ,comme toute les régions de France a reçu dans ce domaine depuis 2004 une compétence de droit commun.
Aussi , elle doit articuler ses actions avec de nombreux acteurs notamment l'etat , en matiére d'enseignement supérieur mais aussi les branches professionnelles aux bénéfices des salariés.
Or , le sytéme français malgré les contrats en alternance ne favorise pas l'insertion durable des publics de bas niveau ou peu ou pas qualifiés qui ne voient pas s'offrir la possibilité d'un véritable parcours de formation.
Ma question est de savoir si le CPRDF va répondre à ces priorités sociétales?
Quelle sera l'appareil de formation régional dans toutes ses dimensions ? et ses propositions concrétes pour les public les plus fragilisés ( à savoir les jeunes en échec scolaire)

10.Posté par noe974 le 27/01/2011 17:41

Post 7
C'est tj moi et vous semblez me connaître , je bosse tj .

Il faut dire ce qui ne va pas et aussi ce qui semble aller et laisser le doute pour faire avancer les débats .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >